AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266156063
Éditeur : Pocket (08/07/2005)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 88 notes)
Résumé :
Kin Arad faisait autorité en matière de design planétaire et elle en avait vu des vertes et des pas mûres au cours de sa carrière de créatrice de mondes pour la Compagnie. Elle avait vu de tout dans les strates géologiques : des bottes en caoutchouc écrasant des ammonites fossiles, des dinosaures portant des bracelets-montres ou brandissant des pancartes "À bas le nucléaire". Elle en avait vraiment vu, des choses bizarres...
Mais ça, ça battait tout.
A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
pictura
  12 juin 2013
J'ai lu le livre une journée où j'étais patraque. Toute la journée, j'ai pas bougé du canapé, et entre mes mains il y avait ce livre. Il ne me fallait rien d'autre pour apprécier mon bonheur.
D'abord, ne vous fiez pas à la couverture, il est nombreux d'observer un décalage entre le récit et le recto surtout pour les romans de science fiction. En effet, l'auteur ne parle pas d'un vieillard ayant mal aux dents ou s'amusant à ressembler à un bonbon géant.
Strate-à-gemmes est un de ces bons livres de SF, l'action servie telle un roman de Dan Simmons est ininterrompue, riche, dense saupoudrée d'humour. Terry Pratchett a mis tous les ingrédients pour faire un bon space opéra . Les idées foisonnent, denses, et tourner la page devient un besoin urgent.
Je m'emballe surement un peu car pour ceux qui liront le livre, certains diront que l'histoire étant ce qu'elle est, les personnages sont parfaitement caricaturaux, ou qu'on voit mal pourquoi il y a un corbeau qui s'accroche comme cela à la trame… Je le redis, c'est un réel plaisir de lire une bonne aventure dans l'espace.
Le trio d'héros, une femme, sorte d'ingénieur géologue qui structure de nouvelles planètes pour qu'elles soient habitables, un kung, un presque homme à 4 bras qui ne pense qu'à combattre et une shandie, grosse extraterrestre repoussante mais très cultivée, parcourt un bout d'espace ensemble et tombe sur un monde plat. Une terre plate quoi. Visage de la Terre que l'on croyait au Moyen Age. Et justement on côtoie des peuples comme on aurait pu en croiser si on vivait 800 ans en arrière. Les croyances, la pauvreté, etc…
Vautré sur le canapé, je voyais ce monde de l'extérieur, depuis l'espace, je suivais les aventures de nos héros dans ce monde plat et je voyais ces pauvres gens, ce peuple croyant au démon comme on le croyait auparavant. Ce que j'essaye de dire, c'est que voir le monde de l'extérieur ramène les émotions à leurs justes valeurs, leur juste réalité. On peut de plaindre de nos vies, de nos boulots, de notre santé défaillante, des difficultés qu'on rencontre perpétuellement mais nous vivons sur une planète bleue qui tourne autour d'un Soleil. Vue de l'espace, on contemple toute la beauté de la Terre, et pour un moment on en oublie tant de mauvaises choses…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Nonivuniconnu
  14 novembre 2012
Je suis contrarié. En effet, je viens de finir un roman de science-fiction parodique signé d'un des meilleurs auteurs anglais du genre, Terry Pratchett, et je ne sais pas si j'ai aimé, c'est même à peine si je sais quoi en dire. Pire : j'ai eu un mal fou à suivre le fil de ce Strate-à-gemmes. Pour tout dire, il m'est arrivé plusieurs fois d'avoir à relire plusieurs fois la même page dans le but de comprendre comment telle situation avait bien pu se déclencher, que faisait tel personnage à cet endroit (n'était-il pas totalement ailleurs à la page précédente ?) et en fait qu'est-ce que c'est que ce bordel ? La question serait donc de savoir si les difficultés que j'ai éprouvées sont dues à ma propre concentration défaillante ou au style d'écriture particulier de Pratchett. Pour le savoir, je devrais relire ce livre, et je n'en ai pas forcément envie. du coup, je tranche : c'est probablement un peu des deux.
C'est pourtant dommage parce-que l'idée de base est délicieusement absurde. Nous suivons Kin Arad, une dame occupant un poste que l'on devine important à la Compagnie. La Compagnie est une entreprise assez particulière : elle construit des planètes de A à Z et le plus fidèlement possible (fossiles d'animaux préhistoriques inclus) en vue de l'accueil de colonies humaines. Les bases posées, débarque un personnage étrange (enfin, plus que les autres) qui tient absolument à emmener Kin vers un monde qui lui était jusque là inconnu, et pour cause : il est plat. Plus exactement, il correspond à une vision moyenâgeuse de la Terre.
Et puis voilà, je ne sais plus trop comment mais elle se retrouve finalement flanquée de deux acolytes extraterrestres (dont un à quatre bras) tout en étant poursuivie par un corbeau. C'est tout aussi idiot qu'un roman de Douglas Adams, sauf que là je n'ai pas vraiment pigé comment ça arrivait, ni parfois même quand. Cela dit, sur le fond, ça grouille de bonnes idées et Terry Pratchett fait preuve d'une imagination débordante. L'idée du monde plat, qui préfigure sa saga des Annales du Disque Monde, permet même à l'auteur de traiter absurdement une thématique très profonde (en gros : « d'où vient tout ce foutoir ? ») avec un énorme détachement, ce qui n'a pas manqué de me plaire.
Autre chose m'a posé problème : malgré l'existence de cet univers délirant et de personnages tous plus ou moins cinglés, je n'ai pas vraiment ri. En fait je crois que l'humour du bouquin réside lui-même dans la forme selon laquelle il est écrit, forme à laquelle je n'ai pas été tout à fait réceptif. La faute à une traduction bancale ? C'est possible, mais j'en doute un peu. Question existentielle : me suis-je endormi plusieurs fois dans le train à cause du roman, ou n'ai-je pas réussi à le suivre parce-que je m'endormais ? Je n'en sais rien. Je dirais quand même pour conclure que Strate-à-gemmes possède cette touche farfelue qui m'a fait aller jusqu'au bout en y prenant un certain plaisir, là où je serais vite passé à autre chose si ça m'avait juste emmerdé.
Lien : http://nonivuniconnu.be/?p=933
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
S-aureus
  14 septembre 2011
Un livre de science-fiction, précurseur des célèbres annales du disque-monde. On y retrouve l'humour absurde de Pratchett, des personnages attachants et une histoire bien pensée avec une fin surprenante et, comme toujours, plus profonde que la légèreté du récit ne le laisserait penser.
Bref, un excellent livre !
Commenter  J’apprécie          20
kadeline
  28 septembre 2018
- Un Pratchett SF et non fantasy mais qui laisse entrevoir la construction du disque monde
- Un trio improbable qui marche bien
- des constructeurs de mondes qui ne peuvent s'empêcher de créer des incohérences historiques/paléontologiques pour le plaisir
- la découverte d'un monde inconnu et pas vraiment viable
- un bon moment de rigolade
- après déformation professionnelle oblige : je préfère la partie création des mondes à celle de la découverte de l'inconnu donc je reste un peu sur ma faim avec le premier thème qui était trop court
Commenter  J’apprécie          00
Bartek
  19 septembre 2018
Un court roman qui, de loin, à l'air de parler du disque monde. En fait, c'est tout au plus un clin d'oeil. C'est de la SF sympathique, mais sans l'humour qui caractérise habituellement l'auteur. Un bon divertissement au mieux.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
picturapictura   13 mars 2013
En fin de compte, une planète n’est pas un monde. Une planète n’est qu’une boule de roche. Un monde est un miracle en 4 dimensions. Sur un monde, il faut qu’il y ait des montagnes mystérieuses. Il doit y avoir des lacs insondables. Peuplés de monstres antiques. Il doit y avoir d’étranges empreintes dans des champs de neige en altitude, des ruines verdies dans de jungles profondes. Des cloches sous la mer ; des vallées à écho et des cités d’or. C’est la levure dans la croûte de la planète, sans laquelle l’imagination des hommes ne lèvera pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
picturapictura   22 mars 2013
Les Fuzley n’étaient pas des Dieux, mais ils feraient l’affaire en attendant qu’on trouve les vrais. Ce qui est sûr, c’est que les momies retrouvées faisaient trois mètres de haut pour quarante-cinq kilos. Sur des mondes à la gravité aussi forte que la Terre, ils portaient de merveilleux exosquelettes qui les empêchaient de s’écrouler, brisés en mille morceaux. Ils avaient un long nez comme un trompe, des mains avec deux pouces, des jambes rayées orange et violet et deux grands pieds de clown. Ils n’avaient pas de cerveaux, ou pour être plus précis, tout leur corps pouvait faire office de cerveau. Personne n’avait jamais réussi non plus à localiser leur estomac.
Ils ne ressemblaient pas à des dieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TataSkaTataSka   24 décembre 2014
- Qui répare les machines qui font les réparations? rétorqua Marco. Une machine comme le disque doit péter un tas de fusibles en l'espace d'une centaine d'années. Qu'est-ce qu'on fait quand un engrenage foire dans le robot qui répare les machines qui fabriquent les pièces pour l'usine qui construit les robots qui entretiennent les bras automatiques qui montent les fusibles?
Commenter  J’apprécie          40
picturapictura   20 mars 2013
Ces gens débarquaient sur un nouveau monde. Ils avaient probablement déjà gravé dans le marbre une jolie constitution toute neuve qui parlait de liberté.
Commenter  J’apprécie          80
TrepanBouBTrepanBouB   08 novembre 2011
Comment va votre tête, maintenant ?
- Beaucoup mieux. Cette boisson contient manifestement des impuretés dangereuses. Je crois que je vais arrêter d'en boire pendant une petite heure.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Terry Pratchett (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Terry Pratchett
De la magie, des chevaliers, des elfes, des mondes disparus, des dragons, des barbares, des nains, des fées, des orques? Du Seigneur des Anneaux à Harry Potter, la fantasy semble avoir conquis toutes les formes artistiques et ludiques : bande dessinée, illustration, cinéma, séries avec Game of Thrones, littérature, jeux vidéo avec World of Warcraft, jeux de rôle avec Donjons & Dragons? En plus d?une centaine d?entrées, ce dictionnaire dévoile, pour la première fois, tous les secrets de ce genre majeur de l?imaginaire, en explorant les déclinaisons voisines (fantastique, gothique, science-fiction, steampunk?), les grands questionnements, tous très actuels (impératif écologique, rapport à la violence et à l?ordre, visions du passé collectif?), et les principaux auteurs (Robert Howard, J.R.R. Tolkien, Lord Dunsany, T.H. White, Terry Pratchett ou George R.R. Martin).
https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/a-paraitre/dictionnaire-de-la-fantasy-anne-besson/
28 ?, 448 pages Parution 4 octobre 2018
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Connaissez vous bien Terry Pratchett ?

En quelle année est né Terry Pratchett ?

1943
1948
1950
1955

10 questions
100 lecteurs ont répondu
Thème : Terry PratchettCréer un quiz sur ce livre