AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2818046254
Éditeur : P.O.L. (03/01/2019)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Il y a huit mille ans, une grande île s’étendait au milieu de la mer du Nord, le Doggerland. Margaret en a fait son objet d’étude. Marc aurait pu la suivre sur cette voie, mais c’est le pétrole qu’il a choisi. Il a quitté le département de géologie de St Andrews, pour une vie d’aventure sur les plateformes offshore.
Vingt ans plus tard, une occasion se présente. Ils pourraient la saisir, faire le choix de se revoir. On dit que l’histoire ne se répète pas. Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
hcdahlem
  24 avril 2019
Élisabeth Filhol s'intéresse aux hydrocarbures. Elle nous entraîne en mer du Nord, sur les pas de Marc et Margaret, où des milliers d'années ont façonné un univers aujourd'hui exploité et menacé.
C'est une histoire qui court sur des milliers d'années, celles qui ont formé et déformé la terre. Celles qui ont créé le Doggerland et celles qui l'ont fait disparaître. Doggerland, le titre choisi par Élisabeth Filhol pour ce roman, est le nom donné à l'étendue émergée qui se situait jusqu'aux environs de 6200 av. J.-C. dans la moitié sud de l'actuelle mer du Nord et qui reliait la Grande-Bretagne au reste de l'Europe. Au fil des pages, nous allons tout savoir de sa genèse, des mouvements tectoniques qui l'ont bousculé, des couches de sédiments qui se sont amassés, des vagues qui l'ont submergé et des hommes qui l'étudient.
C'est une autre histoire qui commence alors. L'histoire de Margaret et de Marc. Ils se croisent en 1987 sur les bancs de l'université de St Andrews. Elle est écossaise, il est français. Tous deux se passionnent pour la recherche scientifique, même si leurs parcours vont finalement leur faire embrasser des carrières très différentes et les éloigner l'un de l'autre. Elle n'en a pas fini avec la recherche pure, avec tous les secrets que les quantités d'informations rassemblées permettent de mettre à jour. Elle mène une vie rangée avec son mari et son fils. Lui met son savoir au service des sociétés pétrolières, passant d'une plate-forme de forage à l'autre. Il est célibataire, ambitieux et ne tient pas en place.
Près de vingt ans après leur liaison, ils s'apprêtent à se retrouver à l'occasion d'un congrès. Mais la tempête Xaver, qui balaie le continent, menace de contrarier ces retrouvailles.
On l'aura compris, Élisabeth Filhol va s'ingénier à mettre les deux récits en parallèle. Ou plutôt de faire de l'un une métaphore de l'autre. Les sédiments et les sentiments, la tempête et le tempérament. le rythme du récit s'adapte aussi, avec de longues phrases qui, comme le mouvement des vagues, déroulent leurs rouleaux avant d'atteindre la rive. Il suffit de se laisser emporter… à condition de s'intéresser à la géologie, à l'environnement, à l'industrie pétrolière.
Les caprices du coeur vont-ils se mettre au diapason des caprices de la météo? L'eau et le feu ne se marient pas, à moins de provoquer une réaction en chaîne très déstabilisante. À force d'être exploitée, la nature ne va-t-elle pas se venger? Autant de questions en filigrane d'un roman qui fouille autant cette terre enfouie que le trouble amoureux.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
lucia-lilas
  03 avril 2019
C'est en 2010 que l'on découvre La Centrale d'Elisabeth Filhol : le texte est court, la phrase aussi, et le propos engagé. le roman décrit le travail quotidien d'ouvriers intérimaires exposés aux radiations dans différentes centrales nucléaires. J'en ai gardé finalement assez peu de souvenirs. J'avais aimé, sans plus.
Je retrouve cette fois-ci l'auteure avec Doggerland (je n'ai pas lu son 2e roman : Bois II) et beaucoup de choses ont changé : elle semble s'être vraiment affirmée, avoir pris son envol. le livre est épais, 345 pages, et la phrase belle, ample. le propos reste engagé.
Nous sommes début décembre 2013, le roman s'ouvre sur l'arrivée imminente d'une tempête exceptionnelle sur les côtes d'Europe du Nord : comme dans un film-catastrophe, on suit son parcours et on imagine à l'avance les dégâts humains et matériels qu'elle s'apprête à causer.
Cette tempête s'appelle Xaver. Ted Hamilton, météorologue au siège du Met Office à Exeter, semble inquiet et avant de s'engager dans la salle de presse, il est tenté d'avertir sa soeur, Margaret Ross, directrice de recherche au département de Géographie et Géosciences de l'Université de St Andrews et son beau-frère Stephen. Ils doivent en effet prendre l'avion à Aberdeen pour le Danemark afin de se rendre à un colloque. Cela dit, Ted sait que son beau-frère, salarié de l'entreprise Forewind qui gère un parc éolien offshore, ne renoncera jamais au déplacement : depuis longtemps il est du côté de ceux qui pensent que le vent est un élément positif, maîtrisable et maîtrisé par l'homme. Rien ne l'empêchera de prendre l'avion.
De son côté, depuis maintenant 25 ans, Margaret travaille sur des terres englouties au large des côtes anglaises. Elle consacre sa vie à sa passion, ce vers quoi l'avait poussée son frère Ted. Elle a un fils David qui s'intéresse aux mêmes sujets, mais a-t-il eu le choix ? Margaret, femme secrète et introvertie, semble plutôt hanter sa maison que d'y vivre vraiment, un peu étrangère à elle-même et à sa famille proche.
Si cette tempête l'inquiète à cause du déplacement qu'elle doit effectuer, elle sait que la mer déchaînée va aussi retourner les fonds marins et permettre aux archéologues de travailler plus facilement. « Des millions de tonnes de roches, de galets, de sable sont déplacés. Les falaises reculent, des plages s'affaissent, les hauts-fonds sont remaniés, l'estran est décapé... » Les terres englouties sur lesquelles travaille Margaret s'appellent le Doggerland, elles permettaient il y a huit mille ans d'aller à pied de l'Angleterre au Danemark.
De cet espace les marins remontent régulièrement des os d'animaux fossilisés attestant d'une vie très ancienne. Cette terre « gît par quinze à trente mètres de fond, à cheval sur le 54e parallèle », elle est « une sorte de gué au milieu de la mer du Nord », « une enclave mésolithique à l'époque moderne ». « C'est un pêcheur hollandais, rapportant au paléontologue Dick Mol en 1985 une mâchoire d'homme vieille de neuf mille ans, qui signe l'acte de naissance du Doggerland. »
Cette terre a-t-elle été engloutie en une nuit par un raz de marée géant ou bien très progressivement ? Personne ne le sait.
Toutes ces recherches ont toujours fasciné les archéologues et les paléontologues comme Margaret et bien d'autres étudiants, mais elles intéressent aussi l'industrie pétrolière qui investit énormément en mer du Nord.
Autrefois, Margaret a connu et aimé un étudiant français, Marc Berthelot, qui est devenu ingénieur pétrolier en terrain offshore. Passionné par la prospection, les méthodes d'exploration et d'exploitation, Marc, soudain, comme sur un coup de tête, est parti, est devenu nomade, a parcouru le monde, les mers, cherché à s'étourdir peut-être, un peu.
La vie les a donc séparés. L'un pensant peut-être trouver le bonheur dans le profit et une course folle autour du monde, l'autre préférant s'enrichir de la connaissance, de la recherche. Deux logiques, deux visions du monde radicalement différentes. Pourtant, ces passions opposées n'ont pas empêché Margaret et son mari de s'aimer. Alors que s'est-il passé avec Marc, autrefois ? Comment expliquer cette rupture soudaine ?
Margaret apprend que Marc sera présent au congrès. Qu'adviendra-t-il ? La tempête va-t-elle empêcher la rencontre ?
Qu'est devenu cet homme ? A-t-il vendu son âme au diable, renoncé à tout pour le profit, au risque de laisser les forages fragiliser les fonds marins et le pire arriver ?
Quelles sont les responsabilités de l'homme dans les catastrophes climatiques ?
Il faut le dire, on ressort de la lecture de Doggerland secoué. Oui, sonné par la description des éléments en furie, par ce ciel démonté, ces terres soufflées, ces fonds marins balayés, retournés, émiettés. Doggerland touche à l'épopée, au mythe. Les dates affolent, les époques évoquées stupéfient et donnent le tournis. Ce livre égare, désoriente, déstabilise : on est sans cesse comme au bord de l'abîme, comme pris d'un vertige terrible devant cette nature déchaînée et ces époques reculées qui ébahissent et décontenancent. Espace et temps font vaciller.
On reste glacé par une menace imminente qui plane sur les lieux et les êtres. de même que des strates de sédiments remontent à la surface, le passé de Margaret resurgit alors qu'elle ne l'attendait pas.
Comme je le disais, la phrase d'Élisabeth Filhol a pris ici une belle ampleur et l'auteure parvient à nous plonger dans un univers impétueux, démesuré, fou. On est comme happé, fauché, emporté par cette phrase longue, ample, rythmée, poétique qui nous jette, telle une vague, d'une page à l'autre du roman. À peine a-t-on le temps de reprendre notre respiration que l'on se voit de nouveau projeté dans des temps très anciens ou des profondeurs insensées, ballotté par une tempête qui fait rage. Et c'est une expérience fabuleuse, fruit d'une écriture de virtuose.
Mais, car il y a un mais, pour autant, l'accumulation de ces pages descriptives, toujours assez techniques et scientifiques tout de même, lasse parfois. le lecteur a besoin de reprendre son souffle, de se poser. Or, le risque serait de perdre pied, et j'avoue que malgré mon enthousiasme, car je continue à penser que c'est un grand texte - puissant, marquant et fort- , eh bien malgré tout cela, à plusieurs reprises, il a failli, pour filer la métaphore, me laisser sur le rivage. Je pense qu'il aurait été possible de trouver un équilibre entre l'effet que souhaitait produire l'auteure et le plaisir du lecteur qui, pour moi en tout cas, s'est trouvé ici ou là mis à mal.
L'aspect documentaire - passionnant au demeurant - ne doit pas, me semble-t-il, l'emporter sur le romanesque, or, parfois j'ai eu le sentiment que l'on franchissait la ligne rouge.
Et vraiment, ce serait tellement dommage d'abandonner un texte aussi beau.
Alors oui, je conseille ce roman : accrochez-vous, n'abandonnez pas. Vous verrez alors émerger une oeuvre singulière et magistrale qui vous emportera par sa puissance et sa beauté.
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Afleurdelivres
  25 février 2019
DOGGERLAND...Énigmatique et troublant Doggerland. Cet étrange continent situé dans la mer du Nord, submergé il y a près de 8000 ans et qui reliait la Grande-Bretagne au reste de l'Europe, intrigue, oui, depuis sa découverte récente. Il fascine notamment Margaret Ross , l'héroïne, qui l'étudie. Cette géologue passionnée, spécialisée en archéologie préhistorique, n'a cependant pas encore décrypté tous les mystères de ce réservoir à études et à fantasmes.
Le livre captive d'emblée car il s'ouvre sur la description magistrale de la naissance de la tempête Xaver cette « bombe météorologique » qui a balayé l' Europe du Nord en 2013, que l'on peut comparer, à une naissance surmédicalisée, avec autant de capteurs, balises, transmissions satellites, bulletins d'alertes... cet effrayant système dépressionnaire grandit à une vitesse fulgurante accompagnant les protagonistes tout au long du roman, quadrillant et modifiant à la fois les territoires concernés et les comportements humains.
A une riche réflexion sur l'impact environnemental des modifications météorologiques, des avancées techniques et technologiques, s'ajoute, en synergie, l'histoire de Margaret et de ses probables retrouvailles avec un homme qui a compté, Marc Berthelot, désormais ingénieur pétrolier, perdu de vue depuis plus de 20 ans. Parti sur un coup de tête pour travailler sur des plateformes pétrolières.
Entre eux une distance aussi insaisissable que le Doggerland s'est installée, trop de divergences les séparent (tempéraments, choix de vie...) . Elle, mariée, mère d'un enfant, calme, discrète, lui, célibataire, sanguin, instable. Et pourtant...
Ce roman est également un brillant questionnement sur les enjeux écologiques et économiques liés à l'industrie pétrolière et aux dégâts des forages sous-marins.
L'écriture d'Elisabeth Filhol est dense et analytique. Les phrases sont longues, consistantes, le lexique expert, la syntaxe d'une rare maîtrise, les descriptions météorologiques et géologiques sont absolument bluffantes et elle écrit avec tellement de virtuosité que son roman malgré sa technicité dégage une puissance poétique.
Et puis…cet épilogue, si à part, si beau... Un super roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Killing79
  22 février 2019
Je ne connaissais pas Elisabeth Filhol. A la suite d'un article élogieux dans le magazine Lire, je décidais de combler mon ignorance avec ce livre au nom énigmatique « Doggerland ».
Dès les premières pages, on entre dans l'univers de l'auteure. Durant de longs passages, elle décortique des évènements climatiques et géologiques. Comme un documentaire, elle décrit, analyse et explique les phénomènes. Sans jamais être répétitive, elle nous narre en profondeur l'évolution de notre planète. Elle utilise un grand nombre de termes techniques. Il faut donc être concentré pour bien suivre ses explications et recevoir cette forte dose d'informations, digne d'un essai.
Dans ce milieu scientifique, on découvre l'histoire de Margaret et Marc, deux personnages passionnés de géologie, mais qui ont pris des voies professionnelles différentes. Après plusieurs dizaines d'années, ils se retrouvent lors d'un congrès. Leur relation repart sur les nouvelles bases de leur vie passée. Entre souvenirs et regrets, ils vont retracer tout ce qui les a éloignés.
L'écriture est de haut-niveau, exigeante mais parfaitement fluide. Au vu de la précision des détails et de la qualité de la plume, je dois reconnaitre tout le travail qu'a dû demander ce livre à Elisabeth Filhol. Cependant le résultat m'a un peu déstabilisé tant j'ai eu l'impression de patauger dans la science. Moi, qui ne suis déjà pas fan des longues descriptions dans les romans, j'en ai eu pour mon compte et j'ai eu beaucoup de mal à ne pas décrocher. A part la dernière partie, plus humaine, je n'ai pas réellement pris de plaisir à ma lecture. Je reprenais le livre avec contrainte, comme un devoir d'école. Ce roman a surement tous les atouts d'un grand roman, mais je suis passé à côté ! Faites-vous votre propre avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
cornelia-online
  18 janvier 2019
Doggerland » est le troisième roman d'Elisabeth Filhol, aux éditions P.O.L. Ecrit avec une précision diabolique, ce livre révèle l'existence de terres oubliées, la probabilité de tempêtes indomptables, et montre malgré tout la possibilité d'une rédemption. Il emmène le lecteur au confluent de la géologie, de la climatologie, de la technologie, de l'économie, puis l'entraîne d'un même souffle dans l'oeil du cyclone des sentiments humains.
Une très forte tempête, baptisée Xaver, est annoncée en mer du Nord, et les populations sont invitées à se mettre à l'abri. Margaret est chez elle, en Ecosse, avec son mari et son fils. le couple doit prendre l'avion le lendemain, pour se rendre à un congrès scientifique au Danemark. Au même moment, Marc, un français qui avait brièvement fréquenté Margaret pendant leurs études, avant de disparaître pour une mission en Afrique, se prépare à partir, lui aussi, pour ce congrès.
« Doggerland » est le nom d'un territoire situé entre l'Angleterre et le Danemark, émergé il y a des milliers d'années, qui a complètement disparu suite à une montée progressive des eaux. Invisible mais bien réel – à l'image du lien qui unit depuis des années Marc et Margaret.
Extrêmement documenté, le roman décrit avec une précision scientifique les mécanismes de formation géologique et les perturbations climatiques, les transformations progressives de cet écosystème, dans un style très particulier, dense, insufflant une forme d'anthropomorphisme à ces phénomènes naturels.
Au sein de cette nature millénaire et toute-puissante, l'homme a cherché et trouvé des ressources, qui représentent des enjeux économiques majeurs : l'exploitation du pétrole ou des champs d'éoliennes en mer du Nord est une manne financière pour les pays riverains.
Et le personnage de Marc symbolise ce versant d'activité de l'homme triomphant et exploitant la nature, alors que Margaret a choisi un tout autre chemin, celui, laborieux et moins gratifiant, moins exaltant peut-être, de la recherche, de l'enseignement, avec à la clé le confort de la routine. Leurs sentiments, leurs état d'âme, sont brossés à la manière des grands bouleversements dont tous deux sont les témoins et les experts.
Le talent d'Elisabeth Filhol se situe précisément dans la mise en perspective de cette nature qui semble dotée d'une volonté propre, et de ces humains dévastés par des émotions qui les dépassent – tout cela se mêle dans un syncrétisme puissant.
Roman géologique, écologique, technologique, « Doggerland » interroge avec lucidité la place de l'humain dans un monde qu'avec arrogance, il croit maîtriser, mais dont les forces et la temporalité sont bel et bien hors de contrôle. Pour la suite, cliquez sur le lien !
Lien : https://bit.ly/2RzzNw2
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (4)
Bibliobs   20 février 2019
Dans ce livre aux strates multiples, Elisabeth Filhol compose une écofiction ultradocumentée, d'une précision technique et scientifique époustouflante – les pages sur les recherches archéologiques sont limpides – sans jamais sacrifier le romanesque.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaLibreBelgique   05 février 2019
Superbe roman écologique d’Elisabeth Filhol. Sur le Doggerland, ce continent submergé et fragile que reviennent étudier l’amour et la technologie.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaCroix   18 janvier 2019
Le livre s’avance comme une méditation sur la puissance de la nature, et sur celle des inclinations de l’humain, vocations ou affections. Elle est aussi une lecture fascinante en temps d’inquiétudes liées à l’évolution du climat.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeMonde   14 janvier 2019
C’est le grand art d’Elisabeth Filhol, dans ce roman, de réussir à accompagner ses personnages dans leurs gouffres intérieurs, tout en préservant la possibilité d’un salut par le grandiose.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   24 avril 2019
Au siège du Met Office à Exeter, Ted Hamilton circule dans les allées du vaste open space, commente, s’interrompt, reprend sa marche, observe les visages derrière leur poste de travail plus exaltés qu’inquiets, juge la réaction préférable. Lui-même vient de rejoindre ses équipes et s’apprête à y passer la nuit. Il tient cette mise sous tension pour nécessaire, quand elle n’est pas nervosité stérile, voire débordement par le stress dans le pire des cas, mais bien un état de veille et d’acuité, d’éveil durablement productif, aux dimensions du phénomène. Ses agents sont formés, calibrés pour ça. Comme le sont les officiers, les chirurgiens ou les pilotes de ligne, entraînés à gérer l’exceptionnel qui n’est pas à proprement parler leur cœur de métier, mais une barre d’exigence sur la question des compétences requises, c’est ainsi que Ted Hamilton voit les choses, en Écossais aguerri, exilé ici, dans le comté du Devon, depuis qu’un ultime coup de pouce à sa carrière l’a éloigné du centre de prévisions d’Aberdeen qu’il dirigeait depuis sept ans ; il considère que la routine des trois bulletins quotidiens qui rythment la journée de travail en temps ordinaire ne doit pas masquer l’essentiel, la mission qui est la leur, faire face aux situations d’urgence, savoir mobiliser ces fonctions que la routine endort et gérer l’imprévu. Ce soir-là, l’imprévu a le visage de Xaver, qui même aux yeux de Ted Hamilton est une redondance dans l’extraordinaire, la dérive vers le hors norme d’une situation qui l’est déjà, une anomalie climatique partie pour les occuper à temps plein pendant au moins cinq jours, de son arrivée sur la côte ouest du pays cette nuit, jusqu’à son comblement au-dessus de l’Europe centrale, dimanche ou lundi.
La ville d’Exeter a été choisie pour abriter le siège du Met Office en 2003. Quand on ouvre une carte du sud de l’Angleterre, on la repère au fond d’un estuaire, environ soixante kilomètres au nord-est de Plymouth. L’estuaire est celui de l’Exe qui se jette dans la baie de Lyme à Exmouth, une petite station balnéaire où Ted Hamilton loue une maison. On peut imaginer ce que représente pour lui une migration professionnelle d’Aberdeen à Exeter, qui est à peu près l’équivalent d’une mutation Lille Marseille. Conscient que son ancrage, toutes ses racines et ses attaches sont en Écosse, il n’a pas jugé bon qu’on le suive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
hcdahlemhcdahlem   24 avril 2019
INCIPIT
Il y a huit mille ans, une grande île s’étendait au milieu de la mer du Nord, le Doggerland. Margaret en a fait son objet d’étude. Marc aurait pu la suivre sur cette voie, mais c’est le pétrole qu’il a choisi. Il a quitté le département de géologie de St Andrews, pour une vie d’aventure sur les plateformes offshore. Vingt ans plus tard, une occasion se présente. Ils pourraient la saisir, faire le choix de se revoir. On dit que l’histoire ne se répète pas. Mais les géologues le savent, sur des temps très longs, des forces agissent à distance, capables de réveiller d’anciens volcans, de rouvrir de vieilles failles, ou de les refermer.

Margaret
Ils l’ont vue naître, émerger du néant en mer d’Islande. Ils ont assisté subjugués à son éclosion, nichée au creux de son lit dépressionnaire, engendrée par un air humide subtropical égaré aux frontières de l’océan Arctique. Et maintenant elle explose, une bombe. Comme dans un film en avance rapide, il n’y avait rien, et elle est là. Plus proche de Xavère que de Xavier dans sa prononciation, avant d’être une catastrophe, Xaver est un bel objet. Justifiant, à l’initiative des météorologues européens, cette distinction d’un nom de baptême. Suffisamment soudaine, imprévisible et spectaculaire pour ça.
Ils l’ont vue surgir au sud-est du Groenland, s’extraire de sa gangue en un temps record, au nez et à la barbe des modèles numériques de prévision dépassés par la rapidité et l’ampleur du phénomène. Ils l’ont vue se lover, s’enrouler dans un mouvement ascendant de convection et accroître son diamètre en accéléré dopée par une chute vertigineuse des pressions à cet endroit ; il n’y avait rien et brutalement elle est là, d’entrée pleinement elle-même et hors norme, à peine au monde et déjà active, en possession de tous ses moyens, la voilà qui s’anime au-dessus de l’Atlantique Nord et crève l’écran, qui s’observe de but en blanc dans une forme aboutie telle Athéna sortie casquée et bottée du crâne de son père ; elle grossit, croît et se développe à une vitesse exponentielle, entame sa course d’ouest en est, s’élargit au fil des heures, en lignes isobares toujours plus nombreuses et serrées, et eux assis derrière leurs écrans traitent, analysent, évaluant à sa juste mesure l’accumulation extraordinaire de paramètres favorables qu’il a fallu, et se préparent au pire.
À ce stade aucun avis officiel n’a été diffusé. Mais déjà les fonctionnaires des agences de météorologie, ceux du Met Office, du Deutscher Wetterdienst, de Météo-France ou du Meteorologisk Institutt, sont sur le pied de guerre. Car ce que les modèles des supercalculateurs alimentés en temps réel prédisent à présent qu’on n’a plus besoin d’eux pour l’anticiper, que l’ampleur de la situation s’évalue de visu, est sans équivalent pour beaucoup de prévisionnistes, on n’avait pas observé un tel phénomène depuis vingt ou trente ans. Les yeux rivés sur les images satellites, ils n’en reviennent pas de ce qui est en cours, de ce qui se déroule à l’écart des projections à trois jours, pour les plus jeunes d’entre eux, du jamais vu. Elle grandit et se déploie telle une puissance mythologique, mi-concrète mi-abstraite, par capteurs, balises, transmissions satellites et simulateurs interposés, ni tout à fait réelle dans ce temps intercalaire où elle souffle sur les eaux de l’Atlantique sans aucun témoin, ni tout à fait théorique. Ils l’admirent pour ce qu’elle est, exceptionnelle dans ses paramètres, par leur conjonction comme un alignement de planètes dont on n’est spectateur qu’une à deux fois dans sa vie, émerveillés par sa rapidité d’évolution et son potentiel de croissance, tandis que les données défilent, réactualisées en permanence, et ce n’est qu’un début. Ils anticipent la deuxième phase, à l’approche du jet-stream, un courant de haute altitude lancé à 320 km/h autour de la Terre en vitesse de croisière ; parmi tous les scénarios qui font consensus dans une gamme étroite de variantes d’un service à l’autre, c’est la version haute qui sortira au tirage dans moins d’une heure, la plus impressionnante par un transfert maximum d’énergie au passage du courant-jet au-dessus de Xaver, renforçant la convection, décuplant sa vitesse de rotation, transformant instantanément la dépression en bombe météorologique ; partout dans les agences à travers l’Europe du Nord et de l’Ouest, ingénieurs et techniciens sont mobilisés, en collaboration étroite entre eux, en contact direct avec les autorités et les centres de gestion de crise, car ce qui se prépare est énorme, ils le savent, donnera à la tempête sa vraie dimension et sa catégorie, à partir de quoi, seront lancés conjointement et dans toutes les langues, les bulletins d’alerte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   08 janvier 2019
On la prenait de haut jusque-là. Elle ne faisait pas rêver. Elle n’était pas, la mer du Nord, cette poule aux œufs d’or qu’elle est devenue depuis, une manne financière tombée du ciel qui justifie qu’on fasse abstraction du reste, de sa mauvaise réputation, vite rattrapée à l’épreuve des faits, le froid, la pluie, les coups de vent à répétition. Et même si la manne devait un jour se tarir, son image a changé. À son tour, comme ses maîtres avant lui, Marc Berthelot tente de communiquer aux jeunes qu’ils côtoient la passion de la prospection, des méthodes d’exploration et d’exploitation toujours plus pointues. Il n’y a rien de plus humain que cette passion-là. À la croisée de toutes les compétences de notre cerveau, analytiques, déductives, prédictives, jusqu’à l’intuition qui n’est pas pour rien dans bon nombre de découvertes, qui n’est que l’autre nom d’une impossible synthèse des connaissances à faire de manière consciente et qui émerge alors sous une forme ramassée, fulgurante, dans un télescopage qui élude les étapes du raisonnement pour ne garder que l’essentiel, la conclusion définitive, qui s’impose d’abord à l’état brut, sans la rigueur attendue, et devra ensuite être validée par l’expérience. Marc Berthelot a confiance dans son intuition. Elle l’a guidé dans son travail d’ingénieur. Elle le guide aujourd’hui dans ses nouvelles fonctions chaque fois qu’il doit s’extraire de la routine et prendre du recul. Or ce qu’il sent, ce qu’il pressent, c’est que la pression monte en mer du Nord. Que des tensions en sous-sol sont à l’œuvre, que de vieilles blessures, enfouies sous des millions d’années de sédiments et mal cicatrisées, sont en train d’être rouvertes. Dans le travail de sous-traitance pour les compagnies pétrolières ou l’éolien offshore, au gré des missions de Margeos à travers la mer du Nord, il entend ce qui ne sera pas restitué dans les rapports, une rumeur, un bruit sous-jacent au silence officiel sur la sismicité de la zone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   08 janvier 2019
Elle aime les marges pour ce qu’il y a au milieu. Les marges pour ce qu’elles délimitent. Elle a d’abord travaillé sur les contours, comme quand elle repassait en noir le tracé sur ses dessins, puis s’est préoccupée du centre. Elle s’est concentrée sur les marges dès le début. Plus tard le remplissage, s’attacher au remplissage, mais par ordre de priorité, d’abord aller à l’immédiat, au plus urgent, à ce qu’il peut lui être donné d’éprouver et par où se définir, les bordures, l’enveloppe, l’extérieur du moule par où se voit la forme en creux à laquelle il faudra dans un deuxième temps s’attacher à donner consistance. Mais c’est un travail infiniment lent, une quête sans limite, elle le sait bien. Pendant que certains de ses collègues universitaires fédèrent les énergies, forcent les portes, chassent les financements privés ou les subventions, qu’ils communiquent, interpellent, se démultiplient, alertent sur l’exploitation excessive du Dogger Bank, organisent des séminaires, des symposiums, des expositions à destination du grand public, pendant qu’ils concilient intérêt général et intérêts privés au bénéfice de leurs recherches, qu’ils font alliance avec le diable comme dirait David, qu’ils collaborent avec les industriels et les sociétés d’études, tandis qu’ils font vivre leur laboratoire, qu’ils pilotent leurs équipes, initient des programmes ambitieux, elle Margaret se consacre presque exclusivement aux travaux de recherche, reconnaît le caractère indispensable de leurs actions mais ne participe pas, ou peu, du moins pas à la hauteur de ce qui serait attendu si elle acceptait la direction du laboratoire, ce qu’elle a toujours refusé, quelles que soient ses qualités de chercheuse et la légitimité qui serait la sienne, parce que c’est un autre métier, qu’elle s’écarterait alors de l’essentiel, de ce qu’elle aime faire et qui la structure, un travail de terrain qu’en général en vieillissant on abandonne, pour se consacrer à d’autres missions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   08 janvier 2019
Ils l’ont vue naître, émerger du néant en mer d’Islande. Ils ont assisté subjugués à son éclosion, nichée au creux de son lit dépressionnaire, engendrée par un air humide subtropical égaré aux frontières de l’océan Arctique. Et maintenant, elle explose, une bombe. Comme dans un film en avance rapide, il n’y avait rien, et elle est là. Plus proche de Xavère que de Xavier dans sa prononciation, avant d’être une catastrophe, Xaver est un bel objet. Justifiant, à l’initiative des météorologues européens, cette distinction d’un nom de baptême. Suffisamment soudaine, imprévisible et spectaculaire pour ça.
Ils l’ont vue surgir au sud-est du Groenland, s’extraire de sa gangue en un temps record, au nez et à la barbe des modèles numériques de prévision dépassés par la rapidité et l’ampleur du phénomène. Ils l’ont vue se lover, s’enrouler dans un mouvement ascendant de convection et accroître son diamètre en accéléré dopée par une chute vertigineuse des pressions à cet endroit ; il n’y avait rien et brutalement elle est là, d’entrée pleinement elle-même et hors norme, à peine au monde et déjà active, en possession de tous ses moyens, la voilà qui s’anime au-dessus de l’Atlantique Nord et crève l’écran, qui s’observe de but en blanc dans une forme aboutie telle Athéna sortie casquée et bottée du crâne de son père ; elle grossit, croît et se développe à une vitesse exponentielle, entame sa course d’ouest en est, s’élargit au fil des heures, en lignes isobares toujours plus nombreuses et serrées, et eux assis derrière leurs écrans traitent, analysent, évaluant à sa juste mesure l’accumulation de paramètres favorables qu’il a fallu, et se préparent au pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Élisabeth Filhol (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Élisabeth Filhol
Élisabeth Filhol Doggerland éditions P.O.L: où Élisabeth Filhol tente de quoi et comment est composé son troisième roman: "Doggerland" et où il est question notamment de territoire et de personnages, du Doggerland et de recherche pétrolière, de science et de fiction, de météorologie et de géologie, de tempête et de tourments, de cours de pétrole et de sentiments, d'anthropolie et de mer du nord, à l'occasion de la parution de "Doggerland" aux éditions P.O.L à Paris le 6 décembre 2018 "Il y a huit mille ans, une grande île s?étendait au milieu de la mer du Nord, le Doggerland. Margaret en a fait son objet d?étude. Marc aurait pu la suivre sur cette voie, mais c?est le pétrole qu?il a choisi. Il a quitté le département de géologie de St Andrews, pour une vie d?aventure sur les plateformes offshore. Vingt ans plus tard, une occasion se présente. Ils pourraient la saisir, faire le choix de se revoir. On dit que l?histoire ne se répète pas. Mais les géologues le savent, sur des temps très longs, des forces agissent à distance, capables de réveiller d?anciens volcans, de rouvrir de vieilles failles, ou de les refermer."
+ Lire la suite
autres livres classés : géologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..