AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Baptiste FLAMIN (Traducteur)
EAN : 9782358877404
159 pages
Éditeur : La manufacture de livres (04/03/2021)
4.1/5   5 notes
Résumé :
Les légendaires yakuzas, chefs du crime organisé japonais, se structurent autour de trois grandes familles pour orchestrer la vie criminelle au pays du Soleil-Levant.
Parmi les leaders du clan Inagawa-kai, Masatoshi Kumagai fait régner un ordre nouveau. Après une ascension fulgurante, ce Japonais deviendra le plus jeune des chefs yakuzas, ouvrant les activités de son clan aux trafics internationaux, apparaissant à visage découvert dans les médias, abordant s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
PostTenebrasLire
  30 juin 2021
Avec cette chronique, je vais tenter de répondre à la question :
> Est-ce le livre à lire pour découvrir le monde des Yakuzas ?
Les premiers chapitres…
Parlent surtout du contexte et des circonstances de tournage du documentaire « Young Yakuza »
C'est un documentaire sur Masatoshi Kumagai. Quelques mois de la vie d'un chef d'un clan Yakuza.
Je l'avais vu en 2008.
Il faudrait avoir vu récemment le documentaire pour trouver dans ces premiers chapitres un intérêt suffisant. Mais ils donnent une idée de la naissance de ce livre et comment il en est venu à accepter des entretiens pour parler de sa vie et de sa trajectoire au sein des Yakuzas.
Les chapitres suivants sont le récit de sa vie telle que Masatoshi Kumagai la raconte.
La vie de Masatoshi Kumagai
Vie fascinante d'un jeune en rupture avec la société japonaise conventionnelle.
Récit fascinant, mais qui m'a mis mal à l'aise sur plusieurs points :
Les qualités, la force de caractère, les convictions, le volontarisme sont très fortement mis en avant.
Même quand elles se contredisent.
Exemple : il organise son mariage et refuse d'inviter des membres du clan, invoquant une claire séparation de sa vie privée et de sa vie « professionelle ».
Petit problème : ledit mariage, le traiteur, les cadeaux… sont très, très largement financés par le milieu (complètement en fait).
Les rappels répétés que la carrière policière et celle de Yakuza sont très proches et demandent au fond les mêmes qualités.
Je suis très partagé sur ce point ! Masatoshi Kumagai a voulu un moment devenir policier jusqu'au moment… où il a poignardé plusieurs personnes !
La comparaison omniprésente entre « chef » Yakuza et « chef » d'entreprise.
Oui il se voyait, il se voit clairement dans le livre comme meneur d'hommes.
Quelles qualités faut-il ? Quelle attitude employer vis-à-vis des subalternes ?
Quelle exemplarité ? Quelles valeurs montrer ?
Et c'est là que mon malaise est revenu : non je ne pense pas qu'un clan Yakuza est « comme » une entreprise.
On pourrait, certes, faire une lecture cynique du capitalisme en trouvant que, de plus en plus, une entreprise subordonne et demande l'adhésion de ses employés comme un clan Yakuza.
Mais nous n'irons pas jusque là n'est-ce pas ?
Masatoshi Kumagai se voit comme quelqu'un à la recherche du gagnant-gagnant (c'est dans le texte) du compromis qui ne lésera personne.
Il est vrai qu'il fait preuve de ténacité, de souplesse et d'intelligence et personne ne semble perdre la face, mais on parle quand même de recouvrement de dette, de règlement de litige, de « protection » Yakuza !
Somme toute, Masatoshi Kumagai confesse peu de choses.
En conclusion ?
Fascinant récit de l'ascension au sein d'un clan Yakuza, d'un jeune au caractère prédestiné.
Je ne saurais par contre conseiller ce livre comme première lecture sur ce monde.
La peinture qui en est faite me semble passer sous silence une grande partie de la nature (sombre et violente) de la vie Yakuza.
Je vous recommande plutôt « Tokyo Vice » et « le Dernier des Yakuzas » de Jake Adelstein.
Jake ayant vécu au Japon et côtoyé directement des Yakuzas est à même de mettre en perspective les récits racontés par les Yakuzas eux-mêmes.
Lien : https://post-tenebras-lire.n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Acidus
  19 avril 2021
Masatoshi Kumagai, cadre yakuza affilié à l'Inagawa Kai (une des plus grosse organisation mafieuse du Japon), est décidément un personnage fort médiatisé. Présent dans le film « Young Yakuza » de Jean-Pierre Limosin et dans le le livre « yakuza, enquête au coeur de la mafia japonaise », on le retrouve à travers ces confessions recueillies par son compatriote Tadashi Mukaidini. L'occasion pour lui de revenir sur son enfance, son entrée dans le monde de la pègre et quelques uns de ses faits d'arme. Il y partage surtout avec le lecteur sa vision du monde, de l'Homme, une certaine philosophie de vie à cheval entre les traditions de son pays et sa modernité.

Démarche sincère ou simple coup de com' ? Difficile de trancher mais cet ouvrage n'en reste pas moins intéressant par son immersion dans cette société de l'ombre et ses réflexions sur la condition de ces hommes dont le choix s'est tourné vers une « profession » de plus en plus compliquée et en perpétuelle évolution. Kumagai nous livre un témoignage à des lieues de tout sensationnalisme. Étant assez peu didactique, je conseille la lecture de ces confessions à un public ayant déjà des connaissances sur le monde des yakuzas. Un bon livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   22 juillet 2021
Le pays était emporté par une fièvre étrange qui voulait que gagner de l’argent équivalût à réussir
Commenter  J’apprécie          60
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   20 juillet 2021
Un chef sans idéal ne jouit d’aucun prestige. Un chef qui se laisse déborder par la réalité, d’aucune confiance
Commenter  J’apprécie          20
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   16 juillet 2021
Le harcèlement n’est pas l’apanage des enfants : dans le monde du travail aussi les supérieurs se rendent coupables d’abus de pouvoir, les collègues vous ignorent sciemment ou médisent de vous. Les brimades sont consubstantielles à tout groupe humain délimité, à toute organisation.
Commenter  J’apprécie          40
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   13 juillet 2021
Dans le jargon yakuza, avouer une faute se dit « chanter ». Celui qui pousse la chansonnette se voit méprisé en tant que bon à rien dénué de caractère, de sens des responsabilités.
Commenter  J’apprécie          10
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   02 juillet 2021
Parfois, on a l’impression d’avoir choisi la vie qu’on mène de son propre chef, mais en réalité, les rencontres qu’on a faites sont plutôt le fruit de la « fatalité », et on n’est pas parvenu là où on se trouve sans le moindre détour ou écueil. C’est ce que je me dis parfois en songeant à mon passé.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Masatoshi Kumagai (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Masatoshi Kumagai
Bande annonce du documentaire "Young Yakuza"
autres livres classés : yakuzasVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2141 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre