AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070642909
Éditeur : Gallimard Jeunesse (30/11/-1)

Note moyenne : 4.37/5 (sur 457 notes)
Résumé :
Depuis que sa mère a commencé son traitement, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. A minuit sept, un monstre vient le voir, qui a l'apparence d'un if gigantesque, quelque chose de très ancien et de sauvage. Mais pour Conor, le vrai cauchemar recommence chaque jour: sa mère lutte en vain contre un cancer, son père est devenu un étranger, et il est harcelé à l’école. Au fil des visites du monstre, l’adolescent comprend que son vrai démon est la vérité... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (190) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  28 décembre 2013
Le père de Conor est parti en Amérique avec sa nouvelle femme. La mère de Conor est très malade et les traitements semblent l'affaiblir de plus en plus. La grand-mère de Conor ne ressemble pas du tout à une gentille grand-mère. Les camarades de classe de Conor sont brutaux et moqueurs à son encontre. Bref, pour Conor, la vie est déjà très difficile et douloureuse. Et il y a ce cauchemar qui revient chaque nuit et qui le réveille en sursaut. Un soir, à 0 h 07, le grand if qui se dresse derrière la maison se transforme : un monstre entre dans la chambre de Conor et lui annonce qu'il lui racontera trois histoires avant d'entendre la sienne qui devra être la vérité. Qu'est-ce que tu veux de moi ? demanda-t-il. / Ce n'est pas ce que je veux de toi, Conor. C'est ce que toi tu veux de moi. / Je ne veux rien de toi. / Pas encore, dit le monstre. Mais bientôt. » (p. 40)
Le monstre n'est pas sorti d'un cauchemar et il ne se fait pas oublier quand le jour pointe ses rayons. Au contraire, il se montre à chaque fois que Conor perd pied à l'école ou chez sa grand-mère. le monstre encourage Conor à exprimer ses sentiments, aussi violents soient-ils. « Les histoires sont des créatures sauvages. Quand tu les libères, qui sait ce qu'elles peuvent déclencher ? » (p. 61) Cet être effrayant venu des temps anciens représente toutes les peurs qui habitent l'enfant et se présente comme l'exutoire incarné des terribles sentiments qui se contredisent et se débattent dans le coeur et l'esprit du garçon. Il faut parfois des paraboles pour oser s'approcher de l'impensable et de l'incompréhensible, et quoi de plus impensable et de plus incompréhensible que la mort. « Les histoires sont importantes. Elles peuvent être plus importantes que tout. Si elles apportent la vérité. » (p. 151)
Les trois récits que le monstre fait à Conor sont pleins d'une subtilité qui, même si elle est un peu cousue de fil blanc, efface la frontière trop sage entre bien et mal, entre réel et irréel. Alors que Conor refuse de penser que sa mère ne guérira pas, il lui faut pourtant accepter l'idée du deuil et de la vie sans elle. Et son meilleur soutien, outre celui très ambigu que lui offre le monstre, lui vient de cette grand-mère si peu aimable au premier abord. « Sa maman à lui était sa fille à elle. Et elle était pour eux deux la personne la plus importante au monde. Et ce n'était pas rien d'avoir ça en commun. » (p. 210)
Dans l'ensemble, j'ai plutôt apprécié cette intrigue, même si je ne suis pas vraiment friande des romans pour la jeunesse. J'ai toutefois un gros reproche à émettre à l'encontre de cet ouvrage. Les illustrations sont sombres, beaucoup trop sombres. D'aucuns me diront que cela va de pair avec le cauchemar et la peur. Mais je ne comprends le parti pris de représenter le monstre, de lui donner une forme. Chaque lecteur a son propre monstre, ses propres terreurs : à mon sens, montrer le monstre, c'est empiéter sur l'imagination et diminuer d'autant la peur que peuvent susciter l'inconnu, le non-formé, l'ombre derrière le rideau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
chardonette
  20 juillet 2013
Bouleversant, magnifique, un moment de lecture dont on n'en sort pas indemne.
L'auteur, Patrick Ness nous invite à faire la connaissance d'un jeune garçon Conor O'Malley qui vit avec sa mère malade.
Conor fait des cauchemars notamment un qui ne sera pas dévoilé au lecteur. Il va faire la connaissance d'un arbre, un if qui va l'aider à traverser une période très difficile.
C'est un récit sur les sentiments, la relation mère-fils et bien plus encore.
Quelques minutes après minuit est très bien écrit, le lecteur ressent toutes les émotions, les sensations et les sentiments des personnages.
Jim Kay est l'illustrateur de ce roman et autant le dire ces illustrations sont sublimes.
À noter, ce roman a reçu de nombreuses récompenses comme le National Book Award 2011.
Un vrai coup de coeur pour ce roman.
Commenter  J’apprécie          372
belette2911
  25 juillet 2018
Après la lecture d'un pavé pourvu de moult longueurs, il me fallait un truc court, quelque chose de 200 pages et pas plus.
Et, une fois de plus, le truc court s'est révélé plus percutant, plus orgasmique que le long bazar…
Messieurs, tirez les conclusions que vous voulez, mais on peut avoir un petit tout mince dans la main et passer de meilleurs moments qu'avec un grand épais.
Ce ne sont pas les lectrices qui vont me contredire… Même si, il arrive aussi qu'on tombe sur un petit roman décevant et une pavé envolé.
Oui, durant toute l'intro de ma chronique je n'ai fait que de parler de taille de romans et de rien d'autre ! What did you expect ?
Si j'ai déconné autant d'entrée de jeu, c'est parce que je ne savais pas trop par quel bout commencer pour vous dire combien de roman m'a ému, bouleversé, happé, intrigué, émotionné, et j'en passe.
La maladie, le crabe, rien de joyeux là-dedans, surtout lorsque cela touche une mère qui élève seule son enfant (Conor), le mari s'étant envolé avec une autre femme et reconstruisant une nouvelle famille en Amérique.
Quelle poésie, quelle délicatesse l'auteur use pour nous parler de ce sujet grave et, au lieu de faire pleurer bêtement dans les chaumières, il sublime son récit avec une touche de fantastique qui m'a soufflé par tant de justesse.
Certes, c'est un if géant qui raconte trois histoires à Conor, histoires où l'on désigne, au premier abord, des coupables faciles.
Mais méfions-nous et évitons de trop vite juger car tout n'est pas toujours tout blanc ou tout noir dans la vie et Conor va aller de surprises en surprises, d'apprentissage en apprentissage avant d'arriver à cracher ce qui le hante.
Nom de dieu, quel roman mes ami(e)s !
En deux heures de lecture (oui, c'est court), j'ai été retournée dans tous les sens, surtout mon coeur, j'ai eu mal, j'ai pris des coups, j'ai appris des leçons, j'ai eu des vapeurs d'oignons dans les yeux (ben oui, ils pleuraient, ces cons !) et une fois le livre posé, je n'en ai pas repris un autre parce que je voulais digérer celui-là d'abord.
Oui, c'est du brutal, comme disait l'autre en buvant un alcool à base de betterave, mais ça ne vous rendra pas aveugle car la violence contenue dans ces pages est tout à fait maîtrisée et parfaitement à sa place.
Un coup de coeur pour cette belle philosophie contenue dans ces pages et qui n'a rien de gnangnan ou guimauvienne.
(Même pas droit à la 169ème critique, mais la 170ème. Caramba, c'est raté !)

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
Maks
  29 janvier 2017
Quelques minutes après minuit est un très beau livre, très triste également.
Un petit garçon vivant avec sa mère atteinte d'un cancer, voit la nuit un arbre par sa fenêtre (un if) se transformer en monstre. C'est un cauchemar récurant, mais en est-ce vraiment un ?
À cause de la maladie de sa maman, le jeune garçon va faire de plus en plus de cauchemar, il va même les rechercher volontairement. Il va également s'isoler de plus en plus et finalement devenir ami avec le monstre.
Le récit aborde le sujet de la maladie et la perte d'un être cher avec tact et délicatesse, très bien imagé par le monstre, la colère, l'espoir et la résignation sont en fait le vrai sujet du livre, ou comment aborder le deuil avec un pré adolescent.
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : http://unbouquinsinonrien.bl..
Commenter  J’apprécie          390
Myrtle
  27 avril 2012
Énorme coup de coeur pour ce livre qui m'a tour à tour terrifiée et émue. Je ne pensais pas que l'on pouvait faire un livre aussi beau avec un sujet aussi dur.
Trois personnes sont à l'origine de cette réussite. Tour d'abord, Siobhan Dowd, qui en a eu l'idée mais n'a pu l'amener à son terme, emportée par un cancer en 2007. Patrick Ness a alors pris le relais et a écrit une merveilleuse histoire, dans son style à lui, accompagnée par les dessins à l'encre de Jim Kay, qui m'ont littéralement transportée dans l'histoire.
Tout est évoqué avec une justesse incroyable, la maladie, l'incompréhension, la peur, l'isolement et les contes du "monstre-if" sont là pour nous mettre sur le chemin de la vérité. Je dis "nous" car avec un livre si parfait, on est obligé de rentrer nous aussi, dans l'histoire - ou devrais-je dire le cauchemar?
Je n'ajouterai rien, c'est à vous de découvrir cette petite merveille, de la savourer, de ne pas la lire d'une traite, pour qu'elle fasse son chemin en vous. Et en hommage à Siobhan Dowd, je vais me replonger dans ses oeuvres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

critiques presse (4)
LaPresse   06 mars 2013
Brutal, violent, mais d'une violence nécessaire, ce roman inspiré d'une idée de l'écrivaine irlandaise Siobhan Dowd est ponctué de très belles illustrations en noir et blanc.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Elbakin.net   25 juin 2012
Quelques minutes après minuit est un roman qui met des mots sur des maux et qui aide à comprendre ceux qui souffrent. C’est aussi une magnifique rencontre entre un monstre et un enfant.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Ricochet   14 juin 2012
Il est […] difficile de poser des mots critiques sur le roman, qu’on voit parfaitement prétexte à débat avec des jeunes à partir de 11-12 ans. Superbement dramatique.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Telerama   30 mai 2012
Fable philosophique, entre réalisme et merveilleux, qui sait aussi jouer de l'humour, Quelques Minutes après minuit fait partie de ces livres dont on sort grandi.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
milamiragemilamirage   26 août 2016
Il regagna la cuisine et jeta un regard sur la pendule.
Encore dix minutes.
Toujours aucun signe de....
- Conor ? fit une voix du haut de l'escalier.
Il expira un grand coup, réalisant qu'il avait retenu son souffle jusque-là.
[.......]
- Tu es un brave garçon, dit-elle avec un sourire, mais il entendit aussi de la tristesse dans sa voix. Je regrette de ne pas m'être levée assez tôt.
- Ça ne fait rien.
- C'est ce nouveau...
- Ça ne fait rien, répéta Conor.
Elle lui souriait toujours. Elle n'avait pas encore enroulé son foulard autour de sa tête ce matin, et son crâne nu avait l'air trop tendre, trop fragile dans la lumière froide, comme celui d'un bébé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
milamiragemilamirage   13 septembre 2016
La réponse, la voici : peu importe ce que tu penses, parce que ton esprit se contredira une centaine de fois par jour. Tu voulais qu'elle parte et en même temps tu voulais désespérément que je la sauve. Ton esprit préfère croire à des mensonges rassurants tout en connaissant les douloureuses vérités qui rendent ces mensonges nécessaires. Et ton esprit te punira de croire aux deux.
Commenter  J’apprécie          270
djdri25djdri25   14 novembre 2013
Tu voulais qu'elle parte et en même temps tu voulais désespérément que je la sauve. Ton esprit préférera croire à des mensonges rassurants tout en connaissant les douloureuses vérités qui rendent ces mensonges nécessaires. Et ton esprit te punira de croire aux deux.
Commenter  J’apprécie          290
JumaxJumax   05 octobre 2012
- Je ne comprends pas. Qui est le gentil, dans l'histoire ?
- Il n'y a pas toujours un gentil. Et pas toujours un méchant non plus. La plupart des gens sont entre les deux.
Commenter  J’apprécie          410
SachenkaSachenka   03 septembre 2012
On n'écrit pas sa vie avec des mots. On l'écrit avec des actes. Ce que tu penses n'est pas important. C'est ce que tu fais qui compte.
Commenter  J’apprécie          510
Videos de Patrick Ness (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Ness
Quand survient le chaos, l?humanité peut-elle renaître ?
Ils s?appellent Kiran, Matthew, Tobias et Charly.
Ils ont quatorze, vingt, dix et seize ans.
Ils vivent en Inde, en Australie et dans l?Utah lorsque les conséquences cataclysmiques du dérèglement climatique s?abattent sur leurs têtes. Tornades, tsunamis, inondations ravagent subitement leur monde.
Chacun d?eux se retrouve seul dans la tourmente ? jusqu?à ce qu?ils se rencontrent sur la route dévastée. Ensemble, ils vont devoir affronter territoires hostiles et folie humaine pour survivre? et retrouver ce qui leur a été arraché.
Un roman d?aventures et d?anticipation bouleversant de rudesse et d?humanité, qui a toute sa place aux côtés de Sirius de Stéphane Servant et des romans de Patrick Ness. Imaginés par une toute jeune auteure au talent remarquable, les héros d?Apocalypse Blues marqueront les esprits pour longtemps.
Par Chloé Jo Bertrand, paru chez Big Bang, collection Young Adult des Editions Bragelonne
+ Lire la suite
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

quelque minute après minuit

Quelle maladie de la mère du jeune garçon?

le cancer
la rage
la tuberculose

11 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Quelques minutes après minuit de Patrick NessCréer un quiz sur ce livre
.. ..