AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070423491
299 pages
Éditeur : Gallimard (30/04/2002)

Note moyenne : 2.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Flics à la Brigade Criminelle de Bamako, le commissaire Habib et son fidèle adjoint Sosso, sont confrontés à trois meurtres au cyanure dans le quartier pauvre de Banconi, à l'apparition d'une vague de faux billets et à une émeute populaire. Dans L'honneur des Kéita, c'est le meurtre d'un marabout qui expédiera nos deux limiers au fin fond de la brousse malienne... Comme tous les flics du monde, Habib et Sosso a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Yassleo
  29 octobre 2015
Le dimanche à Bamako n'est pas que jour de mariage n'en déplaise à Amadou et Mariam. C'est aussi jour de meurtre.
Voici deux aventures ultra rapides à lire d'un auteur malien souvent oublié qui nous plonge au coeur des traditions et croyances africaines. On y fait ici la connaissance du commissaire Habib et de son adjoint Sosso, héros récurrents de Moussa Konaté.
J'avoue n'avoir pas bien pris au sérieux l'auteur au début, tant ça prête souvent à sourire avec des personnages parfois caricaturaux et des intrigues quelque peu ampoulées.
Habib est l'archétype même du vieux commissaire proche de la retraite, posé et empli de sagesse, et à ses heures perdues philosophe sur les turpitudes de la vie bamakoise, quand Sosso joue, pour sa part, le rôle du jeune bleu intrépide, hardi et plein de ressources. Malgré des assassinats morbides, des corps mutilés, des empoisonnements à gogo, règne une ambiance légère et souvent portée à la rigolade, nos deux inspecteurs étant souvent pris de fous rires au fil des enquêtes. Avec les suspects, les proches de victimes, les potes d'enfance, ça se marre drôlement à Bamako. Déstabilisant. A cela on rajoute des comportements surprenants et potaches de la part de notre jeune Sosso qui prend par exemple plaisir à éclabousser une cycliste en roulant dans une flaque d'eau, ou raye par inadvertance des voitures sur un parking avant de s'esquiver devant les propriétaires. Pour des représentants de l'ordre ça fait un peu désordre non? Et la crédibilité en prend un coup.
Mais qu'à cela ne tienne, l'écriture reste méritoire et la lecture confortable et plaisante.
Car Konaté n'en présente pas moins son pays avec ardeur, sérieux et sagacité. Il mêle à ses intrigues rites ancestraux, croyances populaires, dénonce le pouvoir des marabouts sur une population miséreuse et crédule, et dépeint une société malienne dans laquelle le sens de l'honneur tient encore une place préponderante.
Qui plus est, la découverte de lieux pittoresques mérite également le détour : on s'enfonce aussi bien dans les quartiers difficiles et populaires noyés sous la pauvreté que dans la campagne sauvage malienne au milieu de crocodiles peu accueillants sur des pirogues menées par des types vêtus d'un seul cache-sexe. C'est pas Neuilly quoi.
Romans très légers donc, sans suspense véritable et à l'action mollassonne (n'attendez pas du Connely ou du Patterson) mais qui restent extrêmement divertissants avec ces deux personnages attachants et sympathiques qui donnent envie de suivre leurs futures aventures, et qui offrent un dépaysement total avec ce voyage au coeur du Mali actuel.
Très bonnes lectures d'été finalement pour s'évader sans trop réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
vdujardin
  26 avril 2012
Sur le plan du polar, ces deux récits sont un peu lents... mais sur le plan du portrait de la société, ce sont des petits bijoux de découverte. D'un côté, les croyances populaires, l'influence voire l'emprise du marabout, et surtout, la dénonciation de la police politique et de ses méthodes de torture. de l'autre, la vie et les secrets de famille dans un village pas si reculé, mais qui vit en clan fermé, malgré de lourds secrets de famille. Dans les deux cas, mes cours d'ethnologie (notamment sur les systèmes de parentalité) m'ont aidé à mieux saisir les subtilités du roman, le système des concessions (qui n'ont rien à voir avec une concession minière, LOL, mais une sorte d'ensemble de cases dans un enclos qui regroupe la famille polygame et est régi par un certain nombre de règles, à découvrir par exemple sur le site de Yann Arthus Bertrand), les castes et les familles nobles, les pêcheurs Bozos, les construction en banko ou banco (une variété d'adobe ou terre crue, à entretenir tous les ans, matériau utilisé pour les maisons notamment en ou pour la grande mosquée de Djenné, inscrite sur la liste de l'Unesco depuis 1988 dans le cadre du bien culturel "villes anciennes de Djenné")... À défaut de notes, un petit lexique ou une petite annexe expliquant ces termes.
Lien : http://vdujardin.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MartineR
  28 décembre 2012
Moi qui lis peu de policier, j'ai été happée par cette enquête et connaissant la Mali, j'y étais à chaque page...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
YassleoYassleo   25 octobre 2015
Faire en sorte qu'il y ait moins de vols quand il y a de plus en plus de misérables ; faire en sorte qu'il y ait moins d'avortements clandestins quand de plus en plus de femmes n'ont que leur corps à offrir ; faire en sorte qu'il y ait moins de drogués parmi les enfants quand tous les parents baissent les bras et que les familles volent en éclat! Tu verras, Sosso, on te demandera de trouver des solutions à des problèmes dont la caractéristique est de ne pas pouvoir être résolus tant que la terre sera habitée par des hommes et non par des anges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SachenkaSachenka   21 octobre 2016
Bamako est une ville qui se réveille tard. Tant que le soleil n'inonde pas les rues, celles-ci demeurent presque désertes et les arbres et les habitations paraissent sommeiller encore. Puis brusquement, on ne sait comment, ça bourdonne, ça pétarade, ça klaxonne, comme si tous les habitants quittaient leur domicile au même instant.
Commenter  J’apprécie          30
SachenkaSachenka   22 octobre 2016
- [...] Tu sais, mon gros, la police, ce n'est pas une science exacte : il y a la logique, l'intuition, la chance, etc.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Moussa Konaté (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Moussa Konaté
Recommandation #24 L'affaire des coupeurs de têtes de Moussa Konaté
Thriller étranger (Mali) - 3,67/5
Des cadavres sans tête envahissent la belle ville de Kita au Mali. Une enquête haletante entre religion, football et ironie sur le pouvoir en place.
autres livres classés : maliVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox