AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756069814
128 pages
Éditeur : Delcourt (06/05/2015)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Des forces maléfiques sont en action, à Manson. La neige tombe sans s'arrêter et la ville est envahie par les rats. Cest l'oeuvre de Lilith, qui se venge de la ville qui la persécutée trois cents ans plus tôt. Seules Rachel et Jet peuvent arrêter la sorcière sans âge, mais Rachel n'arrive pas à récupérer ses pouvoirs et Jet est allongée, congelée, à la morgue. Le nombre de victimes ne fait que croître
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Presence
  07 mars 2017
Ce tome fait suite à Rachel Rising, tome 2 : Même pas peur (épisodes 7 à 12) qu'il faut avoir u avant. Il faut avoir commencé par le premier tome pour s'y retrouver dans l'identité des différents personnages et leur histoire personnelle. Il comprend les épisodes 13 à 18, initialement parus en 2013, écrits, dessinés, encrés et lettrés par Terry Moore. Cette bande dessinée est en noir & blanc.
Rachel Beck est de retour chez elle, et elle a pris une douche pour se débarrasser de la terre collée à sa peau. Elle se rhabille et constate que la perforation sous son sein droit, causée par un fer à béton, ne guérit pas. Elle doit y appliquer un pansement. À l'institut médicolégal de Mason (dans le Wisconsin), Earl et le docteur Wesley Siemen évoquent le cadavre de Jet (Clara James Adams). Ils vont le sortir de la chambre froide. Siemen raconte une version très particulière de la Belle au Bois Dormant à Earl, avec le comportement peu chevaleresque du prince pour réveiller la belle endormie. Il assure à Earl qu'il s'agit d'une histoire vraie qui a servi à Charles Perreault pour écrire sa version du conte en 1690. Earl ne peut pas se résoudre à faire ce que lui suggère Siemen, et il préfère prendre contact avec Rachel pour savoir quoi faire.
À l'usine de traitement de l'eau potable, un groupe de 3 femmes (dont Mary Scott, visiblement des sorcières) plante de la pornographie pédophile dans l'ordinateur du responsable Hector Ruiz, et souille l'eau potable avec un élément très particulier. Toujours à l'hôpital, tante Johnny téléphone à Rachel Beck pour lui relater ce qui est arrivé à Jet. Shelly & Reuben viennent s'enquérir de la santé de Natali, sans qu'elle ne veuille réponde aux coups frappés à sa porte. Rachel Beck décide d'aller récupérer un objet qu'elle avait enterré des centaines d'années dans le passé, mais il n'est plus accessible. Elle aperçoit Zoe Mann (la petite fille) qui déambule dans les rues de la ville, alors que la neige n'arrête pas de tomber.
Dans le tome précédent, le lecteur a découvert les raisons du retour de Rachel Beck et de Jet (Clara James Adams), ainsi que la force maléfique qui rôde à Mason, ou peut-être les forces maléfiques. Mais il reste encore beaucoup d'éléments non expliqués, à commencer par la présence de Lilith, et la nature de sa malédiction. Il se lance dans ce troisième tome, avec l'envie d'en découvrir plus sur l'intrigue. Il retrouve les personnages centraux que sont Rachel Beck, Jet, mais aussi Tante Johnny Woodall (et sa copine Carol), le bizarre docteur Wesley Siemen et ses conseils très étranges, Earl l'assistant de la morgue un peu différent, Lilith, la jeune Zoe Mann, l'inspecteur Jim Corpell, le prêtre et quelques autres encore. Il prend conscience que Terry Moore a développé sa distribution de personnages petit à petit, en prenant soin que chacun soit mémorable. Même si certains ne disposent pas de beaucoup de pages pour exister (3 pages pour l'inspecteur Corpell), cela suffit pour que le lecteur s'en souvienne, à la fois pour son apparence, mais aussi pour sa personnalité. Même un personnage secondaire comme Hector Ruiz devient sympathique en 2 séquences, ce qui est une belle preuve de la sensibilité de l'auteur et de sa capacité à faire exister ses personnages.
Ce troisième tome donne plus de consistance à la malédiction et à la vengeance qui s'abat progressivement sur les habitants de Mason. Il est donc établi que les manifestations surnaturelles proviennent d'un groupe de sorcière, et peut-être d'entités surnaturelles. Terry Moore assure le spectacle et le divertissement, avec une infestation de rat, une immolation par le feu, et quelques sous-entendus sur des relations sexuelles, de type homosexuelles ou nécrophiles, et de quelques exécutions sommaires. Pour autant, il ne transforme pas ces éléments en des moments voyeuristes pour lecteur en mal de sensation glauque. Comme à son habitude, il s'agit d'éléments qui émanent des personnages plutôt des scènes choc vaguement reliées par une intrigue prétexte. Il utilise les conventions du genre horrifique, en leur insufflant un sens par l'histoire personnelle et le caractère des protagonistes. Rapidement, le lecteur constate que la majeure partie des personnages principaux sont des femmes, qu'elles se débrouillent par elles-mêmes et qu'elles savent répondre aux comportements sexistes. de ce point de vue, le lecteur retrouve bien l'auteur de Strangers in Paradise. Il y fait d'ailleurs un clin d'oeil avec un portrait en peinture, signé Katchoo.
La vengeance contre cette communauté prend de l'ampleur, pendant que les personnages essayent de comprendre ce qui se passe. L'auteur continue de jouer avec le mystère du passé de Rachel Beck, avec la nature de la personnalité de Jet, avec la personnalité de Zoe, le mystère de cette dernière s'épaississant au fur et à mesure qu'on en apprend plus sur elle. Il réserve une scène déstabilisante à Lilith, assistée de Mary Scott et Hannah, au coin du feu. le lecteur voit progressivement se dessiner les 2 clans susceptibles de s'affronter, sans que le mystère ne diminue, l'incitation ludique à essayer de deviner gardant toute sa capacité de divertissement. Terry Moore sait se montrer facétieux de différentes manières, que ce soit avec la statue du cimetière que la neige n'arrive pas à recouvrir, ou avec le coffret enterré quelques siècles plutôt qu'il va être difficile de récupérer. Il se montre parfois aussi agaçant. En particulier le comportement de Johnny Woodall prend le lecteur à rebrousse-poil. Elle remet en question le caractère surnaturel du retour à la vie de Rachel et Jet, alors que dans le même temps l'auteur a montré qu'il n'y avait pas de doute de possible. Il y a là une dissonance narrative difficile à accepter entre le comportement de ce personnage sur lequel l'auteur insiste, alors que dans le même temps il montre clairement qu'il n'y a pas de doute possible. Dans le même ordre d'idée, l'invasion de rats génère une sensation de répugnance efficace, tout en faisant un peu grimacer le lecteur quand il voit un rat sortir d'un robinet, visiblement trop petit pour qu'il puisse tenir dedans. Enfin, il est étrange que personne n'ait remarqué que le cimetière est maintenant jonché de cadavres, suite à leur éruption spontanée dans le tome précédent.
Dans le même temps, Terry Moore semble de plus en plus à l'aise avec ses dessins, au fur et à mesure que l'intrigue progresse. La chute de neige ininterrompue finit par créer un malaise visuel. Les séquences horrifiques présentent une dimension visuelle bien calibrée, que ce soit la blessure laissée par le fer à béton dans le torse de Rachel, le fait qu'elle recrache de la terre et un cafard, Zoe en train de tuer des rats ou de jouer avec un couteau, la profanation de la tombe de la mère de Rachel, un pauvre chat attaqué par un groupe de rats, etc. En tant que dessinateur, Moore ne se complaît pas dans le gore ou l'abondance de détail, mais il a l'art et la manière de concevoir son enchaînement de planche et les cadrages de manière à faire ressortir l'horreur de la situation. de séquence en séquence, le lecteur apprécie également sa direction d'acteurs et sa mise en scène.
Il n'est pas possible de réduire Rachel Rising a un simple récit d'horreur fonctionnant sur la base de scènes choc et de clichés horrifiques, grâce aux interactions entre les personnages. L'amitié que se portent Johnny et Carol transparaît dans leur prévenance l'une pour l'autre, sans qu'il n'y ait de gestes tendres ou des attouchements. La personnalité de Rachel Beck se lit dans son comportement et l'assurance de ses gestes. Les attitudes de Jet montrent comment elle est consciente de ses émotions, et le plaisir qu'elle prend à asticoter Earl. le langage corporel de ce dernier montre de manière évidente sa gêne, la lenteur de son processus de réflexion, mais aussi sa réserve et sa prévenance. Loin de devenir un objet de moquerie, ou un dispositif comique, Terry Moore en fait un individu sensible et attachant. En observant les gestes de Zoe et les expressions qui passent sur son visage, le lecteur comprend qu'il se passe des choses dans son esprit qui sortent des schémas mentaux ordinaires. L'artiste parvient même à générer de l'empathie pour Lilith du fait de sa douleur psychique, visible dans son comportement au temps présent. le face à face entre Hector Ruiz et l'inspecteur Jim Corpell dans le commissariat met en lumière l'état d'esprit des 2 personnages, les rendant humains et uniques.
Décidément, Rachel Rising n'est pas une variation de Strangers in paradise, et l'intrigue y est beaucoup plus prépondérante. Les éléments horrifiques fonctionnent la majeure partie du temps, à une ou deux exceptions près. Avec ces épisodes, Terry Moore donne l'impression d'avoir gagné en assurance dans sa narration, tant visuelle, que de l'intrigue. Les personnages y gagnent en épaisseur et en crédibilité. Ils évoluent dans des environnements mieux définis et plus tangibles. La dimension humaine joue à égalité avec l'intrigue, et le thème sous-jacent de l'oppression des femmes gagne en consistance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Zora-la-Rousse
  12 février 2018
Rien ne s'arrange dans la petite ville de Manson. Les malédictions prononcées par Lilith se matérialisent d'une manière apocalyptique, tempête de neige et invasion de rats.
Tandis que Rachel et Jet sont toujours en quête de réponses quant à leur état, leurs histoires, dussent-elles remonter à plus de 300 ans, d'autres continuent sans faillir leur funeste parcours, telle Zoé, une tueuse en série d'à peine 10 ans en apparence.
Le troisième tome de la série ne vient pas contrarier mon enthousiasme, bien au contraire. L'intrigue s'étoffe de nouveaux éléments sans perdre de son intérêt, ni de sa qualité. L'évolution de chacun des personnages, confrontés à l'incroyable tournure de leur existence, est extrêmement bien rendue. Des personnages secondaires tels que Earl ou tante Johnny prennent de l'ampleur et du relief.
Les dernières planches sont d'une grande intensité et invitent à lire urgemment la suite.
Commenter  J’apprécie          70
Yuuki
  01 novembre 2016
Un troisième volume toujours meilleur. J'ai l'impression que je vais dire ça à chaque fois que je vais terminer un volume de cette saga. Même s'il y a moins de scènes gores et violentes que dans les deux précédents, l'action se concrétise. On commence à percevoir qui sont les ennemis. La malédiction promise dans les deux premiers volumes commence à montrer le bout de son nez et je sens que l'on est pas au bout de nos surprises !
Le côté fantastique du comics prend le dessus en laissant plus de place aux sorcières, anges et démons. Je ne m'attendais pas à ce que ça parle de ce type de choses d'ailleurs. C'est une agréable surprise ! L'auteur n'hésite pas à ajouter son humour noir particulier au milieu de tous ces drames. Tant mieux car je ris toujours autant et ça adoucie un peu les propos violents ou les images gores.
Du côte des personnages certains me touchent particulièrement de par leurs agissements et leurs rôles dans l'histoire. Je suis impatiente de connaître la suite de tous les événements qui se produisent. La dernière page nous laisse sur une sorte de cliffhanger qui nous laisse sur notre faim. Mais, attention, pas dans le mauvais sens du terme... Bien au contraire !
Lien : http://nituti.blogspot.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Clinkerfr
  24 janvier 2016
Ca se croise dans tous les sens. Mais où veut-il en venir.
Je ferai bien de reprendre depuis le début pour trouver les indices ...
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
BDZoom   11 mai 2015
Toujours aussi belle, toujours aussi superbement découpée et mise en page, cette immersion de Moore dans l’horreur est décidément une belle aventure…
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
okkaokka   26 décembre 2016
Mes loups ont faim, Dale. Ils n’ont pas mangé depuis une, deux semaines, Surtout Dragon. C’est un gros mangeur. Alors je vais les laisser te bouffer. Et quand tu leur auras calé l’estomac, ils passeront le reste de la semaine à déposer des crottes de Dale partout dans les bois. Et au printemps, elles feront pousser des fleurs. Et je les cueillerai… pour les envoyer à ta femme. Le cycle de la vie, Dale. Ainsi soit-il.
Ne mange pas le foie de celui-ci, Dragon. Il est mauvais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
okkaokka   26 décembre 2016
- Je me demande parfois si tout ça est réel… Ou si c’est juste un business, vendre de l’espoir à des gens qui n’en ont pas les moyens ?

