AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2845974140
Éditeur : Textuel (01/03/2011)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :

Voici 5 interprétations inédites de Georges Brassens qui rendent cette archive sonore exceptionnelle : cinq chansons en direct et en public dans le Pop Club de José Artur sur France Inter en 1972 (" Stances à un cambrioleur ", " Fernande ", " Les Passantes ", " Le Blason ", " Misogynie à part "). Ces titres accompagnent un entretien singulier donné pour Radio Montpellier en 1980 au père Christian Doumairon dans lequel Ge... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ChristiandeSeauve
  07 avril 2016
Bernard Lonjon
La jeunesse tumultueuse de Georges Brassens
Bernard Lonjon, ancien élève du lycée Charles & Adrien Dupuy, a déjà publié aux Editions du Roure deux biographies : celle du poète vellave Edouard Gazanion en 2004 et en 2007 celle de l'inventeur du cinéma notre compatriote Emile Reynaud. Il vient d'écrire un nouveau livre J'aurais pu virer malhonnête, La jeunesse tumultueuse de Georges Brassens au Editions du Moment. Dans cet ouvrage. il nous invite à " vagabonder avec Brassens" dans une langue à la fois familière et choisie accompagnée de formules audacieuses "du béton armé de culture française". Avec un brio certain, il enveloppe les médisances dans l'écriture et les quatrains de chansons et poèmes intercalés dans le texte scandent la vie quotidienne.
Bernard Lonjon cultive ses attaches avec la Haute-Loire, la Lozère mais aussi avec Séte, la ville natale du chanteur poète.
Etude originale et solidement documentée, car l'auteur est allé à la rencontre de tous ceux qui avaient rencontré Georges Bras sens à Sète et ailleurs. Il nous restitue tout au long de son récit cette culture dans laquelle s'est élevé Brassens avec les films et les artistes en tous genres de son époque. Les origines familiales, lauraguaise libre-penseur du côté paternel et italienne catholique du côté maternel influencent le jeune Georges jusqu'au rejet de toute autorité. Au collège de Sète Alphonse Bonafé, son professeur de français lui fait découvrir les poètes de la fin du XIX°, notamment L'invitation au voyage de Baudelaire sur la musique d'Henri Duparc et il y rencontre en 1935, alors qu'il est en quatrième, Paul Valéry lors d'une distribution des prix. On est étonné par les poètes et artistes que produit cette petite ville de Sète.
Brassens, autodidacte, se forme seul à la poésie par la lecture et à la musique sur le piano de sa tante à Paris. En 1942, ses premiers poèmes publiés à compte d'auteur affirment à Sète sa vocation d'homme de lettres et effacent son passé sétois de petit délinquant. En 1951 à trente ans. il chante ses oeuvres du cabaret Bobino à un autre et il prend son envol grâce à l'appui de la chanteuse Patachou. On a de la peine à imaginer, de nos jours, qu'il fut interdit de radio par la censure et qu'il a fallu attendre 1955 pour qu'une radio périphérique Europe n° l. qui venait de se créer. lui offre l'antenne. Car Brassens est un libertaire qui n'est encarté à l'inverse des poètes staliniens Eluard ou Aragon. Un libertaire à l'égard aussi du «politiquement correct » qui sévit de nos jours et la lecture de cet ouvrage réserve bien des surprises. Cependant certains lui reprochent malgré sa forte moustache "une veste de bonne coupe".
Bernard Lonjon nous entraine dans une ronde éblouissante de chanteurs, compositeurs qui se suivent dans les cabarets puis sur les grandes scènes, accompagnée d'une biographie attachante des uns et des autres sans oublier les coulisses. Par exemple un comédien oublie qui pastichait Fernandel dans le rôle de Don Camillo dans une publicité non oubliée des pâtes Panzani ! Il souligne la grande générosité de Georges Brassens pas toujours à bon escient et qui parfois crée des ingrats.
L'on pourrait reprocher à Bernard Lonjon de ne pas jeter un oeil critique sur l'oeuvre de Georges Brassens. Il fut à la fois poète, romancier surréaliste, musicien mettant en musique ses poèmes, « dans un obsédant martèlement », et ceux des autres, auteur de musique de film, et même acteur. Mais quelle meilleure garantie que le Grand prix de l'Académie française qui lui fut décerné à l'instigation de Marcel Pagnol et du souvenir que chacun d'entre-nous garde. Bernard Lonjon défend son héros notamment contre Henri Jeanson qui le qualifie de « révolté d'eau douce » et cela donne du piment à une lecture qui vous divertira.
Christian de Seauve
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre