AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782894062111
248 pages
Éditeur : Bibliothèque Québécoise (01/09/2005)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Myriam3
  03 janvier 2015
Rédigés dans les années 1920, ces textes regroupés évoquent les alentours de Montréal par le regard de Frère Marie-Victorin, de son vrai nom Conrad Kirouac, religieux, botaniste et écrivain célèbre.
L'auteur prend un plaisir contagieux à étudier la nature environnante. Tout est sujet à enthousiasme: les plantes, le vent, la neige, les rivières et le fleuve, mais également les habitants, descendants de ces premiers colons dont on trouve la trace un peu partout, sous forme d'embarcations échouées, de vieilles bâtisses, de plantations et de monuments commémoratifs.
Les récits de ses randonnées sont entremêlés de légendes et de rappels historiques. Je pense notamment à la légende du Rocher Panet où une jeune femme vend son âme au diable, avant d'être exorcisée. Frère Marie-Victorin délaisse tout obscurantisme quant aux empreintes que le diable aurait laissé sur ce rocher pour justifier, tout en s'en excusant, ces marques par des explications géologiques.
J'ai pris plaisir à lire ce recueil de textes qu'un ami québécois m'a prêté, et me plonger dans le Québec d'il y a cent ans, évoqué d'une écriture à peine lyrique et très belle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
yowie
  29 septembre 2020
Aaaaah j'ai vraiment capoté sur ce livre. Faut dire que je suis pas mal vendu au Frère Marie-Victorin. Étant moi-même un grand amateur de la nature, je suis comme en extase devant le fondateur du Jardin Botanique de Montréal.
Ces petits récits de ses propres expériences dans la province datent de 1920. Il nous fait visiter différentes régions.
D'abord un peu d'histoire sur Longueuil. Il parle même du temps du traversier entre Montréal et Longueuil: le pont Victoria n'était encore qu'en construction.
La montagne de Beloeil avant qu'elle porte le nom de Saint-Hilaire. C'est fou comment les amoureux de la nature rendaient visite à cette montagne.
Découvrons le Témiscamingue et son fondateur le frère Mofette.
Anticosti? Je suis québécois et je n'y suis jamais allé. Pas facile d'accès. Pas vraiment habité ou si peu. Grâce au frère Marie-Victorin il y a un fidèle lecteur de plus qui fait des recherches sur des photos de la plus grande île de la province.
Mais la moitié du livre est consacré à son voyage aux Îles-de-la-Madeleine. La flore... La géologie de ces îles... le sable... La parlure des Acadiens... Vous saviez qu'en 1920 ils ne sacraient pas? Très rare au Québec. Pas dans leur éducation.
Le seul hips de ce livre c'est l'aspect religieux. Faut quand même pas oublier que l'auteur est un ecclésiastique. Donc cela peut troubler certains lecteurs, surtout en 2020.
PS: ce frère avait un vocabulaire tellement riche que je pouvais trouver un mot inconnu PAR page. Oui oui vous avez bien lu. Et les gens me connaissant savent déjà que je suis un fan de vocabulaire: c'est tout dire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Myriam3Myriam3   03 janvier 2015
Une misérable dont la légende a étouffé le nom et la honte, avait osé vendre au démon, en échange de déshonorantes passions, son âme immortelle et ses éternelles félicités. L'esprit impur ne parut pas satisfait du marché; il voulut aussi posséder le corps de son infortunée victime. Abusant de sa puissance, son infernale malice la jeta sur le rocher qui ne présentait pas l'aspect triste d'aujourd'hui: on eut dit une émeraude flottant sur les ondes, étalant la verdeur des arbrisseaux et les teintes de ses fleurs. Mais sitôt que le pied maudit la vint toucher, les corolles se replièrent flétries, les arbrisseaux périrent desséchés!
Depuis plusieurs semaines, semaines d'angoisse et d'épouvante, elle était là, cheveux épars, secouant des bras noircis, clamant plus fort que les vagues. Souvent dans l'exaltation et les crises de désespoir, la malheureuse se précipitait éperdue au milieu des flots, et les flots effrayés la remettaient soudain sur son rocher et s'enfuyaient d'horreur!

Le Rochet Panet
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Myriam3Myriam3   01 janvier 2015
La remontée du Richelieu par le premier vapeur fut, on le conçoit, un événement considérable pour les riverains. Mais il paraît que l'exploit n'alla pas sans un remarquable tapage de jets de vapeur et de sifflet, puisqu'un bûcheron, qui travaillait au pied de la montagne, entendant ce bruit étrange, multiplié par la répercussion des rochers, s'enfuit en hâte vers le village en répétant partout que des fées étaient sorties de la grotte et menaçaient de détruire le pays!

La montagne de Beloeil
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Myriam3Myriam3   01 janvier 2015
On se reporterait facilement au temps où toute cette plaine n'était qu'une seule masse houleuse de feuillages, parcourue, le long des rivières, par des troupes de barbares nus. On verrait les chapelets de canots iroquois descendre rapidement sur l'eau morte; on verrait les beaux soldats du Roi de France, dans leurs barques pontées, monter vers le lac Champlain, couleurs déployées. Sans doute, l'endroit où nous sommes était un poste d'observation, et pris par mon rêve, j'ai presque peur, en me retournant, de trouver debout sur le rocher, quelque guerrier tatoué d'Onondaga appuyé sur son arc!

La montagne de Beloeil
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Myriam3Myriam3   03 janvier 2015
La neige vole, et court, et tourbillonne dans le silence au-dessus des millions de bras ligneux, tendus immobiles vers le ciel gris. Elle glisse sur l'écorce argentée des érables, caresse la peau vivante des hêtres, s'accroche aux flancs loqueteux des noyers tendres.

La Chanson de la Neige
Commenter  J’apprécie          110

autres livres classés : randonnéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1321 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre