AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362792196
Éditeur : Alma Editeur (02/03/2017)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Le grand nocturne (1942) et Les cercles de l’épouvante (1943) ont paru au cœur de la Seconde Guerre mondiale durant l’occupation de la Belgique, période d’intense activité pour Jean Ray. En plus de ces deux recueils de « récits d’épouvante », l’écrivain gantois publie – presque simultanément – ses deux grands romans : La cité de l’indicible peur (1943, réédité par Alma, mai 2016) et Malpertuis (1943, également, à paraître en mai 2017).
À vrai dire, la guerre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Krout
  13 décembre 2019
Vendredi 13, le ciel s'est assombri, pluie et grisaille du nord, chuintement dans les tuiles. Les gouttes tambourinent sur la lucarne un répétitif « plus vite, plus vite ». Mes doigts sur le clavier sont pris de frénésie. En ce jour de mystère l'heure a sonné de quelques mots sur Le grand nocturne, Les cercles de l'épouvante. Les voilà qui vont s'élargissant.

Après Jean Giono, Jean Ray, il n'y a pas photo. Elle est ici la grande Littérature de la peur, au coin de la rue, le long d'un quai, sur un bateau, dans la grisaille, sous la pluie ou les embruns, au clair-obscur ou dans les fumées d'un bistro pour marins. Rien ne les relie ces deux auteurs hormis ce poème Nevermore glissé dans ma précédente chronique ; encore faut-il savoir que la presse en son temps surnomma Jean Ray « l'Edgar Allan Poë belge ». Un fantastique de gothique flamand, qui aime les mots et les mets, des termes rares pleins de saveur. (Vous savez ce que c'est, vous, un « pylore » ?) nous avertit Jean-Pierre Bours dans sa préface.

18 nouvelles, royaumes fantastiques des ellipses et hyperboles, style vif, récits haletants. 18 nouvelles toutes différentes, toutes réussies et toutes baignées (la mer n'est jamais loin avec Jean Ray) dans un halo d'étrangeté quotidienne. Je ne ferai pas secret, je n'en raconterai aucune. Quelque chose, je ne sais quoi me retient. La même chose insolite qui me pousse à déposer au plus vite dans cet abri rassurant, familier et fréquenté cette chronique. Une force étrange qui me désigne ce vendredi 13 comme la porte temporelle à vous amener dans les univers intercalaires de Jean Ray, grand maître du fantastique.

« Il y a quelques années, les havres hanséatiques voyaient arriver encore, sortant des brumes comme des bêtes penaudes, de bizarres petits bateaux gréés à la façon latine : tartanes, sacolèves ou spéronares. […] – Ah ! disait-on, voilà les lougres de rêve ! » p.108
« C'est fini.
Il est dans la maison. » p.246
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3112
Maxie
  05 octobre 2015
Le Grand Nocturne est un recueil de sept nouvelles qui ont en commun l'atmosphère sombre, sinistre, dans laquelle Jean Ray veut nous plonger. On y plonge d'autant plus facilement que les descriptions des lieux et des ambiances sont particulièrement précises, du moins quand on comprend le vocabulaire, parfois un peu archaïque, ou emprunté au lexique marin ou portuaire. Parce que oui, Jean Ray aime situer ses nouvelles dans le monde brumeux et alcoolisé des ports et de leurs ruelles étroites et sombres. Dans le Grand Nocturne, on fait une petite incursion dans le fantastique, mais on n'a pas le temps d'avoir vraiment peur. On a juste le temps d'apprivoiser les lieux, d'entrer dans le surnaturel et ses univers parallèles, l'alcool aidant, et déjà la dernière page se tourne et on reste presque sur sa faim, avec une énigme irrésolue…
En bref, une lecture très agréable si on a envie d'une petite dose de fantastique noir sans aller jusqu'à l'effroi.
Commenter  J’apprécie          103
Ys
  10 janvier 2013
Dans de vieilles demeures paisibles, dans des ruelles hors du temps, dans des tavernes de marins et des ports noyés de pluie, jusque dans le néant de la pleine mer, Jean Ray fait planer le souffle des Ténèbres. Par la déraison d'un homme, un tour de magie noire ou le simple jeu du hasard, des passerelles fragiles sont jetées entre les mondes, d'où des démons déchus, des créatures invraisemblables, tour à tour féroces et pathétiques, viennent briser et tordre entre leurs griffes le destin des humains.
Ou tout cela n'est-il qu'une vision hallucinée, fruit de trop de whisky ?
Trois longues nouvelles et quatre brèves histoires composent ce recueil, toutes rédigées de main de maître.
Parmi les premières, "le Grand Nocturne", une histoire d'amour, de mort et de malédiction, dans une veine assez proche de Malpertuis, n'est pas celle qui m'a le plus marquée. J'ai en revanche beaucoup aimé "le Psautier de Mayence", petit bijou d'horreur maritime qui n'est pas sans rappeler les abyssales inventions de Hodgson et de Lovecraft. Et "la Ruelle Ténébreuse", où des créatures d'un autre monde viennent semer terreur et désolation - mais pas seulement - dans une petite ville bien tranquille, est indubitablement ma préférée du recueil, impeccablement construite, fascinante de bout en bout et agrémentée d'une jolie pincée de romantisme obscur.
"Les Sept châteaux du roi de la mer", "la Scolopendre" et "le Fantôme dans la cale" jouent de manière assez intéressante avec le principe même du mystère - chacune à sa façon, et non sans une certaine ironie macabre plus ou moins affirmée. Enfin, "Quand le Christ marcha sur la mer", sorte de conte étrange et cruel, longtemps laisse en tête une impression de grise mélancolie.
Si la Cité de l'indicible peur et Malpertuis m'avaient plu sans entièrement me conquérir, ce recueil de nouvelles me fait bien mieux adhérer au talent de Jean Ray dont les ambiances et le ton, décidément, ne ressemblent à aucuns autres.
Lien : http://ys-melmoth.livejourna..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Sarah_DD
  06 juin 2008
Ces 18 nouvelles sont plus construites que ce que j'avais déjà lu, elles sont aussi plus longues. Avez-vous déjà rencontré un auteur qui arrive à vous faire entendre des marches en bois qui craquent quand vous en lisez la description?
Commenter  J’apprécie          50
Shaitana
  24 janvier 2011
Voici un recueil de nouvelles d'un des grands maîtres belges du fantastique. Pourquoi un des ? Si vous aimez la plume de Jean Ray, alors je vous conseille de lire l'oeuvre de son ami et compatriote, Thomas Owen. Tous les deux, ils arrivent avec de simples mots à nous conduire à l'effroi le plus total. du grand art, de la grande littérature !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
KroutKrout   17 décembre 2019
Ceux qui songent à l'enlisement ont, en général, une page immortelle de littérature en tête ; heureusement cette magnifique prose a menti. L'agonie de l'enlisé ne se prolonge pas jusqu'au moment où les ténèbres montantes du sable lui emplissent les yeux.
Une fois que la poitrine est prise dans l'étau final de la terre, la vie humaine s'envole.

(L'histoire du Wûlkh)
Commenter  J’apprécie          120
KroutKrout   14 décembre 2019
Les gens qui vont mourir mettent, en général, peu de formes à leurs mots ultimes ; pressés de résumer toute leur vie, ils soumettent leurs paroles à une rigoureuse concision.
Pourtant, dans le poste du chalutier Nord Caper de Grimsby, Ballister allait mourir.

(Le psautier de Mayence)
Commenter  J’apprécie          120
KroutKrout   12 décembre 2019
Sa mine changea, se durcit, se ferma. Jamais porte de coffre-fort ne claqua plus définitivement sur ses trésors que les lèvres d'Hilmacher sur son silence.

(L'homme qui osa)
Commenter  J’apprécie          130
KroutKrout   20 décembre 2019
Avec des pans de dunes et des loques de brouillard, l'ombre construisait alentour des temples hypèthres.

(Le dernier voyageur)
Commenter  J’apprécie          150
YsYs   09 janvier 2013
Il pleuvait affreusement, comme il ne pleut que sur les ports de misère, une pluie qui sent la saumure et la carne gâtée, un avant-goût des jours à venir pour les matelots, quand ils ne seront plus qu'une pourriture mouvante au creux d'une houle.
("Le Fantôme dans la cale")
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jean Ray (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Ray
Extrait du documentaire "La Malle aux trésors" de René Follet: René Follet est un dessinateur d'exception qui fait le lien entre la Bande dessinée d'expérimentation graphique et la Bande dessinée Traditionnelle, entre la BD et L Illustration ; René Follet : Plus de 60 ans de Création face à sa fidèle planche à dessin ! Lors de son son apprentissage, il reçoit les conseils avisés d'Hergé, de Jijé , de Franquin: Excusez du peu ! Et pourtant le grand Public le connait peu : Il fallait absolument lui rendre Hommage ! On sait peu que René Follet fut un pilier de Spirou et du journal Tintin dès les Origines . Il a illustré Jean Ray avec Brio , repris la série Valhardi, collaboré avec Tillieux; Il a travaillé dans l'ombre pour William Vance et Mitacq....et réalisé de fabuleuses illustrations pour des ouvrages grand format sur les Grecs ou la Chevalerie... Des collègues dessinateurs, au premier rangs desquels Emmanuel Lepage, René Hausman, Frank Pé , Jean-François Charles, évoquent son style nerveux et aérien, son impressionnant sens du mouvement ! Un hommage appuyé lui est également rendu par les critiques et Bio-bibliographes Patrick Gaumer, Gilles Ratier ,Josef Peeters ainsi que par Rodolphe qui fut un de ses scénaristes pour une vie de Stevenson. René Follet n'a pas rangé ses pinceaux : à plus de 80 ans, ses lavis ou ses BD en couleur directe émerveillent plus que jamais ; Tout récemment, il est retourné vers son goût premier pour l'illustration: les petites cases de la BD n'ont pas réussi à enfermer sa volonté de liberté graphique... Un film Grif'GRAPHE de Patrick Dillies et Denis Pattyn/musique Juliette Dillies , à l'occasion des expositions organisées par Christian Antoine ( "Sur la pointe du Pinceau") Louis et Fabien Malré ( "Les amis de René Follet") à BD BOUM -Blois Novembre 2015 et au centre culturel de Rouge-Cloître près de Bruxelles ( 1er trimestre 2016). Ce documentaire a fait l'objet d'un DVD bourré de Bonus, avec notamment la complicité de Frank Pé.
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean Ray

Je suis né en...

1851
1887
1923

12 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Jean RayCréer un quiz sur ce livre