AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234014565
Éditeur : Stock (30/07/1991)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Ce livre n'est pas seulement un témoignage, c'est aussi un «j'accuse » la justice. Tout le monde doit savoir que l'erreur judiciaire est possible en France, qu'elle existe puisque Roger Knobelspiess en a été victime.
Roger Knobelspiess, qui n'a cessé de clamer son innocence du fond de sa prison, nous a révélé, dans son premier livre, Q.H.S., la dégradante « mise en condition » des Quartiers de Haute Sécurité. Avec l'Acharnement, il continue son combat et déno... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
leolechat
28 février 2016
Roger Knobelspiess, qui a passé vingt-six ans de sa vie d'homme dans les geôles françaises, en sait quelque chose. Témoignage sans concession, "L'acharnement" nous ouvre les portes sur l'enfer de l'enfermement, un enfermement physique et mental usant, impossible à digérer pour celui qui a été privé injustement de sa liberté. Un enferment dont le seul avantage est peut-être celui d'avoir tout le temps de se raconter. de revenir sur un passé pas toujours glorieux mais qui lui appartient ; de relater des souvenirs que les heures perdues lui donnent le temps de coucher sur papier. Alors, il décrit la misère, la faim et les mille questions qui lui taraudaient le ventre, quand son père ramoneur-ferrailleur rentrait les mains vides. Il raconte les Noëls sans cadeaux, où lui et ses huit frères répondaient pour noyer le poisson : "Nous, on a eu des "Nanins-bleus". Il révèle les sombres heures où les prisonniers convoyés en train étaient entravés au pieds, avançant sous la menace des mitraillettes des C.R.S, tout en subissant le regard malsain des curieux. Il raconte la peine qui l'a submergé quand son frère Jean fut tué par un commerçant en train d'être cambriolé. Il nous plonge dans l'univers infernal d'un homme qui vit un long cauchemar, condamné à quinze ans de prison sur la simple dénonciation d'un codétenu qui l'avait dans le collimateur...
"L'acharnement" est un cri de révolte contre l'injustice de la justice. Dans cet essai, l'auteur crie son innocence, s'indignant contre une sentence implacable de quinze ans d'enfermement pour un larcin qu'il nie farouchement avoir commis : un vol de 800 francs dans une station-service (soit 120 euros), accompagné d'un coup de feu tiré en l'air !
Une peine qui semble déjà bien sévère pour un coupable... alors, que peut ressentir celui qui doit l'écoper sans l'avoir méritée ?
Lien : http://leslecturesdisabello...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
TomsolubleTomsoluble11 novembre 2010
Les morsures de mes grilles, de mes fers, du cube de béton dans lequel je suis coulé à vif, une suprématie de l'hideux, démontrent l'injustifiable d'une société. Je suis le combat d'une écriture alarmiste, au coeur d'un monde où mon cri amplifié de quinze années de captivité demeure inaperçu aux oreilles des responsables qui me détiennent. Solitude de ma douleur, une complainte murmurante sur les murs de derrière la vie. Suis-je devenu le bon sauvage, suis-je le Lantier de Zola dont les mains s'obstinent à écarter les portes de l'enfer pour vous interpeller, vous extirper vos faces cachées, votre au-delà, votre outrehumanité, votre vérité de civilisation avec ce qu'elle maintient d'inqualifiable dans ses couches profondes ?...
Roger Knobelspiess.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
leolechatleolechat28 février 2016
La prison, jour par jour, heure par heure et nuit après nuit et jours, c'est l'anéantissement. C'est exister sans printemps, sans saison, sans fleur, l'absence des caresses, de la chaleur de l'amour que l'on se donne dans un lit, des mains qui se nouent au cœur du quotidien, c'est sans partage, sans le rire des enfants, sans les jeux, sans les larmes, sans les impératifs naturels lorsqu'on a besoin d'espace, besoin d'ouvrir une porte, une fenêtre, boire un bol d'air. C'est sans stimulation, sans appel des autres. Sans la vie... C'est exister sans ! Comme des rats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : erreur judiciaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les lieux dans LES ROMANS AU 19e SIECLE

NOTRE-DAME DE PARIS : où est déposé le corps d’Esméralda après qu’elle ait été pendue ?

Cimetière des Innocents
catacombes
cimetière du Père Lachaise
charnier de Montfaucon

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique français , lieux , romanCréer un quiz sur ce livre