AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782732457963
384 pages
Editions de la Martinière (13/02/2014)
3.98/5   188 notes
Résumé :
Fraîchement débarquée à Paris pour un an dans un prestigieux lycée, Anna, réservée et maladroite, ne connaît personne et se sent complètement perdue.
Elle donnerait cher pour retourner chez elle et retrouver ses habitudes : sa maison, sa famille, ses amies, son job dans son cinéma préféré...
Tomber sous le charme d'Etienne, un garçon totalement craquant, n'y change rien.
Celui-ci a déjà une petite amie et toutes les filles en pincent pour lui... >Voir plus
Que lire après Anna et le french kissVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 188 notes
Début d'année.
Cher Paris, me voici.
Anna, une pauvre élève américaine de Terminale dans une école américaine à l'autre bout du monde. Anna Oliphant, avec une réserve de mouchoirs au cas où.
Cette année, mon père, grand romancier à succès, décide qu'il serait extraordinaire pour la culture de sa fille d'aller passer sa dernière année de Lycée en France, dans la capitale des amoureux.
Ma meilleure amie Bridget me manque, je venais juste de commencer à sortir avec « Tophe » du groupe des Penny Dreadful - ami de mon ex-copain Matt-, Bridget vient de reprendre auss les baby sitting de mon petit frère Sean à ma place. Bref, cela me fait drôle d'être délogée de mon nid douillet sur un caprice de mon géniteur nouveau riche extravagant. J'y étais bien à la maison, moi.
Heureusement, les mails nous tiennent en contact permanent, Bridg' et moi, cela me fait oublier que Paris est grand, juste énorme, comme une grande mer de possibles. Une ville de lumière !
Je me sens perdue, excitée, hâppée par Paris et ses quartiers, son histoire, ses cinémas, parfois (souvent!) gauche avec mon petit niveau de français pour demander mon chemin ou un plat.
L'école américaine en France, c'est la même chose qu'à la maison, avec un cours de français débutant en plus. Comment peut-on se sentir seule avec 99 élèves ?
Malgré tout, ma voisine de chambre universitaire, une jolie blonde du nom de Mérédith, m'a introduit au sein de son groupe d'amis. Elle est adorable, pétillante, percée. Je rencontre donc Josh et sa copine aux lunettes bleues Rashmi, Saint-Clair- Etienne pour les intimes- et plus tard, sa copine Ellie. Saint-Clair, lui, va devenir mon meilleur ami...

Fin d'année.
« Et, alors que les images défilent devant mes yeux, je réalise que...que ça me va.
Ca me va si Saint-Clair et moi ne devenons jamais plus que des amis. Son amitié seule m'a rendue plus forte. Et ça m'a suffit. Il m'a sortie hors de ma chambre dès la première semaine et grâce à lui, je suis devenue indépendante. Il a été là quand j'en avais besoin. Je ne pourrai jamais l'oublier.
Et je ne veux surtout pas perdre cette amitié.
..............En sortant du cinéma, je repère un visage familier de l'autre côté de la rue.
Je 'arrive pas à y croire.
C'est Etienne. »

: « Anna et le french kiss » de Stephanie Perkins est le parcours initiatique d'une ado qui va grandir rapidement à plusieurs titres en une année.
Cette année va être décisive pour cette jeune fille joyeuse et réservée qui goûte pour la première fois à l'indépendance. Si l'option de l'école en France était durement assumée au début, la perspective de « couper le cordon » maternelle donne des ailes à Anna qui saisira rapidement l'ampleur de la situation. Anna goûte donc un peu à cette liberté mais demeure une élève sérieuse et studieuse à côté des fêtes organisées. Anna se découvre un talent pour l'écriture, la critique de films de cinéma et progressivement, sa sensation d'être à sa place, d'avoir trouvé sa voie, se renforce au fil du temps. Une chose après l'autre en tout cas et dans cette immersion vers l'âge adulte, ses joues ne cesseront de s'empourprer avec toutes les choses différentes que peuvent dire ou faire les ados français avec autant de libertés.
Anna entre de plein pied dans un autre monde, de rêves de prime abord, Paris offre un cadre idyllique d'aventures culturelles, poétiques et romanesques, elle ne cessera de se promener, d'admirer et de faire les cinémas, utile quand on est une petite américaine un peu perdu toujours accompagnée d' un plaisir constant de la découverte qui la maintient. Elle se familiarise avec la langue, rencontre la culture. Les éléments de tradition française lui feront oublier Thanksgiving et le bal de fin d'année auquel elle ne participera pas. Dur, mais elle va de l'avant grâce à la présence de Saint Clair qui a sa part de préoccupations. Tous deux vont se confier, s'épauler.
Avec le groupe d'amis de Meredith, les choses reprennent leur cour, la vie d'une adolescente, avec ses joies, ses doutes, ses brouilles, ses peines et ses réconciliations.
Des Etats-Unis à la France, c'est une suite de chassés-croisés amoureux avec ses déclarations et ses non-dits qui brouillent les amitiés, compliquent les amours. Chacun cherche son chat, Anna s'éloigne de Toph, son retour pour les fêtes lui réservera une surprise. Elle se rapproche de Saint-Clair, devient sa meilleure amie et en tombe amoureuse à en être malheureuse car il est pris- « l'amour est un enfant de bohème qui n'a jamais connu de lois ». Celui-ci ne semble pas insensible mais faire les choses bien n'est pas toujours aisé, rien n'est très clair jusqu'au dénouement. D'autres convoitent mais restent sur le banc de l'amitié, les nouvelles amours vont être prises comme des trahisons. Un vrai théâtre sur la note du "fuis moi je te suis, suis moi je te fuis".
A la conclusion, Anna sera passé par tous les caps d'un bon film d'amour dans sa jeune réalité, avec une psychologie ados bien menée et bien vue, chacun devrait s'y retrouver. Stephanie Perkins, l'auteure, prend le chemin de l'excellent John Greene, les fans des « Etoiles contraires » devraient apprécier et les amateurs de bons romans de copains et copines aussi, tout simplement.
Commenter  J’apprécie          120
Anna and the french kiss est un livre qui a fait énormément de bruit depuis sa sortie et qui continue à en faire. Rare sont les lecteurs anglophones ne l'ayant toujours pas lu. Et comme les critiques sont extrêmement positives sur ce livre, je me suis dit que j'allais aussi m'y mettre.

Malheureusement, mon ressenti ne va pas dans ce sens. Globalement, j'ai trouvé ce roman cliché et (très) long.

Déjà, le livre part avec un sacré handicap pour nous, lecteurs français: le titre et la couverture. Quel éditeur français oserait appeler un bouquin Anna et le 'french kiss'? Aucun. Ou en tout cas, j'espère vraiment que celui qui achètera les droits pour sa traduction ne fera pas l'erreur de laisser ça comme tel. Pour un français normalement constitué (enfin j'espère), ce titre n'est absolument pas attractif. Idem pour la couverture: deux adolescents assis sur un banc avec, en fond, la tour Eiffel. Impossible de faire plus cliché.

A l'intérieur, nous découvrons Anna, une jeune adolescente américaine contrainte par son père d'aller suivre pendant une année sa scolarité dans un lycée de Paris. Elle se sent désespérée de devoir quitter sa meilleure amie et son -presque- copain. de plus, elle est effrayée à l'idée de vivre seule dans un pays dont elle ne parle même pas la langue. Une fois sur place, elle va découvrir que finalement, Paris n'est pas si inintéressant, que d'autres lycéens sont plutôt sympas, et qu'Etienne St Clair est un véritable canon qui parle avec un accent trop craquant.
Là est la clef de l'histoire.

Le premier problème de ce roman est à mon sens le manque de structure chronologique. le bon premier quart ne retrace que le premier d'école d'Anna alors que le dernier quart quant à lui retrace ce qui se passe dans les six derniers mois. Au début, on a l'impression que ça traine, qu'il ne se passe rien, alors qu'à la fin tout s'accélère. C'est comme s'il fallait absolument qu'Anna et St Clair ne forment un couple qu'à la fin de l'année scolaire.
Toujours au niveau du rythme, j'ai vraiment ressenti des longueurs tout au long du livre. Déjà l'intrigue ne méritait pas de s'étaler autant dans le temps. Il ne faut pas un an entier à deux jeunes adolescents qui se tournent autour dès la rentrée pour finalement se mettre en couple. La trame ne comportait pas non plus suffisamment d'éléments secondaires pour pouvoir étoffer l'intrigue principal et lui donner de la substance. du coup, on a une impression de vide, qui entraine inévitablement l'ennui.

Par contre, je ne nierai pas avoir ressenti des papillons dans le ventre quand leur relation se corsait un peu. Dès qu'il se passait quelque chose, ça fonctionnait. Qu'ils se disputent, qu'ils dansent ensemble ou qu'ils s'embrassent, on est à fond avec eux, plongées dans l'histoire, pantelantes, en attente de la suite des évènements. L'auteur a une réelle capacité à transmettre des émotions, particulièrement lorsqu'elle touche notre coeur de midinette.

J'ai bien aimé où l'action se passe. Paris. La tour Eiffel, l'arc de Triomphe, le Quartier Latin, Notre-Dame-de-Paris. Que des lieux auxquels je suis très familière et que j'ai pris plaisir à retrouver dans ma lecture. L'auteur aurait pu choisir des monuments un peu moins célèbres, histoire de faire découvrir aux lecteurs des endroits insolites, mais on peut facilement passer sur ce point. Après tout, pas sur que les adolescents américains soient seulement capable de situer la France sur une carte.

Enfin, ce roman se lit vite, sans doute parce que le style de l'auteur est très simple. Trop simple à mon goût, car je n'ai pas ressenti de challenge à lire un livre en VO. J'aime bien quand il ya de petites difficultés au niveau de la langue, un vocabulaire un minimum riche et varié. Là, je n'y ai vu aucun défi. Parce que c'est un roman destiné à des adolescentes ne eut pas dire qu'on est obligée de pondre un texte aussi basique que ça.

En bref, je ne suis que moyennement convaincue par ce livre. Trop d'éléments m'ont gênée pour en apprécier la lecture. Il est fortement possible que le lectorat anglophone est été conquis par le charme parisien. Or, quand on vit à Paris, tout cet aspect joue en sa défaveur. Je déconseillerais donc ce roman aux parisiennes, mais les autres, tentaient le coup!
Commenter  J’apprécie          80
Dans ce roman, nous allons découvrir Anna. C'est une jeune fille gentille, compréhensible, maladroite, amicale mais complètement perdue et déstabilisée par son emménagement à Paris loin de tout ce qu'elle connaît et des gens qu'elle aime.
Comment se débrouiller seule dans un pays dont on ne parle pas ou peu la langue.
Comment faire pour s'y habituer quand on a l'habitude de vivre avec sa mère et son petit frère? de voir souvent ses amis?

Si cela m'arrivait, je pense que je ferais des crises de panique.

Les premiers temps, Anna ne se sentira pas du tout à l'aise dans cet environnement. Elle évitera au maximum de devoir parler en français et se refermera que elle même malgré les invitations à déjeuner de Mérédith sa voisine de chambre.

Au bout d'un certain temps, elle va décider de prendre sa vie en main et de faire son possible pour passer cette dernière année de lycée du mieux qu'elle peut.
En devenant amie avec Mérédith, elle rencontrera également le beau et irrésistible Etienne St Clair en couple avec Ellie ( qui à quitter le lycée depuis peu ) mais aussi Josh qui est un passionné de dessins et Rashmi, sa petite amie. Mais aussi Dave et tout un tas de jeunes gens de son lycée.

Anna continue de correspondre par mail avec Bridge, sa meilleure amie aux USA. Elles échangent régulièrement sur leur vie quotidienne et se raconte les dernières nouveautés.

Ses nouveaux amis vont lui faire découvrir Paris et ses plaisirs.

J'ai beaucoup aimé notre héroïne principale et même si il y a des moments où on a envie de le dire ressaisis toi je me dit qu'à son âge, beaucoup d'entre nous auraient réagi de la même façon. C'est une fille pour qui le mot amitié à une véritable signification même si son comportement n'est pas parfait et que comme tout le monde, il lui arrive de commettre des erreurs.
Etienne St Clair, que dire de lui. Honnêtement, si j'avais connu un garçon comme lui au lycée, j'en serais probablement tombé amoureuse. Vous allez me dire que ça fait cliché mais soyons réaliste, dans tout lycée, même en France, il y a ce genre de beaux gosses de première que tout le monde rêve d'avoir comme petit ami.J'ai entièrement craqué sur le beau Etienne. Il est gentil, toujours le mot pour faire rire, toujours prêt à rendre servir. C'est un jeune homme qui comme beaucoup possède une façade dont seul quelques privilégiés connaîtront ce qui se cache derrière. Anna et lui vont très vite devenir amis et plutôt inséparables. Ils se confient l'un à l'autre, et j'ai trouvé cela très touchant.
Meredith est une jeune fille qui à la joie de vivre en elle, dès le début elle prend Anna sous son aile. Elle veut l'aider à traverser les premières semaines de l'année scolaire et à prendre ses repères. Elle est vraiment gentille. Josh est un rêveur qui passe plus de temps à dessiner qu'à suivre les cours. Il est un pro pour sécher ces derniers ce qui à le don d'énerver Rashmi qui s'inquiète pour lui. Josh est le comique du groupe et j'ai beaucoup aimé ce trait de caractère chez lui. Rashmi est une jeune fille qui au premier abord peut paraître froide et dure avec les gens qu'elle ne connaît pas. Plus l'histoire passée et plus j'ai appris à l'apprécié. Elle se révèle être une fille sensible, douce, agréable et ne laisse jamais tomber ses amis. C'est la meilleure amie d' Ellie.

En ce qui concerne Dave et ses amis, je les auraient tous claqués. C'est le genre de personne, sûre d'elle, prétentieuse à souhait, qui pensent plus à eux qu'aux autres et qui n'hésitent pas à mentir pour se rendre intéressant quitte à blesser des personnes inutilement.

L'histoire m'a totalement captivé. L'univers décrit par l'auteur nous donne l'impression parfois d'être nous même à Paris. Ne connaissant pas bien la capitale, j'ai aimé en apprendre davantage sur la ville de l'amour. Certains endroits culte où se promener par exemple.

C'est une romance rien de plus mais la manière dont l'auteur nous la décrite a su m'emporter. Je voulais tout le temps savoir comment Anna allait au fil des jours et des semaines, si elle tenait le coup sans ses amis et sa famille, comment ses relations d'amitié se construisait et si oui ou non, elle trouverait " LE "garçon.

Tout m'a plu dans ce roman, la romance, les amitiés, les personnages. J'ai entièrement été séduite par ce que l'auteure nous raconte et je ne peux que vous le conseillez. Ce roman n'est pas uniquement un " gros chamallow", elle nous montre que même pour nos héros, la vie n'est pas toujours rose. Parfois, elle peut être douce et gentille avec vous puis, d'un coup devenir brutale et vous dévaster. On nous montre qu'elle effet la maladie peut avoir sur les proches de la personnes concernée, que en amour autant qu'en amitié, il faut continuellement faire des efforts et ne jamais lâcher prise si on ne veut pas perdre les gens qu'on aime.

L'écriture est très fluide et la police relativement grande ce qui nous permet de lire ce livre à une vitesse grand V. Il y a une bonne dynamique dans le récit, du coup je n'ai pas ressenti de lenteur à certains moments de l'histoire. le style n'écriture est assez banal et simple mais cela ne m'as pas dérangé car dans ce genre de romans, je préfère ce genre d'écriture là.
Commenter  J’apprécie          50
Anna, une américaine de 17 ans, est forcée par son célèbre père de faire son année de terminale dans l'école américaine de Paris. Au début très mécontente et terrifiée de se retrouver seule dans cette ville inconnue où elle ne maitrise pas la langue, elle fait la connaissance des autres pensionnaires de l'internat, et surtout elle fait la connaissance d'Etienne qui ne va pas la laisser indifférente. Mais voilà, Etienne n'est ce qu'on pourrait appeler un homme libre…

Dur, dur de dire à quel point ce livre est beau. Cette jolie romance YA vous fait vivre un tourbillon d'émotions. Au début c'est doux et subtile puis, plus on avance puis cela devient fort. Et que serait cette romance sans les deux héros Anna et Etienne.

Anna est adorable. Au début timide et maladroite, elle devient plus confiante (tout en restant maladroite). Elle adore le cinéma, on la voit s'émerveiller de ses découvertes dans Paris, s'ouvrir aux autres, devenir indépendante et grandir. On ne peut qu'être trouchée par elle. Elle a la tête sur ses épaules, et elle est vraie. Bien sûr elle a des défauts mais c'est le genre de personnages tellement réels qu'on l'apprécie justement pour ce qu'elle est entièrement. J'avais peur d'avoir à faire à un personnage très niais mais pas du tout. Anna, elle déchire.

Cette assurance qu'elle acquiert au cours du roman, elle l'obtient grâce à Etienne St Clair. Etienne n'est pas le genre de personnage grand, ténébreux et torturé. Il est pas très grand, c'est un mordu d'histoire, il respire la joie de vivre, mais a quand même une part d'ombre à cause de la situation compliquée avec son salaud de père, et sa mère qui n'a pas la vie facile non plus. Mais son côté british et sa façon d'être le rendent irrésistible et comme Anna on tombe amoureuse de lui petite à petite. Etienne St. Clair m'a marquée pour un moment c'est moi qui vous le dis.

L'histoire entre Etienne et Anna est magnifique. Tout tourne autour d'eux et de leur complicité. Etienne prend place dans la vie d'Anna ce qui la fait sortir de son cocon, il lui apprend ce qu'il sait sur Paris, etc… . Leur amitié ne cesse de grandir, jusqu'à devenir les meilleurs amis du monde même si depuis le début il y a beaucoup d'ambigüité. Ca monte crescendo entre eux, et on regrette énormément que le beau jeune homme soit en couple (et Anna également). Et c'est ce qui fait que la tension ne fait que croître entre eux. J'ai beaucoup de mal à exprimer à quel point c'est fort entre eux, surtout à la fin. Leur relation devient une drogue. On a besoin qu'ils soient ensemble, même si c'est pour partager un moment en toute amitié. Anna n'est pas Anna sans Etienne et inversement. Quand ça va mal pour l'un on a besoin que l'autre soit là, et quand ça va mal entre eux, on a mal parce qu'on ne veut pas que ça se passe ainsi et on souhaite que la réconciliation arrive au plus vite. Les émotions sont décrites à merveilles, et j'ai eu soit le coeur qui battait la chamade ou un sourire très niais car c'était très émouvant. C'est très intense et c'est ce qui fait que ce roman est merveilleux.

Le tout petit point négatif pour moi ce sont les clichés. Au début surtout, on est face à des descriptions sur la vie des parisiens un peu cliché et pas des plus réalistes. Mais bon l'histoire est tellement belle que je suis totalement passée au dessus et ça ne m'a pas gâchée ma lecture.

Vous l'aurez compris, Anna et le French Kiss est un gros coup de coeur. Cette romance YA, fait beaucoup de bien et aborde des thèmes que j'aime particulièrement, comme la famille, les amis, l'amour et en plus de vivre pleinement toutes les émotions du livre, on ne peut s'empêcher de se poser certaines questions, sur la notion de foyer, le sens de l'amitié et autre. Si vous ne l'avez pas encore lu, jetez vous dessus, c'est moi qui vous le dis!
Commenter  J’apprécie          60
J'avais entendu énormément de bien de cette petite romance, notamment de la part des blogueuses Anglophones, j'étais donc très curieuse de découvrir de quoi il en retournait. Malheureusement, je n'ai pas du tout été autant emballée que la plupart. J'ai trouvé l'histoire toute choue à certains moments, mais globalement, j'ai beaucoup manqué d'enthousiasme. Je dois me faire trop vieille.

Anna est sur le point de débuter sa dernière année au lycée lorsque son père décide de l'envoyer faire cette dernière année dans la prestigieuse School of America in Paris (ou SOAP (savon en anglais) pour les intimes), sans même lui demander son avis. D'abord catastrophée : elle ne connait personne et elle ne parle pas un mot de français, elle finit par se plaire de plus en plus en France, surtout à mesure qu'elle se rapproche d'Etienne St Clair, franco-anglo-américain, intelligent, drôle, et surtout extraordinairement beau. le seul problème, c'est que St. Clair a déjà une petite amie...

Le premier problème que j'ai rencontré avec ce livre, c'est que je n'ai pas accroché avec Anna. Ok, c'est pas cool que son père l'ait envoyée à Paris sans lui demander son avis, mais je trouve qu'elle en rajoute beaucoup sur à quel point c'est difficile de vivre toute seule en France. La plupart de ses « problèmes » m'ont fait doucement rigoler. En fait, c'est juste qu'Anna a toujours eu l'habitude qu'on lui fasse tout à sa place et est donc incapable de se débrouiller toute seule. Elle ne peut pas demander ce qu'elle veut au self à cause de la barrière de la langue alors qu'elle est dans une école américaine où TOUT LE MONDE parle anglais et qu'en plus, il n'y a même pas besoin de parler pour demander ce qu'on veut dans un self, il suffit de désigner le plat convoité. Et puis, elle se plaint sans arrêt du gros handicap qu'est sa non maîtrise du français, mais ça ne lui vient jamais à l'esprit d'aller chercher un dictionnaire ou un guide de conversation. Et qu'on ne me dise pas que c'est aussi difficile pour elle parce qu'elle est timide. Je suis timide, beaucoup plus qu'Anna, mais quand on me lâche dans la nature, je suis capable de me débrouiller toute seule. Y compris à l'étranger.

Globalement, les personnages sont un peu (beaucoup) cliché : Anna est la fille parfaite qui ignore qu'elle est parfaite parce qu'elle est timide et manque de confiance en elle. St. Clair est... Dieu : beau, intelligent, drôle, à moitié français et avec un accent britannique. Bref, tout ce qui fait craquer les Américaines, donc il a tout le lycée à ses pieds. Et évidemment, Anna est tombée sous le charme la minute même où elle l'a vu pour la première fois. Amanda est la peste du lycée, qui s'en prend à Anna sans vraiment de raison valable, juste parce que c'est une peste.

Bon, mais c'était quand même pas désagréable à lire, hein ! Même si la romance ne m'a pas emballée plus que ça, j'ai tout de même pris plaisir à suivre Anna et sa petite bande d'amis. le style est plutôt sympa, plusieurs passages m'ont fait sourire voire même rire, et surtout il n'y a aucun moment ultra cheesy, dégoulinant de romantisme au point d'en vomir des licornes, paillettes et tout ce que vous voulez. J'avais vraiment peur de tomber sur une histoire ultra romantique étant donné la manière dont les Américains (et pas qu'eux, d'ailleurs) voient Paris, j'ai donc été agréablement surprise de ce côté-là.

Justement, c'était aussi intéressant de voir notre capitale, et plus largement, la culture de notre pays à travers les yeux d'une Américaine qui ne connaissait absolument rien de la France au départ. Bon, on ne passera pas à côté d'un grand nombre de clichés (notamment celui sur la vie parisienne absolument méga trop cool – non, la vie parisienne, ça peut être bien quand vous êtes ultra riche et pouvez habiter dans les beaux quartiers. Mais la vie parisienne, pour les gens normaux, c'est les quartiers tous moches et la moitié de sa vie passée dans les transports en commun), mais c'est toujours assez drôle de voir comment nous les français sommes perçus en dehors de nos frontières.

En bref, une histoire d'amour adolescente assez banale, pleine de clichés, mais pas non plus désagréable. Il y a fort à parier que les plus jeunes y trouvent leur bonheur.

Je vous le recommande si : vous aimez les romances YA, et particulièrement si vous avez moins de 16-18 ans.
Lien : http://i-read-therefore-i-am..
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
HistoiresSansFin
02 février 2015
Anna et le French kiss de Stephanie Perkins est le parcours initiatique d'une grande ado aux portes de l'âge adulte. Cette année va être décisive pour cette jeune fille joyeuse et réservée qui goûte pour la première fois à l'indépendance. Paris offre un cadre idyllique d'aventures culturelles, poétiques et romanesques, utile quand on est une petite Américaine isolée avec un esprit curieux.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
"Anna?" Someone knocks on my door, and it startles me out of my seat.
No. Not someone. St Clair.
I'm wearing an old Mayfield Diary T-shirt, complete with yellow-and-brown cow logo, and hot pink flannel pajama bottoms covered in giant strawberries. I am not even wearing a bra.
"Anna, I know you're in there. I can see your light."
"Hold on a sec" I blurt. "I'll be right there." I grab my black hoodie and zip it up over the cow's face before wrenching open the door."Hisorryaboutthat. Come in."
I open the door wide but he stands there for a moment, juste staring at me. I can't read the expression on his face. Then he breaks into a mischievous smile and brushes past me.
"Nice strawberries."
"Shut up."
"No, I mean it. Cute."
And even though he doesn't mean it like I-want-to-leave-my-girlfriend-and-start-dating-you cute, something flickers inside of me.
Commenter  J’apprécie          50
J'entre et ferme la porte. Vêtements sales, serviettes roulées en boule et bouteilles à moitié vides jonchent le sol. Le contenu de son sac est éparpillé sous son lit. Il y a des feuilles chiffonnées et des pages arrachées un peu partout. Ça sent le renfermé.
-J'adore ta nouvelle déco. Ça fait très... désinvolte.
-Si t'es venue pour critiquer, tu peux retourner d'où tu viens, marmonne-t-il dans son oreiller.
-Noon. J'adore le désordre. Ça laisse tellement de possibilités de rangement!
Il soupire. Un soupir long et douloureux.
Commenter  J’apprécie          70
Dans l'Histoire des Vacances catastrophiques, celles-ci sont les pires de toutes. Pire que le Quatre Juillet, quand Papi est venu en kilt au feu d'artifice et nous a fait chanter l'hymne écossais. Pire que le jour d'Halloween quand Trudy Sherman et moi sommes allées à l'école déguisées en Glinda, la gentille sorcière du Magicien d'Oz, et qu'elle a dit à tout le monde que son costume était mieux que le mien parce qu'on voyait ma petite culotte à travers ma robe.
Commenter  J’apprécie          70
"It translates to ‘Point zero of the roads of France.’ In other words, it’s the point from which all other distances in France are measured." St. Clair clears his throat. "It’s the beginning of everything.""It translates to ‘Point zero of the roads of France.’ In other words, it’s the point from which all other distances in France are measured." St. Clair clears his throat. "It’s the beginning of everything."
Commenter  J’apprécie          50
Je retourne tout ça dans ma tête tandis que nos voix se font de plus en plus fatiguées. Jusqu'à ce que nous arrêtions de parler. Nous nous tenons simplement compagnie. En silence. Sa respiration. La mienne. La sienne.
Je ne pourrai jamais le lui avouer mais j'en suis sûre.
A présent, c'est lui ma maison. Lui et moi. Ensemble.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Stephanie Perkins (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephanie Perkins
Stephanie Perkins - Blooper Reel
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (383) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1524 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

{* *}