AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1612276091
Éditeur : Riviere blanche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Isidorine Bourrier, femme de chambre à l'hôtel des Citronniers n'a pour passion que son travail et collectionner tous ces petits riens qui symbolisent un moment de la vie et dont se débarrassent les clients lors de leur départ. Des petits riens que seule Isidorine saura interpréter pour le meilleur et surtout pour le pire. Auteure de nouvelles, d'essais et de romans publiés en France et à l'étranger, ex organisatrice de Salons du Livre et d'une Convention Nationale ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
alberthenri
  19 octobre 2017
Isidorine Bournier, quinquagénaire célibataire est femme de chambre dans un hôtel cannois.
Sous son apparente banalité, elle cache un secret inquiétant et malsain...
Le roman de Micky Papoz, s'inscrit dans la politique éditoriale des éditions "Rivière Blanche".
A savoir perpétuer l'esprit des collections du Fleuve Noir, au travers de rééditions ou, comme ici, de textes inédits gardant l'esprit maison.
"Le cahier gainé de noir", aurait en effet pu figurer dans la collection "Angoisse" des années 70.
L'action se déroule en France, les personnages sont des gens ordinaires, et l'aspect "horrifique" est plutôt soft.
On peut considérer que ce livre est un hommage réussi à ce type de romans populaires très spécifique.
Pour le reste, il ne faut pas s'attendre à une oeuvre d'une grande puissance, ou d'une originalité bouleversante, mais plus comme un roman à la noirceur assumée.
Commenter  J’apprécie          210
kanux
  08 février 2019
Nouvelle lecture du côté de Micky Papoz, après l'excellent Les Malfairies et le bon Puntaterra. Visiblement, j'aime cette romancière, puisqu'aucun de ses romans - j'attaquerai les recueils bientôt - ne m'a pour le moment déçu. C'est le cas avec le cahier gainé de noir, tout comme Puntaterra publié au sein de la collection Noire de Rivière Blanche, un roman fantastico-horrifique où se révèle une nouvelle fois les facultés de l'autrice à bâtir son histoire avec une précision d'horlogère. Ici, chaque séquence narrative, que l'on suive tel ou tel personnage dans ce diorama tragique, a son importance dans la structure de l'intrigue, jusqu'au dénouement où rien n'est laissé au hasard. En somme, une intrigue sans faille réelle, et cette précision est une des principales forces de l'autrice. Mais que raconte donc de Cahier gainé de noir ? L'histoire prend place dans le sud de la France - près de Cannes - au milieu des années 80. Isidorine est femme de chambre d'un un hôtel agréable, Les Citronniers. Mais notre Isidorine a développé une sacrée manie qui la classe directement dans la case des psychopathes : non seulement elle connaît tout des réguliers de l'hôtel, mais elle ramasse leurs ordures, les archive chez elle et les collectionne. Isidorine n'est pas une femme banale, non, elle note tout sur un cahier, jusqu'au jour où elle se rend compte que, grâce aux ordures qu'elles collecte, elle peut influencer le cours de l'existence des personnes dont elle a récupéré les immondices (et elle ne va pas s'en priver)... Là dedans, le lecteur spectateur assiste, curieux et souvent surpris, à la représentation d'une véritable pièce de théâtre, macabre, grâce notamment à des changements de focales bienvenus et malins qui aident habilement la pièce à se monter. J'y ai retrouvé quelques accents, par moments, et notamment en raison du surnaturel rencontré, du "Magie Sombre" de Gilles Thomas (Julia Verlanger ; et d'ailleurs une des protagonistes principales du Carnet gainé de noir s'appelle Julia. Hasard ?). Incidemment, il me semblait donc que le livre avait peut-être été rédigé dans les années 80, mais un petit détail amusant m'a laissé penser que c'était faux : le roman se déroule en 1986, mais on y parle de... carte vitale ! Cette petite incohérence, plus drôle qu'autre chose, ne nuit évidemment en rien à la saveur de ce petit roman fort bien troussé. Jean-Pierre Andrevon disait de Papoz que son fantastique est "Classique mais efficace. Papoz se révèle à l'aise dans le registre du fantastique campagnard." Il y a de cela, c'est vrai, et c'est une qualité finalement assez rare, quand le fantastique actuel a plutôt des tendances urbaines. Il serait dommage cependant de la réduire à cela. Papoz a sa petite voix bien à elle et il serait bien qu'elle soit entendue - lue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2011 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre