AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709660628
Éditeur : J.-C. Lattès (12/09/2018)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Huit ans après l’indépendance du Congo, le gouvernement demande à ses cadres de justifier leur filiation, de prouver qu’ils sont bien congolais. Henri Lopes a trente ans. C’est une déflagration. Il n’a jamais oublié cette blessure et l’indignation ressenties. Comment prouver ce que l’on est ? Quelles identités multiples et changeantes composent notre être ? Henri Lopes plonge dans l’histoire de ses parents. Ils étaient tous les deux métis, nés d’une mère « indigè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
frconstant
  10 juillet 2018
"Il est déjà demain", signé Henri LOPES aux éditions J-C Lattès, est un témoignage habité par l'urgence. Curieusement, alors que ce récit se plonge inlassablement dans le passé, y cherche et trouve ses racines, c'est le futur, l'à-venir de l'Afrique intérieure qui importe à son auteur. Henri LOPES, une des plus célèbres plumes de la littérature africaine, écrit pour mémoire. Il écrit pour que le nécessaire coup d'oeil à jeter dans le rétroviseur de l'Histoire éclaire la route que l'Afrique ne peut regarder qu'à travers un large parebrise de compréhension qui, seul, permettra à ces peuples d'aller résolument de l'avant. Et si le rétroviseur est toujours plus petit que le parebrise, il reste de première nécessité dans l'équipement sécuritaire de tout voyageur ! le récit d'Henri LOPES se veut donc au service de cette autonomie à mettre en place. Permettre à un peuple d'assumer la conduite de la nation, même s'il n'a pas été correctement préparé à ce faire. L'Histoire est en marche. Elle ne peut s'arrêter. Il y a donc urgence à réaliser ce travail de mémoire du peuple pour lui permettre de savoir d'où il vient, où et comment il va !
Henri LOPES nous trace cette Histoire d'un peuple qui se cherche, erre en quête d'un substrat politico-philosophique, avance en funambule entre les communismes de l'Est, de Cuba, de l'Afrique balbutiante, toujours hanté et habité des moules coloniaux qui l'ont formé, déformé, nié, brisé, exploité puis reconnu, parfois de pure forme, sans plus. Henri LOPES le sait et le fait ressentir au travers de son écriture, le nécessaire travail de décolonisation se perd, se gagne aussi parfois, avec ceux qui ont lutté contre le régime tout en ayant été formés par lui. La volonté du peuple de suivre un parcours scolaire en langue française, celle des coloniaux est assez significative à ce propos. le pouvoir était au 'français', la formation du peuple, en quête d'identité culturelle mais aussi de puissance et de liberté, doit se faire en français !
Malgré un afflux important d'informations qui, toutes, ne parlent pas au belge que je suis (plus habitué à l'histoire de 'l'autre Congo'), si on accepte, aisément, de sentir, retenir, l'ambiance, le climat, les traits marquants qui 'portraitisent' l'Histoire, "Il est déjà demain" est un livre touchant. Il interroge l'africain, d'hier et d'aujourd'hui. Mais aussi tous ceux qui descendent des nations colonisatrices. On ne peut nier le passé, encore moins le transformer. Mais il y a urgence à l'écrire pour le comprendre, lui donner, enfin, un avenir digne d'humanité ! Henri LOPES participe à ce travail de mémoire. A lire, découvrir, réfléchir sans modération ! Merci à NetGalley et aux Editions J-C Lattès de m'avoir permis de découvrir cette tranche d'histoire de l'Afrique intérieure!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          228
Deltak
  16 septembre 2018
Un roman autobiographique est probablement l'exercice le plus difficile en littérature car il faut savoir se dévoiler avec le plus de "véracité" possible tout en réussissant à susciter et conserver l'intérêt de celui qui vous lit. A cet égard, il faut admettre que l'autobiographie d'Hervé Lopès est une réussite dans le genre.
Né au Congo à Kinshasa de parents métis, l'auteur grandit à Brazzaville, étudie ensuite en France à la Sorbonne, et deviendra premier ministre du Congo-Brazzaville de 1973 à 1975. Nous suivons Henri Lopès dans ses mémoires, de l'histoire précédent sa naissance, qui conditionnera son identité, à aujourd'hui. La petite histoire rejoint la grande et l'auteur nous fait découvrir un visage moins connu du Congo, où il n'est pas uniquement question de colonisation, mais aussi de l'après : la reconstruction de l'identité de l'homme africain après le passage de la nation colonisatrice. Un récit parsemé de réflexions intelligentes aux vertus éducatives sur un sujet qui mérite que l'on s'y attarde. Si la vie d'Henri Lopès a certainement était très riche, rendant ainsi son récit passionnant, il ne faut pas occulter ses talents de conteur. Du Congo à la France, en passant par la Russie ou l'île de Noirmoutier, on suit les tribulations de l'auteur avec grand intérêt. Un livre qui me donne désormais envie de découvrir les autres textes d'Henri Lopès. Je recommande chaudement la lecture de cet ouvrage pour quiconque voudrait en apprendre davantage sur la construction de l'identité africaine aux lendemains de la décolonisation. Je remercie Netgalley et JC Lattès pour la découverte de ce très beau texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sorayabxl
  27 août 2018
Il est déjà demain est le récit autobiographique d'Henri Lopes, ancien Premier ministre du Congo-Brazzaville de 1973 à 1975. Né de l'autre côté du fleuve Congo, à Kinshasa, de parents métis, ce petit garçon « café au lait » a grandi à Brazzaville puis étudié en France où il fréquente la Sorbonne. C'est là qu'il découvre le concept de négritude et qu'il milite dans les mouvements de libération nationale d'influence marxiste. Pour lui :
« La France nous a colonisés, mais c'est en France que nous nous sommes décolonisés. »
C'est aussi à Paris qu'il rencontre sa femme Nirva, une jeune géographe guadeloupéenne qui le suit lors de son retour en Afrique au milieu des années 1960. de 1969 à 1980, il occupe diverses fonctions gouvernementales au Congo-Brazzaville : à l'éducation nationale, aux affaires étrangères, puis comme Premier ministre et enfin ministre des finances. Ces responsabilités lui sont d'ailleurs confiées sans qu'il soit vraiment consulté :
« [J]'eus la surprise d'apprendre à la radio que j'étais membre du gouvernement, chargé des Finances. L'ambiance générale, pesante, ne se prêtait pas à désavouer les autorités en place. »
À partir des années 1980, il quitte la politique nationale pour retourner à Paris, comme haut fonctionnaire à l'UNESCO puis comme Ambassadeur de la République du Congo en France. C'est ce parcours mouvementé aux premières loges de l'histoire politique que Lopes partage dans ces mémoires. Il est déjà demain contient en effet une mine d'information sur les premières années de l'indépendance des pays africains. L'auteur y relate par exemple les débats internes entre pays nouvellement indépendants sur le type de communisme à mettre en place, ou encore sur le type de relations à maintenir avec l'ancienne puissance coloniale. En République du Congo, Lopes a vécu plusieurs changements de régime, et notamment la révolution des « Trois Glorieuses » de 1963, dont il a fait un hymne national en 1970.
Écrivain amoureux des lettres, Lopes évoque aussi fréquemment les grands personnages politiques que les écrivains qu'il a côtoyés. Un monde très masculin où quelques femmes se distinguent malgré tout de temps à autres. Si Lopes le diplomate se montre prudent dans sa critique des grandes figures de son temps, c'est que, selon ses propres termes, il préfère la pudeur :
« [C]ertaines vérités détruisent et tuent. Inutilement. »
Toutefois, au-delà du témoignage de l'écrivain et de l'homme d'État, les passages les plus intéressants et les plus touchants de ces mémoires sont, comme souvent, le récit des années de jeunesse. Métis, Lopes a sa vie durant dû justifier de ses origines et de la couleur de sa peau. Pas assez noir aux yeux de certains, trop blanc pour d'autres… Dans Il est déjà demain, il nous rappelle que beaucoup d'enfants métis, abandonnés par leur père blanc, ont été placés de force dans des orphelinats plutôt que d'être élevés par leur mère noire. Un destin singulier qui créé une certaine solidarité entre métis :
« le métis est un être ballotté entre plusieurs familles, qui appartient à trois tribus : celle de sa mère, celle de son père, celle des métis. »
Toute sa vie, Henri Lopes a voyagé et rencontré des personnes d'origines différentes dont il est devenu très proche. Ce sont ces échanges qui ont fait de lui quelqu'un de si adaptable et qui lui ont permis d'avoir une carrière internationale si prestigieuse. Ses mémoires, en plus d'être très informatives pour le lecteur, sont aussi et peut-être avant tout une célébration des bienfaits du métissage et de la diversité.
Lien : http://histfict.fr/il-est-de..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimipinson
  05 septembre 2018
« Je ne suis pas un congolais typique. Je l'ai dit ailleurs, je suis un SIF, un Sans Identité Fixe. Ce livre est précisément une tentative de réponse au flou de ma généalogie »
« le métis est un être ballotté entre plusieurs familles, qui appartient à trois tribus : celle de sa mère, celle de son père, celle des métis. »
« Les parents des métis sont des précurseurs qui piétinent les frontières. »
C'est alors que le gouvernement congolais (pour lequel l'auteur travaille à l'époque) souhaite donner la priorité aux enfants du pays, ce dernier demande à l'auteur de prouver sa filiation et ses racines congolaises.
Pour Henri Lopes l'affaire n'a rien de simple, car métis, porteur d'un nom à consonance portugaise a des ascendances multiples, et contre toute attente, est né au Congo, mais l'autre Congo, celui de l'autre côté du fleuve.
Ce livre est le rassemblement des souvenirs de ‘auteur, de tout ce qui l'a forgé, bâti. de ses origines multiples, il a su tirer le meilleur et l'apporter au service des français comme enseignant, des congolais comme responsable de l'enseignement de son pays indépendant depuis peu, et de la communauté internationale à l'Unesco.
Il est déjà demain, est donc le reflet d'une vie incroyablement riche, de ses combats engagés pour l'indépendance et la construction d'un pays. C'est aussi, et surtout une réflexion constante de ce que représente le métissage pour l'auteur, de ce que cela lui a apporté, et ce que cela lui a demandé de lutte et d'obstination pour être respecté et reconnu.
Ce livre est également le reflet d'une époque : la décolonisation de l'Afrique, la construction. Il montre les errements, les doutes et les espoirs d'un continent ; la richesse et les potentiels de sa population.
J'ai beaucoup apprécié cette lecture pour ce qu'il apporte d'éclairage sur cette époque, pour le témoignage précis et objectif (me semble-t-il). Henri Lopes manie une langue riche dans un style un tantinet désuet qui donne à l'ensemble un petit côté rétro bien agréable.
Lien : https://leblogdemimipinson.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Anso218
  13 août 2018
Henri Lopes revient non seulement sur son enfance, mais aussi sur sa généalogie.
A travers son histoire et celle des siens, on visite ainsi une tranche de l'histoire de l'Afrique, et de la colonisation belge. Je connais bien mieux la colonisation française. Ce petit pas de côté vers nos voisins (en liaison avec le rôle de la France) permet de mieux comprendre comment l'Afrique est amenée à fonctionner aujourd'hui
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeMonde   10 septembre 2018
Le roman s’ouvre sur une rencontre épatante avec les descendants d’un certain Michel Voultoury, qui fut le compagnon de la grand-mère de l’auteur, Joséphine Badza. L’auteur tire ce fil et part sur les traces de ses aïeuls, de Moscou à Cuba, en passant par les rives du Congo, et on se passionne pour cette question essentielle : que doit à ses ancêtres l’être que l’on est aujourd’hui ?
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2018
Je me trouvai brusquement sans toit. Aveuglé par l’idéologie, j’avais considéré l’acquisition d’un bien privé comme un début d’embourgeoisement, un renoncement à mes idéaux, sans avoir pour autant une formule de substitution. En même temps, je me sentais responsable du sort de ma femme, qui n’était pas congolaise, et de celui de mes quatre enfants. Dans la précipitation, je m’attelai à trouver une solution pour ne pas mettre mon petit monde dans le besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2018
L’Afrique des jours d’enfance me rattrapait. Sans nos forêts denses, hautes, aux troncs musclés, aux branches et frondaisons entrelacées, aux sous-bois infestés de moustiques et d’insectes invisibles, mais une végétation de jardin avec sa symphonie de flamboyants, de jacarandas et d’autres fleurs sœurs que l’on ne m’avait pas appris à nommer. J’étais en pays de connaissance prêt à me laisser fondre dans un état de fusion originelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2018
Avec le temps, je me demande, sans avoir la moindre preuve pour étayer mon affirmation, s’il n’existait pas un réseau informel, qui veillait à procurer aux coloniaux, civils ou militaires, qui venaient en Afrique sans conjointe, des ménagères, noires ou métisses, chargées de peupler leur solitude. Mon raisonnement est le résultat de simples spéculations logiques. L’enfant, comme on me l’a appris, n’a pas à juger ses parents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2018
En Afrique, mulâtre était un mot synonyme de métis, avec un contenu plus dépréciatif. Nirva m’expliqua que le vocable avait un autre sens aux Antilles, où le mot métis désorientait. Dans ces contrées où tout habitant était un sang-mêlé, mulâtre était un terme qui décrivait l’apparence physique : un nègre au teint clair, presque blanc, aux traits fins et aux cheveux lisses.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2018
Il croise une jeune indigène dont la beauté et le charme troublent ses sens. Au début, il bride ses pulsions, car la loi est rigoureuse. Les Blancs ne doivent pas se commettre avec les nègres, encore moins mêler leur sang au leur. Quiconque contrevient à la règle est passible de lourdes sanctions. Des carrières ont été brisées.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Henri Lopes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Lopes
Rentrée littéraire 2018. Quelles identités multiples et changeantes composent notre être ? Congolais métis par ses deux parents, héritier d'une vie toujours déjà placée sous le signe de l'errance, Henri Lopes fouille son passé et son hérédité pour tracer le portrait d'une Afrique particulière, une Afrique intérieure.
En savoir plus sur "Il est déjà demain" : https://www.hachette.fr/livre/il-est-deja-demain-9782709660624
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
606 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre