AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264066245
Éditeur : 10-18 (16/03/2017)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 29 notes)
Résumé :
À dix-sept ans, Abike Johnson, la fille d'un richissime magnat de Lagos, a l'habitude de se laisser porter par l'immense Mercedes noire de son père dans les rues de la ville. Un jour, alors que la voiture est assaillie par des vendeurs à la sauvette, le regard d'Abike croise celui d'un colporteur : jeune, beau, élégant sous ses haillons, il détonne dans la foule.
Lui vit dans un quartier mal famé. Tous les jours, il parcourt des kilomètres en vendant des gla... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  04 mars 2015
A Lagos, sur une route fréquentée de la capitale nigériane, deux regards se croisent et s'accrochent. Elle est à l'arrière d'une rutilante jeep noire avec chauffeur, il est colporteur et vend des glaces aux riches qui passent en voiture. Elle s'arrête, ils discutent, se plaisent. Abike est la fille d'un richissime homme d'affaires avec qui elle entretient une relation perverse faite de joutes verbales et de violence larvée. Runner-G est le fils d'un avocat mort dans un accident de voiture. Endeuillée et ruinée, sa famille a du quitter les beaux quartiers pour vivre dans un taudis. Depuis, il veille sur sa jeune soeur et s'occupe de sa mère dépressive.
Malgré leurs différences, les deux nouveaux amis envisagent de se revoir et imaginent même une histoire d'amour. Ils ne savent pas encore que leurs familles sont liées par des secrets bien gardés...

Malgré la jeunesse de son auteure - Chibundu ONUZO l'a écrit à 17 ans à peine – la fille du roi araignée est un roman d'une grande maturité qui donne à voir la société nigériane, assez méconnue sous nos latitudes. Là-bas, les riches sont très riches, aidés en cela par le pouvoir en place qui se laisse facilement corrompre. Les pauvres, quant à eux, le sont à l'extrême, vivant dans des bidonvilles mal famés, et n'ayant pour survivre que la débrouille et les ''largesses'' des nantis. Ces deux mondes qui ne se connaissent pas se trouvent réunis par Abike et son colporteur, amoureux tels La Belle et le Clochard, jusqu'à ce que la réalité les rattrape. Leur jeu de séduction se transforme alors en un jeu de haine et de mort. La tension monte et ce qui commençait comme une banale histoire d'amour entre la petite fille riche et la colporteur pauvre se transforme en un récit d'une cruauté froide au suspens haletant. Chibundu ONUZO campe des personnages forts, à la psychologie tourmentée et des seconds rôles touchants et bien développés. Sa plume, critique jusqu'au cynisme, n'épargne pas la société qui l'a vu naître, où les inégalités sociales sont terrifiantes, où les puissants font feu de tout bois pour s'enrichir, où la justice n'existe pas.
Un fantastique premier roman, criant de vérité, à l'issue forcément tragique. A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
isabelleisapure
  22 juillet 2018
J'ai déniché ce livre par le plus grand des hasards, alors que je flânais chez un bouquiniste.
En découvrant qu'il était édité par « Les Escales », dont j'apprécie particulièrement la ligne éditoriale, je me suis empressée d'en faire l'acquisition afin de l'ajouter à une PAL chancelante où il a séjourné plus d'un an avant que je me décide à l'en sortir.
Dès les premières pages, je me suis immergée dans cette rencontre improbable entre une « pauvre petite fille riche » et un colporteur.
Lors de leur première rencontre, c'est comme une évidence pour Abike, elle veut connaître le garçon, devenir son amie, l'attirer dans sa luxueuse demeure.
Jour après jour, elle fait en sorte que son chauffeur croise la route du colporteur, faisant de chaque rencontre un moment de découverte.
L'auteure donne du nerf à son récit en donnant la parole à chacun des protagonistes, elle met ainsi en avant le caractère et le ressenti de chacun.
Il se dessine au fil des chapitres que ce que je pensais être une bluette assez banale était en réalité beaucoup plus complexe.
On découvre la rivalité sournoise qui lie Abike à son père despote et manipulateur.
Jusqu'où la jeune fille peut-elle aller pour narguer ce père qu'elle aime et déteste et ce colporteur qu'elle croit aimer ?
Dans un jeu du chat et de la souris, nous suivons un garçon pris dans les filets d'une jeune perverse qui pourrait bien être aussi redoutable que son géniteur.
Une histoire à deux voix, des secrets qui se révèlent peu à peu, une écriture tendue. Un premier roman particulièrement brillant si l'on songe que Chibundu Onuzo n'avait que 17 ans lorsqu'elle l'a écrit.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
traversay
  02 novembre 2014
Et une romancière nigériane de plus à suivre, après Chimamanda Ngozi Adichie et Sefi Atta. Ces dernières ont respectivement 37 et 40 ans, la petite nouvelle, Chibundu Onuzo, est née, elle, en 1991. Son premier livre, La fille du roi araignée, est tout simplement étonnant. Une intrigue shakespearienne qui commence comme Roméo et Juliette : la jeune fille riche éprise du misérable (et beau) colporteur, et qui se termine sur fond de vengeance en une tragédie implacable. On a beau tiquer sur quelques invraisemblances et coïncidences "faciles", le récit est totalement addictif, conté alternativement par les deux protagonistes. Mais si l'histoire est tellement prenante c'est avant tout parce qu'elle nous embarque d'emblée dans cette ville tentaculaire de Lagos au point d'en ressentir les odeurs et d'en entendre le fracas du trafic routier. du palais de la fille d"un douteux et richissime homme d'affaires aux miasmes des bidonvilles, Chibundu Onuzo capte des ambiances et fait vivre des personnages secondaires plus vrais que nature. A la lisière de la romance guimauve dans sa première partie, le livre bascule dans le thriller haletant dans son final avec une aisance déconcertante. le tout est servi par un style délié, ironique, sardonique par endroits, tableau saisissant du pays le plus peuplé d'Afrique où les inégalités sociales sont encore plus criantes qu'ailleurs. Plus jeune auteure jamais publiée par la prestigieuse maison d'édition britannique Faber & Faber, Chibundu Onuzo poursuit ses études d'histoire à Londres. Qu'elle garde un peu de temps pour écrire, on est déjà impatient de la retrouver après un début aussi prometteur.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Jeannepe
  15 mars 2018
Abike Johnson et Runner G n'auraient pas dû se rencontrer. Elle a dix-sept ans et est la fille d'un homme riche et puissant. Lui est un peu plus âgé (si je ne m'abuse) et vend des glaces sur le bord de la route (ça j'en suis sûre). Tandis qu'elle joue le jeu de la Frustration avec son père – une joute verbale pleine d'un venin insidieux, une démonstration de force –, lui essaie de subvenir aux besoins de sa mère et de sa soeur. Privilèges et misère en face à face, avec au milieu une histoire d'amour, une tendance innée à la manipulation, un désir de vengeance, l'impunité de ceux qui se sacrent supérieurs, la peur, la cruauté, la perversion. Et puis Lagos, la ville aux mille visages.
Une histoire d'amour qui se joue de toutes les conventions sociales, c'est une recette qui fonctionne. C'est le cas ici aussi, et pourtant La Fille du roi araignée me laisse, après plusieurs mois de lectures, un petit hochement de tête accompagnée d'une moue indécise, une je ne sais quoi de pas convaincu. Chibundu Onuzo parvient à dépeindre les différentes sphères de la société nigériane et les atmosphères qui s'y associent. Un point pour elle. Elle aborde des thématiques qui m'intéressent. Deux points pour elle. Son roman est agréable à lire. Un troisième point. Et pourtant, ça manque de relief et de profondeur, avec un petit quelque chose de dérangeant. le sentiment que la réflexion ou l'écriture n'est pas aboutie, une simplicité et une ingénuité (qui persiste malgré la violence palpable) qui ne devraient pas avoir leur place dans ce roman. Balle au centre finalement.
Lien : https://auxlivresdemesruches..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
missmolko1
  05 septembre 2017
J'ai posé mes valises au Nigéria pour y faire la connaissance d' Abike, jeune fille riche et d'un jeune homme colporteur. Malgré leur différence de classe sociale, ces deux-là font flirtait en tout innocence au début mais rapidement, les secrets de famille qui entoure Abike vont refaire surface.
Rien que pour le dépaysement, ce roman vaut le détour. J'ai adoré cette ambiance africaine, découvrir les us et coutumes et la manière de vivre. "Le soulagement de profiter de la bise du soir a vite cédé la place à la déprime quand je me suis rappelé dans quel quartier je me rendais. Même les ordures n'ont qu'une idée : se tailler."
Le personnage du colporteur m'a beaucoup plu et on s'attache forcement à lui. Pour Abike, c'est différent. Au départ, elle m'a beaucoup agacé mais au final, on éprouve forcement un peu de pitié pour elle. Grandir dans une famille comme la sienne ne doit pas être facile.
J'ai aimé l'écriture de l'auteur ainsi que la construction du roman qui alterne les points de vue de nos deux personnages. J'espère que l'auteur ne s'arrêtera pas la et nous offrira d'autres romans comme celui-ci.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
JeannepeJeannepe   15 mars 2018
Elle s’est pointée en minijupe. Une tenue qu’on ne porte qu’à l’abri de sa voiture climatisée, vitres fermées et, de préférence, teintées, tout le monde le sait. Sauf Abike Johnson. Qui a exhibé ses jambes puis s’est étonnée qu’une meute nous coure après.

J’ai dû l’emmener chez moi. Le chauffeur était parti. Aucun policier digne de ce nom ne nous aurait laissé passer sans l’arrêter pour tenue indécente, voire pire. Une réaction peut-être excessive de ma part. Même si elle le cachait bien, répondant du tac au tac aux quolibets des conducteurs de danfo, elle était perturbée. Il a fallu qu’elle menace de s’en aller pour que je capte qu’elle était vraiment chamboulée. Ses doigts tremblaient quand elle a tapoté sur les touches de son portable et elle refusait de croiser mon regard. Je me suis excusé. Enfin – c’était la seule solution – je lui ai proposé de l’emmener se changer à la maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
missmolko1missmolko1   05 septembre 2017
Le vendredi soir, alors que Joke et moi allions chercher de l'eau au robinet communautaire, j'ai soudain eu peur qu'Abike déteste ce que j'avais prévu.
- Joke, dans cinq ans, la première fois que tu sortiras avec un garçon, qu'est-ce que tu auras envie de faire ?
- Pour ta gouverne, ça se passera l'année prochaine et le type m’emmènera dans un restaurant chic.
- Pourquoi ?
- Parce que c'est comme ça qu'un type montre qu'il est amoureux d'une fille. Plus le restaurant est cher, plus l'amour est profond. T'es pas au courant ?
- Qui te farcit la tête de ces bêtises ? ai-je lâché, soulevant un bidon de vingt litres que j'ai calé sur mon épaule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BookycookyBookycooky   04 novembre 2014
Le soulagement de profiter de la bise du soir a vite cédé la place à la déprime quand je me suis rappelé dans quel quartier je me rendais.Meme les ordures n'ont qu'une idée:se tailler.
Commenter  J’apprécie          90
Video de Chibundu Onuzo (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chibundu Onuzo

MP 2014-11-24-024-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Chibundu Onuzo - La Fille du roi araignée.
autres livres classés : nigeriaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




.. ..