AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782957576609
280 pages
AFNIL (20/03/2021)
4.16/5   46 notes
Résumé :
J'ai tout plaqué. Le confort d'une vie conventionnelle, ma maison, tout, sauf mon travail! Et je suis partie vivre en camion, puis equipée seulement d'un hamac, dans les forêts et montagnes environnour. Je m'isolais, pensant que rien ne pouvait m'arriver. J'étais loin de moi douter des défis, des rencontres et des émotions qui m'attendaient! Mais approvisionnement, j'ignorais jusqu'à l'existence de l'habitat de mes rêves ... Sylvie nous emmène au cœur de son épopée ... >Voir plus
Que lire après Mes nuits sauvagesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 46 notes
5
12 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Partage d'une tranche de vie. Vivre dans une grande maison de 200 mètres carrés ? L'entretien, le ménage. Une baraque qui prend tout le temps et l'énergie de l'habitant. Tandis qu'un petit espace est vite nettoyé et permet de libérer du temps pour sortir ou lire. J'avoue que je suis à fond sur cette idée, et ce en connaissance de cause. Sylvie, ostéopathe, a commencé par passer ses nuits dans un camion et comme d'hab c'est la bêtise de l'humain qui l'a dégoûté suite à un cambriolage. Elle dormira ensuite dans un hamac tout en continuant à réfléchir sur son projet d'installer une tiny house. Être en harmonie avec les animaux et la nature, se libérer la tête en se débarrassant des objets qui nous encombrent, devenir écolo. Un récit d'époque dont le côté amer décrit la solitude dont souffre de nombreuses personnes aujourd'hui. Il n'y a aucune leçon de morale, juste la description de son expérience, d'aller au bout de ses envies. J'ai été happée par cette histoire alors que j'ai repoussé ce livre des mois pensant tomber sur un feel good au vu de la couverture. Et cette idée d'ouvrir le toit au-dessus du lit et ainsi dormir à la belle étoile, j'adore ! Ah si j'étais plus jeune ! Eh bien je tenterai l'aventure aussi ! J'ai toujours eu comme principe que le grand je ne le veux pas à l'intérieur mais à l'extérieur là devant moi avec des paysages à couper le souffle. Lecture revigorante.
Commenter  J’apprécie          302
Lorsque Babelio m'a proposé ce roman à lire, je suis tout de suite tombée sous le charme du résumé et de la couverture. Celle-ci est très jolie et représente très bien l'histoire. le résumé propose un sujet très intéressant pour moi, celui de la vie en toute simplicité, en camping car ou en Tiny House. Je dois bien avouer que je ne connaissais pas ce concept de petite maison avec juste l'essentiel dedans, avec des espaces aménagés pour avoir le plus de place possible. Elles sont bien souvent construites en bois et font de 10 à 30 M2. Elles sont parfois à monter soi-même aussi. Je trouve cette idée de petite maison très ingénieuse, cela permet de se délester du superflu, de ne vivre qu'avec ce que l'on a besoin réellement.

Sylvie Perenne se raconte dans ce livre. Elle est ostéopathe et vit en Alsace. Elle vit dans une grande maison, elle a tout ce qu'il faut, ne manque pas de place, alors elle achète, veut faire de la couture. Un jour, son couple vole en éclats, elle ne se sent plus à l'aise dans sa maison, elle est trop grande pour elle, elle condamne des pièces, elle ne s'y sent plus bien. Une connaissance lui fait visiter son gros 4x4 qu'il a emménagé en van. Et justement il est à vendre. Sylvie y voit un signe et l'achète. Elle va donner un virage inattendu à sa vie. Elle s'est rendue compte qu'elle avait besoin de minimalisme, de vivre plus proche de la nature. Elle va continuer à exercer son métier dans son cabinet, mais par contre, elle va vivre dans son van qu'elle va poser là où elle en a envie, bien souvent dans les montagnes alsaciennes. On va ainsi la suivre dans sa nouvelle vie, son emménagement, sa façon de vivre, son rapprochement avec les choses essentielles de la vie. Elle laissera ensuite son camion pour vivre encore plus près de la nature, car elle va dormir dans un hamac. Et enfin, après une année vécue en van et une autre en hamac, elle a alors l'idée de se faire construire une Tiny House.

J'ai adoré suivre Sylvie dans son aventure, suivre son cheminement, son changement. D'une grande maison, elle est passée à une petite de la taille d'une pièce. Elle a réussi à se détacher des objets, à ne garder que le principal pour vivre. Elle m'a épatée, je suis admirative de tout ce qu'elle a fait, de ce détachement. J'aimerais arriver à faire pareil, j'essaie de toujours me poser la question de savoir si j'ai besoin de l'objet que je vais m'acheter, j'y arrive parfois, mais je suis surtout très faible avec les livres. J'ai beaucoup de mal à m'arrêter d'acheter, alors que je pourrais les emprunter à la médiathèque. Donc, je suis vraiment baba devant Sylvie qui a réussi à faire ce travail sur elle. En plus, c'est un n comportement très écologique. La surconsommation est le fléau de notre société moderne.

Sylvie Perenne nous offre là une belle leçon de vie. Tout cela ne s'est pas fait sans crainte, la peur de la solitude l'a habitée bien souvent. Elle se pose aussi beaucoup de questions sur elle et sur ce qu'elle veut vraiment. Elle nous fait part aussi de ses difficultés à construire sa Tiny House, de toutes les formalités qu'elle a dû accomplir, du temps que cela a pris, il lui a fallu beaucoup de patience pour enfin pouvoir habiter son paradis. le livre ne prend pas fin avec son emménagement, on la suit a nouveau une année dans sa maison, avec toutes ses difficultés pour l'électricité, l'eau, etc… Ce n'est pas parce que la maison est petite qu'il n'y a pas de problèmes pour elle…
Elle nous parle ensuite et surtout de la nature, des paysages qu'elle peut rencontrer, des arbres, des montagnes, du ciel, des étoiles, de ses nuits au clair de lune dans son hamac entre deux arbres. J'ai pris un grand bol d'air avec elle. C'est féerique de se retrouver ainsi au plus près des animaux, faire partie de leur vie. J'ai souvent envié Sylvie. Je pense que si j'étais plus jeune, j'aurais aimé vivre cette belle expérience. C'est une expérience de vie très enrichissante, on ne peut que ressortir grandi. Et surtout, on peut être fier de participer à la protection de son environnement.

Le style très fluide de l'autrice fait aussi que j'ai suivi ses aventures avec beaucoup d'intérêt. Cela se lit tout seul, dès les premières pages, j'ai été plongée dans l'action et dans l'histoire dès les premiers mots. Et cet attrait ne faiblit pas et continue tout le long. Je me suis sentie bien dans ce livre, avec Sylvie que je suivais de près. J'ai eu la sensation de faire connaissance avec une amie et de la quitter à la fin. Je pense aussi que c'est dû à l'emploi de la première personne du singulier comme choix narratif. Ce qui se comprend vu que c'est un récit. Je me suis ainsi sentie encore plus proche de la narratrice. J'avais l'impression de rentrer dans sa tête et d'être au plus près d'elle. Les descriptions de l'environnement de Sylvie sont très bien faites, sans alourdir le texte. C'est souvent très poétique et bucolique. J'ai réussi à tout imaginer aisément.
Le livre est très bien construit, en gros chapitres qui représentent les différents moments de la vie de Sylvie, sa vie d'avant, son changement, la vie en camion, puis en hamac, puis l'idée de la Tiny House, sa construction, l'emménagement et la vie dedans. J'ai beaucoup aimé cette façon de construire l'histoire qui suit un fil rouge. Les sous parties des chapitres portent des titres très évocateurs et qui représentent très bien ce que vit l'autrice. Comme par exemple, « Un bon moral ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval » ou « Quoi de plus agréable que de se dissoudre parmi les étoiles » ou encore, une phrase que j'aime beaucoup : « Rêver comme un enfant permet de voir plus grand. » Je pourrais encore vous en citer d'autres, mais je préfère que vous les découvriez vous-même.
Et l'objet livre est très beau, avec une très jolie couverture qui représente très bien le livre, des arbres un hamac… il y a aussi des illustrations dans le livre, en tête de chapitres qui sont très sympas aussi.

En même temps que ma lecture, j'ai suivi aussi Sylvie Perenne sur son compte Instagram où j'ai pu voir sa maison, la terrasse qu'elle a fait construire ensuite, son hamac. N'hésitez pas à faire comme moi et à la suivre, cela rajoute une touche de réalisme supplémentaire au contenu du livre.

Je me suis régalée avec ce livre. Je l'ai beaucoup aimé et je vais continuer de suivre Sylvie Perenne avec grand plaisir. J'ai beaucoup aimé la lire, et j'espère qu'elle va continuer à écrire des histoires car elle raconte très bien. J'ai pris un grand bol d'air de la nature et des montagnes alsaciennes, qui ne sont pas très éloignées de mes montagnes jurassiennes. J'avais donc la sensation de faire de même.

Je ne peux vraiment que vous conseiller ce roman, pour suivre Sylvie Perenne, pour se rendre encore mieux compte que l'on peut vivre simplement et être très heureux. C'est une très belle expérience de vie que j'aurais aimé avoir aussi.

Il ne me reste plus qu'à remercier Sylvie Perenne pour ce très bon moment en sa compagnie. Je remercie également les éditions Jouvence et Babelio grâce à sui j'ai pu découvrir l'histoire de la vie de Sylvie Perenne.
Commenter  J’apprécie          30
Dans ce livre l'autrice nous raconte comment elle a plaqué son confort d'une vie conventionnelle ! Fini la grande maison spacieuse, elle explore la vie de nomade d'abord avec son camion, puis équipée seulement d'un hamac, dans les forêts vosgiennes jusqu'à ce qu'elle décide que l'habitat de ses rêves serait une Tiny House au toit ouvrant sur le ciel étoilé...

Est-ce que tous les objets que l'on accumule nous rendent finalement heureux ? L'art de la simplicité, s'entourer d'objets choisis avec soin et se libérer de tous les autres, voilà le premier pas d'une longue et belle aventure ! Dormir dans un camion en pouvant vadrouiller au rythme de ses envies, puis dans un hamac à la belle étoile bercée par les pas des chamois. L'autrice nous fait part de ses doutes, de ses peurs, de la solitude qui la pèse parfois et des difficultés auxquelles elle a été confrontée pour pouvoir enfin nicher sa Tiny au coeur de la montagne! Elle nous raconte son cheminement, ses réflexions écologiques, ses efforts pour réduire sa consommation d'énergie. Je suis bluffée par son courage, ça donne envie même si je sais que je ne suis pas du toute prête à vivre une telle aventure ! C'est un récit apaisant et inspirant, une bulle d'oxygène qui nous amène à nous interroger sur notre mode de vie.
Commenter  J’apprécie          170
aujourd'hui, je voulais vous parler d'une lecture très inspirante que j'ai eu il y a quelques jours. Il s'agit de "Mes nuits sauvages" de Sylvie Pérenne.
Sylvie décide un beau jour de tout plaquer. de dire adieu au confort d'une vie conventionnelle, sa grande maison, son mec, mais converse son métier d'ostéopathe. Elle part d' abord vivre en camion aménagé en van, puis avec un hamac dans les montagnes alsaciennes. Elle partage ses journées entre son cabinet d'ostéopathie et ses aventures nature jusqu'à ce qu'elle découvre l'habitat de ses rêves, une tiny house !
Ce témoignage est juste grandiose. Durant ma lecture, j'ai été complètement happée par les aventures de l'auteure, par ce récit de vie terriblement inspirant et qui nous amène à véritablement nous questionner sur nous même, sur le sens de notre vie, sur la valeur que l'on accorde aux choses. Je ne sais pas vous, mais pour ma part, j'ai une tendance à entasser, cumuler les choses. Ça me rassure, je pense pouvoir m'épanouir dans la possession et au final, on se rend vite compte que tous ces objets nous encombrent, prennent la poussière sans que l'on ne s'y intéresse vraiment et que l'on pourrait habilement s'en passer. C'est la même chose pour nos maisons. Nous recherchons toujours plus grand, plus spacieux, croyant qu'en ayant plus de pièces, on s'adonnera plus facilement à tel ou tel loisir. Mais tout ceci est un leur. Pourquoi ne pas faire comme Sylvie, revenir à l'essentiel, se défaire du superflu, ne conserver que ce qui a une réelle valeur? Redonner du sens à sa vie ? Reprendre la route plus léger extérieurement mais plus riche intérieurement ? Se contenter de sourire à ce que la nature dans sa grande générosité peut nous offrir ?
J'ai aussi repensé au film "Donne moi ta main" et plus spécifiquement à la scène de l'alarme incendie. Je sais, vous vous demandez le rapport entre ce témoignage nature et une comédie romantique irlandaise,mais j'y viens, c'est promis ! On se rend compte de ce qui a une réelle valeur à nos yeux lorsque l'on pourrait le perdre. Ça aide à redéfinir nos priorités et à donner du sens à nos vies.
Vraiment quel témoignage ! Je suis épatée par le courage et les valeurs de cette femme qui a osé faire du tri dans sa vie et prendre un nouveau départ. Ça interroge forcément notre société de consommation, ça fait réfléchir à ce que l'on peut changer pour respecter un peu plus la planète, pour devenir véritablement acteur d'un changement. Depuis ma lecture, j'ai des rêves de tiny house et de vivre des nuits sauvages à la belle étoile ! Mais je sais que je ne suis pas encore prête pour opérer ce genre de changement dans ma vie. Pour autant, des petites graines sont plantées grâce à ce récit et je sais que naitrons forcément de nouvelles idées qui m'aideront à vivre plus en harmonie avec la nature, à faire du tri dans mes placards et dans ma vie ! Mon mari préfère pour le moment que la tiny house ne reste qu'un élément appartenant à une de mes lectures plutôt qu'un projet de vie mais je sens mes enfants beaucoup plus motivés. Ne reste qu'à se mettre dans un premier temps à la construction d'une tiny pour le jardin 😉 !
Commenter  J’apprécie          92
Célébrer le passage du printemps en lisant un petit livre qui évoque le retour au simple n'est ce pas idéal ?
De fait, en allant sur l'insta de l'autrice en terminant mon livre j'apprends qu'elle n'est bientôt plus habitante d'une mini maison, belle rencontre oblige. J'ai pensé alors à Ressac de Diglee que j'ai lu alors qu'elle n'était depuis longtemps plus dans une démarche de retraite et de recherche d'isolement et de moindre activité. Ce qui ne m'étonne pas plus que cela. Ces livres sont un témoignage d'une étape ckef dans la vie des autrices.
Pour moi "mes nuits sauvages" sont une ode à la solitude. Comment l'apprivoiser. Comment l'apprécier. Pour cela l'autrice va d'abord vivre un an dans un camion aménagé puis quelques mois carrément dehors, dans un hamac qu'elle déplace au gré des lieux, des promenades et des envies dans ses montagnes adorées et enfin se la'ncer dans la construction d'une mini maison pour se poser un peu. Profiter de ce que la vie lui offre. Se sentir différent et heureux à l'écart du monde. Tout en étant avide d'affection et d'interaction humaine.
Mes nuits sauvages sont aussi une reconnection à la nature. Comment se sentir bien avec peu, en vivant dans le peu d'espace qu'on a laissé sur notre planète surexploitee. Et c'est chouette parce qu'on voit que ça fonctionne. Que c'est possible. Peut être pas tout le long de la vie mais au moins pendant le temps que l'on juge nécessaire.

Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Parfois, quand je vis quelque chose de fort dans mon monde de nature, que ce soit un coucher de soleil particulièrement flamboyant ou une poignée de fraises des bois au goût incomparable, j'éprouve le besoin de prendre une photo et de l'envoyer à quelqu'un. Comme s'il fallait la présence d'un témoin pour donner de la consistance à un bonheur éphémère. Comme si loin du regard de l'autre, ma vie d'une certaine manière n'existait même pas.

J'ai beau avoir choisi un mode de vie atypique, je ne vis donc pas encore vraiment pour moi.
Commenter  J’apprécie          60
Je me sens la reine d’un palais immense, comme libérée du regard des hommes par la nuit qui vient. Je me tiens bien droite sur le rocher qui trône au sommet de la montagne, respirant l’air pur qu’on ne trouve qu’en altitude et m’émerveille d’être vivante pour observer cette indicible beauté autour de moi.
Commenter  J’apprécie          70
Sans doute, la différence entre un rêve d'écriture et un livre bien réel réside dans le fait de ne pas lâcher, de continuer, même quand chaque mot écrit semble si ridicule
Commenter  J’apprécie          50
Même choisie, la solitude n'est pas quelque chose de gai, avais- je pensé. Elle peut être apaisante, reposante, parfois écrasante, déchirante, mais gaie, je ne crois pas. Pas pour moi en tout cas.
Commenter  J’apprécie          30
Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve des excuses.
Commenter  J’apprécie          50

Video de Sylvie Pérenne (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Pérenne
Le phénomène Tiny House : elle raconte comment elle a tout plaqué sauf son travail
autres livres classés : tiny houseVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Sylvie Pérenne (1) Voir plus

Lecteurs (111) Voir plus



Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre

{* *}