AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bruno Krebs (Traducteur)
EAN : 9782070618293
464 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (23/04/2010)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 204 notes)
Résumé :
Alors qu'ils fuient une armée implacable, Todd et Viola sont séparés. Todd est fait prisonnier par son ennemi Maire Prentiss et Viola rejoint la Flèche, un groupe de résistance. Entraînés dans un conflit qui les dépasse, ils ne rêvent que de se retrouver, mais peuvent-ils encore se faire confiance ? La suite bouleversante de La Voix du Couteau.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Cette critique peut heurter la sensibilité de certains lecteurs.
Hugo
  20 octobre 2016
Le chaos en marche tome 2, le tome 1 étant déjà bien consommé, j'ai décidé de me tartiner le tome 2 pour m'y morfondre, avec une certaine aisance, t'as qu'à foutre un jogging un peu trop large et tu verras déjà la touche d'enculé que tu vas te taper, un t-shirt troué, une coupe à la j'en ai rien à foutre, une barbe mal branlée, la clope au bec, Niveau look t'as gagné le prix Nobel du laisse toi aller tiens et tout ira bien…
L'autre soir en bas de chez moi, je tapais la discute à mon égo, revenu d'un long voyage en virilité, le voilà qui débarque la nonchalance au vent qui me dit :
- Salut beau gosse
- Ah te revoilà, ça faisait un moment hein, tu veux une clope ?
- Non j'ai arrêté les mauvaises habitudes ya longtemps quand t'étais encore un truc potablement tripotable
- T'aimes pas le style : bide qui enfle et couilles qui grattent
- J'ai jamais aimé le foot trouduc, mais tu m'as l'air en pleine forme putain ça fait plaiz
- A part la fumée qui pique les yeux et le vin qui raconte des conneries, je m'en sors
- T'as pas arrêté tes conneries alors ?
- Mon côté meuf certainement j'ai toujours aimé les papillons roses
- Putain y fallait que ça nous tombe sur la gueule comme ça, mais relève un peu ta tête de con et regarde ce merdier dans lequel tu t'enfonces
- Si je pouvais enfoncer plus, on dit verge toi et moi, que sinon je finirais enculé
- Alors enchanté connard, moi je suis là pour te convaincre que t'es un branleur
- T'avais d'autres trucs à me raconter sinon
- Ouais j'ai un plan ou deux pour de la meuf, t'enfiles un truc potentiellement mouillant et l'affaire est pliée
- Ouah je bande déjà
- Par contre évites de trop parler, sinon la nana, elle va pas glisser sur ta bite
- Merde, c'est quoi son petit nom que je prépare les banalités d'usage
- Plan cul elle s'appelle plan cul, putain mais on s'en branle de son petit nom, t'es pas là pour te marier, juste me rendre un service histoire de me redonner gout à ta vie
- Ouah j'en crève ma libido là tu vois, tu me trous l'excitation, attends j'entraine ma langue
- Putain tu changes pas, t'es accoudé à ton muret à te convaincre que ya peut-être un truc bien à en tirer de ton désastre, mais moi je te dis ya que dalle qui t'attend sur le chemin de la solitude
- Moi j'aime bien quand t'es pas là en fait, quitte à rester à la branlette, enfoncer ma langue dans l'un con nu n'emballe pas ma timidité
- Tu vas rester ce trouduc toute ta vie…c'est triste
Il s'est barré le con, je peux pas le blairer, un vrai emmerdeur, qui te pourrit la joie de vivre dès que tu prends un coup dans les burnes, à chaque fois, il débarque file voir mon moral pour lui marmonner des conneries, donc l'autre trop cogiteur à la déprime bien pendue se laisse embarquer dans un sac à emmerde, et si peu que le sac soit troué, tu prends cher… du coup après notre conversation au clair de lune je remonte chez moi, ma fille s'est endormie dans son lit de grande, allongée sur le côté ses petits mains liées soutenant sa tête de blondinette, d'un air paisible les yeux fermés elle roupille et ça me fait craquer ces conneries…
Bouquin fidèle au premier
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          364
Sando
  18 février 2015
Attention ! A ne lire qu'après avoir terminé le tome 1, « La Voix du couteau », car risque de spoilers.

Arrêtés brutalement alors qu'ils étaient aux porte de Haven, Todd et Viola sont de nouveau séparés. Gravement blessée, Viola est conduite auprès de guérisseuses avec interdiction de sortir de la maison de soins tandis que Todd est emmené auprès du Maire de Prentissville, désormais Président de Haven après une victoire facile sur la ville. Sans attendre, il prend le pouvoir sur Haven, qu'il rebaptise New Prentissville et fait régner sa loi sur la ville, privant les habitants du remède qu'ils avaient mis au point contre le Bruit.

Face à cette tyrannie, un groupe rebelle s'organise mené par Maîtresse Coyle, la meilleure guérisseuse de la ville. Dès lors, les routes de Viola et de Todd se séparent, menaçant sérieusement la confiance qu'ils ont l'un dans l'autre…

Patrick Ness réussit le défi de nous livrer une suite largement à la hauteur du premier tome ! Les protagonistes grandissent et évoluent dans ce climat de guerre, s'étoffant et gagnant en profondeur. Tourments, doutes, remises en questions et ambiguïtés s'invitent et permettent de complexifier l'intrigue et de la rendre encore plus passionnante. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et certains rôles se déploient et s'affirment dans cette suite encore plus sombre…

« le chaos en marche » est une série qui porte bien son titre et qui nous plonge avec brutalité dans un monde en guerre, privé de repères, où chacun lutte pour sa survie et pour ses idéaux. Un roman haletant et prenant, de plus en plus violent qui nous laisse le souffle coupé avec une seule envie : se jeter sur la suite !

Challenge Variétés : Une trilogie

Lien vers le T.1 : http://www.babelio.com/livres/Ness-Le-chaos-en-marche-Tome-1--La-voix-du-couteau/125867/critiques/713345
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
LiliGalipette
  09 novembre 2014
À Haven, Todd et Viola sont tombés dans le piège tendu par le Maire Prentiss, qui se fait désormais appeler Président Prentiss et qui a de grands projets pour Nouveau Monde. Projets dans lesquels il compte bien impliquer Todd, de son plein gré ou non, le garçon revêtant de plus en plus une importance qu'il a bien du mal à concevoir. « Il ne peut pas tuer. Même pour se sauver lui-même. C'est ce qui le rend si spécial. Voilà pourquoi il le voulait tellement. Il n'est pas comme eux. » (p. 108) Alors que Viola est soignée par les guérisseuses de Haven, elle découvre que la résistance est en marche. Un groupe nommé La Flèche, mené par Maîtresse Coyle, s'oppose au Cercle représenté par le Maire. Rapidement, les choses tournent mal et des bombes explosent un peu partout. Todd et Viola sont séparés, chacun dans un camp différent, mais ne renonçant jamais à se retrouver. « On arrête pas de se sauver l'un et l'autre […]. Est-ce qu'on sera un jour à égalité ? / J'espère pas. » (p. 461) Désormais, les femmes se battent contre les hommes et les hommes se battent aussi contre les hommes.
Dans ce tome, La narration est portée alternativement par Todd et Viola, ce qui donne un dernier chapitre d'une très grande intensité, les voix croisées se répondant, voire se devançant. L'opposition entre homme et femme n'est pas seulement une question de genre ou de force physique, mais également de rapport à l'information et à la communication, les hommes étant seuls atteints par le Bruit. « le silence d'une fille reste actif, ça reste une chose vivante qui dessine une forme dans tout le Bruit et son boucan autour. » (p. 20) L'évolution des personnages et de leurs sentiments est subtile et cohérente avec la progression de l'intrigue. Loin des clichés de la littérature dite « young adult », la romance entre Todd et Viola n'est pas le centre de l'histoire : elle est menée avec délicatesse, presque en marge du reste du récit. L'attirance réciproque des deux jeunes héros répond certes à des codes et semble inévitable, mais elle n'est pas le moteur de l'action. Il est davantage question d'acceptation de la différence que d'amourette et c'est un bon point supplémentaire dans cette histoire de qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Maliae
  27 avril 2014
J'avais déjà trouvé le tome 1 prenant et on se sentait essouflé en le lisant, je me rappelle que le sujet était atroce et que les deux gamins Todd et Viola en voyaient de toutes les couleurs ! Et bien ce tome 2 est dans la lignée du un, il est même peut-être encore pire. Les sujets abordés sont vraiment très durs (surtout vécu par des enfants) et sont montrés dans leur plus mauvais côté (bon la guerre et la torture n'ont pas de bons côtés, mais disons que l'auteur ne prends pas de pincette pour en parler). Todd et Viola sont séparés dans ce tome et pourtant leur relation est très présente tout de même puisqu'ils n'arrêtent pas de penser l'un à l'autre, et quasiment tous leur geste tiens de “comment retrouver l'autre”. Cette fois-ci il y a donc les deux narrateurs. Todd tout d'abord, qui parle comme dans le premier tome même si par certains côté sa façon de raconter s'est améliorer, puis Viola (si elle parle mieux, son style reste léger), et chaque fois c'est un rouleau compresseur d'émotions. Les mots sont des poignards et touchent vraiment, je ne sais pas comment dire mais chaque partie du livres a réussi à me toucher et à m'emmener. On me tenait par la main et on me guidait au milieu de cette histoire atroce et c'était à la fois horrible et super bon, impossible de décrocher. D'ailleurs il fait plus de 550 pages et je l'ai finis à une vitesse incroyable (en sachant que je ne peux pas lire la journée puisque je suis en stage). Il n'y a rien de léger, même l'amitié/amour de Todd et Viola est poignant et fort. Je déteste vraiment le Maire, et si je n'ai pas aimé son fils sur le début disons qu'il s'améliore et j'ai appris à l'apprécier (il a juste pas eu le bon père quoi). J'ai adoré les chevaux (sauf celui du maire, comme de par hasard) surtout Angharrad, elle remplace un peu Manchee (même si Manchee est absolument irremplaçable). Bon forcément j'adore Todd et Viola, et franchement j'ai tellement envie de les plaindre, les adultes se servent d'eux, les manipulent, jouent avec eux, et les font souffrir jusqu'au bout. J'ai l'impression parfois qu'ils sont dans un filet et qu'il est impossible pour eux d'en sortir, il y a trop de noeuds et rien ne va. Je n'ai pas aimé Mrs Coyle, ni au début, ni après, je n'aimais pas sa manière d'être sûre d'elle et de vouloir manipuler Viola, pour moi elle était au même niveau que le Maire. Et les autres personnages que j'ai aimé, ben pour la plupart finisse assez mal. (Comme quoi c'est pas toujours les gentils qui s'en sortent, parce que l'auteur prend un plaisir sadique à éparger les plus méchants). Encore une fois le Bruit est très très présent, et quand Todd en parle chaque fois j'ai l'impression de l'entendre, non mieux encore : de le voir. Je le sens et c'est ça la force de ce livre aussi, c'est que les choses sont tellement bien racontés qu'on y est tout à fait, on voit, on sent, on ressent, on est là (et ça aide pas, surtout que les personnages ont des sentiments très fort, même les secondaires et pffiouuu). La fin m'a encore vachement secoué, exactement comme pour le premier et donne envie d'avoir le troisième tome. Même si dans un sens je suis contente de ne pas le posséder, car après un livre pareil j'ai besoin d'une pause pour renouer correctement mes intestincts et remettre mon cerveau à sa place (et je me connais si j'avais eu le tome 3 je l'aurais enchainé sans penser aux conséquences). Je me demande très franchement si cette histoire va bien se finir, mais c'est très mal partit, très très mal (j'ai vu des livres plus joyeux avec des fins super tristes alors bon). J'ai une dernière remarque à faire, je ne sais pas si c'est moi ou quoi, mais quand je lis ce livre je pense pas mal à Hitler (parce qu'à un moment ils font brûler des livres et pas que pour ça), je pense au camps de concentration (sauf que les juifs sont des spackles ou des femmes), je pense aux tortures infligés pour faire parler les prisonniers (comme par l'Inquisition par exemple), bref je crois que ce sont les pires de l'hommes qui se trouvent dans ce livre. Mais peut-être aussi le meilleur : le courage, la confiance, l'amitié, la loyauté, l'amour. Et c'est sans doute pour tous ces sujets abordés, et bien abordés, que ce livre est si poignant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
edwige31
  25 octobre 2013
Encore une fois, même si j'ai apprécié globalement de lire la suite de l'aventure de Todd et Viola, j'ai trouvé que l'histoire se traine, voire tourne en rond et que le récit souffre de longueurs.
Alors qu'ils fuient l'armée du maire Prentiss, Todd et Viola sont séparés dés leur arrivée dans la ville où ils espéraient pouvoir se cacher. Todd est fait prisonnier par le Maire Prentiss et devra cohabiter avec le fils de ce dernier : dévolu à la surveillance de spackles esclaves, Todd se renferme peu à peu sur lui-même pour échapper à l'horreur de ce qu'il voit et fait. Viola, blessée gravement, est sauvée par une guérisseuse au fort caractère. Il se trouve qu'elle est la meneuse de la rébellion La Fleche et Fiona se voit contraint de les rejoindre pour protéger sa vie et celle de Todd. Malgré leurs sentiments, leur confiance mutuelle est ébranlée par les événements et des enjeux politiques qu'ils ne maitrisent pas…
Ce second tome est assez intéressant par l'analyse qui est faite de la résistance lors d'une invasion : les choix politiques, les points de vue divergents, qu'est ce qui fait l'engagement, quelles sont les limites entre résistance et terrorisme, tout cela est évoqué de façon assez habile et subtile. Pas d'opinions tranchées, juste une amorce à la réflexion. J'ai apprécié aussi les sentiments ambivalents de Todd pour les spackles, êtres si différents et incompréhensibles. Je trouve que la description de l'évolution de Todd, qui sera amené à faire des choses qui lui auraient été inconcevable peu de temps auparavant, est assez représentative de la barbarie ordinaire.
Le rythme est moins soutenu ce qui est normal au vu de l'évolution du récit : pour autant, j'ai trouvé qu'il y a avait vraiment des passages très longs qui n'apportaient rien à la compréhension du récit ou à l'analyse du contexte. C'est dommage mais les descriptions des combats ou des rencontres multiples entre le Maire Prentiss et Todd m'ont parfois agacé.
Un bon moment et je me précipite tout de même sur le dernier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
l-ourse-bibliophilel-ourse-bibliophile   01 juin 2016
Et j’entends sa voix dans ma tête –
Pas une attaque –
La version insidieuse, le serpent tortueux de sa voix –
Celle qui est lui prenant possession de mes choix –
Celle qui est lui les faisant siens.
Commenter  J’apprécie          60
ycatycat   29 mars 2011
Plus dur que le tome 1 mais très subtil. analyse les rapports au pouvoir, à la dictature, à l'idéal. jusqu'à la fin j'ai cru que c'était la fin (justement) mais il y a un tome 3 ! pas encore traduit...il nous pèle les nerfs !
Commenter  J’apprécie          20
CDI06CDI06   26 mai 2013
- Si tu avais déjà vécu la guerre, dit-elle sans lever le nez de son bloc-notes, tu saurais que la guerre ne fait que détruire. Personne n'échappe à une guerre. Même pas les survivants. Tu acceptes des choses qui te feraient horreur en temps normal parce que la vie a temporairement perdu toute signification.
Commenter  J’apprécie          10
EmLireEmLire   19 février 2018
-Tu es celui que je n'ai pas pu briser, Todd. Celui qui n'a pas voulu tomber. Celui qui reste innocent, même les mains rouges de sang. Celui qui m'appelle toujours Maire dans son bruit.
Commenter  J’apprécie          20
RadicaleRadicale   24 octobre 2010
Nous sommes les choix que nous faisons.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Patrick Ness (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Ness
Rachel vous présente son coup de coeur pour le roman "Burn" de Patrick Ness aux éditions Pocket Jeunesse !
Burn : https://bit.ly/2IRhgrv
En 1957, dans la petite ville de Frome, aux États-Unis, le père de Sarah doit se résoudre à embaucher un dragon bleu, pour l'aider à la ferme. Si les Bleus sont rares, ils ont mauvaise réputation, bien plus que les Rouges. Sarah doit s'en méfier... Pourtant, fait exceptionnel, le dragon lui apprend son nom : Kazimir. Il la sauve même des mains d'un policier violent. Pourquoi s'intéresse-t-il tant à elle ?Selon le dragon bleu, Sarah serait la clé d'une prophétie au coeur des conflits entre humains et dragons. Kazimir serait là pour la protéger. Si ce dragon étrange et fascinant dit vrai, l'avenir du monde entier est en jeu.
+ Lire la suite
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

quelque minute après minuit

Quelle maladie de la mère du jeune garçon?

le cancer
la rage
la tuberculose

11 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : Quelques minutes après minuit de Patrick NessCréer un quiz sur ce livre

.. ..