AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2344011846
Éditeur : Glénat (27/04/2016)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 82 notes)
Résumé :
Ewilan a sa quête. Ellana sa prophétie... Seule survivante d'un raid de Raïs, une petite fille de 5 ans est adoptée par une communauté de Petits qui la baptisent « Ipiutiminelle ». Elle grandira cinq ans chez ce peuple qui vit en marge des humains. Mais à treize ans, elle sent retentir en elle l'appel des siens : Ipiu est humaine, elle doit retrouver ses origines. Le destin la mène à Al-Far, la ville la plus dangereuse de Gwendalavir, où elle se lie d'amitié avec un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  30 avril 2017
- Dis Maman ! Elle est bien la bande dessinée d'Ellana ?
- Il y a deux réponses à ta question comme à toutes les questions, tu le sais bien. Laquelle veux-tu entendre ? *
- Les deux !
- Laquelle en premier alors ?
- Celle du savant.
- C'est une bande dessinée adaptée de la trilogie le Pactes des MarchOmbres de Pierre Bottero. Ce tome-ci présente l'enfance d'Ellana. A la mort de ses parents, elle est recueillie par des Petits, sorte de lutins très sympathiques, qui vivent en marge des humains dans la forêt. . Elle grandit au milieu d'eux et un jour, elle décide de voler de ses propres ailes et de retrouver ses origines. C'est une adaptation du roman très réussie. le graphisme et les couleurs sont superbes et les personnages sont très bien rendus...
- Et la réponse du poète, alors ?
(Sourire)
- Tristesse,
Rais du soleil traversant un radieux feuillage,
Ténacité d'une fillette épatante à l'aube de sa vie.

* Dialogue inspiré de celui d'Ellana et de sa mère.
Commenter  J’apprécie          265
RosenDero
  28 avril 2016
Une caravane de colons tente sa chance en territoire inconnu dans le but de fonder un nouveau village prospère. Parmi eux, un couple et leur petite fille de 5 ans, seule enfant de la troupe.
Attaqués par une bande de monstres humanoïdes aux faces de porcs — des Raïs — bien supérieure en nombre, les colons vont tous y laisser la vie, non sans avoir chèrement défendu leur peau.
Tous, sauf la petite fille, cachée par sa mère dans le double fond d'une caravane.
Quelques temps après, deux Petits — des créatures sylvestres foncièrement bonnes et gentilles — découvriront le carnage et la petite humaine qu'ils adopteront.
Elle qui a perdu sa famille, son histoire et jusqu'à son nom, deviendra une des leurs sous le doux nom d'Ipiutiminelle.
Acquérant des réflexes surhumains, développant des dons de perception inégalés et faisant montre d'une sagesse toute naturelle, Ipiu grandira dans la joie, la bonne humeur et le goût de la confiture de framboise.
Alors, quand une bande d'humains sans scrupule viendra commettre un larcin dans la Forêt Maison des Petits, Ipiutiminelle prendra les choses en main pour récupérer Ilfasidrel, le joyau dérobé.
Mais le contact avec ses semblables aura des conséquences insoupçonnées pour la jeune fille en mal de repères et en quête de ses racines…
———
Il y a des moments dans la vie où, plus que d'y voir une boite de chocolats, j'ai l'impression d'être dans The Truman Show (il faudrait changer le prénom, pour sûr), ou plutôt, j'ai la sensation que le hasard fait bien les choses. À peine ai-je terminé de dévorer les deux premiers tome de la trilogie de Pierre Bottero que cette adaptation paraît. La fraîcheur dans mon esprit de l'oeuvre me rendra certainement un peu sévère, voire exigeant, mais on ne s'attaque pas à un chef d'oeuvre sans prendre de risques ;)
Lylian à l'adaptation et Montse Martin au dessin. Je ne connais pas, honte à moi, ou pas ; je serai donc impartial.
Dans l'ensemble, j'ai été très enthousiasmé par cette BD.
Quel beau challenge que de vouloir rendre en si peu de mots, en si peu de planches, l'oeuvre magistrale de Pierre Bottero qu'est la trilogie d'Ellana ! C'est un pari ardu car ce qui fait la beauté de cette trilogie réside, à mon avis, plus dans la plume inimitable de son auteur que dans l'histoire ou l'univers qu'il dépeint.
Pour en revenir à l'album en tant que tel.
Je placerai du côté très positif les dessins et les couleurs, ainsi que le respect des textes originaux et de la trame générale.
À côté de ça, plusieurs points négatifs émergent pour qui aurait lu le roman. D'une manière générale, j'ai trouvé le traitement rondement mené, voire rudement mené, avec quelques incartades inexpliquées : pourquoi diable Isaya — la maman d'Ellana — coincerait-elle la porte de la cachette de sa fille sous un lourde caisse, la privant alors de tout espoir de sortir ? Dans le roman de Pierre Bottero, c'est un léger panier qui cache la trappe, et c'est à cause des combats qu'une caisse vient bloquer la porte de la cachette, suite à quoi la petite fille, déshydratée et affamée, est découverte à moitié morte par les Petits.
Le premier tome aurait gagné à proposer un développement plus poussé de certaines actions fondamentales (quitte à couper l'histoire plus tôt) : pourquoi ne pas expliciter l'incompréhension linguistique initiale entre les Petits et la fillette ; pourquoi passer sous silence le dessin (autre nom donné à la magie) lorsque les humains font face au trodd (jamais le mage n'a tenté d'occire le monstre avec son poignard, au contraire, il invoque un épieu à l'aide de son art, permettant ainsi au lecteur de comprendre le fonctionnement de la magie humaine dans cet univers) ; pourquoi ne pas conserver la situation, comique au possible, de la débandade des humains qui fuient à moitié nus après avoir subi les démangeaisons infligées par la magie des Petits ; pourquoi survoler la découverte des us et coutumes humains par Ellana ; pourquoi bâcler la fin de ce tome en passant sous silence la feinte tactique des Raïs, l'arc de Sayanel, l'adresse au tir d'Ellana, et la honte des Thüls ???
Je n'ai pas de réponse à ces questions.
D'ailleurs le Thüls, parlons-en. Je ne les ai pas trouvés fidèles à la description faite par Pierre Bottero ou, tout au moins, à l'image que je m'en fais. Alors qu'ils sont censés représenter la force brute, être très grands, très forts (les Vikings de l'imagerie populaire ; les Norns de l'univers de Guild Wars ; etc.), dans cet album, ils sont dépeints de manière plutôt banale et on ne fait pas la différence entre eux et les autres humains.
La représentation de Nahis m'a fait l'effet inverse (un problème de proportions — si j'ose m'exprimer ainsi — qui serait donc récurrent) : alors qu'il s'agit d'une toute petite fille, le dessin nous montre une enfant d'une petite dizaine d'année à peine moins grande qu'Ellana. En résulte un effet assez troublant d'inadéquation entre le personnage et son discours (elle semble demeurée alors qu'elle a simplement été dessinée trop grande).
Bon, je pinaille, je pinaille, je râle sur les incohérences vis-à-vis de l'oeuvre initiale, mais j'oublie de mettre l'accent sur le plus important : cet album est un excellent moyen d'amener le lecteur vers le roman éponyme et vers l'oeuvre de Pierre Bottero dans sa globalité.
Malgré tous les reproches que je pourrais lui faire, il réussit le pari de nous présenter Ellana en restant fidèle à l'esprit de Pierre Bottero : Ipiutiminelle reste Ellana, l'histoire d'une jeune fille touchante, nature, philosophe, un brin impertinente et surtout libre, libre, libre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
sevm57
  16 janvier 2017
Ma critique sera un peu différente de la plupart de celles qui sont déjà sur Babelio, car je n'ai pas lu l'oeuvre originale de Pierre Bottero. Je ne pourrai donc pas juger de la qualité ni de la fidélité de l'adaptation, mais cela me permettra a contrario de me concentrer sur les qualités intrinsèques de cette BD.
Ce premier tome retrace l'enfance d'Ipiu/Ellana, et j'ai trouvé tous les personnages très attachants, Ellana bien sûr, mais aussi les Petits.
Les auteurs réussissent à nous faire entrer dans un très bel univers et l'album se suffit à lui-même même pour quelqu'un qui n'a pas lu l'oeuvre d'origine, je n'ai pas ressenti de manque, j'ai juste trouvé qu'il était trop court et j'ai envie de connaître la suite!
J'ai bien aimé la mise en couleurs, ainsi que les dessins avec toutefois un bémol pour la couverture qui n'est pas à la hauteur de l'album à mon goût.
Pour conclure, j'ai trouvé le début de l'histoire particulièrement joli, quand la mère d'Ellana lui explique qu'il y a deux réponses à toute question: celle du savant et celle du poète. A méditer!
Je remercie donc vivement Babelio et les Editions Glénat pour m'avoir permis de découvrir cet album réussi dans le cadre de la dernière opération Masse Critique BD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Miss-Book
  02 juin 2016
Après "La Quête d'Ewilan" c'est au tour d'"Ellana" de se voir adapté en BD. J'avais adoré l'adaptation de la première trilogie de Pierre Bottero, naturellement, j'ai pris le premier tome d'"Ellana" au passage.
Comme l'on dit certains lecteurs, bien sûr la poésie de Pierre Bottero manque, bien que certains passage soient repris du livre. Cependant, la bande dessinée permet de donner un visage aux personnages et des couleurs aux paysage, et c'est un vrai plaisir !
Et là encore, comme sa grande soeur (la triologie "La Quête d'Ewilan"), on se laisse absorber par les décors, les couleurs qui sont magnifiques.
Mais j'ai trouvé le personnage plus développé qu'Ewilan, et j'avais eu le même sentiment à la lecture des romans : j'ai été très touché par les sentiments d'Ellana, son coeur déchiré d'apprendre le sort tragique de ses parents. Les dessins rendent bine hommage à la plume de l'auteur.
Mais les dessins peuvent aussi avoir leur limite, notamment lorsqu'on découvre les enfants d'Al-Far, qui seront libéré d'un jeune tyran par notre héroïne: certains sont censé être beaucoup plus jeune qu'Ellana, et pourtant on voit des enfants d'âge et de taille semblable. Les dessinateurs se laisse aller à leur visions et parfois cela peut-être assez déstabilisant lorsqu'on a la vision de l'auteur qui nous guide par ses mots.
En bref, malgré des petits points qui peuvent être pinaillé par les fans de la série, je vous conseille fortement de vous plonger dans ce monde merveilleux, de vous attacher à cette héroïne qui est clairement, une jeune femme indépendante, libre et qui le clame haut et fort !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Didier_Tr
  08 mai 2016
Voilà en BD le premier tome "Ellana" de la Quête d'Ewilan. Richesse du scénario, du dessin et des couleurs, c'est un plaisir.
Celle qui deviendra Ellana est la rescapée d'un raid des vilains Rais et ce tome est le début de son histoire.
Plaisant, agréable, surtout ne pas s'en priver !
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
RosenDeroRosenDero   28 avril 2016
— Dis, papa ! Pourquoi les nuages vont dans un sens et nous dans l'autre ?
— Ha Ha Ha ! Parce que nous ne sommes pas des nuages, grenouille !
— Maman ! Pourquoi les nuages vont dans un sens et nous dans l'autre ?
— Il y a deux réponses à ta question, comme à toutes les questions, tu le sais bien. Laquelle veux-tu entendre ?
— Les deux !
Commenter  J’apprécie          100
Lilou08Lilou08   04 janvier 2017
Après la victoire sur les humains, la vie reprit son cours en tous points identique pour les petits, un peu différente pour Ipiu.
Elle qui passait d'ordinaire ses journées à bondir comme un feu follet de l'aube au crépuscule restait désormais de longs moments loin du village, absorbée dans ses pensées.
Pilipip et Oukilip s'inquiétaient mais ne savaient pas comment aborder le sujet. Ils se contentaient d'observer leur protégée en croisant les doigts pour que la situation ne dure pas.
Heureusement, Ipiu gardait ses moments de joie. Elle grandissait à vue d'oeil, devenant si dégourdie et si audacieuse qu'elle n'hésitait pas à narguer les fauves les plus dangereux de la forêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sevm57sevm57   15 janvier 2017
Ils étaient connus pour être avares en paroles et généreux en coups de poignard, réputation que nombre d'entre eux s'attachaient à défendre chaque jour.
Commenter  J’apprécie          90
RosenDeroRosenDero   28 avril 2016
Les étoiles ne se posent jamais près des hommes, tu le sais bien. Sauf la plus belle d'entre elles. Celle qui est maintenant ma femme.
Commenter  J’apprécie          100
sevm57sevm57   15 janvier 2017
Les hommes sont comme les nuages. Ils sont chassés en avant par un vent mystérieux et invisible face auquel ils sont impuissants. Ils croient maîtriser leur route et se moquent de la faiblesse des nuages, mais leur vent à eux est mille fois plus fort que celui qui soufflé là haut.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Connaissez vous vraiment Ellana ?

Comment se nommait la mère d'Ellana ?

On ne sais pas
Isaya
Ellana
Nais

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Ellana, tome 1 : Enfance de Montse MartinCréer un quiz sur ce livre