AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246795885
Éditeur : Grasset (03/10/2012)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Garcia Marquez n'est pas un homme de discours, pourtant tout au long de sa vie, il fut contraint d'en prononcer beaucoup : le premier à 17 ans devant ses camarades de lycée, le dernier à 80 ans lors de l'ouverture du IVe congrès international de la langue, en présence des rois d'Espagne.
Ceux qui ont été réunis dans ce volume, dont celui qu'il prononça en 1982 à l'occasion de la la réception du Prix Nobel, mettent en lumière ses préoccupations fondamentales e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Noctenbule
  16 juin 2014
Gabriel Garcia Marquez a une sainte horreur de devoir s'exprimer publiquement mais certaines occasions se prêtent à l'exercice. Ainsi Je ne suis pas ici pour faire un discours regroupe vingt et un discours marquants entre 1944 (il a 17 ans et parle devant ces camarades de lycée) et 2007 (il a 80 ans et s'exprime devant l'académie de la langue espagnol).
L'ouvrage propose des discours que l'auteur a prononcé aussi bien lors d'un banquet offert par les rois de Suède en honneur des lauréats du prix Nobel, que lors du 70ème anniversaire de son ami Alvaro Mutis ou lors d'un congrès international de la langue espagnol. Plusieurs choses lient les textes outre le fabuleux talent d'écriture, la passion pour la culture que cela soit la poésie, la littérature, la peinture ou le cinéma; la réflexion sur l'avenir de l'Amérique latine, l'histoire... Ces mots reflètent toujours un éternel optimisme et une croyance dans l'homme extrêmement surprenante.
On découvre deux types de discours. L'un qui se rapproche de la prise de parole en public pour des remerciements avec un angle d'attaque plus festif et heureux. Et l'autre, les mots deviennent une armes pour inciter les auditeurs à la réflexions sur l'horreur du monde et les possibilités de changer les choses.
Chaque phrasé est étudié pour faire mouche et ne peut laisser le spectateur tout comme le lecteur indifférent. Ainsi la lecture devient un réel plaisir où j'avais envie de prendre des notes de ces messages d'amour, de colère et d'amitié.
Une lecture qui ma furieusement donné envie de lire Cent ans de solitude qu'il a gardé sous le bras et dans l'esprit pendant des années. Un auteur qui possède un talent de conteur humoristique fantastique qui donne le sourire malgré la noirceur du quotidien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sylvie2
  14 décembre 2015
Un petit régal que ce livre qui rassemble une série de "discours" de ce grand écrivain qu'est Gabriel Garcia Marquez. On traverse avec lui les étapes de sa vie et partageons ses débats et ses questionnements.
Dans ce recueil, facile à lire pour un non hispanophone, Gabriel Garcia Marquez nous parle entre autre de ses débuts en tant qu'écrivain, de son amour pour la langue espagnole, des ses amis écrivains ou politiciens ou encore de l'importance du cinéma dans la culture latino
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (2)
NonFiction   01 février 2013
Son livre est salvateur, traversé d’un souffle rafraîchissant qui bouscule tous les engagements au sein d’une planète inégalement mal traitée.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LaPresse   24 janvier 2013
Avec le talent de conteur et l'humour qu'on lui connaît, l'écrivain révèle entre autres son amour inconditionnel des arts (poésie, littérature, peinture, cinéma) et sa grande amitié pour Julio Cortázar et Álvaro Mutis.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
NoctenbuleNoctenbule   16 juin 2014
J'aurais préféré continuer de penser à lui comme il l'aurait sans doute voulu, avec la jubilation immense de savoir qu'il a existé, la joie profonde de l'avoir connu, et la gratitude pour avoir légué au monde une oeuvre peut-être inachevée mais aussi belle et indestructible que son souvenir.
Commenter  J’apprécie          70
AMRAMR   27 octobre 2016
8 décembre 1982, Stockholm :
Amérique latine = « immense patrie d’hommes hallucinés et de femmes entrées dans l’histoire, dont l’obstination infinie se confond avec la légende ».

La violence et la douleur démesurée de notre histoire sont le résultat d’injustices séculaires et d’inexprimables amertumes.

29 novembre 1985, La Havane :
Nous, Latino-Américains et Caribéens, […] approchons [le XXIème siècle] avec la douloureuse sensation d’avoir manqué le XXème : nous l’avons subi sans le vivre. La moitié du monde fêtera l’aube de l’année 2001 comme le couronnement du millénaire, alors que nous commençons à peine à entrevoir les bénéfices de la révolution industrielle. […] En cent ans, nous avons perdu les plus belles qualités humaines du XIXème : l’idéalisme fébrile et la primauté des sentiments, le frisson de l’amour.

6 août 1986, Ixtapa-Zihuatanejo :
La terre = « un hameau sans mémoire, abandonné à la volonté de ses dieux dans l’ultime faubourg de la grande patrie universelle ».

7 avril 1997, Zacatecas :
Sur le pouvoir des mots, la simplification de la grammaire :
« Libérer la langue espagnole de ses fers normatifs ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NoctenbuleNoctenbule   16 juin 2014
La seule consolation de ces simplifications terrifiantes - pour autant qu'elles nous soient d'une quelconque utilité - est de constater que la préservation de la vie humaine sur la Terre revient moins cher que la catastrophe nucléaire, car du seul fait d'exister, la terrible apocalypse enfermée dans les silos de la mort des pays les plus riche gaspille les possibilités d'une vie meilleure pour tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NoctenbuleNoctenbule   16 juin 2014
Une bouteille jetée par des naufragés de l'espace dans l'océan du temps, afin que la nouvelle humanité sache de nous ce que nous pourront pas lui raconter les cafards : qu'ici la vie a existé, qu'a prévalu la souffrance et dominé l'injustice, mais que nous avons aussi connu l'amour et été capables d'imaginer le bonheur.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Gabriel Garcia Márquez (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriel Garcia Márquez
En 2005 a paru Dictionnaire égoïste de la littérature française , immense succès immédiat critique et public. Chroniqué par tous les médias en France et beaucoup même à l'étranger, ce livre qui n?avait pas d?équivalent a reçu cinq prix littéraires. Il est aujourd?hui devenu un classique.  Le Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale est consacré aux littératures des autres pays du monde. Et non pas « étrangers ». Un article l?explique, l?auteur ne croit pas à la notion d?étranger, surtout en matière de littérature. Nous ne sommes pas seuls au monde, et aucun lecteur français n?a été constitué par l?unique lecture de livres français. de même, aucun lecteur n?est constitué par l?unique lecture des livres de son temps. Un lecteur est de tous les temps et de tous les pays. Et c?est ainsi que ce livre comprend aussi bien Eschyle (le plus ancien) que Gabriel García Márquez (le plus récent). Pour « égoïste », cela signifie que l?auteur ne parle que de choses qui, en bien ou en mal, l?intéressent, le passionnent, l?éveillent, et non à partir d?on ne sait quels canons de la littérature.  Le « DELM » comprend, comme son frère aîné, quatre types d?articles : sur des auteurs (Karen Blixen, Jorge Luis Borges, F.S. Fitzgerald, Yukio Mishima, Elsa Morante, Platon, Gertrude Stein?), des ?uvres ( Amant de Lady Chatterley (L?) , Guépard (Le) , Petit Livre rouge (Le)? ), des personnages (Ali-Baba, Lady Bracknell, Mademoiselle Else, le prince André, Arturo Ui?), des notions (« Bonheur », « Enterrements d?écrivains célèbres », « Imagination », « Verbes réfléchis »?). Il a, en plus, des « express » (« Esthétique Express », « Machiavel Express »?). On y retrouvera tous les grands noms célèbres, et on y découvrira des méconnus délicieux. On y trouvera un esthétique, et des anecdotes qui sont peut-être un peu plus que des anecdotes, comme Joyce en train de dicter Finnegans Wake à Beckett qui répond « entrez » à un visiteur, Beckett écrivant le mot par mégarde et Joyce lui disant : « Laissez. » Allègre, partial, drôle, sérieux, brillant, inattendu. Un livre qui donne envie d?en parler avec l?auteur. Venez converser avec Charles Dantzig...
En savoir plus sur le "Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale" : https://www.hachette.fr/livre/dictionnaire-egoiste-de-la-litterature-mondiale-9782246820741
+ Lire la suite
autres livres classés : colombieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez

Comment s´appelle la famille dont l´histoire est contée dans le roman

Buenos Dias
Buendia
Bomdia
Banania

8 questions
587 lecteurs ont répondu
Thème : Cent ans de Solitude de Gabriel Garcia MárquezCréer un quiz sur ce livre