AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782382670538
500 pages
Mnémos (17/05/2023)
3.76/5   59 notes
Résumé :
Sur une planète étrange et désolée, Serpent, une guérisseuse parcourt le désert en pratiquant son art à l’aide de trois serpents génétiquement modifiés capables de sécréter des remèdes en guise de venin. Dans un village, alors qu’elle soigne un jeune garçon, un habitant tue le plus rare de ses reptiles. Mutilée dans ses capacités, Serpent doit alors se mettre en quête d’un autre serpent du rêve, de sa propre guérison comme de celle du monde.

Vonda Mc... >Voir plus
Que lire après Le serpent du rêveVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 59 notes
5
5 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Roman culte et multiprimé, le serpent du rêve a obtenu les prix Hugo, Nébula et Locus en 1979 (ce qui est assez rare pour être signalé).

L'histoire se situe après un holocauste nucléaire où l'humanité éparpillée, tente de se reconstruire doucement.
Serpent est guérisseuse et se sert de serpents génétiquement modifiés pour soigner. Lorsqu'un de ses serpents meurt, elle doit partir à la recherche d'un nouveau serpent, rare et précieux.

L'auteure laisse de côté quasiment tout le background et ne s'embarrasse pas du pourquoi et du comment de son univers. Elle ne propose d'ailleurs pas non plus de solution.
Dans un style très accessible toute en finesse, poétique et très "beau", l'auteure se concentre sur l'histoire des personnages et de leurs sentiments. Au détriment de l'action diraient certains, mais cette dernière, absente, n'est absolument pas regrettée..

Une bouffée de fraîcheur entre deux space opera et batailles d'extra-terrestres....
Commenter  J’apprécie          1023
Vonda N. McIntyre, un nom en partie oublié aujourd'hui dans les rayons des librairies, sauf parmi les spécialistes de SF. Mais une autrice dont les éditions Mnémos permettent progressivement de (re)découvrir l'oeuvre. Superluminal l'année dernière. Et le Serpent du rêve en 2023. Pas seulement le roman éponyme, mais l'autre roman, Loué soit l'exil et la nouvelle, « Cages » appartenant au même univers. Une chance qu'il ne faut pas manquer.

Dans ce court cycle (deux romans et une nouvelle, donc), la Terre a subi un affrontement nucléaire. Elle en conserve des séquelles : le climat est détraqué et produit des tempêtes capables de ronger un corps en quelques minutes ; des cratères envahis de radiations parsèment encore sa surface et font des victimes parmi une population qui a fini par oublier le passé guerrier (Le serpent du rêve). Ce conflit a également marqué la structure sociale. L'essentiel de la planète est retombé dans un monde pré-industriel. Des cités éloignées les unes des autres, avec des stades de développement divers, mais rien qui ressemble à une industrie proche de celle du XIXe siècle. Même La Montagne, qui est une grande cité, avec des artisans, des commerçants, n'en est plus à ce stade. Seuls les gens d'outreciel manipulent encore les anciennes technologies. Et encore, sans trop savoir comment tout cela fonctionne. Mais de toute façon, ils sont enfermés sous leurs dômes, à l'abri des tempêtes et des autres habitants (Loué soit l'exil).

Mais le modèle de leur société est désespérant d'égoïsme. Les dirigeants vivent dans leur tour d'ivoire et ont réduit le reste de la population en esclavage. Leurs moyens de subsistance sont tellement faibles que le vol est monnaie courante. Ainsi que la prostitution : les parents n'hésitent pas à vendre leurs enfants. Sans parler des mutants. Car certains ont vu leur corps déformé, ou leur esprit. Par exemple, le personnage principal de Loué soit l'exil, Mischa, est télépathe. Mais elle doit le cacher pour éviter d'être reléguée dans les souterrains de la ville, là où la cité se débarrasse de tout ce qui la gêne.

Depuis quelques années, certaines maisons d'édition françaises publient à nouveau ou pour la première fois de nombreuses oeuvres d'autrices américaines qui, par ce qu'elles étaient des femmes, n'ont pas nécessairement eu la place qu'elles méritaient. Certaines, en plus, comme Octavia E. Butler (Liens de sang) étaient noires, imaginez ! Les éditions Au diable vauvert publient ses oeuvres, y compris l'inédite trilogie Xenogenesis (L'Aube, L'initiation). Les éditions Mnémos, elles, publient en septembre L'Humanité-femme de Joanna Russ et aussi les récits de Vonda McIntyre : Superluminal l'année dernière et en mai dernier le serpent du rêve, intégrale de l'« univers de la sphère ».

On découvre des femmes au centre des deux romans : Mischa, jeune mutante dans un monde qui les cache ou les fait disparaître, va tenter de s'échapper de cette société qui ne lui offre aucun espoir. Dans le serpent du rêve, Serpent est une Guérisseuse. Dans un monde où médecin et hôpitaux ont disparu, ce sont elles qui circulent à travers les régions pour soigner, vacciner (car toutes les technologies n'ont pas disparu). Son nom vient des compagnons qui sont les siens, comme tous ceux de son « ordre » : trois serpents qui permettent de guérir nombre d'infections, en synthétisant les remèdes et les administrant au moyen de leurs crochets. À la différence de Mischa, Serpent est un élément essentiel de cette nouvelle Terre. Sa venue est guettée et fortement appréciée. Elle a droit systématiquement à un traitement spécial et les gens se pressent pour bénéficier de ses services. Mais cela ne l'empêche pas de chercher à améliorer la situation fortement inégalitaire rencontrée dans certains endroits. L'une comme l'autre doit se battre pour son existence, mais aussi pour celle de proches. Car dans ces oeuvres de Vonda McIntyre, la société ne se conçoit qu'avec les autres. Même si les humains réfugiés sous le dôme dans Loué soit l'exil ont créé une hiérarchie, la fin du récit ouvre des possibilités d'un changement. Et dans le serpent du rêve, de nombreux groupes humains rencontrés vivent en parfaite harmonie. Au point que, dans les oasis qui émaillent le désert, on peut laisser ses affaires sans surveillance pendant plusieurs jours sans aucun risque. Seul un fou peut tenter de dérober son bien à d'autres. Un état de fait que l'on aimerait voir aussi en France. Mais on en est loin.

Je suis extrêmement reconnaissant aux éditions Mnémos de cette réédition car elle m'a permis de découvrir une oeuvre dont j'avais beaucoup entendu parler mais dont j'avais toujours remis la lecture à plus tard. Et grâce à cette édition intégrale, la perspective est bien plus évidente : un récit sous le dôme, un autre en dehors. le parallèle entre ces deux oeuvres et ces deux réalités décrites est passionnant. Une immersion que je ne regrette absolument pas !

Loué soit l'exil (1975)

Mischa, une jeune femme appartenant à la classe défavorisée, tente d'échapper à son destin. Pour aller dans les étoiles, sortir de cette sphère qui les protège, sur la Terre, tout autant qu'elle les enferme, elle va prendre de grands risques et aller à la rencontre des dirigeants de sa ville. Elle finit par rencontrer un homme venu ici pour enterrer son amie, poétesse aveugle. Et deux créatures étranges : Hypo-un et Hypo-deux, dont on découvre l'origine dans la nouvelle « Cages », venus de l'extérieur, et même des étoiles.

Un premier roman plutôt réussi, malgré un déroulement assez convenu. le trajet de Mischa permet aux lecteurices de découvrir le monde imaginé par Vonda N. McIntyre. Ainsi que quelques personnages qui le peuplent. L'étrangeté de certaines situations et de certains personnages n'empêche pas l'émotion.

Le serpent du rêve (1978)

Le roman le plus célèbre de Vonda N. McIntyre. Serpent est Guérisseuse. Elle parcourt les différentes régions de cette Terre post-apocalyptique afin de soigner et de vacciner les gens. Mais dès le premier cas, elle se trouve en difficulté. le clan qui l'accueille a peur des serpents qu'elle utilise pour les soins et une de ses bêtes est tuée. Voilà Serpent en quête soit d'une rédemption, soit d'une solution pour trouver un nouvel animal. Or, cette espèce est très rare et leur nombre est ridiculement bas. La voilà partie pour une voyage qui l'amènera, on peut l'espérer pour elle, à un moyen de continuer à exercer sa profession.

Très beau roman, tout en retenue et en finesse. Avec des personnages forts, mais une ambiance de bienveillance très agréable. Nombre de groupes humains rencontrés ont des valeurs plus tournées vers l'autre que ce que nous connaissons actuellement. Et cela fait du bien. Mais pas d'angélisme. Les haines existent également, les jalousies, la méchanceté et l'horreur. Cependant, le dialogue et un certain état d'esprit apportent des solutions plus durables. Une très belle lecture.

« Cages » (1972)

Nouvelle inédite qui met en scène les deux Hypo que l'on retrouvera dans le premier roman de Vonda McIntyre, Loué soit l'exil. L'histoire paraît de nos jours assez classique, mais est narrée avec une certaine force. Un professeur montre enfin à ses collègues le résultat de son expérience : deux hommes quasi identiques, à tel point qu'on les prend pour des jumeaux alors que non. Ils ont été élevés totalement coupés du monde, en lien avec ce dernier par l'intermédiaire d'un programme informatique qu'ils prenaient pour un être humain. La compréhension de la réalité est brutale. Et leur réaction, pas celle attendue par le vieux scientifique controversé. Ce court récit renforce le lien que l'on a bien senti à la lecture de Loué soit l'exil entre Hypo-un et Hypo-deux.

Postface par Una McCormack

Rapide présentation biographique de l'autrice, puis analyse fort intéressante de Loué soit l'exil et de ses thèmes principaux.
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
Commenter  J’apprécie          279
Merci aux éditions Mnémos pour l'envoi de l'intégrale du Serpent du Rêve de Vonda McIntyre! Je voulais découvrir depuis longtemps cette autrice de SF qui faisait de la vague d'écrivaines des années 70 aux côtés de grands noms comme Ursula le Guin ou Octavia Butler. Ce sont les deux romans et la nouvelle publiés dans l'univers des Sphères qui sont réunis dans cette intégrale !

Vieille Terre est isolée du reste de l'Outremonde, une vieille terre désertique où survivent quelques populations éparses. Seuls quelques lieux comme la Grande Ville ou le Centre ont un peu de technologie, ou parlent aux gens qui vivent dans l'espace. Pour le reste, il semble que les terriens aient régressé. Ils forment de micro-sociétés, parfois soumises à la violence ou à la mort. Dans Loué soit l'exil, nous suivons la révolte d'une jeune mutante. L'esclavage est très présent et l'autrice met en scène un monde violent, dans lequel l'espoir est ténu. Mischa, la jeune femme au centre du récit, tente d'échapper à sa condition mais est maintenue par un système profondément totalitaire. L'équilibre est rompu lorsque des gens viennent de l'espace, offrant au passage une porte de sortie inespérée.

Serpent vient du même Centre où ont grandi Mischa et Chris, mais en d'autres temps. Guérisseuse chevronnée, elle parcourt des terres désolées avec ses serpents modifiés génétiquement. Partant toujours plus loin, un habitant terrifié finit par tuer son serpent du rêve, le plus rare et le plus précieux. C'est celui qui est capable d'apaiser les malades et d'offrir une mort sans douleur. C'est un détail marquant, car il montre la valse complexe entre la vie et la mort que vivent les guérisseurs, mais aussi à quel point les moyens sont limités dans ces terres. C'est vu à travers les yeux de Serpent, qui entame un voyage pour trouver un autre serpent et retrouver son statut entier. Elle croise plusieurs communautés. Sans être au bord de la destruction, ces dernières montrent l'équilibre fragile de l'humanité, qui contraste avec la Grande Cité, qui semble dotée d'une technologie supérieure mais n'ouvre jamais ses portes.

Vonda McIntyre construit une science-fiction centrée sur les personnages. Peindre des portraits forts est le grand point fort de ses récits. Elle met en scène des personnages aux questionnements profondément humains, avec de grandes forces de personnalité, souvent habiles, mais aussi avec des défauts. Mischa et Serpent partagent ses caractéristiques. Serpent est une figure empathique, aidant tous ceux qu'elle croise, même les personnes qu'elle n'apprécie pas. Bien qu'elle ait l'habitude de la mort, elle est bouleversée par plusieurs fin violentes qu'elle ne parvient pas à apaiser. Elle est également dotée d'un sens impressionnant de la justice et n'hésite pas à se mettre en danger pour sauver les plus faibles. Elle le fait notamment lors de sa rencontre avec une jeune fille d'écurie molestée par l'homme qui l'a adoptée. En somme, Vonda McIntyre présente Serpent comme une femme indépendante, compétente et foncièrement guidée par des valeurs fortes au milieu d'un monde régi par la loi du plus fort.

Cette vision est portée par une écriture d'une grande finesse et un rythme maîtrisée. La plume de l'autrice peut se faire poétique et introspective. Ces moment permettent de bien comprendre les questionnements des personnages, notamment la réflexion de Serpent autour de la perte de son identité. Est-elle toujours guérisseuse après la perte de son serpent, ou est-ce une partie si ancrée dans son identité qu'elle reste guérisseuse même privée d'un pan de ses capacités ? le voyage de Serpent est donc autant géographique qu'intérieur, et son cheminement mental est décrit avec sensibilité.

J'ai beaucoup apprécié la découverte de cette intégrale ! Vonda McIntyre déploie une plume empathique et sensible pour décrire un monde en lambeaux. Si l'humanité a régressé pour des micro-sociétés parfois tolérant l'esclavage ou les injustices, elle allume l'espoir grâce à des personnages animés d'une énergie vitale hors normes. Ce sont souvent des femmes. L'autrice en construit des portraits saisissants, entre failles et forces, mais toujours avec un grand sens de l'aide, de la détermination et une volonté de fer. Il est dès lors compréhensible que l'un se ses personnages les plus marquants soient une guérisseuse. Elle propose donc une science-fiction délicate, tournée vers l'introspection.
Lien : https://lageekosophe.com/202..
Commenter  J’apprécie          151
Serpent est guérisseuse. Elle parcourt le monde, ravagé par une lointaine guerre nucléaire, en pratiquant son art à l'aide de trois serpents. Sa formation lui a en effet permis d'apprendre à modifier génétiquement leur venin, ce qui était mortel par nature devenant alors remède. Alors qu'elle soigne un jeune garçon dans un village isolé du désert, l'un des habitants, par peur, tue l'un de ses serpents, d'une espèce particulièrement rare. Mutilée dans ses capacités, Serpent doit alors se mettre à la recherche d'un autre serpent du rêve, seul à même d'assurer sa propre guérison…
Dès lors le lecteur parcourt avec Serpent cet univers post-apocalyptique dans lequel l'humanité semble avoir régressé jusqu'à la segmentation communautaire, chacune s'étant renfermée sur elle-même. Pour autant ce contexte social n'est esquissé que succinctement, Vonda N. McINTYRE préférant s'intéresser à la personnalité de Serpent dans ses moindres détails. de fait, le serpent du rêve dresse un joli portrait de femme, le personnage principal étant doté d'une force de caractère exceptionnelle et d'une sensibilité à fleur de peau. Elles lui permettent d'exercer son art avec la plus grande humanité, ce qui n'est pas sans rappeler le chamanisme des cultures asiatiques et amérindiennes.
De ce point de vue le serpent du rêve est un très beau roman sous forme d'hommage à la nature et d'invitation au rapprochement des peuples. Il démontre aussi que l'action n'est pas indispensable à l'intérêt que l'on peut porter à un récit, celui-ci étant quasiment dépourvu de tout sensationnalisme.
Pour autant, l'oeuvre n'est pas dépourvue de défauts, le premier d'entre eux étant le manque de rythme de certains passages ; ceci est certainement à rapprocher du fait qu'initialement le roman était une nouvelle que l'auteure a développé cinq ans plus tard. On pourra aussi regretter que si Serpent recueille toutes les attentions de la part de Vonda McINTYRE, cette dernière ne développe que très peu le caractère des autres personnages et les laisse à l'état d'esquisse, à la limite de la caricature.
On peut donc s'interroger sur le fait que le serpent du rêve ait obtenu trois prix prestigieux lors de sa première édition (Nebula 1978, Hugo 1979 et Locus 1979). On peut aussi ne pas se poser de questions et profiter de cette histoire pour ses qualités. Ces dernières étant indéniables, c'est la seconde option qui est sans aucun doute préférable.
Commenter  J’apprécie          50
Le Serpent du Rêve de Vonda Mc Intyre aux @editionsmnemos
est une intégrale culte,  fulgurante de vie, un voyage  stellaire dans un univers,  foisonnant d'humanisme, d'un lyrisme omniprésent,  d'une vérité qui rejoint la réalité du monde dans lequel nous évoluons. La nature, présente, partout dans le Serpent du Rêve,  retrouve toute sa magie luxuriante.
C'est un manifeste pour une humanité en paix et apaisée.
Figure de proue de la littérature blanche américaine, aux côtés d'Ursula le Guin et  Alice Sheldon, Vonda Mc Intyre, d'une plume hypnotique, engagée, féministe décrypte avec virtuosité, finesse,élégance,  la différence,  le handicap, la maladie, l'exclusion à travers les trois récits qui composent cette intégrale,  liés à l'univers des Sphères. de Loué soit l'Exil, au Serpent du Rêve jusqu'à la nouvelle Cages, ces trois histoires font la part belle aux femmes fortes, émancipées, généreuses,  qui évoluent dans ce monde stellaire avec une terre en ruine, et comme fil conducteur ce Centre qui fait le lien entre les êtres, qu'il soit fraternel, amical à amoureux, qu'il soit d'humains à Créatures extra-terrestres. Les personnages, emblématiques, sont inoubliables. J'ai particulièrement jubilé lors du dernier récit, Cages qui compose le trait d'union du monde inouï de Vonda Mc Intyre avec le Serpent du Rêve.
Merci aux éditions Mnémos pour cette lecture dont je resterai profondément marquée 📖&#xNaN
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
— Personne ne peut plus rien pour moi. C'est trop tard.
— Tu n'as que quarante-neuf ans. Tu peux encore rencontrer une femme que tu aimerais comme tu as aimé ma mère.
— Aie le tact de ne pas parler de ta mère.

Chapitre 5.
Commenter  J’apprécie          290
Les sentiments de l'administratrice lui parvinrent. Elle jouissait du pouvoir que lui donnait le manche du fouet entre ses mains. Les spectateurs réagissaient en approuvant, en haïssant, en souffrant par substitution et en s'excitant sexuellement.
Commenter  J’apprécie          130
- Elle est très venimeuse, n'est-ce pas ? dit-elle. Plus que l'autre.
- Oui. Dès que nous serons au pays, je pourrai t'immuniser ; je ne peux pas me lencer ici dans cette opération car il faudrait d'abord te tester et je n'ai pas ce qu'il faut.
- Tu veux dire que tu peux t'arranger pour qu'elle me morde sans faire de mal ?
- Pas tout à fait. Mais elle m'a mordue plusieurs fois par erreur et je suis toujours là.
- Alors je pense qu'il vaut mieux qu'elle me sente.
Commenter  J’apprécie          20
Elle était brave et fière, comme doivent l'être les enfants. Pour la protéger d'avantage, il aurait fallu la tenir enchaînée à toi par la peur. De vivre ainsi, elle aurait cessé d'être l'enfant que tu aimais. Et il en va de même de la guérisseuse.
Commenter  J’apprécie          30
"il est impossible de protéger entièrement une personne sans l'asservir"
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Vonda N. McIntyre (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vonda N. McIntyre
À l'occasion de la sortie de l'Intégrale SF le Serpent du rêve, en librairie le 17 mai, Mnémos vous propose de découvrir son autrice, Vonda McIntyre.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (187) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4758 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..