AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754811419
Éditeur : Futuropolis (25/08/2016)

Note moyenne : 2.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Récit de Dimitrios Mastoros et Nicolas Wouters. Dessin de Dimitrios Mastoros.

Premier livre de Dimitrios Mastoros, réalisé en collaboration avec le scénariste belge Nicolas Wouters, L'Orange amère part sur la trace des souvenirs de l'adolescence grecque du dessinateur.
Un récit qui nous questionne sur les enjeux d'une génération en proie à une crise économique et sociale de grande ampleur, sur le chemin à prendre lorsque autour d'elle tout semb... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
outofzebra
  03 septembre 2016
Dimitrios Mastoros & Nicolas Wouters proposent avec "L'Orange amère" un portrait de la Grèce contemporaine, en proie à la crise économique. le dessinateur D. Mastoros est Grec, mais né en Belgique ; le scénariste N. Wouters, lui, est Belge.
Les auteurs ont voulu brosser un tableau vivant, à l'opposé des études statistiques chiffrées et des compte-rendus sociologiques froids et abscons. Avec son dessin de caricaturiste, très expressif, D. Mastoros excelle à rendre les émotions des protagonistes et à peindre l'âme d'Exarcheia ; ce quartier d'Athènes fut l'épicentre de la contestation du pouvoir en place, du temps des colonels qui dirigèrent la Grèce naguère, et il l'est encore à l'heure de la dictature bureaucratique du consortium bancaire.
Les habitants du quartier d'Exarcheia sont, certes, des gens modestes qui vivent de peu ; mais, paradoxalement, la crise économique n'apparaît pas ici comme le principal fléau ; la consommation de drogue par des groupes de "junkies" se présente de façon plus sinistre encore que l'appauvrissement économique, avec son cortège de petits crimes crapuleux. Or la consommation de produits stupéfiants ne fait pas moins de ravages dans les pays super riches comme les Etats-Unis.
L'immigration, qui pose aussi un problème majeur de cohabitation en période de vaches maigres entre la population indigène et les nouveaux arrivants, fraîchement débarqués sur les côtes grecques, n'est pas non plus directement liée à la crise économique, mais à la mondialisation.
La crise économique a même plutôt pour effet, semble-t-il, de resserrer les liens de solidarité entre les habitants d'Exarcheia, contraints par l'appauvrissement de leur pays de s'entraider.
"L'Orange amère" place donc le lecteur face à un problème plus vaste que celui que rencontre la Grèce au lendemain des conséquences de l'impéritie des acteurs du mirifique "projet de construction européenne". Il n'y a pas beaucoup d'exotisme dans cette Grèce-là, peinte par Mastoros et Wouters ; cependant il est assez symbolique que le "Titanic" prenne l'eau par la Grèce, c'est-à-dire par la partie du monde occidental qui, en matière culturelle, jouit du plus grand prestige.
Lien : http://fanzine.hautetfort.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jostein
  15 octobre 2016
Exarcheia est un quartier d'Athènes, bastion anarchiste où débutèrent le soulèvement contre la dictature des colonels en 1973 et les émeutes de décembre 2008.
Nikos revient dans ce quartier d'enfance où son oncle et sa tante tiennent un bistro anarchiste. Contraint d'y rester plus longtemps que prévu suite à l'hospitalisation de son oncle, il découvre l'ambiance du quartier.
Toujours un haut-lieu culturel où l'art et la musique s'expriment librement, le quartier est toutefois frappé par la crise économique. Violence et drogue font partie du quotidien.
Nikos rencontre aussi de nombreux immigrés qui squattent un appartement de son oncle.
Bienveillant, prêt à aider et écouter tous les laissés-pour-compte, même ce chien anarchiste handicapé qui continue sa lutte avec son appareillage du train arrière, Nikos semble toutefois très abattu par la situation.
Les dessins sombres sont d'une remarquable intensité. Les visages des personnages expriment tant d'émotions que les textes sont idéalement laconiques.
Même si le positionnement des bulles ne permet pas parfois de bien identifier l'interlocuteur, le texte prend son sens, appuyé par une image percutante.
J'aurais aimé avoir en préambule un rappel de l'histoire de ce quartier afin de mieux appréhender certaines situations.
Un très bel album qui suggère habilement l'ambiance d'un quartier en proie à la crise économique et l'immigration, face à une île comme Hydra, à peine suggérée, haut-lieu du tourisme luxueux.

Lien : https://surlaroutedejostein...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ludve
  11 décembre 2018
Globalement, un avis positif malgré quelques incompréhensions.
Le trait du dessinateur est percutant, parfaitement adapté à l'histoire. Les auteurs dressent un tableau nuancé du quartier Exarcheia, qui répond à cette volonté de montrer une réalité complètement exclue des articles journalistiques ou des médias. Une BD poétique et profonde qui se laisse lire.
Malgré tout, deux points négatifs : le silence trop long marqué vers la fin du livre qui crée un déséquilibre dans l'histoire; et des éléments implicites qui nous laissent un peu confus (peut-être est-ce volontaire ?) à cause d'une ignorance du contexte social et économique d'Athènes et plus particulièrement d'Exarcheia. Typiquement, je comprend mal la scène initiale (lorsque le kiosque refuse d'échanger la monnaie contre un billet de 100 euros), fait-elle référence au fait que les grecs n'ont droit de tirer que 60 euros par jour et donc qu'un gros billet serait suspect pour les banques ? D'autres éléments restent flous, il aurait sans doute mieux valu développer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nico8
  25 mai 2017
Un album de belle apparence qui, hélas, n'a pas réussi à me captiver.
Une atmosphère sombre et une histoire à laquelle il manque un fil directeur.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ZalvecZalvec   29 août 2016
- Méfie-toi les junkies, c'est comme les chats.
T'en nourris un, et le lendemain t'en as dix devant ta porte.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
autres livres classés : crise économiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre