AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266066914
120 pages
Pocket (06/12/1994)
3.44/5   17 notes
Résumé :

Grand Prix littéraire de l'Afrique noire en 1971, "Tribaliques" se compose de huit nouvelles qui sont autant de portraits qui dépeignent des individus et la société dans laquelle ils vivent. Huit histoires fortes, variées, qui, sans avoir l'air d'y toucher, abordent quelques problèmes essentiels de l'Afrique moderne et les passent au crible d'une critique toute de finesse et de discernement. Henri Lopes est né en 1937 &... >Voir plus
Que lire après TribaliquesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Tribaliques est un recueil de huit nouvelles de 102 pages aux éditions CLE de Yaoundé il a valu à Henri LOPES le Grand Prix Littéraire de L'Afrique Noire en 1972

Dans chacune de ces huit nouvelles, il s'agit bien évidemment de l'Afrique des indépendances ; certes, quelques retours en arrière, situés en deçà, évoquent fugitivement la période coloniale, mais uniquement pour éclairer un personnage ; après coups et par contraste ou par contradictions. Dans tout récit, l'auteur fournit un minimum de précisions géographiques, réelles, fausses ou déguisées, qui sont autant de point de repère pour le lecteur et de points d'ancrage nécessaires pour l'action.

Plus qu'un recueil de nouvelles, l'oeuvre Tribaliques d'Henri LOPES est l'expression d'un réquisitoire contre les maux qui minent nos sociétés Africaines modernes. Il est aisé d'y voir une peinture de moeurs politiques caractérisées par un pouvoir de despotisme, de corruption et surtout d'impuissance mais aussi une société appliquée d'une certaine ironie et avec parfois des valeurs sentimentales

Commenter  J’apprécie          650
Tribaliques est un recueil de nouvelles pas forcément innocentes puisqu'elles présentent les problèmes de l'Afrique post-coloniale. Sous couvert de décrire le cadre de ces nouvelles, sont abordés les problèmes de décolonisation, de corruption, de la place de la femme, de la brutalité policière, et aussi de la capacité d'adaptation de la population à tous ces maux.
J'ai particulièrement aimé l'Ancien Combattant, l'Honnête Homme et le Complot. Beaucoup moins La Fuite de la main habile et la bouteille de whisky. Quant à Monsieur le Député, je vous laisse le découvrir, on sait que partout il peut y avoir un écart entre le discours et la conduite, chez lui c'est un gouffre.
Commenter  J’apprécie          60
Un livre magnifique servi par une grande plume de ce temps.
Commenter  J’apprécie          60
Huit histoires puissantes sur des personnes qui vivent dans la société et qui en dépendent. Ils apprennent à survivre dans le monde de l'injustice et de la cruauté. Les péchés de l'humanité sont décrits comme une énorme responsabilité de chacun de nous.
Lien : https://www.domyhomework4me...
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
LeMonde
13 novembre 2023
Les situations imaginées par l’écrivain donnent lieu à des scènes très visuelles, quasi cinématographiques et souvent pleines d’humour, portées par une écriture à la fois subtile et accessible qui renforce la critique sociale dont il se veut porteur.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
"....Le colonialisme a imposé un système économique qui a asservi nos soeurs. C'est à nous, les hommes, qu'il revient dans l'étape actuelle de libérer économiquement nos couches fondamentales en général, et nos femmes en particulier. (Applaudissements...)
Commenter  J’apprécie          1030
— Et les filles, elles ne peuvent pas t’aider à faire la cuisine ou le ménage ? Toi, Marcelline, par exemple ?
— Mais papa, j’ai beaucoup de travail.
— N’oublie pas que tu es une femme. Le premier travail d’une femme c’est le travail domestique.
— Enfin comprends, toi aussi, dit la mère, tu sais bien que Marcelline prépare son Bac cette année.
— Et vous croyez que c’est avec le Bac qu’elle retiendra son mari à la maison ? C’est avec de bons plats, oui. Avec autre chose aussi.
Commenter  J’apprécie          30
Il me parla de son aversion pour la torture. Que ce procédé butait les accusés contre ceux qui le pratiquaient à un point tel que tièdes opposants, en arrivant ici, ils devenaient farouches une fois sortis de nos mains. La torture à son avis dégradait l’homme. Or il avait mission de veiller à la sécurité de l’État, non de ravaler l’homme au rang de l’animal.
— Mais ce n’est pas un homme, c’est un communiste.
Commenter  J’apprécie          22
En Afrique c’est celui qui gagne qui a les applaudissements. Pas celui qui a raison. Aujourd’hui tu es président, je suis en prison, tout le monde t’applaudira comme « père de la nation » et moi je serai « le traître ». Demain tu tombes, je sors de prison, les mêmes qui t’acclamaient me décerneront le titre de héros national.
Commenter  J’apprécie          20
C’est dire que j’effrayais Samba par ma façon d’étudier et il est fort probable que si nous n’avions pas été du même village, il aurait rapidement cherché un autre camarade de chambre. Mais nous sommes, nous Congolais, encore ainsi faits qu’une personne qui a les mêmes goûts et les mêmes idées que nous nous paraît toujours plus dangereuse que celle avec qui nous avons le dialecte et le clan communs.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Henri Lopes (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Lopes
Décès d’Henri Lopes, écrivain et ancien Premier ministre du Congo (Real News du 03 novembre 2023)
autres livres classés : congo brazzavilleVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (96) Voir plus




{* *} .._..