AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782368523780
208 pages
Éditeur : Kurokawa (09/03/2017)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Un ordre de mobilisation d'urgence a été donné ! Les héros de classe S sont convoqués et se réunissent au Q.G. de l'Association des héros, tandis que Saitama, le seul de classe B, se tape l'incruste. Tout le monde est alors informé de la prédiction annoncée par la grande voyante Mme Ridma. La Terre court un grand danger !! Que va-t-il donc se passer ?!
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  11 mars 2017
Dans ce tome 6, l’heure est grave et tous les super-héros de Classe S sont convoqués de toute urgence au QG de l’Association des super-héros : Blast, Tornade Tragique, Croc d’Argent, Atomic Samouraï, Petit Empereur, Metal Knight, King, Zombiman, Chevalier Turbine, Pur Porc, Super Black Brillant, Chien de garde-man, Flashy Flash, Master Marcel, Batte-man, Genos, Pri-Pri Prisonner, et Saitama 63e de Classe B… ^^
Le dénommé Stych révèle aux super-héros pieds nickelés la dernière vision de la grande prophétesse Madame Ridma, qui vient de décéder en s’étouffant avec une pastille pour la gorge : la terre est dans la mouise et c’est pour tout de suite, car après avoir éliminé le Seigneur du Ciel et ses sbires Épervier, Aigle, Faucon et Vautour, au mauvais endroit au mauvais moment, un vaisseau-mère extraterrestre anéantit la Ville A !!!
D’un côté nous suivons Saitama qui recherche activement le boss final pour s’éclater un max (et Boros ledit boss final est tout content que Saitama lui tombe dessus car il est persuadé qu’il est celui qui lui offrira enfin un vrai combat, lui qui depuis 20 ans est en quête de la Terre suite à une prophétie qui lui a été révélée par un super-voyant ^^), et d’un autre côté nous suivons les teubés pros de la baston Croc d’Argent, Batte-man, Pri-Pri Prisonner, Atomic Samouraï et son élève Iaïron 2e de Classe A qui affrontent le terrible Mutatron, tandis que les autres super-héros se rassemblent autour de King et Tornade Tragique pour préparer le riposte contre le vaisseau mère ! To Be Continued !!!
Derrière la grosse déconne les auteurs nous offre un affrontement dantesque digne des meilleurs crossovers DC/Marvel Comics : mieux, malgré la grosse déconne on est au-dessus des crossovers DC/Marvel Comics car le récit est presque métaphysique… Le surpuissant Saitama qui s’ennuie à mourir affronte le surpuissant Boros qui s’ennuie à mourir : celui qui vaincra sera celui qui saura passer outre les sirènes du je/ moi / le mien en trouvant sa place parmi les siens… C’est l’un des plus vieux récits du monde, car le mythe mésopotamien de Gilgamesh racontait exactement la même chose !
PS: ici même les histoires courtes et les sketchs de 4 cases sont de bonne facture : c’est un miracle, alléluia ! ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Foxfire
  20 février 2018
Ce 6ème tome est dantesque !
Saitama, alors qu'il n'aurait pas dû être là, assiste à une réunion extraordinaire des super-héros de classe S, le top des justiciers. Madame Ridma, oracle infaillible, a annoncé, avant de mourir d'une façon totalement idiote, que la terre était dans la mouise, ce qui veut dire qu'elle est menacée comme elle ne l'a jamais été. La prédiction ne tarde pas à se réaliser. Et cette fois, la menace vient de l'espace.
Ce tome, c'est du non-stop action. de la baston, de la bagarre, des combats en veux-tu-en-voilà, et bien sûr sans oublier d'être drôle. Tout ça va à un train d'enfer et malgré une mécanique bien huilée on ne ressent pas d'effet de répétition. L'auteur parvient à renouveler son récit. Il faut dire que cette fois-ci Saitama a peut-être trouvé un adversaire à sa mesure en la personne de Boros, le chef des aliens. En fait Boros, tout comme Saitama, est un combattant surpuissant qui s'ennuie et rêve de rencontrer un adversaire capable de lui opposer un peu de résistance.
Le dessin est toujours très bon, et ici tout particulièrement le vaisseau qui est très réussi.
Des combats musclés, de l'humour vraiment drôle, toute une galerie de super-héros, un super méchant... Bref, ce 6ème volet est top. Il me tarde de savoir comment va se terminer le duel Saitama / Boros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
nebalfr
  18 mars 2018
[Chronique commune aux tomes 5 et 6]
Bon, allez, il est bien temps d'arrêter les frais… Dans ma dernière chronique de One-Punch Man, qui portait sur les tomes 3 et 4, j'avais été suffisamment convaincu par l'humour délirant du tome 3 pour envisager de jeter un oeil sur la suite, là, comme ça, en passant… Ce que j'ai fait, donc, avec ces tomes 5 et 6… qui sont hélas parfaitement dans la lignée du tome 4, lequel m'avait beaucoup déçu.

À mes yeux d'ignare en shônen, le grand atout de la série était clairement son humour, son goût pour la parodie autant que pour l'absurde. C'est semble-t-il bel et bien ce qui a fait le succès du manga originel de One sur le ouèbe, et qui a permis à la série de se développer dans cette version papier adaptée par Murata Yusuke ainsi que dans une version animée qui a semble-t-il beaucoup plu (je n'y connais rien). À maints égards, One-Punch Man est un shônen avec plein de baston, mais qui en rigole et fait mumuse avec les codes du genre.

Ou du moins est-ce la théorie… Car, à ce stade du manga papier, cela fait trois tomes que l'humour est presque totalement aux abonnés absents, et que l'accent est uniquement mis sur la baston, la baston, la baston. Les spécialistes vous diront que, même dans ces épisodes, One-Punch Man casse quelques codes du nekketsu, et c'est bien possible, mais, pour un lecteur lambda ou moins que ça dans mon genre, c'est une dimension totalement hermétique, et ne demeure que la baston, la baston, la baston. On pourrait assez légitimement en conclure que One-Punch Man est devenu ce dont il se moquait.

Je ne connais à peu près rien au shônen, ou au nekketsu. Aussi mes références en la matière sont-elles très aléatoires… Mais, à la lecture de ces tomes, j'ai eu un peu le sentiment très navrant que j'avais ressenti, gamin, quand je regardais Dragon Ball au Club Dorothée truc. Dragon Ball, c'était cool : frais, drôle, de bons personnages… Déjà, à l'époque, mon intérêt pour la série avait diminué dans les pénibles séquences de tournoi semble-t-il typiques du nekketsu, avec la montée en puissance des adversaires ; mais, globalement, OK. Puis il y a eu ce moment bizarre où Dragon Ball est devenu Dragon Ball Z… et où je me suis mis à détester ce que j'avais adoré. L'humour n'était plus de mise, chaque épisode se focalisait sur la baston, ou peut-être autant et même davantage sur les poses badass des héros et des vilains, portés à avoir les dents qui grinçaient et la goutte au front – entre le résumé des épisodes précédents et le teaser de la suite, on n'avait pas grand-chose d'autre. le trait qui demeurait, c'était le plus mécanique : la montée en puissance, toujours davantage, et le défi héroïque.

J'ai toujours trouvé ça chiant à mourir, et n'ai visiblement pas changé à cet égard. Ces tomes 5 et 6 de One-Punch Man en témoignent : au Roi des Profondeurs, qui constitue l'antagoniste dans la quasi-totalité du tome 5 (après avoir déjà bouffé de la place dans le tome 4), et qui était tellement plus balaise que tous ses prédécesseurs, succède un nouvel ennemi, ou plutôt un petit groupe d'ennemis, extraterrestre, qui latte tout le monde (dont l'intégralité du casting de la « classe S » des héros, les « meilleurs des meilleurs »), sauf Saitama, dans le tome 6 – sur presque toute sa durée là encore. Un schéma typique se répète, avec tous les héros censément super-badass (malgré leur nom ridicule, le cas échéant) qui se font tous latter la tranche, tandis que cette buse de Saitama progresse tranquillou (en sachant que le principe même de la BD implique qu'il triomphe des adversaires les plus redoutables avec un unique coup de poing, ce qui devrait pourtant contredire la mécanique même de la montée en puissance) – tandis que son « disciple » Genos nous commente l'action en voix off. Ad nauseam.

Ce schéma se répercute aussi dans le soupçon (infinitésimal) de dimension drama de la série : inévitablement, Saitama sauve tout le monde, mais on ne le prend jamais au sérieux – contrairement aux autres héros, si classe, il est considéré par la population civile comme un imposteur, au mieux, éventuellement une menace. C'est systématique. Problème : Saitama lattant du monstre, en dépit des apparences, ce n'est pas du comic de super-héros façons disons Marvel – dans son principe même, il ne peut pas être un Spider-Man ou un X-Man ; dans ces comics, il faut que le lecteur s'intéresse au moins dans une égale mesure à, mettons, Spider-Man, et à Peter Parker – c'est bien pourquoi l'action, essentielle, ne bouffe en principe pas l'intégralité des épisodes. C'est sans doute inenvisageable avec Saitama, dont l'essence est d'être une caricature passablement ridicule et superficielle, y compris au plan graphique (même si, à l'occasion, la BD louche ostensiblement sur le drama « pédagogique », dans les épisodes bonus notamment – ici, c'est flagrant dans celui du tome 6, qui porte sur le suicide et est bien lourdingue). Que Saitama ne puisse pas véritablement jouer ce rôle, de ma part, n'a rien d'un reproche, c'est un constat : ça n'est tout simplement pas le propos de la série.

Non, One-Punch Man, son rayon, son prétexte, son propos, ça devrait être l'humour, la parodie, la débilité, l'absurdité… C'était ce qui faisait la réussite des meilleurs épisodes antérieurs. Mais, à moins d'être en mesure de se satisfaire d'une unique réplique idiote çà et là, noyée dans soixante pages de poses badass, de grincements de dents et de baston toujours plus plus… Non, tout cela n'a absolument plus rien de drôle. Et le sentiment se renforce sans cesse de ce que One-Punch Man est devenu ce dont il se moquait, en remisant de côté ses singularités initiales au profit (si j'ose dire) d'un récit devenu parfaitement mécanique et sans âme.

Notez, même si ce n'est de toute évidence pas ma came, et que je dois me résoudre à arrêter les frais, je ne prétends pas « objectivement » que One-Punch Man est une mauvaise série – elle a ses fans, nombreux, qui s'y connaissent probablement bien davantage que moi en la matière (euphémisme). C'est surtout que nous n'avons pas les mêmes critères, je suppose… Et, par ailleurs, j'admets volontiers que le dessin de Murata Yusuke est très bon – spectaculaire, dynamique, lisible… Irréprochable à vrai dire – bon, en mettant comme d'hab' de côté la question du floutage un peu trop récurrent… Oui, c'est du très bon boulot ; mais, en ce qui me concerne, cela ne suffit pas.

Il est bien temps d'arrêter les frais – j'ai d'autres choses à lire, qui me parleront davantage, et sans peine.
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
balloonvenus
  08 juin 2017
Suite à la prédiction de la plus grande des voyantes, Madame Ridma, tous les plus grands héros de classe S (et Saitama...) sont convoqués dans les bureaux de l'Association. La Terre est sous une menace imminente, voire immédiate, d'être détruite. D'ailleurs, au moment même de la réunion, la ville A est rasée par un vaisseau extraterrestre. Alors que les héros de classe S combattent sur Terre un monstre qui semble increvable, Saitama va faire un petit tour dans le vaisseau. Il y rencontre son alter ego de l'ennui, Boros, qui parcourt l'univers (en détruisant tout sur son passage) pour trouver le frisson ultime. Pas une seconde d'ennui dans ce tome qui enchaîne les combats et des scènes très drôles avec un Saitama blasé de tout ("oups, j'a cassé la porte").
Commenter  J’apprécie          20
myormerod
  21 juin 2017
Cette fois-ci ce ne sont pas des monstres terriens, mais bien extraterrestres qui viennent déranger le pauvre quotidien des concitoyens. Beaucoup de nouveauté dans ce tome avec des personnages plus forts les uns que les autres et un Saitama tout simplement extra.
Je vous dirais que tous ces nouveaux personnages m'ont beaucoup plus pour le mystère qui les entoure, leurs caractères à tous si fort et déterminé et pour certains tellement décalé avec leur apparence. Les monstres que nos héros doivent affronter sont plus forts et organisés que d'habitude et nous avons le droit une fois encore à de beaux combats.
Génos, pour une fois, ne se fait pas démonter, enfin pas contre les monstres xD (il faut bien qu'il se prenne un coup pour notre bon plaisir lool). L'humour est au rendez-vous et l'évolution de l'histoire addictive. Un méchant original avec beaucoup de clins d'oeil, bref, un bonheur pour le moral, mais il va être dur d'attendre le tome 7 alors que Boros devient sérieux.
Au moins, nous avons le droit à une petite histoire bonus amusante qui va nous arracher de beaux sourires, à lire absolument !!!

Lien : http://ma-boite-de-pandore.e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Sceneario   13 mars 2017
Malgré le grand plaisir que je prends à chaque fois à cette lecture je trouve aussi que c'est assez systématique dans le procédé. Et aucun changement ne semble se profiler, c'est un peu dommage !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   12 mars 2017
Détruire des planètes sous prétexte que tu te fais chier… Si tu fais ta crise de la quarantaine, achète-toi une moto et viens pas nous saouler.
Commenter  J’apprécie          161
Koneko-ChanKoneko-Chan   02 août 2017
Psychopoulpe (haut-parleur) : À l'intention de l'intrus ! Arrête immédiatement de tout casser et va-t'en ! Ceci est un avertissement ! Va-t'en tout de suite !
Saitama : Hein ? Étrange...
Psychopoulpe (haut-parleur) : Sinon, nous utiliserons toute notre puissance pour te tuer.
Saitama : J'entends une voix dans me tête.
Psychopoulpe (haut-parleur) : Un pas de plus et tu es mort !
Saitama : J'aimerais bien partir, mais je me suis perdu et j'arrive pas à trouver la sortie.
Psychopoulpe (haut-parleur) : Entendu. Je vais te guider. Tourne à droite et monte les escaliers devant toi.
Saitama : O.K. ! Je vais prendre à gauche alors, hé hé hé...
Psychopoulpe (haut-parleur) : A... Attends ! Imbécile ! Non... Stop ! Arrête ! Ne va surtout pas par là !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Yusuke Murata (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yusuke Murata
"Eyeshield 21" opening 1 ("Breakthrough")
autres livres classés : super-hérosVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
900 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre