AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Christel Espié (Illustrateur)
EAN : 9782226401458
40 pages
Albin Michel (17/10/2018)
4/5   25 notes
Résumé :

A Londres, en cette fin de XIXe siècle, Jason Anderson possède tout ce dont un homme peut rêver : de l'or, de l'argent, et tant de bateaux qu'il ne prend même plus la peine de les compter... Pourtant, il n'est pas heureux. Béatrix, sa fille unique chérie, adorée, est atteinte d'une terrible maladie. Si elle n'en guérit pas avant ses dix ans, elle mourra.

Jason se prend, alors à jalouser son misérable, jardinier, le vieux Mac Neil, qui n'a... >Voir plus
Que lire après Le visiteur de minuitVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 25 notes
5
6 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un très joli conte merveilleusement bien illustré se situant entre Dickens et Edgar Allan Poe.

Marie-Aude Murail est une auteure qu'on ne présente plus. Son écriture reflète une sensibilité et une générosité importantes.
Cet album en est la preuve.

Les illustrations de Christel Espié, elles, sont magnifiques. Elles s'apparentent au texte et l'enrichissent en proposant des personnages au regard expressif dans un décor qui reflète chaque moment de l'histoire : triste et sombre ou alors très coloré et fleuri.

Un bel album à mettre entre toutes les mains !
Commenter  J’apprécie          330
: Parmi les beaux albums grand format, "le visiteur de minuit".

L'auteure Marie-Aude Murail n'est plus à présenter, nous y reviendrons avec cette histoire dont la 1ère version fut publié dans la revue "J'aime Lire" n°134 de 1988.

Le travail graphique de Christel Espié est chatoyant, du bel oeuvre décoratif, la 1ère de couverture nous inspire un tableau, un double portrait sur toile. Un vrai charme.


De quoi est-il question?

" Cet imbécile! Il ose avoir quinze enfants et il ne sait ni lire et écrire! Oh! Le diable emporte son Fergus, oui, le diable l'emporte!"


C'était là les paroles du riche monsieur Anderson dont la pauvre enfant était consignée au lit par une maladie tenace.

Monsieur Anderson n'avait qu'une enfant et elle était mal en point.

Les jeunes lecteurs réagiront, "han, mais il est méchant!?!", les grands lecteurs savent que le désespoir peut faire faire et dire des choses malheureuses parfois.

Mais ne sera t-il pas trop tard pour monsieur Anderson?


Que serait prêt à donner monsieur Anderson pour la santé?

C'est là qu'intervient notre visiteur de minuit.

Comme la Heidi de Johanna Spiri pour Clara, Fergus sera sollicité comme garçon de compagnie pour la fragile Béatrix. Dans la douceur des échanges, il y aura un prix à payer.


Nous serions presque dans un conte amer, facétieux et dramatique de Guy de Maupassant.

L'auteur aimait y dépeindre une belle société parfois victime de ses pêchés d'orgueil et de cupidité, un théâtre d'humour légèrement noire.

L'aventure passe comme un mauvais rêve dont Anderson devra se réveiller.

Heureusement pour nous, et pour ces jeunes héros de 9 ans, le réveil sera doux et réjouissant, nous sommes dans le doute que ce qui s'est passé est bien arrivé.


C'est très chouette et Marie-Aude Murail familiarise agréablement le jeune lectorat à la psychologie des personnages, à adopter une perception moins tranchée.

À découvrir.
Commenter  J’apprécie          30
A force de reclasser le mal dans l'abstraction des idées morales ou des forces obscures, nous avions peut-être oublié qu'il pouvait prendre, au moins dans nos cauchemars, la figure familière du diable. le plus effrayant aspect de ce fidèle serviteur est sans doute son efficacité, quand il se met au service de nos désirs caressés en secret.

Marie-Aude Murail a écrit cette histoire en 1986 à une période chahutée de sa vie. Pour cette raison, s'y reflètent sans doute ses tourments de l'époque mais aussi leur résolution progressive. Ce texte était destinée à J'aime Lire et elle avait proposé comme titre L'idée du Diable mais la rédaction de Bayard tiqua et le visiteur de minuit paru plus conforme à l'esprit de la maison, même si le Diable y gardait sa place. Comme elle a pris l'habitude de le faire avec toutes ses rééditions, l'autrice a retravaillé, n'étant plus contrainte par le strict gabarit du magazine.

Le récit tient en quelques mots même si son déroulement est plus complexe qu'il n'y paraît. Nous sommes à Londres, en 1854, où vit Jason Anderson un homme riche et puissant mais qui est le plus malheureux du monde car sa femme est morte et Beatrix, sa fille unique, qui a neuf ans, se meurt à son tour. Son argent n'y peut rien et il enrage de voir que le vieux Mac Neil, son jardinier, a quinze enfants tous bien portants, et notamment le jeune Fergus, son petit dernier, qui a l'âge de Beatrix et vit avec son père.

Une nuit, Jason reçoit une étrange visite, dont il ne voudra pas savoir s'il l'a appelée ou non de ses voeux. Toujours est-il qu'à la suite de cette rencontre, une succession d'événements semble indiquer que la promesse faite par ce mystérieux personnage est en voie d'exaucement. A quel prix monstrueux ? C'est bien ce qui finit par tourmenter Jason qui, sous prétexte d'avoir des affaires à régler, part en voyage jusqu'au printemps fatidique, fuyant autant le terme fixé par les médecins à la vie de Beatrix que les effets annoncés de la promesse diabolique…

En donnant aux magnifiques acryliques de Christel Espié l'écrin d'un album de très grand format 29 X 36 cm, l'éditeur Albin Michel jeunesse a permis que ce récit, qui se joue des codes du conte traditionnel, souffle intensément le chaud et le froid, la neige et les feux de cheminée, la misère impuissante des riches et la gaieté désarmante des pauvres et par-dessus tout, l'enfance et l'amour rédempteurs.
Lien : https://littejeune.blogspot...
Commenter  J’apprécie          51
En voyant cet album, comment ne pas succomber ? La couverture est magnifique, tout comme l'illustration à l'intérieur du livre. Les couleurs sont chatoyantes, les tableaux plein de splendeur. J'avais donc forcément envie d'en voir plus. Impression renforcée à la découverte de l'auteure du texte : Marie-Aude Murail. J'étais plutôt curieuse de la découvrir sur un format court, moi qui n'ai lu d'elle que des romans plus conséquents. On découvre un père de famille plein de richesses, mais rongé par la tristesse alors qu'il voit sa fille dépérir. Un soir, il reçoit la visite du diable en personne, qui lui recommande de faire venir chez lui le fils de son jardinier, plein de vie, pour que son énergie passe dans le corps de la fillette et la guérisse. Que faire alors : écouter son coeur de père ou sa conscience ?

Malgré tous ces bons présages, cet album n'a pas eu sur moi l'effet escompté. Certes, les illustrations de Christel Espié valent le détour. Mais elles ne relèvent pas complètement le texte que j'ai trouvé malheureusement assez plat. Cela est certainement dû au format court, qui a été pensé à la manière d'un conte, avec des ellipses temporelles. Quoiqu'il en soit, je n'ai pas su y retrouver la beauté que j'attendais. Peut-être suis-je passée à côté ?
Commenter  J’apprécie          10
Milieu XIXe siècle. Jason Anderson, un homme riche et puissant, a tout pour être heureux, mais sa seule et unique fille est malade, et risque de périr avant ses dix ans. Son jardinier, lui, a quinze enfants, tous en pleine forme. Cela énerve tellement M. Anderson qu'il invoque le diable. Celui-ci lui rend visite la nuit, et lui propose d'échanger la santé défaillante de sa fille contre celle du plus jeune fils du jardinier. M. Anderson accepte...

C'est la couverture qui m'a interpellée, ainsi que le nom de l'autrice (qui ne connaît pas Marie-Aude-Murail ?)... et je ne le regrette pas ! Les illustrations de Christel Espié donnent un ton enchanteur à ce conte étrange, parfois glaçant.

Parmi les thèmes abordés : une critique des inégalités sociales, la relation père-enfant, mais aussi une belle histoire d'amitié entre deux enfants que tout oppose. La relation qui se tisse peu à peu entre Béatrix et Fergus est adorable.

Le récit est court, dense, et le suspense nous tient en haleine jusqu'au dénouement, auquel je ne m'attendais pas.

Une belle surprise !
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Ricochet
22 février 2019
Marie-Aude Murail tisse un conte fantastique à la Dickens, tout ce qu’il y a de plus classique mais aussi tout ce qu’il y a de plus captivant [...] Habituée à illustrer des classiques de la littérature, Christel Espié offre son superbe pinceau et ses points de vue originaux à cette histoire inédite, qui serait sans doute passée inaperçue dans une revue J'aime Lire (première parution en 1988).
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Béatrix n'avait jamais tant ri de sa vie. Une jolie couleur rosée venait parfois animer ses joues. Et Fergus s'aperçut qu'il en état content.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marie-Aude Murail (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Aude Murail
L'espionne
autres livres classés : diableVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (51) Voir plus



Quiz Voir plus

Simple, de Marie-Aude Murail

Pourquoi Simple a-t-il cassé la montre ?

Pour voir ce qui faisait du bruit
Pour voir s’il y avait des bonhommes dedans
Parce que l’aiguille s’est arrêtée

12 questions
480 lecteurs ont répondu
Thème : Simple de Marie-Aude MurailCréer un quiz sur ce livre

{* *}