AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782917886656
225 pages
Éditeur : Editions Les Grilles d'Or (02/11/2013)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Deux hommes sont assassinés, le visage écrasé, rendus méconnaissables. Tous deux ont reçu un message similaire : « Vous étiez cinq ce soir-là, à présent il faut expier. » L’enquête est confiée au commissaire Séverac, chef du groupe criminel de la PJ lyonnaise. Il découvre que les deux défunts appartenaient à une bande de fêtards inséparables, tous originaires de Vaise, dissoute dix ans auparavant.

S’agit-il d’une vengeance ? Retrouver les survivants d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lhuitre
  21 octobre 2020
Dans la région lyonnaise, les aventures du commissaire Abel Severac commencent à être un vrai succès d'édition. Pensez-donc, six romans publiés à ce jour chez les Editions AO, qui se passent chacun dans des arrondissements différents de la ville de Lyon. Cela nous promet donc encore trois opus, et c'est une excellente nouvelle...
Rouge Vaise est le second livre que je découvre après "L'inconnu de la Tête d'Or" que j'avais adoré. Il est vrai, je suis Lyonnais, attaché à ma ville de naissance et suis flatté que l'auteur, Jacques Morize, un Parisien exilé en bord du Rhone, de Saone et du Beaujolais se soit entiché de ma ville de coeur au point de délicatement la magnifier dans chacun de ses romans. Avant d'être des polars délicatement ciselés, les romans de Jacques Morize sont une vraie déclaration d'amour à la ville de Lyon, célèbre pour ses chefs en cuisine, sa rosette, ses grattons et ses bords de fleuve où il fait bon flâner, les yeux rivés sur la basilique de Fourvière.
J'ai eu un réel plaisir à rentrer à nouveau dans l'univers du commissaire Severac, et me suis promis, dans l'instant, de faire un sort à tous les autres épisodes de la série. Jacques Morize a un vrai talent pour mettre ses lecteurs dans sa poche. Son personnage est savoureux en diable, un chef de famille nombreuse, divorcé mais toujours attaché à sa femme. C'est un homme avec ses faiblesses, notamment celle d'avoir du mal à résister aux charmes féminins. Un queutard donc, mais si chaleureux, qu'on se laisse emporter par ses enquêtes et par ses aventures menées tambour battant avec l'équipe hétéroclite qui l'entoure.
Pour les puristes du polar que je ne suis pas, il faut préciser que le scénario n'est pas prévisible et réserve des surprises. Morize connaît son affaire, et sait nous égarer sur des fausses pistes. Rouge Vaise ne déroge pas à la règle, avec une histoire de vengeance à tiroirs qui vous entraînera loin.
Si j'ai envie de porter haut les couleurs de Severac, c'est parce que j'ai ressenti un vrai bonheur à cette lecture. Comme pour le précédent livre, "l'Inconnu de la Tête d'Or", j'étais bien. Très bien. Comme plongé dans un liquide amniotique de connivence. Je vibrais régulièrement à quelques éclats littéraires, des jeux de mots ou des passe-d'armes entre personnages ( cf. extraits ) qui sont la signature d'un bon écrivain. le tout dans ma bonne ville de Lyon, ce qui donne à cette lecture une touche de nostalgie qui est à ce récit comme le condiment ultime d'une spécialité lyonnaise qu'on dévore à pleine dents...

Lien : http://calembredaines.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LhuitreLhuitre   21 octobre 2020
- Et si vous arrêtiez de vous foutre de ma gueule, camarade directrice . s'emporta-t-il, le visage empourpré.
Elle eut un léger sursaut et son visage se ferma.
- Comme vous y allez, commissaire. "Camarade directrice", vraiment, vous vous croyez chez les Soviets ?
- Veuillez m'excuser, madame Limpreur, mais pour être policier, je n'en suis pas moins homme, un homme susceptible qui plus est. Or l'ironie légèrement méprisante qui perce sous chacun de vos propos a le don de m'agacer. Si donc je me permets d'user du terme "camarade", c'est pour exprimer mon souhait profond de ne pas voir notre entretien devenir conflictuel, mais bien au contraire qu'il se déroule dans un climat de respect mutuel, voire rêvons un peu, de franche convivialité !
La stupéfaction précéda un bref instant un bel éclat de rire.
"Gagné !" pensa Severac, fervent adepte du "femme qui rit est à moitié dans ton lit" un adage beaucoup plus élégant que celui qui affirme que "vache qui rit est à moitié sur ta tartine".
- N'auriez-vous pas une tendance légère à la paranoïa, commissaire ?
- Paranoïaque ? Certainement pas, directrice. Simplement sensible à la schizophrénie typiquement française qui fait que les citoyens n'aiment généralement pas les flics, tout en trouvant que ces mêmes flics ne sont pas suffisamment efficaces ! La plupart du temps, cette hostilité sous-jacente me laisse froid comme le nez d'un chien. Mais lorsqu'elle est le fait de gens tels que vous, pour qui j'ai une estime spontanée, elle me blesse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LhuitreLhuitre   21 octobre 2020
Même placé devant ses contradictions, ce dernier continuait de nier farouchement, avec une arrogance qui, face à des flics moins respectueux de la dignité humaine, l'aurait conduit tout droit à la manufacture des passages à tabac
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1973 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre