AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Semailles et les Moissons tome 1 sur 5
EAN : 9782258052161
1403 pages
Presses de la Cité (19/05/1999)
4.07/5   488 notes
Résumé :
Les jours heureux et les travaux paisibles se succèdent à la Chapelle-au-Bois, une bourgade corrézienne plutôt déshéritée, à la veille de la Grande Guerre.

C'est là qu'a grandi Amélie Aubernat, entre un père maréchal-ferrant qu'elle adore, et une mère un peu fantasque qui tient la petite épicerie du village. À dix-huit ans, la jolie et farouche Amélie sait d'instinct qu'elle n'aime pas Jean Eyrolles, le fiancé qu'on lui destine et qui doit hériter de ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 488 notes
5
13 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Je remercie infiniment les organisateurs du challenge solidaire d'avoir proposé dans sa liste de romans, une oeuvre d'Henri Troyat. Je ne pense pas que j'aurais lu de moi-même les semailles et les moissons étant donné la hauteur de ma PAL !

Je suis ravie d'avoir découvert ce premier tome avec ses personnages auxquels on ne peut que s'attacher, personnages aux destins prometteurs ou non, qui vivent dans une bourgade où l'on se sent aussi bien qu'eux, partageant les joies et les peines des protagonistes.

Je n'ai pu m'empêcher de faire un lien entre Amélie, l'héroïne, et madame Bovary bien que les deux personnages soient très différents, car j'y ai vu

l'analyse psychologique d'une jeune femme qui reproduit le comportement de sa mère et qui, très anxieuse, lutte contre ses démons, contre une imagination débordante qui la précipite dans le gouffre de ses angoisses. Il est également très intéressant d'observer l'effet de la réaction de son mari bien différent de celle de Jérôme, son père, lorsque Maria, sa mère, adoptait un comportement similaire, et les réactions toutes différentes des deux femmes.

Passionnant également l'évolution de notre Amélie bien installée dans sa boutique provinciale et que le destin amènera à quitter ce havre de paix, ce nid douillet dans lequel elle vivait, pour partir vers l'inconnu et s'adapter à une nouvelle vie.

Je me suis dit que j'allais lire le premier tome et m'arrêter, mais finalement, j'ai bien envie de connaître le devenir de notre héroïne et de ses descendants. Je reste donc sur ma faim si j'interromps après ce premier volet, la lecture de cette passionnante saga.

Heureuse d'avoir commencé ce classique que je recommande vivement.


Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
Commenter  J’apprécie          623

Il me prend de temps en temps l'envie d'une "grosse" saga familiale, avec un contexte historique ou territorial bien marqué. "Des semailles et des moissons" est l'objet parfait pour l'assouvir, le plat est roboratif et les ingrédients tous présents : campagne corrézienne à l'aube de la première guerre, village de paysans, héroïne fraîche et naïve mais résolue ; le commerce familial avec la petite épicerie attenante à la forge, la fête champêtre où l'on frôle le premier promis, puis le malheur qui s'abat sur le village, sur la famille, avant que bien sûr l'amour vienne redonner des couleurs au récit…

Même si je me suis un peu traînée au démarrage, assez lent, l'appétit m'est venu en mangeant et j'ai fini par me prendre au jeu et m'attacher aux tribulations de ces personnages simples et valeureux. La partie parisienne du récit qui voit Amélie et son tout nouvel époux « s'installer dans la vie » aux commandes d'un petit café est particulièrement réussie.

Ce premier tome qui se referme sur la famille renouvelée mais déchirée par la guerre qui enlève ses premiers morts au village laisse évidemment un goût d'inachevé et donne envie de poursuivre avec « Amélie », le tome suivant - ce que je ferai probablement, tant il est vrai que se plonger de loin en loin dans les oeuvres des grands auteurs populaires du dernier siècle est agréable et délicieusement nostalgisant!

Commenter  J’apprécie          415

J'avais déjà lu cette saga dans ma jeunesse (fort loin maintenant) et je l'avais beaucoup aimée, surtout le tome qui s'appelle « Tendre et violente Elisabeth ». Grâce à un challenge Babélio, j'ai fouillé dans ma bibliothèque pour la retrouver et c'est avec plaisir que j'ai redécouvert l'histoire d'Amélie Aubernat, jeune fille sans histoire qui tient l'épicerie de son village et de Pierre Mazalaigue, le propriétaire du café. Ce n'est pas simplement une histoire d'amour, c'est aussi la vie de la France rurale à la veille de la Première Guerre mondiale, la vie d'une famille unie, la vie d'une jeune fille au caractère bien trempé. Un très bon moment de lecture.

Challenge Solidaire 2022

Commenter  J’apprécie          304

Premier volume d'une saga qui en compte cinq en tout.

Ici, à travers la vie des personnages principaux, on découvre la France du début du 20eme siècle et plus précisément juste avant le début de la première guerre mondiale.

Troyat restitue avec beaucoup d'authenticité la vie en milieu rural ( en Corrèze ) mais aussi à Paris.

Il dresse en plus un superbe portrait de femme, Amélie, avec son caractère entier et passionné .

A l'issue de ce livre, on quitte Amélie jeune maman, et surtout en train de subir les inquiétudes de toutes les femmes des soldats envoyés dans les tranchées de 14-18.

Commenter  J’apprécie          300

Le premier roman que je lisais d'Henri Troyat. Un chef d'oeuvre qui nous conduit du début du vingtième siècle au lendemain de la guerre de 39-45, et de la campagne corrézienne à Paris. Superbe! Belle écriture. Un roman que j'ai souvent conseillé. Il m'a fait aimer l'oeuvre de Henri Troyat.

Commenter  J’apprécie          281

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation

En ces jours de folie collective, tuer n'était plus un crime, mais un acte héroïque. L'uniforme tenait lieu de conscience. Les champs de bataille se peuplaient d'assassins honorables. Et il n'existait plus aucun moyen d'arrêter cette effusion de sang.

...

Si Dieu existait, pourquoi autorisait-il de semblables choses? Si l'Église était toute-puissante, pourquoi ne savait-elle pas interdire aux fidèles de porter les armes? Et comment se faisait-il que chacun des deux adversaires pût prier, avec les mêmes mots, devant la même croix, pour l'extermination méthodique de son prochain?

Commenter  J’apprécie          60

Sa faiblesse physique, loin de la desservir, l'aidait à mieux assujettir ses proches. Elle régnait sur eux par ses pâleurs, ses malaises, ses bouderies, comme d 'autres l'eussent fait par la puissance de leur raisonnement ou la l'autorité de leur voix.

Commenter  J’apprécie          120

Le paravent frémit, Maria en chemise de nuit dénoua son chignon et brossait ses cheveux pour la nuit.

-Ne me regarde pas, je sors, dit Maria.

Il tourna son visage vers le mur. Des pieds nus marchaient sur le plancher. Le lit fit un soupir en recevant sa charge coutumière.

Blottie sous les couvertures, le bonnet de nuit enfoncé jusqu'aux oreilles lui donnait l'air d'une fillette déguisée en aïeule.

Commenter  J’apprécie          60

Après, c'était la mer, d'un vert pâle dans la zone des sables immergés et couleur d'acier sur la tranche de l'horizon. De cette eau, étendue à perte de regard, montait la rumeur d'un travail profond. Rasant les flots, le vent jetait au visage une odeur âcre de goémon et de sel. Des mouettes criaient blanches, affamées, déchirées par la brise.

Commenter  J’apprécie          70

Mûrie par ses propres erreurs, elle était devenue plus pondérée, plus renfermée, plus songeuse. Son goût immodéré de plaisir s'était transformé en une grave mélancolie. Elle ne mentait pas en disant que l'existence futile de Megève ne l'amusait plus.

Commenter  J’apprécie          60

Videos de Henri Troyat (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/theresa-revay-la-course-parfaite-53094.html
Depuis vingt ans, Theresa Révay s'est imposé comme un auteur majeur fédérant autour d'elle un public fidèle et enthousiaste, friand de ces romans historiques dans lesquels elle raconte les 50 premières années du XXème siècle. Depuis « Valentine ou le temps des adieux » à « La nuit du premier jour », ce ne sont pas moins de huit titres qui font de Theresa Révay une digne héritière d'Henri Troyat ou de Maurice Druon. Emportés par le vent de l'Histoire, les personnages qu'elle invente nous entrainent aux quatre coins du monde et nous font vivre leur passion, dans des décors et des ambiances parfaitement reconstitués, avec un souffle romanesque qui ne trahit en rien une belle qualité d'écriture. Quant à la précision historique, fruit de recherches de longue haleine qui caractérise le travail de Theresa Révay, elle est reconnue par les spécialistes des périodes dans lesquelles elle place ses intrigues. On ne s'étonnera pas ainsi que la romancière ait reçu le prix Historia en 2014 pour son livre « L'autre rive du Bosphore ». Romancière jusqu'au bout des ongles, Theresa Révay ne s'était jamais aventuré dans la biographie, même si l'envie n'était pas loin. Mais le hasard fait parfois bien les choses. Pour l'écriture de son précédent roman, Theresa Révay côtoie dans ses recherches Nathalie Mathet dont le beau-père n'est autre que François Mathet, le célèbre entraineur hippique. A écouter la jeune femme lui confier des secrets de famille, la romancière se dit qu'il y a là matière à un nouveau livre. Voilà comment nait « La course parfaite » publié chez Tallandier. Né en 1908, engagé dans l'armée française en 1939 en tant qu'officier de cavalerie, assistant impuissant à la débâcle, François Mathet se fait un nom dans le monde des courses. Il a un don particulier pour comprendre les chevaux, les entrainer et leur faire gagner les plus grands prix. Veillant sur les chevaux de l'Aga Kahn ou de la famille Rotschild, il fut aussi celui qui entraina Yves Saint Martin sur la plus haute marche du podium, faisant de lui le plus célèbre jockey français. C'est l'histoire de cet homme discret, taiseux mais passionné et généreux que raconte Theresa Révay, l'histoire d'un homme qui se calque sur celle de son époque et que traversent les grandes personnalités d'alors. Une biographie passionnante qui ravira les passionnés de chevaux et de sports équestres mais aussi tout ceux qui s'intéressent aux destins exceptionnels liés à la grande Histoire. « La course parfaite, François Mathet, portrait du maitre entraineur » de Theresa Révay est publié chez Tallandier.
+ Lire la suite
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
74 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre

.._..