AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782746752559
352 pages
Éditeur : Autrement (06/03/2019)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 20 notes)
Résumé :
« Et dans les bas-fonds de ces quartiers, entre l'alcool et la drogue, des gens tâchaient d'élever des enfants. L'un d'eux était ma mère. »

Grandir dans la pauvreté, c'est grandir sur la défensive. Né dans les quartiers pauvres de Glasgow, Darren McGarvey raconte de l'intérieur ce qu'est la vie dans la misère, comment elle ronge, détruit et étouffe sous une chape de stress permanent. Au cœur des foyers, à l'école, dans la rue, en prison, partout, la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
cascasimir
  27 août 2019
A Glasgow , plus qu'ailleurs on a voté pour le Brexit.
Glasgow et ses quartiers défavorisés...

Raymond Depardon a photographié ces quartiers pauvres. La fin d'un monde ouvrier, la misère, et la violence...
Un cliché le montre, un oeil bandé après son agression, alors qu'il photographiait des buveurs dans un pub.

Le rappeur Darren McGarvey parle de sa mère et de la misère dans Glasgow... "Si j'ai réussi à surmonter la peur, que m'inspiraient les petites brutes à l'école, c'est que ma mère me terrorisait encore plus."
A Pollok, on est obligé de cohabiter avec la violence.
"Parfois, elle était ivre, ou elle cherchait à se procurer de l'alcool...
J'ai claqué la porte, mais "elle" s'est ruée à l'intérieur, le poing crispé sur le couteau, comme un monstre dans un cauchemar"

Darren montre que malgré les tares de son enfance, une mère alcoolique, la misère, le manque d'alphabétisation, on peut essayer de gravir l'ascenseur social. The Ladder, l'échelle !

"L'échelle de Glasgow" est un indicateur de conscience, dans un contexte d'urgence, elle permet au médecin de choisir une stratégie pour le maintien des fonctions vitales d'un patient..

La violence, la maltraitance infantile, les statistiques de la criminalité, le mal logement, l'alcoolisme et la toxicomanie sont parties intégrantes des quartiers pauvres à Glasgow ( et ailleurs...) " mais on préfère la politique politicienne, pour ne pas en parler!"
Darren était reçu à la télévision pour parler de son enfance( ça fait de l'audience!) mais dès qu'il remettait en cause tout le système, le micro se refermait.

" Je ne crois plus que la pauvreté est un problème qui peut se régler sur le plan politique... Un débat cartes sur table, coûterait trop cher sur le plan électoral". Les politiciens qui recherchent un nouveau mandat, ne veulent pas froisser leur base électorale:
Il y a toujours plus "pauvre" que moi! Vous dira un bobo, un prolétaire ou quelqu'un d'endetté...

C'est un livre courageux et passionnant!
"On ne choisit pas ses parents, sa famille
Est ce que les gens naissent égaux en droit
A l'endroit où ils naissent?"
Etre né quelque part. M. Le Forestier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          595
Zalie
  31 juillet 2019
Tout d'abord, merci à Babelio et aux éditions Autrement pour m'avoir confié la lecture de ce livre suite à la dernière opération masse critique non-fiction.
Je sors de cette lecture ... perplexe. Je sais que ce livre a reçu le prix Orwell et que son auteur est un rappeur très connu. C'est peut-être justement pour cela que j'ai été si déçue ... je m'attendais à une belle écriture, à une analyse fine des conditions de vie dans les quartiers pauvres, au récit du combat à mener pour s'en sortir. Ce n'est pas ce que j'y ai trouvé. In fine je garde une impression de récit profondément cathartique, comme si vouloir réparer le quartier revenait à se réparer soi-même. Pour moi, l'auteur a mêlé deux récits : d'un côté celui d'un gamin maltraité par une mère dépendante qui doit beaucoup aux travailleurs sociaux croisés sur sa route, de l'autre celui d'un quartier pauvre dont les habitants se battent contre les décisions politiques arbitraires qu'ils subissent. Tout se mêle, tout s'amalgame, au point que le récit m'est apparu confus, sans distance. D'un côté le stress et l'hyper vigilance de l'enfant maltraité qui apprend à lire les modifications, même infimes, du comportement de son bourreau, de l'autre la démolition d'immeubles, la construction d'une voie rapide, les habitants, les pauvres, les exclus qui se voient imposer des décisions politiques. Je n'ai pas perçu le lien profond existant entre les deux récits. Je n'ai du coup pas compris son analyse. Pour moi, ce livre aurait pu s'appeler "Résilience", mais pas être présenté comme une analyse de la pauvreté. Lorsque je lis : "la pauvreté appelle la maltraitance infantile" je me dis oui, bien entendu, mais n'est ce pas un peu réducteur ? Est-ce à dire qu'il n'y a pas de maltraitance chez les riches ?
Bref, j'aurai préféré deux livres finalement; l'un qui nous parle de maltraitance vécue et l'autre de la vie du quartier. Mêler les deux m'a semblé contre-productif côté lecteur mais peut-être que l'auteur avait besoin de dire sa vérité pour évacuer son statut de victime... Qui sait ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
zazimuth
  22 juillet 2019
J'ai reçu ce livre dans le cadre de la dernière Masse Critique et je remercie Babelio et les éditions Autrement pour cette découverte.
J'ai mis pas mal de temps à le finir car je voulais "digérer" ce que je lisais et même si c'est une non-fiction, le cadre de départ pourrait être celui d'une dystopie...
Je note déjà l'originalité des titres de chapitres qui font référence à des livres ou des films même si je ne les connaissais pas tous.
Dans cet essai, l'auteur témoigne de son enfance et sa vie dans un quartier extrêmement pauvre de Glasgow en Ecosse mais il utilise ce récit et son expérience pour analyser de façon très intéressante l'influence de ce milieu et de la pauvreté sur la vie de ses habitants et une sorte de fatalité qui pèse sur les populations les plus défavorisées dans un cercle extrêmement vicieux, difficile à comprendre pour un "étranger" à ces conditions de vie.
J'ai trouvé ce texte d'autant plus fort qu'il ne se contente pas de dénoncer des faits, des inégalités et des injustices sociales et politiques mais que l'auteur y fait son mea culpa en montrant comment il a évolué en prenant en compte ses propres responsabilités et sa volonté.
Il défend une lucidité envers soi-même qui permet de changer de perspective et trouver un nouveau point de vue plus constructif.
Déjà sensibilisée à ce contexte et ces problématiques par les publications du Mouvement ATD, je n'ai pas découvert la réalité d'un Quart-Monde au sein même de nos villes mais j'ai apprécié l'analyse de l'auteur qui alimente ma réflexion.
Le style est direct et je pense l'avoir lu comme si j'entendais un conférencier mais il est très efficace et sincère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MadameTapioca
  11 juin 2019
Poverty safari
Darren McGarvey, alias «Loki», est un rappeur écossais qui a grandi à Pollok, quartier extrêmement défavorisé de Glasgow.
« Fauchés, vivre et mourir pauvre » est son premier livre - entre essai et témoignage - dans lequel il expose sa vision personnelle de la pauvreté. En partant de sa propre expérience et de son parcours, il nous propose une réflexion sur les moyens d'agir contre la misère.
Il n'a pas de solutions miracles ou simplistes, il soulève simplement des questions en racontant de l'intérieur la pauvreté de la classe ouvrière en Grande-Bretagne contemporaine, avec ses privations, ses abus, sa violence, avec la toxicomanie, les ruptures familiales, l'isolement social et le stress. Il tente d'expliquer pourquoi toutes les politiques, de gauche comme de droite, échouent. Les parties traitant de l'échec de la gauche et de la place grandissante des populistes auprès des habitants de Pollock m'ont particulièrement intéressées (tout cela étant transposable en France…).
Un livre qui propose une pensée nouvelle sur la pauvreté, qui encourage le lecteur à remettre en question ses certitudes (quel que soit son positionnement politique), à réfléchir à ce que signifie réellement être pauvre.
Darren McGarvey a obtenu avec son livre le Prix Orvwell. Ce prix est attribué chaque année à une oeuvre qui se rapproche au plus près de l'ambition de Georges Orwell de "faire de l'écriture politique un art". Avec « Fauchés, vivre et mourir pauvre », l'objectif est atteint.
« Dans un pays de plus en plus polarisé, la capacité de réflexion sur soi et d'introspection est celle qui nous permettra de parvenir à un compromis. »
Traduit par Madeleine Nasalik

Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Tchamantche
  09 août 2019
Le choix de ce livre s'est imposé comme une évidence dès la lecture de la 4ème de couverture. Une personne qui parle de la pauvreté en l'ayant vécu, en sortant de la théorie et en s'en étant sorti : je me suis dit qu'on pourrait rarement mieux faire en terme d'inspiration et de nouveau regard sur notre société. Ce que j'ai apprécié : son écriture simple, directe. Ses remises en question. Ses nombreuses références (j'ai d'ailleurs dans mes favoris la page Facebook du projet Glasgow à présent). Sa morale. Ce que j'ai moins apprécié : les va-et-vient entre son vécu et son regard sur la politique et la société. Il reste beaucoup de non-dits et, bien que ce soit le choix/droit de l'auteur, je trouve cela dommage qu'il n'est pas plus insisté sur ce qu'il a fallu pour qu'il remonte la pente, ou sur ce qu'il a fait lorsqu'il s'est rendu compte que sa réflexion n'était pas toujours juste.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   26 avril 2019
Fauchés (sous-titré Vivre et mourir pauvre) de Darren McGarvey offre un regard original sur la pauvreté, partant du cœur d’une expérience personnelle pour s’élargir à une riche réflexion sur les moyens d’agir.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
cascasimircascasimir   27 août 2019
Essayez de raconter votre histoire pour vous et vous seul, pas pour servir la soupe et on vous montre la porte. On met vos opinions à la poubelle. On explique votre colère par vos troubles mentaux et vous rendez compte que votre témoignage autrefois applaudi par ces mêmes personnes, se retourne brusquement contre vous:
vous leur avez donné le bâton pour vous faire battre.
Méfiez vous de ces gens là, ceux qui serinent qu'il faut écouter la voix des couches populaires et qui se carapatent lorsque la masse ouvre la bouche pour se faire entendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
MadameTapiocaMadameTapioca   28 mai 2019
Dans un paysage politique qui ne cesse de se fragmenter, où de nouvelles alliances se nouent chaque jour, les catégories populaires tournent massivement le dos à la gauche traditionnelle, celle qui se croit la mieux placée pour les représenter, et cette volte-face a ouvert une brèche dans laquelle se sont engouffrées des personnalités de la droite décomplexée qui dépoussièrent le langage de la lutte des classes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SherilynSherilyn   29 mai 2019
La participation citoyenne, ce n'est pas le peuple qui fait entendre sa voix; c'est le troupeau qu'on pousse vers une destination définie par avance, décidée derrière des portes hermétiquement closes.
Commenter  J’apprécie          30
zazimuthzazimuth   22 juillet 2019
Je ne suis pas un grand lecteur, c'est vrai, mais un consommateur vorace de mots. Depuis tout gamin, je suis captivé par leur texture, leurs sonorités, leur portée. Chaque occasion était bonne pour discuter avec les "grands" et enrichir mon vocabulaire. (p.19)
Commenter  J’apprécie          10
Rhys17Rhys17   22 juin 2020
Les personnes concernés par le programme n'ont jamais été consultées et la phase de conception a été menée par quelques privilégiés bourrés d'a priori sur la classe laborieuse. Résultat, moins de vingt ans plus tard, la plupart de ces structures ultramodernes étaient soit rasées, soit destinés à la démolition, soit modifiées en surface pour adoucir leur aspect. p.89
Commenter  J’apprécie          00

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox