AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070136086
Éditeur : Gallimard (05/01/2012)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 9 notes)
Résumé :
«À la une, la photo d'une foule en liesse... En bas, dans le coin gauche, quelqu'un lève deux doigts. C'est Pélagie. À sa gauche, c'est moi, Kimia... C'était le 15 août 1960. La nuit de notre Indépendance... Pour Pélagie et moi, il s'agissait plus d'une occasion de réjouissance que d'une date historique.» Suit le récit d'une amitié liant deux jeunes femmes que l'évolution de leurs pays va séparer un temps. Amitié profonde, complexe, sillonnée de rivalités, de jalous... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
PiertyM
  30 septembre 2013
Un voyage dans un Congo des bons souvenirs de l'indépendance, de la congolaise qui à l'époque a fait la joie de nos mères et de nos père.
Nous sommes dans une amitié qui au fil des années devient presqu'une famille. Les amies sont amoureuses d'un même homme, le banc noir Franchescini. Un de leur de professeur de lettres du lycée. il leur inspire beaucoup dans la littérature que parmi les deux filles Kimia deviendra écrivaine. de cet amour des trois personnes s'exprimant de diverses manières va s'étendre sur plusieurs année. Kimia n'a pas le courage d'exprimer aussi clairement son amour envers Franschecini. de même que le blanc noir ne saura comme s'y prendre avec la timidité de cette fille. Par contre Pélagie, toute prête à se faire consommée sexuellement depuis le lycée, plus courageuse que Kimia s'ouvrira clairement au professeur...
L'histoire racontée dans style très simple et peut-être plus objectif où on voit couler beaucoup d'année sans une action sauf s'il y a lieu de faire intervenir la vie amoureuse des trois personnes. A un moment je me suis ennuyée me demandant ce que Henri Lopez me donner dans cette histoire que j'ai trouvé très linéaire. Mais il arrive la follie d'amour entre Kimia et Franchescini, alors que les deux mariés déjà. Lui à Pélagie et elle à un américain Jordan. Et là le livre respire un autre air.
Le moment encore plus fort survient encore quand le blanc noir au seuil de la mort demande à voir Kimia près de lui.
Les deux femmes vont s'occuper de leur homme. Ils ont commencé à trois et ils finissent aussi à trois
J'ai aussi aimé le langage très populaire de dialogues qui est très typiquement congolais avec des ''toi aussi heinnn'' ''quitte là'' le non qui intervient à la fin des phrase....
Enfin, Henri Lopez nous a bien fait voyagé dans son Congo profond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gangoueus
  24 septembre 2012
Kimia est une enfant de Poto-Poto. Collégienne, puis élève au Lycée Savorgnan de Brazza, elle est liée d'amitié jusqu'au sang à Pélagie, une fille de Bacongo. Toutes deux, élèves studieuses sont fascinées par Franceschini, un professeur de français passionné et passionnant. L'enseignement chez ce blanc atypique ne se résume pas à finir un programme mais à former de véritables esprits indépendants et susciter des vocations.
Si Franceschini est un professeur aux méthodes pédagogiques singulières, il intrigue aussi quand on le retrouve dans la nuit africaine de Potal, chantant les classiques de la rumba congolaise avec la maîtrise d'un mwana mboka (enfant du pays). Qui est-il ? Un blanc manioc? Peut-il être lui aussi un enfant de Poto-Poto ? Si oui, quelle est son histoire ?
Les années passent, le Congo évolue ou régresse, les étudiantes prennent différentes directions, Pélagie pour la France, Kimia pour les Etats-Unis et Franceschini est expulsé depuis belle lurette.
Henri Lopès propose un développement sur plusieurs années de cette relation à trois avec d'étranges rebondissements, le tout étant narré à la première personne par la voix féminine de Kimia. Ce n'est pas la première fois que le grand romancier congolais se prête avec maestria à cet exercice périlleux d'envisager la narration par la voix d'une femme. Dans « Sur L'autre rive », le procédé est particulièrement réussi.
Dans « Une enfant de Poto-Poto », le texte met un peu plus mal à l'aise, non pas par le procédé toujours aussi maîtrisé du discours féminin, mais par le fait que l'on peut ressentir un relent de machisme que le romancier congolais semble faire accepter aux femmes qui s'expriment par l'entremise de sa plume. Il traite assez bien de cette polygamie larvée chère à l'Afrique centrale où les choses ne sont jamais officiellement dites mais très officieusement vécues. La domination, le charisme de Franceschini écrase toute vélléité d'émancipation pour Kimia, même quand cette dernière, loin des terres africaines, en Amérique du nord et en Europe, ou pourtant elle reçoit la reconnaissance de ses pairs pour son travail universitaire ou pour son oeuvre littéraire. Plus j'avance dans ce commentaire, plus je ressens l'oppression de libertin et son égocentrisme. Etrange.
Ce roman est une nouvelle exploration de la question du métissage, thème cher à Henri Lopes, même si ce n'est pas le sujet dominant. C'est aussi une analyse du pygmalisme, permettez-moi l'expression s'il vous plait, et des ressorts assez complexes d'une amitié évoluant dans les eaux troubles de la manipulation, de la jalousie, de la passion et de la haine, avec une focalisation étonnante sur le pédagogue vénéré. Est-ce encore de l'amitié? Franceschini mérite-t-il cette dévotion? Ce texte, par la manière dont il aborde le sujet de la femme et de son rapport à l'homme, quelque soit le niveau de qualification de cette femme, renvoie à d'autres textes comme Une si longue lettre de Mariama Bâ. Sauf, qu'il offre moins de perspectives intéressantes. de mon point de vue. Je fais une fixation sur cet aspect, mais je tiens à souligner également, les réflexions que Kimia - écrivaine - offre sur la littérature.

Lien : http://gangoueus.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dridjo
  10 novembre 2012
Il était de bons aloi que de commencer par ce bout de chanson de Dindo Yogo, défunt musicien majeur du Congo de l'autre rive, qui rendait hommage au quartier de Poto-Poto dans une de ses plus célèbres chansons. Il fallait absolument commencer par montrer à quel point ce quartier a une place spéciale dans le coeur, non pas des congolais, généralité à proscrire, mais dans celui des brazzabillois et des kinois. Alors, amis, écoutez donc cette histoire, Brazzaville est néE à Poto-poto. Et Henri Lopes vous fait tâter une parcelle de cette histoire dans son nouveau roman "Une enfant de Poto-poto".
"Les étrangers s'étonnaient de notre insouciance. Les malheureux n'avaient pas compris que si, au Congo, on danse pour courtiser, pour célébrer la lune, la moisson, le nouveau-né, le mariage, on danse aussi pour exprimer sa tristesse. On danse pour prier. On danse pour pleurer ses morts. On danse pour se recréer, on danse pour dire sa mélancolie. Selon la manière dont on remue sa ceinture, la rumba exprime la joie ou le chagrin."
Voilà ce dans quoi Henri LOPES nous plonge, la tête la première ; dans la rumba, la danse, le déhanché, la guiche. La 1ère partie de cette jolie histoire est un hymne à Brazzaville, à l'aube de son indépendance, dans la folie de sa nouvelle liberté, dans l'exaltation de son Lipanda. La jeunesse dansa au rythme de "Indépendance chacha to zui ééé, ho table ronde chacha to bakiri", les bars bruissent des semelles qui raillent les parquets au rythme de "Mokolo na ko kufa" ou des "Para Para Fifi, Ooooh Dit Youyou".
Et au milieu de tout cela, nous suivons les semelles de Kimia, jeune femme pleine de vie, étudiante dont le future se dessine tout en couleur.
Ha ! Décrocher le Baccalauréat ! Cela fait sourire aujourd'hui. A l'époque, et depuis que le pays avait été le Moyen-Congo, puis la République du Congo, moins d'une trentaine d'impétrants, parmi nos huit cent mille habitants (haussés, par décret ministériel, à un millions trois cent mille) pouvaient se targuer d'avoir obtenu ce parchemin. Et combien de fille dans le lot ?
A côté d'elle, Pélagie, insouciance et joie de vivre semblent, en elle, se disputer avec l'espièglerie.
(suite sur http://www.loumeto.com/spip.php?article347)
Lien : http://www.loumeto.com/spip...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yloj
  21 décembre 2015
plongée vers le passé
j'avais 12 ans au début des années 50 , tout me parle dans ce livre sur la partie réservée au Brazza des années d'avant indépendance ; poto-poto , Bacongo , M'pila , le Plateau , Faignond ,le lycée ,l'immeuble Air France où j'habitais avec mes parents, le Djoué ,les rapides ,Léo et cette fameuse rumba congolaise ( j'en ai toujours de cette époque "et tous ces détails oubliés sur la vie d'alors : le traitement par avion au DDT pour lutter contre les moustiques
Retour vers l'enfance , une enfance ou franchement je ne ressentais pas cet ostracisme, qui transparait dans le livre ,des enfants de colons pour les congolais lycéens
C'est surtout cette partie qui a retenu mon attention plus que cette intrigue à trois sur tant d"années
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
LePoint   09 mars 2012
Lopes est le plus blanc des écrivains noirs[…]. Tout dans son écriture est équilibre, finesse, fluidité.
Lire la critique sur le site : LePoint
Lhumanite   13 février 2012
« Madame Bovary est-elle imaginable au Congo ? » Oui. La preuve, par Henri Lopes.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
GangoueusGangoueus   24 septembre 2012
Les étrangers s'étonnaient de notre insouciance. Les malheureux n'avaient pas au compris qu'au Congo si on danse pour courtiser, pour célébrer la lune, la moisson, le nouveau-né, le mariage, on danse aussi pour exprimer sa tristesse. On danse pour prier. On danse pour pleurer ses morts. On danse pour se recréer, on danse pour dire sa mélancolie. Selon la manière dont on remue sa ceinture, la rumba exprime la joie ou le chagrin.

Page 103, éditions Gallimard
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
IndiaSongIndiaSong   05 août 2013
Chez nous, on ne rompt pas à la suite d'une colère. Quand la tornade de la palabre éclate, que soufflent les vents, que la pluie lave à grande eau, la lumiere revient , on quitte guéri l'arbre à palabres et la famille se ressoude.
Commenter  J’apprécie          180
PiertyMPiertyM   10 décembre 2013
...les constitutions reflétaient plus les vœux de leurs auteurs que la réalité d'un pays
Commenter  J’apprécie          150
BiboundeBibounde   17 mai 2013
Les écrivains ressemblent dans les séances de dédicace aux putains exposées dans les vitrines des bordels d'Anvers. Le client les détaille, les apprécie, les évalue, les compare, s'en va, s'en revient et, profitant d'un moment où la rue est déserte, pénètre sournoisement dans la maison.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Henri Lopes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Lopes
Rentrée littéraire 2018. Quelles identités multiples et changeantes composent notre être ? Congolais métis par ses deux parents, héritier d'une vie toujours déjà placée sous le signe de l'errance, Henri Lopes fouille son passé et son hérédité pour tracer le portrait d'une Afrique particulière, une Afrique intérieure.
En savoir plus sur "Il est déjà demain" : https://www.hachette.fr/livre/il-est-deja-demain-9782709660624
autres livres classés : congoVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
259 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre