AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756069884
Éditeur : Delcourt (16/09/2015)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 115 notes)
Résumé :
Une autre vie a commencé pour les survivants de la terrible guerre contre Negan. Mais cette nouvelle ère de paix et de prospérité semble déjà être menacée par un nouveau type dennemi. Un ennemi qui marche parmi les rôdeurs. Un ennemi qui transforme les murmures en cris. Un ennemi qui rend le futur incertain. Un face à face se prépare, qui risque dêtre encore plus violent que les précédents.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  22 septembre 2015
« Murmures »... Un titre au premier abord banal mais qui revêt une dimension beaucoup plus angoissante quand on sait que les « murmures » dont il est question ici sont ceux en provenance des hordes de zombies régnant désormais sur le monde apocalyptique de Kirkman. La franchise « Walking Dead » en est déjà à son vingt-troisième volume, et force est d'admettre qu'on renoue avec l'univers et les nombreux protagonistes avec autant de plaisir et de facilité que d'habitude. On retrouve cette fois nos personnages là où on les avait quitté dans le précédent tome, à savoir vieillis de plusieurs années et à la tête d'une communauté solide et organisée qui laisse présager le retour d'une véritable civilisation humaine. Rick se fait cela dit très discret (voire carrément absent puisqu'on ne doit le voir en tout et pour tout que dans deux scènes) au profit de son fils, Carl, qui occupe très nettement le devant de la scène. Maggie est également à l'honneur au dépend là encore d'autres personnages phares de la série que l'on se contente d'apercevoir à quelques reprises (Andréa, Eugène, Rosalia...). Un choix que certains pourraient contester mais qui, à mon sens, ne nuit en rien à la qualité du récit qui profite au contraire de ce léger recentrage autour d'un noyau dur de personnages.
Cette focalisation sur un ou deux protagonistes permet en effet à l'auteur de se concentrer davantage sur la psychologie de ses personnages et sur les relations souvent conflictuelles qu'ils entretiennent les uns avec les autres. Ici, c'est le comportement de Carl qui pose problème, le jeune homme ayant de toute évidence de grandes difficultés à réprimer sa colère et un peu trop tendance à faire usage de la force brute. Un comportement que certains membres de la communauté ont tôt fait réprouver tout en blâmant l'apparente immunité dont semble jouir le garçon du fait de sa parenté avec le « grand » Rick Grimes. Ce vingt-troisième tome est également l'occasion de faire de nouvelles rencontres, même si, comme toujours, la méfiance est de mise : peut-on leur faire confiance ? Quelles atrocités ont-ils été forcé de commettre afin de survivre aussi longtemps ? Quelles cruelles surprises Kirkman nous réserve-t-il pour la suite ? Comme souvent l'auteur joue avec nos nerfs et se plaît à faire monter la tension tome après tome, et comme toujours cela fonctionne à merveille. le nouveau groupe auquel Rick et sa communauté se retrouvent confrontés semble en effet bien étrange, et ce ne sont pas leurs méthodes de camouflage particulièrement audacieuses qui sont pour nous rassurer quant à leurs intentions.
On passe avec ce vingt-troisième tome un aussi bon moment qu'avec les précédents et c'est avec la même impatience qu'on attend de savoir ce que Kirkman réserve aux héros de sa série. Nous n'aurons fort heureusement que peu de temps à attendre cette fois puisque le prochain volume de « Walking Dead » devrait paraître avant la fin de l'année.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Presence
  22 novembre 2017
Ce tome fait suite à Walking Dead, tome 22 : Une autre vie (épisodes 127 à 132) qu'il faut avoir lu avant. Il contient les épisodes 133 à 138, initialement parus en 2014/2015, écrits par Robert Kirkman, dessinés par Charlie Adlard, encrés par Stefano Gaudiano, avec des nuances de gris appliquées par Cliff Rahtburn.
Carl se réveille dans sa chambre à la colonie Hilltop. Les toilettes sont occupées, il retourne dans sa chambre et relit la lettre d'Anna qui lui demande de lui répondre. Pendant ce temps-là dans la communauté d'Alexandria, Andrea répond aux questions des individus qui se sont introduits dans sa maison : Magna, Connie, Yumiko, Luke et Kelly. Dans une maison voisine, Rosita Espinosa finit par lâcher le morceau à Eugene Porter qui accuse le coup. À la colonie Hilltop, Rick Grimes fait ses au revoir à son fils Carl et accepte de se charger d'une lettre pour lui. Dans une zone sauvage un peu éloignée, Dante se retrouve à discuter avec un chuchoteur, alors que d'autres l'entourent avec une attitude agressive. La cheffe du groupe lui promet que lui et les siens apprendront à les craindre.
En effectuant sa ronde de surveillance aux alentours, Paul Monroe croise le groupe de Darius. Il apprend que le groupe de Nathaniel n'est pas rentré de sa patrouille. Il exige de Darius et de son équipe qu'ils repartent séance tenante à leur recherche, et il les accompagne. Carl reprend son apprentissage professionnel auprès d'Earl, le maréchal ferrant. Après sa journée de travail, il retrouve Sophia, la fille adoptive de Maggie Greene. Ils décident de manger ensemble. le groupe de Darius et de Monroe se font attaquer par un groupe de chuchoteurs.
Dans le tome précédent, le lecteur avait apprécié que Robert Kirkman fasse faire un bon de 2 ans à l'intrigue, déplaçant ainsi l'enjeu du récit vers une phase plus complexe de la reconstruction d'une société. Rick Grimes a clairement indiqué qu'il souhaitait tirer les leçons des erreurs de la société avant l'épidémie de zombies, et réinstituer des valeurs morales. Carl Grimes a décidé de se séparer de son père pour apprendre un métier et être utile à la société. Il existe plusieurs centres d'activité (Alexandria, Hilltop et d'autres). le lecteur sait très bien que le chemin vers la reconstruction sera semé d'embûches car la série repose sur des coups de théâtres et des phases de combat. Dans le tome précédent, le scénariste avait introduit un nouveau groupe de survivants aux moeurs bizarres, et au nombre non précisé. le lecteur sait bien que la catastrophe et imminente, mais dans le même temps, il croise les doigts pour que la reconstruction d'une société puisse continuer à avancer.
Effectivement, les auteurs n'ont rien changé dans leur narration. Pour commencer, le lecteur retrouve cette forme particulière de soap opéra dans laquelle il est invité à suivre le déroulement de la vie de plusieurs personnages, à travers leurs joies et leurs peines, et bien sûr quelques incompréhensions. Comme à leur habitude, l'équipe n'hésite pas à charger la barque pour être sûr de retenir l'attention du lecteur. Ce tome se concentre sur plusieurs situations et plusieurs personnages, et il fait la part belle à Carl Grimes. Dans le tome précédent, il apparaissait apaisé et prêt à prendre son autonomie à s'éloigner physiquement de son père pour devenir un citoyen enrichissant sa communauté, participant à l'intérêt général. Ce passage à l'âge adulte passe également par les premières fois, en particulier celui des relations amoureuses. Jamais avare en rebondissement, le scénariste n'hésite pas à développer, pas une, ni deux, mais trois relations amoureuses potentielles, et bien sûr elles sont toutes compliquées. Il y a Anna, certainement une brave jeune femme, mais éloignée de Carl Grimes par la distance, puisqu'ils ne se trouvent plus dans la même communauté. Il y a Lydia, l'une des chuchoteuses très à l'écoute de Carl, mais pas forcément bien dans sa tête, et en plus dans une communauté qui ne souhaite pas cohabiter avec celle des groupes liés à Rick Grimes.
Le lecteur se rend compte que Stefano Gaudiano a gagné en finesse et en justesse dans son encrage, car les expressions des visages se sont diversifiées et ont gagné en expressivité. En particulier ors de l'étrange dialogue entre Lydia et Carl, les dessins montrent les émotions de Lydia qui ne transparaissent pas dans ses propos. Kirkman se repose entièrement sur la narration visuelle pour relayer des émotions et des états d'esprit qui ne sont pas portés par les paroles. le dispositif fait que les 2 interlocuteurs se parlent sans se voir, un mur aveugle les séparant. La première dissonance apparaît quand Carl confie son prénom à Lydia. le lecteur pense qu'il s'agit pour elle uniquement de briser la glace, mais le dessin montre un sourire ambigu sur son visage. Bien sûr, Adlard consacre une case de la largeur de la page cadrée uniquement sur ce sourire pour être sûr que le lecteur ne rate l'information, dès fois qu'il soit distrait ou pas assez concentré. Alors que la conversation se poursuit, le lecteur peut voir la détresse affective de Carl qui se confie, verbalisant des énormités traumatisantes qui sont devenues son quotidien. À nouveau son visage expressif permet au lecteur de bien ressentir son état d'esprit. Pour le coup, ces expressions un peu appuyées ne semblent pas exagérées car le dessinateur et l'encreur représente un adolescent dont le comportement fluctue entre une maîtrise de soi adulte (la première scène de ce tome), et des moments auxquels il ne sait pas faire face sur le plan émotionnel. le lecteur reçoit de plein fouet la colère de Carl (quand il fait face aux parents des adolescents agresseurs), et sa détresse quand il comprend que Lydia souhaite rejoindre les siens.
Les artistes se montrent tout aussi subtils et sensibles dans la représentation des émotions de Lydia. Il s'agit d'une adolescente ayant connu des conditions de vie tout aussi particulières que celles de Carl Grimes, sûrement plus bizarres encore mais tout aussi violentes, et qui se retrouve isolée de son entourage. le lecteur guette avidement ses réactions sur son visage afin de savoir ce qu'elle pense, ce qu'elle manigance. le premier sourire indique qu'elle ne se contente pas d'attendre et que son comportement comprend une part de manipulation. Tour à tour, le lecteur peut lire une grande détresse sur son visage, mais aussi la satisfaction d'avoir marqué des points chaque fois qu'elle obtient une preuve d'attention de la part de Carl. le scénario comporte des interactions d'une autre nature entre Carl et Lydia qu'Adlard met en scène avec le même sens de la dramatisation. Étonnamment, il joue à la fois sur la représentation crue et directe (Lydia léchant la cicatrice de Carl), et sur l'ellipse visuelle (pendant un moment plus intime).
Les auteurs mettent également en scène la relation entre Sophia et Carl Grimes. Par le biais de leur langage corporel, celle-ci apparaît complètement naturelle et évidente, comme entre 2 amis de longue date qui se retrouvent. Cette relation est rendue compliquée par le comportement brutal et déchaîné de Carl suite à une agression, mais aussi par des remarques insidieuses d'autres habitants de la colonie Hilltop. Sur un ton naturel et badin, 2 d'entre eux observent que cette amitié s'apparente au rapprochement de 2 clans, celui de Rick Grimes responsable de la communauté d'Alexandria, et celui de Maggie Greene, responsable de la colonie Hilltop. Sans avoir l'air d'y toucher, le scénariste fait apparaître la question de la consolidation des pouvoirs, par la potentielle union des familles dirigeantes. le lecteur sent que la pérennité du mode de gouvernance instauré par Rick Grimes n'est qu'une chimère. En outre la légitimité de la position de Maggie Greene est entièrement remise en question par les événements.
Tout comme Rick Grimes, Maggie Greene doit réinventer à elle toute seule les règles de gouvernance de la colonie Hilltop. En particulier, elle doit trouver le point d'équilibre entre les décisions unilatérales et les décisions collégiales. Les actes de violence de Carl Grimes nécessitent également qu'elle détermine et mette en oeuvre des actions de justice. le lecteur est soufflé par l'intensité de la violence dont fait preuve Carl Grimes grâce à des dessins concentrés sur ses gestes, plutôt que sur un voyeurisme stérile des blessures. Robert Kirkman se montre machiavélique. Au cours des tomes précédents il a montré à maintes reprises comment la violence et la cruauté des affrontements ont constitué autant de traumatismes ayant impacté la psyché de Carl Grimes. L'empathie du lecteur est donc entièrement acquise à ce personnage, ainsi que sa compassion. Mais dans le même temps, le scénariste montre la réaction des individus qui n'entretiennent pas la même relation affective que le lecteur avec ce personnage, tout aussi compréhensible parce que rationnelle. du coup, Maggie Greene se retrouve dans une position où elle peut être accusée de favoritisme, de protéger un proche, aux dépens de la justice. Bien sûr, Kirkman en rajoute une couche en jouant sur des incompréhensions entre personnages et des mensonges. Mais le lecteur ne peut pas l'accuser de mauvaise foi car (1) il sait qu'il s'agit là du mode narratif habituel depuis le début de la série, et (2) les personnages se comportent conformément à ce que le lecteur connaît d'eux. À nouveau, Kirkman fait en sorte que le lecteur soit amené à comparer les capacités de responsable d'une communauté de Maggie Greene à celles de Rick Grimes. Comme d'habitude, seule Rick Grimes semble être capable de s'en sortir, tous les autres échouant à plus ou moins court terme.
Ce tome n'est pas consacré qu'à Carl Grimes ; il comprend bien d'autres fils narratifs. Bien sûr d'autres personnages font eux aussi face à des situations de comédie dramatique appuyée, à commencer par la révélation de Rosita Espinosa à Eugene Porter. le lecteur est partagé entre une impression d'acteurs jouant de manière empruntée voire fausse, et le ressenti qu'effectivement Eugene Porter ne peut se conduire que comme le geek qu'il est, en prenant sur lui, et en adoptant un comportement qu'il juge noble, à l'aune de ses propres critères. du coup, en ayant appris à connaître le personnage, le lecteur se dit que sa réaction correspond bien à sa nature, tout en n'étant pas dupe du fait que Kirkman utilise une grosse ficelle. A posteriori, il se souvient même qu'il avait déjà fait de même avec le comportement d'Abraham Ford. du coup, cela peut être à la fois vue comme un recours à un artifice narratif éculé, mais aussi faire écho au fait que régulièrement des personnages calquent leur comportement sur celui des autres. le lecteur peut aussi y voir l'émergence d'un thème sur les liens amoureux qui ne sont pas d'ordre rationnel, et une indication des choix que Carl Grimes pourra être amené à faire.
Outre le développement de Carl Grimes, l'autre thème majeur de ce tome est la prise de contact des chuchoteurs avec la communauté de la colonie Hilltop. Charlie Adlard et Stefano Gaudiano ont fort à faire pour rendre crédible le concept des chuchoteurs. le lecteur peut y être opposé par principe, en estimant que leur existence est incohérente avec ce qu'il sait des zombies, et abandonner la série à ce stade parce qu'il juge que la direction qu'elle prend exige un surcroît trop important de suspension consentie d'incrédulité. Il peut aussi envisager l'existence des chuchoteurs du point de vue du thème principal de la série : la reconstitution d'une société. Les dessins montrent des individus en haillons, se déplaçant avec un pas traînant, n'utilisant que des outils primaires, et ayant revêtu le visage des morts vivants. D'un point de vue visuel, le lecteur est amené à assimiler les chuchoteurs aux zombies, Kirkman ayant d'ailleurs joué avec cette idée dans le tome précédent.
Avec un peu de recul, le lecteur prend conscience que les chuchoteurs ont adopté des valeurs qui vont à l'encontre de celles prônées par Rick Grimes, et reprises par Maggie Greene dans la colonie Hilltop. Des bribes d'information fiables délivrées par Lydia et du comportement des chuchoteurs lors de leurs interactions avec les habitants de la colonie Hilltop, le lecteur peut en déduire qu'ils ont choisi de remettre en cause le mode de vie précédent pour prendre en compte l'existence des zombies. Dès le début, Rick Grimes et les différentes personnes qui l'ont accompagné ou suivi ont considéré les zombies comme des nuisibles à éliminer, comme un péril mortel pour la race humaine, excluant toute forme de cohabitation. Seule l'éradication totale des zombies est envisageable. La communauté des chuchoteurs incarne une alternative incompatible avec ces valeurs. Ces individus ont pris comme un fait établi la présence sur Terre des zombies, et ont adapté leur mode de vie de manière à le rendre compatible avec cette réalité. Au-delà des pratiques d'accouplement que décrit Lydia, le lecteur établit le constat d'une impossibilité de coexistence de ces 2 modes de vie, entre ces 2 systèmes de valeur. Or le choix de Rick Grimes concernant le sort de Negan va dans le sens d'arrêter de penser en termes de confrontation, et de passer à une phase de vivre ensemble. D'ores et déjà, ces philosophies de vie incompatibles et irréconciliables testent les limites de la direction sociétale donnée par Rick Grimes. Bien évidemment, les auteurs l'indiquent de la manière la plus explicites possibles en faisant dire à la cheffe des chuchoteurs que les communautés d'Hilltop et d'Alexandria apprendront à les craindre.
Curieux de savoir dans quelle direction la série va évoluer, le lecteur découvre d'abord une comédie dramatique parfois un peu appuyée en termes visuels et du point de vue des situations, comme c'est l'habitude des auteurs. Il apprécie de voir évoluer Carl, tout en sachant pertinemment que les auteurs prennent un malin plaisir à le tourmenter et à poser les bases de situations catastrophiques. Il constate que le tandem dessinateur & encreur a gagné en nuances dans ses dessins. Il prend peu à peu conscience du dilemme cornélien que pose l'existence des chuchoteurs, aux principes fondamentaux de la société que veut construire Rick Grimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Dionysos89
  18 septembre 2015
Delcourt couve de plus en plus sa poule aux œufs d’or et ils auraient bien tort de s’en priver. Après une année 2014 publiée au plus près de la publication accélérée en VO, l’éditeur de Walking Dead limite au plus court le temps de traduction et sort les tomes 23 et 24 avec à peine quelques semaines d’écart. Après un lourd arc sur Negan et un 22ème tome de transition, le tome « Murmures » confirme les perspectives ouvertes récemment, mais nécessite de bien se replonger dans la chronologie des faits précédents et dans l’histoire des personnages qui nous restent.
Murmures, oui. Suite au cliffhanger du 22ème tome, nous découvrons avec effroi, et avec violence reconnaissons-le, ce que sont ces Chuchoteurs, le groupe qui pourrait constituer le nouvel ennemi d’un ou plusieurs arcs. Des murmures s’élèvent donc des hordes de morts-vivants qui rôdent encore non loin des communautés que nous connaissons (Alexandrie, La Colline, l’ancien groupe de Negan, etc.), qui, elles, commercent désormais en bonne intelligence, assurant un avenir bien plus stable. Rick fait l’aller-retour entre les communautés pour assurer la poursuite de leurs accords et de leur bonne entente. Chacun a finalement retrouvé une vie à peu près paisible, malgré l’existence bien intégrée des morts-vivants.
Si depuis le tout début de la série, le héros principal est Rick Grimes, le vrai héros de ce tome-ci est clairement Carl, son fils éborgné et qui offre sa face ravagée en couverture. Des surprises, des déconvenues, de l’aventure en somme : Carl a droit à un traitement de choc, pourrait-on dire, dans ce tome. Depuis qu’il a perdu sa mère à la fin du huitième tome, sa principale caractéristique est de toujours voir le danger arriver, de toujours s’étonner voire s’agacer de constater que les autres survivants se complaisent dans le confort dès qu’ils le peuvent. Or, le danger est toujours là, sous nos yeux, et bien évidemment on ne le voit pas venir, ou plus exactement on cherche à oublier, un temps seulement, qu’il va forcément venir. Carl incarne ce sursaut et prend véritablement les choses en main, tandis que les pièces d’un puzzle intéressant se mettent en place.
En somme, nous ne sommes plus dans de la survie désormais, nous sommes dans de l’aventure et la dernière image de ce tome confirme cette bonne idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
garrytopper9
  26 mai 2015
Depuis le tome 22, la série a pris un nouveau virage. Nous avons droit à de nouveaux personnages, certains ont pour le moment disparus, mais on sent qu'il y a une passation de flambeau. Rick risque d'être mis de coté, d'ailleurs son look est fait comme s'il était plus vieux, plus usé. Il ressemble un peu à Hershel peu avant qu'il meure. On sent qu'à présent c'est son fils Carl, qui va porter l'intrigue, et c'est une sacré bonne idée.
D'ailleurs, ce tome est exclusivement centré sur une nouvelle bande (je n'en dirais pas plus ) et sur Carl, sur la vision qu'a la nouvelle génération. On voit que ce qui ne connaisse que ce monde-là, semblent s'adapter bien mieux et d'une manière différente. Contrairement à leur parents, ils ne regrettent pas l'ancien monde, ils commencent même à l'oublier et de fait, vivent mieux qu'eux. Ils s'adaptent plus facilement.
Robert Kirkman à pleinement réussi son changement de cap et j'ai vraiment adoré la lecture et les nouveaux comportements de chaque protagonistes. On a vraiment l'impression de démarrer une nouvelle série. de plus les dessins sont d'une très grande qualité, on est bien loin de la médiocrité des premiers volumes.
Une fois de plus, Walking Dead nous surprend et on en redemande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Pavlik
  11 octobre 2015
Un poil déçu par ce tome de transition...
Il faut dire que le tome précédant mettait la barre très haut en jouant la carte du "5 ans plus tard", après la guerre entre Negan et ses Sauveurs et le rassemblement des troupes d'Alexandria, la Colline et le Royaume mené par Rick. L'organisation des différentes communautés a progressé vers une certaine "normalisation" des rapports sociaux, semblant donné raison au souhait de Rick de rebâtir une forme de civilisation. Les bénéfices matériels et sécuritaires sont visibles, tout du moins dans le périmètre contrôlé. L'expansion apparait dès lors comme la prochaine étape...
Attention néanmoins à ne pas se reposer sur ses lauriers. En sous-soul, la braise de la vengeance de Negan (toujours captif) couve sous les cendres de son amertume...Une piste pour l'instant mise de côté par Kirkman. Trop tôt sans doute...Alors il lui préfère les manoeuvres internes pour modifier les équilibres du pouvoir, notamment celui de Maggie, dont les assises sont fragiles. Et puis il faut dire qu'il agace ce Carl avec sa réputation grandissante et ses réflexes de survivants, directs et brutaux, mais non dénués de sens moral...On dirait qu'il est en train de devenir un homme (d'ailleurs il perd son pucelage, n'est-ce pas un signe ?). Mais on sent Kirkman hésitant à mettre en scène une véritable passation de pouvoir entre le père et le fils, et ce même si Rick est quasiment absent de ce tome...Le garde-t-il sous le coude pour venir sauver le fiston quand il se plantera ? Ou bien pour l'affrontement définitif avec Negan ?
Cette hésitation m'a quelque peu agacé, mais peut-être tout ceci fait-il parti d'un plan plus vaste...Non, ce qui m'a vraiment déplu c'est la nouvelle tribu ennemie (déjà on repart, a priori, dans un schéma vu et revu), composée de gus qui se couvrent de peaux de zombie et évoluent, indétectables, parmi eux...Je sais pas, j'ai du mal à accrocher à cette identification qui me parait forcée et pour tout dire, même dans un contexte post-apocalyptique "zombiesque", peu crédible...Bref, on verra ce que le futur nous réserve et je souhaite de tout coeur me tromper sur l'avenir de l'arc en cour (et puis qui pour remplacer Negan...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

critiques presse (4)
BulledEncre   16 novembre 2015
Un tome plus que réussi. La suite sera attendue avec impatience par les lecteurs.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   23 septembre 2015
Robert Kirkman et Charlie Adlard ont bien encore des choses à raconter, et surtout ils savent s’y prendre avec une habileté rare.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   16 juillet 2015
Murmures ne décevra pas les aficionados de la série. Ce vingt-troisième volume est une excellente surprise qui nous donne toujours envie de poursuivre la lecture.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   01 juin 2015
Whispers Into Screams ne décevra pas les aficionados de la série. Ce vingt-troisième volume est une excellente surprise qui nous donne toujours envie de poursuivre la lecture.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   02 novembre 2015
Vous êtes venus sur nos terres. Vous avez tué les nôtres. Maintenant, c’est nous qui allons explorer vos terres. Et en apprendre sur vous autres. Nous allons venir en nombre. Vous allez apprendre à nous connaître. Et vous aurez peur de nous.

Commenter  J’apprécie          210
garrytopper9garrytopper9   26 mai 2015
- Il y a pas mal de potins qui tournent, mais je te connais Carl. Et je connais aussi Maggie. Tu seras assez puni. Toi et moi, on est des gentils.
- Il y a des potins ?
- Tu es Carl Grimes…il y a des potins même quand tu éternues.
Commenter  J’apprécie          132
PavlikPavlik   21 septembre 2015
[Jésus] Ils envoient des enfants, dans ton groupe ? Vous ne devez pas être bien nombreux, si on vous lance sur le front.
[Lydia] Les enfants, ça n'existe plus. L'enfance, c'est un mythe qui prend sa source dans l'illusion de la sécurité...C'est un luxe qu'on ne peut plus se permettre.
[Jésus] Quel bel optimisme.
Commenter  J’apprécie          70
PartheniaParthenia   15 octobre 2015
On se sépare jamais en dessous d'un petit groupe. L'union fait la force. De temps en temps, on se déplace deux par deux... mais même là, on a les morts autour de nous. Ils nous protègent. Ils sont... comment dire...? Rassurants. Leurs bruits et leur odeur me manquent. Je me souviens, au début... l'odeur, c'était le pire. Mais au bout d'un moment... cette odeur, ça signifiait qu'on était en sécurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mamangel1mamangel1   25 septembre 2015
-On se tenait devant la grille de la prison. On regardait les rôdeurs qui s'étaient rassemblés, là. Ça faisait bizarre de pouvoir les regarder, comme ça...en toute sécurité.
Je t'ai demandé s'ils te faisaient encore peur.
Tu te souviens de ta réponse?
-J'ai dit qu'ils étaient tristes et que j'avais de la peine pour eux.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Robert Kirkman (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Kirkman
Stop motion réalisé pour la sortie du tome 28 de Walking Dead.
Pour acheter le livre :
- Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782756093499&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 - Fnac : https://livre.fnac.com/a10676365/Walking-Dead-Tome-28-Vainqueurs-Robert-Kirkman - Cultura : http://www.cultura.com/walking-dead-tome-28-vainqueurs-9782756093499.html
Résumé Avec Robert Kirkman et Charlie Adlard, la série phénomène va de rebondissements en rebondissements ! Les survivants emmenés par Rick Grimes trouvent face à eux le pire des dangers? Et ce ne sont pas les zombies !
La Colline a été dévastée et la communauté qui l?habitait a dû fuir les lieux, sous l?impulsion
de Maggie. Dwight a rejoint Rick, en lui affirmant que les Chuchoteurs ont été anéantis. Malheureusement, même si Beta ? qui a pris la tête des Chuchoteurs ? a perdu une bataille, il lance une horde de rôdeurs sur Alexandria. La guerre est peut-être terminée, mais la survie d?Alexandria est en jeu?
En savoir plus : http://www.editions-delcourt.fr/serie/walking-dead-28-vainqueurs.html
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD :
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : https://business.facebook.com/walkingdead.officiel/ http://www.editions-delcourt.fr https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
+ Lire la suite
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Robert Kirkman

Quel futur dessinateur de comics et un de ses premiers collaborateurs a-t-il rencontré dès le lycée ?

Brian Michael Bendis
Charlie Adlard
Michael Avon Oeming
Tony Moore

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Robert KirkmanCréer un quiz sur ce livre