AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012042309
Éditeur : Hachette Black Moon (11/06/2014)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 97 notes)
Résumé :
"Les règles de Panic sont simples. Tout le monde peut participer. Mais il n’y aura qu’un seul vainqueur." Carp, une petite ville minable de l’État de New York. Chaque été, tous ceux qui viennent de terminer le lycée peuvent participer à « Panic », une succession d’épreuves plus dangereuses les unes que les autres. L’enjeu est de taille : une cagnotte de plus de cinquante mille dollars. Personne ne sait qui a inventé ce jeu, ni qui en fixe les règles. Cet été, Heathe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
iz43
  02 avril 2019
Carp dans l'état de New York. Un trou où sévit un taux de chômage record et où il n'y a pas grand chose à faire. 12 000 habitants perdus au milieu de nul part.
Personne ne sait qui a inventé Panic, ni quand ce jeu a commencé. Des théories, des rumeurs qui circulent. En tout cas, il a bien lieu en cachette des autorités le lendemain de la remise des diplômes et dure tout l'été. le jeu commence par la Saut inaugural où se manifestent les candidats participants parmi les élèves de terminal. le vainqueur remporte la cagnotte constituée par les dons des lycéens (chaque lycéen paie un dollar par jour toute l'année scolaire).
Deux juges organisent le déroulé du concours: les étapes, les instructions...
Cette année Heather participe. Elle vient de se faire larguer par Matt qui a trouvé quelqu'un de plus spécial qu'elle. Heather s'est un peu lancée dans l'aventure par dépit et colère mais très vite le jeu devient une réelle nécessité pour survivre. Sa mère se drogue et elle a une petite soeur de 13 ans qu'elle veut sortir de là.
Nat la meilleure amie de Heather participe parce qu'elle veut l'argent pour devenir actrice. Dodge quant à lui participe par vengeance. Sa soeur Deanna est depuis quelques années en fauteuil roulant suite à un accident de voiture en finale de Panic.
Les étapes sont difficiles et dangereuses, surprenantes jouant avec les nerfs et les peurs de chacun. Les coups bas sont permis puisqu'il n'y a pas de règle. Ca fait hérisser les cheveux sur la tête de voir jusqu'où le désespoir peut pousser les individus.
Le récit alterne entre le point de vue d'Heather et celui de Dodge. j'ai aimé ces deux personnages. Touchants dans leur détresse et leur faiblesse et admirables dans leur volonté.
je me suis couchée à point d'heure parce que je ne pouvais pas ne pas savoir ce qu'il allait se passer. La pression des épreuves est intense mais le quotidien des personnages est tout autant difficile.
J'ai beaucoup aimé cette histoire qui ne semble pas si loin de notre réalité avec tous les jeux de téléréalité...
Lauren Oliver parvient toujours à me surprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
orbe
  11 juin 2014
Une ville et des jeunes sans espoir. Une seule issue : gagner Panic, un jeu dangereux et interdit, pour remporter de quoi sans aller. Heather s'élance par dépit amoureux. Dodge crie vengeance. Nat veut devenir une star. Ray veut égaler son frère. Mais pour atteindre leur rêve, les épreuves s'égrainent tout l'été laissant de moins en moins de candidats. Les défis sont terribles et la peur omniprésente.
Tout le monde peut s'inscrire mais il ne peut y avoir qu'un seul vainqueur. Les alliances se font et se défont. La situation d'Heather est de plus en plus difficile alors que Dodge doit faire face à ses démons et Nat à ses angoisses. Qui va gagner ? La mort sera-t-elle au bout du chemin ?
Entre Hunger Games et lutte intérieure, l'auteur arrive à construire un monde réaliste et cohérent où chacun peut se retrouver. Tous les éléments font sens, jusqu'à la présence des tigres qui illuminent l'ouvrage. le parcours imaginé ramène chaque personnage devant ses propres mensonges. Un très bon livre.

Lien : http://cdilumiere.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Hillel
  16 juin 2014
J'entamais ce titre avec un peu de scepticisme car j'avais été assez déçue par l'écriture de Lauren Oliver dans "Delirium". J'y avais trouvé pas mal de lenteur dans la narration. Malgré tout, j'étais quand même curieuse et trouvais le thème de départ de "Panic" très sympa.
Au final, je n'ai absolument pas été déçue, mieux, ce fut une très belle surprise!
L'idée de départ est originale, un jeu organisé par les jeunes lycéens d'une petite ville paumée. "Le jeu de la peur". Des épreuves terrifiantes, un secret que tous doivent garder, et surtout des coups bas... Seuls les élèves de terminales peuvent y participer. Mais tous les habitant de Carp sont au courant, sauf que c'est un tabou. on ne dit rien, on n'évoque jamais Panic, tout doit rester secret. Car Panic est plus qu'un jeu, les participants y risquent leur vie pour une cagnotte. une somme d'argent qui leur donne l'espoir de s'engager et de continuer dans cette folle aventure.
Ok, l'idée de départ nous parle, évoque du déjà vu et pourra faire penser à "Hunger Games". Pourtant il n'en est rien.
Ici c'est plutôt un plongeon dans la vraie vie, celle des pauvres gens, celles des ados délaissés par des parents qui ne peuvent ou ne veulent assumer leurs responsabilités. le contexte est très loin d'une fiction, et se rapproche malheureusement de situations bien vécues. J'ai beaucoup aimé cette trame de fond. Celle de gamins perdus, qui se jettent corps et âme dans un jeu terrible. Une situation qui m'a souvent rappelée "La fureur de vivre", ou certains films anglais décrivant la misère sociale. Tout m'est apparu très vraisemblable. le chemin de chaque personnage tient la route. Ils sont tous attachants. On s'identifie facilement à eux, loin d'être parfait, chacun a sa propre raison de participer à Panic.
Dans cette folle aventure, il y a aussi des histoires de coeur. Elles ne sont pas faciles ou passionnées, elles sont jolies, et compliquées... Encore une fois, plus vraisemblables que celles qu'on lit habituellement.
Enfin, pour donner du rythme à son récit, l'auteur alterne sans cesse les points de vue. Il n'y a pas une héroïne, mais un duo. Un héros, Dodge, et une héroïne, Heather. Deux destins parallèles, deux points de vue qui alternent. Dodge et Heather, avant Panic ne s'étaient jamais parlé. Ils vont se retrouver tous deux, leurs histoires vont se croiser. Ils vont pudiquement se rapprocher et s'aider. Autour d'eux, Nat, la belle qui rêve de devenir actrice, et Bishop, l'ami de toujours... Entre ces quatre personnages les histoires de coeur vont un peu compliquer la tendre amitié de départ.
Je me suis réellement régalée, ne lâchant pas le récit. Même si l'histoire paraît prévisible à certains moments, cela ne gêne pas beaucoup, et on se laisse porter par un style plaisant, dans une aventure à la fois réaliste et émouvante.

Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
EnjoyBooks
  12 juin 2014
Panic : le jeu de la peur de Lauren Oliver. (Genre : Jeunesse).
Editions : Hachette
Prix : 18€ (Partenariat)
Année de parution française : 2014 (Sortie le 11 juin)
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Panic.
.Résumé : « Les règles de Panic sont simples. Tout le monde peut participer. Mais il n'y aura qu'un seul vainqueur. » Carp, une petite ville minable de l'Etat de New-York. Chaque été, tous ceux qui viennent de terminer le lycée peuvent participer à « Panic », une succession d'épreuves plus dangereuses les unes que les autres. L'enjeu est de taille : une cagnotte de plus de cinquante mille dollars. Personne ne sait qui a inventé ce jeu, ni qui en fixe les règles… Manipulations, trahisons, révélations : cet été sera celui de tous les dangers.
.Mon avis : Voilà un roman que j'avais hâte de découvrir ! Lauren Oliver est une auteure que j'apprécie beaucoup notamment grâce à sa saga « Delirium ». Ici, tout autre genre, toute autre histoire et même si la couverture est vraiment moche, le résumé était sincèrement alléchant. J'ai donc passé un super moment de lecture avec ce roman !
.Lauren Oliver commence fort son roman parce qu'elle nous plonge directement au coeur du jeu « Panic ». Cela peut paraître au début déroutant, et ça l'a été pour ma part parce qu'on se demande ce qu'il s'y passe. Mais en y réfléchissant à deux fois, on voit alors que l'auteure nous met en scelle pour la suite et donne le rythme dès le départ. C'est un point positif indéniable pour l'histoire et ce début donne fatalement envie de continuer.
.Dans « Panic », on va suivre deux personnages principaux. D'un côté il y a Heather, jeune fille de 18 ans qui n'a pas une enfance facile ni une famille solide. Elle devient attachante au fil du roman lorsque l'auteure nous la dévoile sous un nouvel angle. Au départ, j'ai senti une barrière entre elle et moi que l'auteure a su briser petit à petit. Heather va évoluer et la relation qu'elle entretient avec sa soeur cadette la rend plus réaliste et plus proche du lecteur. de l'autre côté il y a Dodge, qui m'a aussi bien plu et tout comme Heather l'auteur a su le rendre attachant par son évolution et son histoire personnelle. Dodge a une soeur handicapée avec laquelle il s'entend bien et pour laquelle il donnerait sa vie. Dodge est quelqu'un de droit dans ses baskets et veut remplir ses objectifs à coup sur. Ensuite il y a d'autres personnages secondaires comme Natalie, Bishop ou encore Anna qui vont tous jouer un rôle, autant dans Panic que dans la vie personnelle de Heather et Dodge.
.Personnellement, j'ai trouvé le rythme de l'histoire bien mené. Lauren Oliver a cette faculté d'alterner les moments de jeu et les moments plus personnels de la vie des personnages. Bien que des fois ils soient entremêlés dans l'intrigue. Justement, cette dernière bien qu'addictive n'est pas en soi originale et nouvelle. Ce sont les personnages qui sont au centre de tout et ce sont leurs motivations qui vont faire évoluer l'intrigue. le rythme est en fait renforcé par le mystère qui plane autour du jeu et des organisateurs. On se pose des questions sur le pourquoi du jeu ? Sur qui sont les organisateurs ? Comment réussissent-ils à obtenir des infos sur les candidats ? Même si j'ai eu des doutes sur l'implication d'un personnage dans « Panic » (qui s'est vérifié par la suite), les questions ne cessent de s'imbriquer et de s'amonceler.
.Ce que je regrette cependant c'est l'absence du côté peur ou du côté panique. Je m'attendais à ressentir plus de choses avec les personnages et les épreuves mises en avant. Bien que les épreuves soient difficiles, je croyais qu'elles allaient l'être encore plus. Je ne sais pas, je pensais que j'allais être confiné avec les candidats (une sorte de huis clos), que j'allais ressentir beaucoup plus de choses les concernant. Que le livre allait être centré sur les épreuves en elle-même et pas sur la vie privée des personnages en plus. Je m'attendais vraiment à ce que le jeu soit plus mis en valeur et c'est ce que je regrette un peu.
.La plume de l'auteure joue absolument dans cette histoire. Bien qu'elle mette une barrière entre le lectorat et les personnages à cause de la narration à la troisième personne, elle rend le roman addictif. J'ai tout le temps eu envie de tourner les pages et de savoir ce qu'il allait se passer. Lauren Oliver a cette faculté d'écrire extrêmement bien pour notre plus grand plaisir. Ce n'est pas une écriture recherchée ou poétique mais elle va droit au but, retire l'essentiel et fait des descriptions tellement réelles qu'on s'y croirait. Et pour ça je lui tire mon chapeau parce que sans son écriture, le roman n'aurait pas été le même.
.En conclusion, je vous recommande fortement « Panic ». Même si la narration à la troisième personne met au début une barrière entre nos personnages et le lecteur, Lauren Oliver arrive à nous les rendre attachants. Bien que l'histoire ne soit pas en elle-même originale, le rythme et la plume de l'auteure addictive rehausse le niveau et l'histoire tient la route. le final est explosif et l'après « Panic » se termine par une note positive par l'évolution spectaculaire des personnages. C'est un roman addictif que vous ne pourrait pas lâcher, je vous le promets !
Lien : http://enjoybooksaddict.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Tari
  20 juin 2014
Eh bien, quelle déception ! Peut-être en attendais-je trop, mais quoi qu'il en soit, ça n'a pas du tout marché. Je me suis beaucoup ennuyée avec Panic.
Panic est un jeu qui se déroule chaque année à Carp, une petite ville perdue des Etats-Unis, opposant les jeunes diplômés de l'année dans des épreuves les forçant à surmonter leurs peurs. A la fin, un seul vainqueur, qui remporte le jackpot de 67.000 dollars. Un prix suffisamment élevé pour motiver beaucoup de jeunes à participer, mais Heather et Dodge, eux, ne jouent pas pour l'argent...
La première chose qui m'a frappée, c'est la narration à la troisième personne et dépit de l'alternance de points de vue. du coup, je me suis demandé pourquoi cette alternance, puisque finalement dans les deux cas on a un narrateur externe et on n'entre pas vraiment dans les pensées de l'un ou de l'autre (d'ailleurs, j'ai rapidement cessé de faire attention au nom du personnage annoncé en début de chapitre). J'ai fini par m'habituer à ce choix de narration assez déroutant, mais je n'ai en revanche pas réussi à m'attacher aux personnages. Et je ne pense pas que ce soit uniquement dû à la narration.
En effet, Heather et Dodge, les personnages principaux, m'ont laissée totalement indifférente. le plus gros problème dont ils souffrent est sans aucun doute le manque de développement. Je n'ai pu constater que très peu, voire aucune évolution ni chez l'un, ni chez l'autre.
Heather s'engage dans Panic sur un coup de tête, parce que son copain vient de la quitter sans ménagements. Elle se trouve heureusement une meilleure raison de vouloir aller jusqu'au bout du jeu par la suite, mais globalement je n'ai ressenti aucune sympathie pour elle. Elle a une fâcheuse tendance à s'apitoyer sur son sort et à rejeter la faute sur les autres (son ex, sa mère alcoolique, ou encore son meilleur ami qui ne partage pas ses sentiments...). Bon d'accord elle n'a pas la vie facile, mais quand même.
Dodge quant à lui avait depuis longtemps prévu de participer au jeu, afin de venger sa soeur qui a perdu l'usage de ses jambes dans d'un accident survenu lors d'une session antérieure de Panic. Ce personnage ne connait réellement aucune évolution durant tout le roman : il est tout le temps animé par ce désir de vengeance, qu'il ne lâche pas même quand la situation change. de plus, je lui ai trouvé un caractère plutôt égoïste.
Ces deux personnages ont tous deux un passé lourd et complexe, la vie n'a pas été facile pour eux et j'aurais pu m'y attacher pour ça – j'aime bien ce genre de personnage d'habitude. Seulement, j'ai eu l'impression que Lauren Oliver jouait trop là-dessus pour essayer de tirer des larmes au lecteur et rendre appréciable à ses yeux des personnages qui autrement ne le sont pas – surtout dans le cas de Heather.
J'ai également eu quelques soucis avec l'intrigue, celle qui concerne le jeu, Panic. le plus gros problème résidant dans le manque de crédibilité : Panic est un jeu illégal, parce que hautement dangereux (pour les participants mais également pour les habitants de Carp en général), et la police est déterminée à l'arrêter. Sauf que le jeu se poursuit depuis des années sans que personne n'en ait jamais arrêté les responsables, alors qu'on est dans une petite ville où tout se sait assez rapidement. Tout... sauf ce qui concerne le jeu, apparemment – et pourtant, les épreuves ne sont pas particulièrement discrètes.
Idem pour les parents. Où sont-ils passés ? Je n'arrive pas à croire qu'aucun parent ne soit au courant que son enfant participe à Panic et ne vienne s'y opposer.
Enfin, ce qui m'a manqué également, c'est l'action et le suspense. le roman a quand même pour sujet un jeu nommé « Panique », donc on devrait ressentir ce sentiment à la lecture. Peut-être pas jusqu'à avoir vraiment peur, mais au moins quelques montées d'adrénaline de temps en temps. C'est peut-être dû au fait que je ne me suis pas attachée aux personnages et que je me fichais un peu de ce qui pouvait leur arriver, mais j'ai trouvé le roman vraiment plat et... oui, il faut bien le dire : je me suis ennuyée. Vraiment ennuyée.
Pour conclure, des personnages peu attachants et pas assez exploités, une intrigue qui manque de rythme et de crédibilité, et pour couronner le tout, je n'ai pas retrouvé le style de Lauren Oliver qui m'avait tant plu dans Delirium. En un mot ? Déçue, déçue, déçue.
Lien : http://i-read-therefore-i-am..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
HistoiresSansFin   23 juillet 2014
Une histoire sacrément bien ficelée sur fond de trahisons, d'amour, de manipulations, et révélations qui devrait ravir les lecteurs. Le style est agréable, l'histoire réaliste et reprend les thèmes chers aux ados, très différents de sa trilogie Délirium.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   10 juin 2014
Voilà sur quoi reposait Panic en réalité. Voilà à quoi tenait la véritable peur. On ne connaissait jamais vraiment les autres, pas complètement. On devait toujours se contenter de parier à l'aveugle.
Commenter  J’apprécie          190
leslecturesdeValleslecturesdeVal   11 septembre 2015
Dodge se tenait toujours dos à elle. Le vent avait fait tomber une culotte par terre et il gardait les yeux rivés dessus. Une culotte couvrante avec un imprimé fraises décoloré. Juste à côté, sur un seau retourné, se trouvaient deux brosses à dents et un tube de dentifrice presque entièrement replié. Plusieurs paires de chaussures s’alignaient nettement dans la terre. Il s’était demandé depuis combien de temps elles campaient là.
— Promis, avait-il assuré sans bouger.
Et il tiendrait parole. C’était une autre des raisons pour lesquelles il aimait les secrets : ils liaient les gens entre eux…
— Combien de temps penses-tu pouvoir tenir ? l’interrogea-t-il.
— Le temps nécessaire pour gagner.
Il étudia son visage si sérieux, si déterminé, et connut un brusque élan de joie. De compréhension. Oui, il s’agissait bien de ça ; Heather et lui se comprenaient.
— Je t’aime bien, Heather. Tu es une chic fille.
Elle l’observa brièvement, comme pour vérifier qu’il ne se moquait pas d’elle. Puis elle lui sourit.
— Je te retourne le compliment, Dodge.
Nat les rejoignit, munie d’une bouteille d’alcool.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leslecturesdeValleslecturesdeVal   11 septembre 2015
Les tigres se trouvaient à moins de trois mètres de Nat. Encore deux foulées et ils l’auraient rejointe. Heather pouvait les voir respirer, goûter l’air, remuer leurs moustaches. Nat s’était mise à pleurer. Pourtant elle restait parfaitement immobile, bien droite. Peut-être avait-elle trop peur pour bouger. Peut-être leurs yeux, ces immenses trous noirs, l’avaient-ils pétrifiée…
— Huit secondes !
Soudain, l’un des tigres frémit ; Heather le vit contracter un muscle et elle sut qu’il s’apprêtait à bondir, elle le sentit. Il allait plaquer Natalie à terre, la réduire en pièces et ils assisteraient tous, impuissants, au massacre. Au moment où elle voulut lui dire de courir, sans y parvenir tant la terreur lui engluait la gorge, Nat s’élança. Quelqu’un d’autre lui avait-il crié de le faire ? Il y eut du bruit soudain – des hurlements –, Nat ressortit de l’enclos et claqua la porte. Elle s’adossa contre celle-ci en sanglotant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
orbeorbe   10 juin 2014
Encore une leçon de Panic : les gens vous surprenaient. Ils vous mettaient sur le cul. C'était à peu près la seule chose sur laquelle on pouvait compter.
Commenter  J’apprécie          50
leslecturesdeValleslecturesdeVal   11 septembre 2015
Le froid la traversait tel un flot violent, effervescent. Elle avait l’impression que son short en jean avait été lesté de pierres. Une chance que ces années à braver les courants pour battre Bishop à la course aient fait de Heather Nill une bonne nageuse.
L’eau était un tissu de corps qui se tortillaient, se débattaient et éclaboussaient – participants ayant déjà sauté et spectateurs pénétrant dans l’eau tout habillés, avec canettes de bière et joints à la main. Un son rythmé lui parvenait de loin, un tambourinement discret, et elle se laissa porter par lui – sans réfléchir, sans avoir peur.
La peur : voilà ce qui était au cœur de Panic.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Lauren Oliver (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lauren Oliver
Before I Fall Official Trailer 1
autres livres classés : jeuxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Delirium (Tome 1) - Lauren Oliver

Comment s'appelle l'héroïne ?

Magdalena Ella Haloway
Madeleine Lila Holaway
Lena Nella Haloway
Melina Nala Holaway

13 questions
185 lecteurs ont répondu
Thème : Delirium, Tome 1 de Lauren OliverCréer un quiz sur ce livre