- Les gens intelligent posent cette question depuis l’âge de bronze, Zoé. La réponse est restée la même.

- Oui… ?

- C’est un business qui marche.
Commenter  J’apprécie          40
okkaokka   26 décembre 2016
- On a aussi arrêté d’enterrer les morts le jour même du décès et instauré un délai de vingt-quatre heures. Quelqu’un devait rester près du mort pour s’assurer qu’il ne se réveillait pas.

- Alors, tenir une veillée…

- Maintenant, ce n’est plus qu’une tradition. Mais jadis, c’était parfois une dernière chance.
Commenter  J’apprécie          20
okkaokka   26 décembre 2016
- Regardez-nous. Nous sommes dans une situation stupéfiante. Peut-être qu’un jour, longtemps après notre mort, des gens parlerons de nous. Et pour eux, nos vies ne seront plus que des histoires. S’ils les racontent à leurs enfants, elles deviendront des contes, et on finira par douter de notre existence même.

- Et pourtant, nous sommes bien là. Dans cette situation stupéfiante.
Commenter  J’apprécie          10
okkaokka   26 décembre 2016
Elle a droit au paradis, et moi à cette planète qui ne connaîtra pas la paix tant que ses enfants se reproduiront comme des microbes.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Terry Moore (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Terry Moore
Charlie Adlard (Walking Dead) et Terry Moore (Stranger in Paradise) s'affrontent sur le ring !
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
194 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre