AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782258151512
384 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (16/05/2019)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 10 notes)
Résumé :
1925. Dinard, sa vie balnéaire, ses casinos, sa végétation luxuriante et ses régates... Un cadre enchanteur et cosmopolite qu’affectionne Alice, qui, en quête de beauté et de modernité, décide de créer sa marque de papiers peints. Au cœur des Années folles, ne doit-elle pas croire en sa bonne étoile ? Stimulée par diverses rencontres artistiques, de durables amitiés et de tumultueuses amours, elle forgera son destin dans un monde où se profileront bientôt des menace... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Cannetille
  23 mai 2019
Le Quai de la Perle se trouve à Dinard, « la Perle de la Côte d'Emeraude » qui, à la fin du 19e siècle, fut la première station balnéaire de France, fréquentée par l'aristocratie et l'élite artistique de toute l'Europe, en particulier par les Anglais. Après les souffrances de la Grande Guerre, la haute société renoue avec ses habitudes, et Dinard connaît un nouvel âge d'or pendant les Années Folles, jusqu'à ce que la Grande Dépression et la seconde guerre mondiale annoncent son déclin.

C'est dans la pleine effervescence des années vingt que s'ouvre l'histoire d'Alice, jeune femme pleine d'espérance en l'existence, dont la vie se partage entre le domicile parisien de ses parents et la maison de son oncle à Dinard, où elle passe toutes ses vacances. Alice va se lancer dans sa vie professionnelle – la création de papiers peints -, comme dans sa vie amoureuse – pas un long fleuve tranquille -, avec passion et détermination. Sa maison de Dinard, la Villa Margarita, deviendra son point d'ancrage lorsque souffleront les tempêtes de l'Histoire et de sa vie.

Si, lors d'une promenade en bord de mer, il vous est arrivé d'imaginer les habitants qui vivaient jadis dans ces somptueuses villas datant d'une époque révolue, alors Quai de la Perle vous attirera.

La narration se déroule sur un rythme enlevé, sans temps mort, et réussit à capter sans faillir l'attention du lecteur. A la curiosité pour le destin d'Alice vient s'ajouter l'intérêt pour une foule de détails piquants et authentiques, sur l'époque et le lieu : on y découvre ainsi le Dinard d'Entre-deux-guerres, mais aussi l'Art Déco et la fabrication du papier-peint. L'histoire elle-même est crédible, et si elle fait la part belle à la vie amoureuse de l'héroïne, elle ne verse jamais, ni dans la mièvrerie, ni dans un sentimentalisme excessif.

Pourtant, cette lecture agréable et pittoresque m'a laissé un léger goût de frustration, celui de « il manque un petit quelque chose ». Le style narratif, avant tout efficace et descriptif, parfois trop rapide peut-être, m'a semblé relativement froid et impersonnel. Je n'ai pas réussi à me laisser ni véritablement charmer, ni franchement emporter par l'émotion. Malgré leur caractère attachant, les personnages se sont contentés de se laisser observer à travers la vitre du temps, sans dévoiler leur âme.

Quai de la Perle est à mon avis une lecture plaisante et intéressante pour son cadre et ses détails historiques. Certes peut-être pas très marquante, elle restera pour moi un honnête moment de détente, ce qui est déjà très bien.

Prolongement sur le Gallic Hôtel, emblème des Années Folles à Dinard, dans la rubrique le coin des curieux, en bas de ma chronique sur Quai de la Perle sur mon blog :
https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/2019/05/marny-dominique-quai-de-la-perle.html

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Christlbouquine
  13 janvier 2020
Nous sommes en plein coeur des années 20. Alice est une jeune fille moderne, libre. Elle suit des cours avec pour objectif de devenir créatrice de papier peint, une industrie qui commence à prendre son essor. Elle partage son temps entre Paris et Dinard avec ses amis et sa peinture.
Très honnêtement j'ai choisi ce livre car il avait pour cadre Dinard, une ville pour laquelle je me suis prise d'affection.
Mais l'histoire d'Alice ne m'a pas particulièrement tenue en haleine.
Ceci dit il est très confortable d'évoluer dans un récit où absolument tout est prévisible.
La vie amoureuse d'Alice comme son évolution professionnelle sont clairement attendues et le roman répond à un schéma classique sans surprise.
Le cadre dans lequel vivent les personnages et les détails historiques et culturels sont assez intéressants mais le tout reste assez froid et convenu. Alice semble évoluer au coeur de la société et de son époque avec une facilité déconcertante, trouvant aisément un travail puis développant sa carrière avec rapidité. Ses amis sont tous agréables et traversent la vie et ses vicissitudes avec aisance. Même la seconde guerre mondiale semble n'être qu'une péripétie un peu vite expédiée. D'ailleurs tout est vite expédié et les années défilent au grand galop.
Le tout donne l'impression d'être le résumé de ce qui aurait pu être une saga dans le style du Goût du bonheur de Marie Laberge.
Et bizarrement ce n'est pas désagréable à lire. C'est réconfortant comme un bol de chocolat chaud bu sous la couette ou une lecture estivale qui, si elle ne reste pas en mémoire, nous amène hors du temps pendant quelques heures de tranquillité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LisonsDesLivres
  15 décembre 2019
Dès les premières pages, le personnage principal, Alice, m'a beaucoup attirée.
En suivant les péripéties de sa vie, le lecteur découvre ce qui caractérise l'entre-deux-guerres pour la bourgeoisie : les Années Folles avec ses fêtes, les nouveautés architecturales et culturelles, l'évolution des moeurs...
La lecture permet aussi de découvrir la fabrication du papier peint, la généralisation de la TSF, des 78 tours...
Si une partie du récit se déroule à Paris et en Bretagne, il nous fera aussi voyager en Suisse et en Autriche.
L'auteur a de toute évidence bien étudié l'époque. le roman est très bien documenté au niveau historique et géographique. Il s'agit à la fois d'un roman d'amour, d'un roman historique et d'un roman régional.
Les chapitres et les paragraphes sont courts et rythmés, ce qui rend la lecture très agréable.
Commenter  J’apprécie          60
Biancabiblio
  24 juillet 2019
Un roman historique qui a pour cadre les Années Folles et la Bretagne, deux raisons valables pour moi de lire Quai de la Perle de Dominique Marny dont j'avais beaucoup apprécié le précédent roman Jeux de clés.
Changement de cadre et registre ici puisque nous délaissons Paris et l'époque contemporaine pour l'entre-deux-guerres car si il démarre en 1924, il s'achève en 1940.
Ce roman est intéressant d'un point de vue historique, Dominique Marny rend bien l'ambiance et l'atmosphère de cette époque où souffle un vent de liberté. On sent que l'auteur a fait beaucoup de recherches et j'ai particulièrement aimé tout ce qui concerne la fabrication du papier peint, l'évolution des moeurs de cette époque, la mode, la décoration et la vie culturelle des années folles jusqu'au déclenchement de la seconde guerre mondiale.
Comme Alice évolue dans un cercle privilégie, l'auteure donne l'impression que tout était relativement facile, même durant le krach de 1929, ce qui, à mon sens, n'est pas tout à fait juste même si elle aborde les changements politiques et l'arrivée des premiers congés payés en 1936.
Tout va très vite dans la vie de l'héroïne, tout semble très facile pour elle alors que l'époque dans laquelle elle vit est encore majoritairement machiste. Difficile de croire que sitôt diplôme en poche, elle trouve du travail alors que tant d'hommes cherchent aussi un emploi. Et même lorsque la crise financière est là et que le pays est plongé dans un marasme économique important, sa carrière n'en souffre pas.
Qu'importe, l'histoire se lit bien car les chapitres sont assez courts et sans temps mort même si l'écriture impersonnelle et certaines tournures de phrases bien désuètes m'ont un peu gênées.
J'ai trouvé les personnages plutôt attachants, Alice et Soizic, la gardienne de la villa Margarita, en tête mais il m'a manqué quelque chose pour être totalement emportée par ma lecture.
Lire la suite...
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MAMIEJAUNE
  25 juin 2019

Mon avis
Je remercie Presses de la Cité et en particulier Yeléna de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Quai de la Perle », roman de Dominique MARNY et ainsi de découvrir la belle plume de cette auteure. Je remercie également l'auteure pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

La jolie couverture et le résumé très alléchant m'ont de suite interpellée, étant attirée par la mer.
Dominique MARNY nous emmène en 1925 à Dinard, station balnéaire à la mode pendant les années folles et où notre héroïne, Alice, jeune veuve, aime vivre dans la résidence de son oncle : à la Villa Margarita.

L'auteure nous décrit les soirées qu'Alice organise avec ses amis, les rencontres qu'elle fait entre son domicile parisien et Dinard, ses joies, ses peines, ses espoirs.

Par ses mots, l'auteure nous permet d'imaginer les très jolies plages que seules, à l'époque, les personnes aisées pouvaient fréquenter ainsi que la beauté de la région.
Elle nous fait également mieux connaître le monde des fabricants de papier-peint pour lequel Alice se passionne.
Nous suivons aussi le cours de sa vie amoureuse tourmentée avec son amant Autrichien..
J'ai lu avec plaisir ce roman dépaysant et frais bien documenté sur les plans historique et régional, ayant pour thèmes l'amour, l'amitié, l'émancipation de la femme et les progrès du XXème siècle, avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture.


Lien : https://leslecturesdecerise7..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Sur un ton sans chaleur, elle prit des nouvelles de sa fille qui s’en tint à de courtes réponses. Il en avait toujours été ainsi. Au plus loin que remontaient les souvenirs, aucun moment de tendresse partagée ne se dessinait. Durant ses jeunes années, Alice avait hérité de gouvernantes chargées de la dresser. Il n’existait pas d’autre terme pour définir l’éducation bornée qu’on lui avait dispensée. Pendant la guerre, elle avait touché le fond de la solitude et de la tristesse. Dans le silence de nuits sans sommeil, elle priait pour qu’il n’arrivât rien à son père. Au creux de son lit, protégée par les draps et les couvertures, elle imaginait son retour. Le choc fut terrible quand il revint et qu’elle comprit combien sa mère aurait préféré le veuvage plutôt que la compagnie d’un homme qu’elle ne reconnaissait pas. Depuis, ils vivaient chacun dans leur monde, ne communiquant que pour le strict nécessaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Pour Louis, s’acheter une maison ne relevait pas d’un caprice. A bientôt trente-six ans, il voulait se créer des racines. Dans les tranchées, ses souvenirs de Dinard l’avaient aidé à résister au froid, à la vermine et aux tirs ennemis. Lorsqu’il se sentait proche du désespoir, il fermait les yeux et se bouchait les oreilles. Alors, le soleil le réchauffait, le roulement des vagues le berçait, les lanternes des bateaux éclairaient sa nuit. A son retour dans la vie civile, il lui avait fallu parer au plus pressé : reprendre l’affaire familiale qui tournait au ralenti, renouer avec une vie sociale. Son père était mort en 1920 et, trois ans plus tard, sa mère l’avait rejoint au cimetière. Le besoin de savoir qu’une demeure l’attendait, quelque part, s’était imposé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Ayant récemment obtenu son permis de conduire, elle n’était pas une championne du volant. Ses vacances lui fourniraient l’occasion de se perfectionner, d’autant que son parrain avait la gentillesse de lui prêter son véhicule. Ce matin, tout lui semblait parfait : les nuages qui s’effilochaient dans un ciel bleu, la brise venue du large, le vol des mouettes. Une sensation de liberté l’envahissait. Etait-ce l’approche de la majorité ? Dans trois semaines, Alice aurait vingt et un ans !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Un jour, j’ai rencontré un type qui m’a trouvée à son goût. J’avais seize ans. Lui, vingt-huit. Il m’a fait poser comme modèle à la Grande Chaumière. Quand la guerre a éclaté, il est parti pour le front et n’en est pas revenu. Un sculpteur m’a remarquée. On a vécu plusieurs années ensemble. Ce n’était pas le grand amour, mais on s’entendait… Jusqu’à ce qu’il…
Commenter  J’apprécie          00
POCA88POCA88   15 janvier 2020
Elle avait été trop longtemps naïve en pensant que les sentiments avaient une part d’immuabilité. Rien n’était écrit dans une relation. À l’impondérable s’ajoutaient les tracas de toutes sortes qui créaient les malentendus, égaraient, détruisaient.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Dominique Marny (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Marny
Dominique Marny évoque sa passion pour l?écriture à travers son métier d?écrivain. En savoir plus sur « Jeux de clés » : http://bit.ly/2i77f6Q
À la faveur d?un jeu, Octave et Capucine échangent les clés de leurs appartements respectifs. le temps d?une nuit, ils vivent une expérience unique : une exploration intime de l?autre. Dans le Paris d?aujourd?hui, portraits sensibles de personnages en quête de sens, de partage et d?amour.
autres livres classés : dinardVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3925 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre