AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Claire Fargeot (Traducteur)Jean-André Rey (Traducteur)
EAN : 9782266092760
568 pages
Pocket (14/04/1999)
3.99/5   83 notes
Résumé :
" Les pêcheurs de coquillages. " Tel est le titre d'un tableau de Lawrence Stern, peintre victorien, dont a hérité sa fille Pénélope Keeling. Au crépuscule de sa vie, celle-ci s'est retirée dans son cottage. Bientôt l'œuvre, dont la cote ne cesse de monter, va perturber sa retraite paisible en suscitant la convoitise de certains de ses proches. Témoin des affrontements qui opposent Olivia, Nancy et Noël, Pénélope découvre le vrai visage de ses trois enfants. Ce rega... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 83 notes
5
4 avis
4
10 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

LePamplemousse
  14 décembre 2013
L'auteur brosse ici un très beau portait familial. Elle nous présente tout d'abord Pénélope Keeling, une femme agée d'une soixantaine d'années qui vient d'avoir un petit accident cardiaque.
Elle nous dévoile ensuite avec beaucoup de tendresse la réaction de ses trois enfants adultes, Nancy, Olivia et Noël, ils s'inquiètent pour leur mère, s'interrogent sur l'opportunité de la placer dans une maison de retraite ou non, de s'en occuper ou de laisser des professionnels le faire...certains d'entre eux spéculent aussi sur la succession et ce qu'ils espèrent obtenir car leur mère est la fille unique d'un peintre célèbre dont elle possède encore de nombreux tableaux.
Rosamunde Pilcher sait décrire avec finesse ses personnages et nous laisse voir leurs faiblesses et leurs petits travers.
Elle nous emmène dans une atmosphère douce et chaleureuse aux côtés de Pénélope qui vit dans un petit cottage anglais et nous dévoile avec nostalgie et pudeur des pans de son passé, inconnu de ses enfants.
Nous découvrons également le quotidien plus mondain de ses enfants, qu'ils soient avides de notoriété, d'argent ou simplement désireux de profiter des petits plaisirs de la vie.
J'aime ces romans qui font du bien, qui regorgent de bons sentiments sans être trop naïfs ni dégoulinants de guimauve pour autant.
Les descriptions des toiles du père de Pénélope sont remarquables, j'avais vraiment l'impression de les voir et de comprendre l'émotion ressentie par cette femme à chaque fois qu'elle les contemplait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Gwen21
  24 mai 2020
J'ai lu "Les pêcheurs de coquillages" dans le cadre du challenge BBC qui regroupe les quelques cent romans les plus plébiscités des Anglais. Je n'avais aucun préjugé concernant cette oeuvre avant de commencer ma lecture ; j'imaginais quelque chose comme une saga familiale en Irlande ou en Cornouailles sous le règne de Victoria. Quelle ne fut donc pas ma surprise en découvrant que j'avais presque tout faux !
Pour la Cornouailles, ok ; pour la famille, ok - sans la saga - mais pour Victoria, dans les choux. "Les pêcheurs de coquillages" désigne en fait un tableau à l'huile peint par Lawrence Stern, peintre fictif et père de Pénélope, personnage principal du récit. A soixante-quatre ans, au début des années 80, Pénélope se souvient de sa vie et ouvre les yeux sur les sentiments que lui inspirent ses trois enfants, et réciproquement. Des enfants très intéressés - dans tous les sens du terme - par la valeur marchande des toiles de leur grand-père.
La narration est très classique, on suit chapitre après chapitre chacun des personnages principaux ou secondaires, le tout tissant une trame de vie faite de souvenirs, d'épreuves, de secrets, de deuils, d'amours et d'espoirs. le style de Rosamunde Pulcher m'a rappelé celui de Kate Atkinson, l'humour en moins, et j'ai surtout eu l'impression de lire le scénario d'un téléfilm du dimanche après-midi, à la fois sans surprise mais tout à fait réconfortant.
C'est un récit que je m'étonne de trouver dans la top-list BBC mais qui, à sa parution en 1987, a dû émouvoir toute une génération pour qui la Seconde Guerre mondiale était encore très présente dans les mémoires, avec ses séquelles et ses échos au sein des familles. Aujourd'hui, je pense que des auteures comme Kathryn Hughes ou encore Annie Barrows assurent la relève du genre, assez reposant au demeurant, avec des romans agréables à lire et plutôt inoffensifs.

Challenge PAVES 2020
Challenge BBC
Challenge MULTI-DEFIS 2020
Challenge XXème siècle 2020
Challenge des 50 objets
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
thisou08
  06 mai 2018
J'entame avec entrain ma lecture " reposante " mais j'ai immédiatement une sensation de déjà lu. Surprise, je regarde la date de publication : 2016. Je cherche plus avant et je m'aperçois que ce livre a déjà été publié en 1987. Alors là, c'est sûr, je l'ai déjà lu, mais à l'époque, je ne notais pas mes lectures.
Et puis, c'était il y a longtemps.
Je décide donc de poursuivre ma lecture. Car c'est très agréable à lire et le personnage principal, Pénélope est tellement adorable que j'aimerais l'avoir pour amie. Sa vie n'a pas été facile, mais elle a su voir et profiter des bons côtés des choses.
Elle n'a pas de chance avec ses enfants, surtout Nancy, jamais satisfaite, toujours jalouse et Noël, toujours en quête d'argent pour ses projets fumeux.
Tous deux harcèlent leur mère pour obtenir d'elle la vente du tableau qui donne le titre au livre « Les pêcheurs de coquillages ». Ce tableau, peint par son père , prend soudain de la valeur. Son père le lui a offert offert pour son mariage. Elle y tient donc beaucoup.
Sa fille Olivia, elle la voit peu, celle-ci étant accaparée par sa carrière.
C'est peu de dire que ses relations avec ses enfants ne sont pas simples. Elle ne représente pour eux qu'un porte-monnaie et les reproches pleuvent sur sa tête car elle ne veut à aucun prix vendre ce tableau.
D'autres personnages, très attachants, font aussi leur entrée dans l'univers de Pénélope.
Le dénouement, inattendu pour ses enfants aura lieu, bien sûr.
Pénélope n'a pas d'oeillères, elle est capable de juger ses propres enfants et elle ne fait que ce qu'elle estime le meilleur pour chacun, même si ceux-ci, il fallait s'y attendre, ruent dans les brancards en apprenant ses décisions.
J'ai passé un bon moment de lecture et me suis félicitée d'avoir des enfants adorables, contrairement à ceux de Pénélope.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Crazynath
  06 août 2019
J'avoue que je n'avais jamais lu un livre de Rosamunde Pilcher ayant des préjugés un rien négatifs à son sujet. J'avais une amie qui ne lisait que de la littérature rose et elle m'avait conseillé cet auteur à de nombreuses reprises. Cependant, comme je ne pensais lire qu'un énième auteur à l'eau de rose, je ne me suis jamais lancée dans la découverte de l'oeuvre ou d'un livre de madame Pilcher.
Mais, comme « Les pêcheurs de coquillages » font partie des 110 romans les plus plébiscités des Anglais ces dernières années ( CF challenge BBC animé par Gwen ), je me suis petit à petit mis à changer d'avis au sujet de ce livre ( et surtout de cet auteur ). Pour en avoir le coeur net, il fallait ensuite que je vérifie par moi-même et voilà, enfin, ça y est ! C'est fait !
Je me suis donc lancée dans cette lecture avec plus de curiosité que d'à priori. Et j'avoue que je ressors plutôt charmée de ma lecture.
C'est un voyage dans l'Angleterre des années quatre-vingt à laquelle nous convie Rosamunde Pilcher. Penelope Keeling est une charmante sexagénaire qui habite un cottage baptisé Podmore's Tatch. Apres une courte hospitalisation pour des problèmes cardiaques, elle réintègre tranquillement sa maison en pleine forme. Nous allons aussi découvrir ses trois enfants qui ont tous des rapports différents avec leur mère. Même si leurs intérêts au sujet de sa santé semblent sincères, deux de ses enfants ne cachent pas le fait que leur futur héritage est loin de les laisser indifférents. En effet, Penelope Keelling est la fille d'un peintre victorien et possède encore trois de ses oeuvres, dont le tableau intitulé « les pêcheurs de coquillages « …
A travers les souvenirs de Penelope et sa fille Olivia, nous allons découvrir cette famille et surtout le passé de Penelope, qui après une enfance que certains qualifieraient de bohème a vécu les affres de la seconde guerre mondiale alors qu'elle avait à peine dix-neuf ans.
Une belle histoire, avec de beaux portraits de femmes. Rosamunde Pilcher est dotée d'une jolie plume et son style est très agréable à lire.
Challenge BBC
Challenge Pavés 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Cricri08
  02 août 2022
Penelope Keeling, 64 ans, apprécie sa vie paisible dans son cottage au toit de chaume, et ses journées passées à s'occuper de son jardin.
Elle est la fille de Lawrence Stern, qui était peintre et dont les tableaux, et notamment Les Pêcheurs de coquillage, semblent prendre beaucoup de valeur aux yeux des connaisseurs ... et de ses enfants, qui jusque là n'avaient pas grand chose à faire.
Cette attention portée à cette "relique" du passé pousse Penelope à replonger dans le passé : son enfance un peu bohème entre Paris, Londres et la Cornouailles, la guerre et son mariage avec Ambrose, ses trois enfants si différents, ses amis , ...
Découvert grâce au challenge BBC (et un génial bouquiniste qui stockait des trésors en anglais dans son grenier!) j'ai beaucoup apprécié ce roman, plein de nostalgie et de douceur.
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
thisou08thisou08   04 mai 2018
Mais rien n'arrêtait le jeune Allemand. Il se resservit un cognac, le but comme le premier et entama une terrifiante évocation de ce qu'ils avaient vécu. Sa femme, assise très droite, plus pâle que jamais, le fixait d'un regard anxieux.
Il parla longtemps devant un auditoire muet, pétrifié. Il avait gardé si longtemps ces choses pour lui, sans jamais les confier à personne ! Il raconta la peur, la faim, les menaces, les arrestations en pleine rue, les amis disparus sans laisser de trace... Peu à peu, Pénélope était envahie d'horreur. Elle aurait voulu se boucher les oreilles pour ne plus entendre mais ne le pouvait pas. Cela n'avait rien à voir avec les bulletins d'information de la TSF, si effrayants fussent-ils. Elle comprenait véritablement le sens du mot " guerre " et mesurait à quel point ils étaient tous, sans exception, " concernés ". Devant ce déferlement de cruauté et d'inhumanité qui ravageait l'Europe, il ne suffisait pas d'accrocher des rideaux aux fenêtres ou de repeindre un grenier en se gaussant de miss Pawson. Il fallait agir sur le terrain...
P180
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Gwen21Gwen21   23 mai 2020
- Richard, dit-elle d'un ton indolent, que penses-tu du luxe ?
- Rien de spécial. Pourquoi cette question ?
- Pour moi, le luxe, c'est l'assouvissement de tous nos sens en même temps. Le luxe, c'est l'instant présent. Je me sens bien et, si j'en ai envie, je peux poser ma main sur la tienne ; je respire l'odeur de la mer, j'entends le cri des mouettes, le bruit du ressac sur la plage, je bois de la bière fraîche, et tout cela est un vrai délice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
domisylzendomisylzen   26 septembre 2015
Nous sommes en guerre, et nous ignorons comment elle finira. Il faut saisir au vol tous les instants de bonheur qui se présentent.
Commenter  J’apprécie          130
thisou08thisou08   06 mai 2018
- Je n'avais pas idée que tu me détestais à ce point.
- Je ne te déteste pas ! Si je ne t'aimais pas pardessus tout, je ne te parlerais pas ainsi !
- Tu as une drôle de façon de manifester ton amour à tes enfants en distribuant ce que tu possèdes à des étrangers.
- Tu as les mêmes réactions que Nancy. Ta soeur m'a déjà accusée de ne lui avoir jamais rien donné. Pourtant, vous deux et Olivia avez été toute ma vie. Je n'ai vécu que pour vous. Avec vos reproches, vous m'emplissez d'amertume. J'ai l'impression atroce d'avoir totalement failli à ma tâche.
- J'en suis convaincu, répliqua Noël d'une voix lente.
Après cela, il n'y avait plus rien à dire. Il vida son verre et le posa sur la cheminée d'un geste brusque. Déjà, il se dirigeait vers la porte.
P505
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Gwen21Gwen21   19 mai 2020
Elle avait tout son temps, après tout. Cette disponibilité totale, n'était-ce pas l'un des avantages de la vieillesse ? Elle avait consacré de nombreuses années à s'occuper des autres : en bonne justice, il était normal qu'elle n'eût plus à prendre soin que d'elle-même.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : souvenirsVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
917 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre