AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070361656
371 pages
Gallimard (23/08/1972)
3.97/5   93 notes
Résumé :
Il saisit la feuille qu'elle désignait... « Un conseil de guerre a été tenu cette nuit à l'Elysée... Le IIIe Corps d'armée est dirigé en hâte vers la frontière... Les troupes du VIIIe Corps ont reçu leurs effets, leurs munitions, leurs vivres de campagne, et attendent l'ordre de départ...» Elle le regardait, les traits figés par l'angoisse. Enfin, avec la brusquerie d'une hésitation vaincue, elle murmura :
— S'il y a la guerre, Jacques... partirez-vous ? Il a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
LiliGalipette
  13 avril 2012
L'été 1914 (suite)
Ce volume fait suite immédiate au tome précédent. Une heure à peine s'est écoulée. Les discussions vont bon train. Chacun redoute la guerre. On s'interroge sur la capacité des socialistes à empêcher la guerre. Jaurès tient tribune et promet la paix. « D'où venait la vertu ensorcelante de Jaurès ? » (p. 142) Tandis que les socialistes de tous pays mènent des marches pacifiques et glorieuses, l'espoir vibre encore. Mais la menace du conflit se précise. Et Jacques refuse de s'y laisser prendre : « Je ne me laisserai jamais mobiliser. » (p. 26) Finalement, tout se précipite : Jean Jaurès est assassiné et la mobilisation est annoncée. Impossible de reculer : « Soyons réalistes : à partir d'aujourd'hui, ce qui est international, ça n'est plus la lutte pour la paix ; c'est la guerre ! » (p. 351)
Les personnages se débattent tous dans des difficultés qui n'ont pas toutes trait à la guerre. Antoine cherche à se séparer de sa maîtresse, Anne de Battaincourt. Mme de Fontanin est en Autriche pour régler les affaires de son mari, dans un pays qui s'arme et se hérisse. Jacques et Jenny ne veulent plus se séparer : chacun aime la complexité de l'autre et veut désormais tout connaître de l'autre. Jacques entraîne la jeune fille dans les meetings socialistes, mais pourra-t-il la convaincre de la suivre en Suisse ?
Dans ce tome, on parle encore beaucoup. La politique et la diplomatie européenne reçoivent reproches ou éloges, selon les bords. C'est encore très long, mais cela s'accorde avec la tension qu'a connue l'Europe pendant cet été 1914. Mais je me suis un peu perdue dans les réunions politiques. Suis-je donc si midinette ? Mais je m'intéresse surtout à l'amour de Jacques et Jenny, cette passion qui couve depuis des années. On quitte le couple sur une séparation et il me tarde de savoir s'il se retrouvera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
roland01roland01   07 février 2015
"A bas la guerre !" grommela le cafetier. Il avait vu 70 ; il avait fait la Commune. Il secouait rageusement la tête : Il est bien temps de crier : "A bas la guerre !... C'est comme si tu criais : "A bas la pluie !" quand l'orage est là..."
Le vieux qui fumait, les yeux plissés, se fâcha : "n'est jamais trop tard, Charles ! Si tu avais vu ça, entre huit et neuf, sur la place de la République... Serrés ! - t'aurais dit un banc d'anchois !"
- "J'y étais " dit Jacques en se rapprochant.
- "Eh bin, si tu y étais, petit, tu peux le dire comme moi ; on n'a encore rien vu de pareil. Et pourtant les manifestations, j'en ai vu quelques unes ! (...) Ce soir, je vous le dis : si on avait eu du cran, le régime, il était par terre ! On a raté la belle occase... Place de la République, quand on s'est mis en branle, avec les drapeaux, eh bien, bon sang, Charles, si, à ce moment là, on avait eu un type à la hauteur, sais-tu où il nous emmenait tous comme un seul homme ? A l'Elysée, pour y faire la révolution !"
Jacques riait de plaisir :
- "Partie remise ! Ce sera pour demain, grand père !" (IV p 85-86)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
genougenou   11 juin 2013
Je ne peux pas admettre la violence, même contre la violence.
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   13 avril 2012
« D’où venait la vertu ensorcelante de Jaurès ? » (p. 142)
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   13 avril 2012
« Je ne me laisserai jamais mobiliser. » (p. 26)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Roger Martin du Gard (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roger Martin du Gard
Discours de Roger Martin du Gard pour le prix Nobel (1937).
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
9812 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre