AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2710372630
Éditeur : La Table ronde (01/09/2014)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Pythias, la fille d'Aristote, a été élevée à l'égal des hommes. Elle fait figure d'exception à Athènes, puis en Macédoine où elle est contrainte de s'exiler : c'est elle, et non son frère cadet, qui assiste Aristote dans ses travaux, provoque les collègues de son père par ses remarques pointues, et se rêve en philosophe, scientifique ou sage-femme. La mort d'Aristote disperse ses biens et sa famille à travers la Macédoine, laissant Phytias seule, en décalage avec ce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Florel
  01 octobre 2014
J'ai découvert cette auteure en même temps que ce livre, et la première chose que j'ai à dire c'est qu'il n'est pas mauvais mais il n'est pas forcément parfait à mon sens. Je m'explique.
L'histoire en elle-même n'est pas mauvaise. Elle est même plutôt agréable à lire, et c'est très sympathique de pouvoir vivre un quotidien grec. de vivre à côté des personnages, de cerner les mentalités de l'époque, d'aller dans les temples et les villes. Néanmoins j'ai buté sur deux ou trois petites choses qui fait que ce n'est pas la lecture agréable que j'ai imaginé. Déjà au niveau de l'écriture. C'est facilement lisible, mais parfois les enchaînements sont beaucoup trop rapides, et quatre fois j'ai dû relire des passages pour comprendre les actions.
Ensuite sur le récit lui-même, je suis assez mitigée. J'ai préféré la première partie quand Aristote était encore vivant à celle où il n'était plus, car à partir de là tout va beaucoup plus vite d'une part, et d'autre part ça devient un peu fou. Pythias atterrie dans des endroits bizarres, elle fait des choix que je n'ai absolument pas du tout compris, elle perd ce côté calme et réfléchi qu'elle avait au début pour se transformer en personne un peu impulsive. Bref, on quitte le côté solennel du départ, pour atterrir dans un vrac de comportement excessif, qui étonne quand même beaucoup.
Pour toutes ces raisons, la seconde partie n'est donc pas vraiment la partie que j'ai le plus apprécié, même si elle ne fut pas mauvaise pour autant ; car il y a quand même cette magie divine qui arrive et qui accompagne Pythias, il se passe des choses très intéressantes malgré tout, et en plus on voit Pythias évoluer dans un cadre qui est nouveau pour elle. Elle se retrouve seule, sans argent, sans rien, et du coup j'ai passé mon temps à me demander ce qu'elle allait faire et comment elle allée s'en sortir. Finalement même si ce n'est pas la partie que j'ai apprécié le plus, elle contrebalance celle du début qui était entièrement rationnelle, ce qui donne du souffle au roman.
En fait mon seul vrai regret dans ce bouquin, c'est que Pythias devient dans cette partie comme tout le monde. J'aurai préféré la voir donner des cours, philosopher, plutôt que de la voir faire des choses insensées - même si elle ne perd pas ce côté intellectuel, car elle a la chance d'avoir un mari qui n'a rien contre. En fait sur la fin, Pythias devient pour moi un peu décevante, mais après peut-être que c'est sa vie, vu que je ne la connais pas. D'ailleurs va falloir que je cherche pour connaître cette fille.
En résumé ce n'est pas une lecture mauvaise mais ce n'est pas non plus un coup de coeur, cela dit ça reste un agréable livre à lire. Ca change. Et c'est une auteure à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
akahama
  26 septembre 2014
Aristote mon père est un roman raconté à la première personne et au présent par Pythias, la fille du philosophe. Qui s'attendrait à lire une biographie du philosophe serait immanquablement déçu. le récit, quoique documenté et parfaitement vraisemblable, s'attache à décrire l'homme évoluant dans son milieu familial et son héritage humain plus qu'intellectuel. Notre Aristote n'est pas ici le philosophe modéré dont nous devons étudier la pensée, mais un homme dans la cité et un chef de famille.
Aristote mon père est un roman clairement initiatique, centré sur la relation entre le père et la fille et sur les conséquences lourdes qu'une paternité comme celle-ci peut avoir sur le destin d'une jeune femme dans un milieu donnée, en une époque particulière. de ce point de vue, le texte, bien que contant une histoire vieille de 25 siècles, se révèle parfaitement actuel, quasi transposable à la période contemporaine, mutatis mutandis, grâce à la mise en oeuvre d'une thématique intemporelle et à l'emploi du présent comme temps du récit.
La première partie du livre dévoile une première phase de la relation père-fille, la transmission, et la seconde un autre aspect, l'acceptation du deuil et le choix, ou non, de l'émancipation. J'ai préféré la première partie du roman, plus linéaire. Dans la seconde partie, le monde de Pythias s'ouvre sur d'autres influences, les choix qui semblent s'offrir à elle sont multiples. Elle en fait, plusieurs, qui ne m'ont pas toujours paru cohérents. En tout cas, la lecture de cette seconde moitié du roman a été moins fluide pour moi.
En définitive, Aristote mon père s'est avéré une lecture agréable, même si je regrette d'avoir terminé ce livre sur une note un peu décevante, la fin m'ayant moins plus que le début.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nelcie
  09 novembre 2014
S'il y a bien une chose que je n'aime pas, c'est devoir parler d'un livre reçu en partenariat que je n'ai pas aimé. Et quand en plus je ne sais pas quoi en dire… ça devient compliqué. Car en effet, je n'ai pas du tout accroché à ce roman.
J'ai trouvé que les thèmes abordés étaient intéressants. En effet, à travers Pythias, le personnage principal, l'auteure traîte de la place des femmes dans l'antiquité grecque. Or Pythias est une jeune femme qui va vouloir s'amanciper et bousculer la place qu'occupe traditionnellement une femme grecque, au plus grand désaroi de ses comparses.
Un thème intéressant donc, le problème c'est que j'ai eu l'impression qu'il n'était que survolé et que tout allait trop vite. Les faits se suivent trop rapidement à mon goût, et j'ai le sentiment que toutes les expériences vécues par Pythias se déroulent de façon accélérée. de plus, entre deux faits, j'ai l'impression qu'il se passe beaucoup de temps, comme si la vie de Pythias ne se résumait qu'à quelques actions isolées et que le reste ne comptait pas. de ce fait, j'ai trouvé que le roman manquait de fluidité, ce qui est dommage car la plume de l'auteure n'est pas désagréable en soi.
Outre Pythias, les autres personnages ne m'ont pas séduits non plus, je n'ai pas réussi à m'intéresser à leurs sorts.
Lien : http://desliresdestoiles.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
stef6534stef6534   13 janvier 2015
Mon père disait que les gens s'appuient sur cette idée de dieux bienveillants pour éviter d'avoir à se tenir debout sur leurs propres jambes. Les gens s'appuient les uns sur les autres, de la même façon. Ce n'est pas la réalité.
Commenter  J’apprécie          70
stef6534stef6534   13 janvier 2015
Le silence orne la femme et la parfume.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Annabel Lyon (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annabel Lyon
Annabel Lyon - Le juste milieu
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre