AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362792595
Éditeur : Alma Editeur (22/03/2018)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Les histoires de fantômes, qu'on imagine avoir inventées d'un bout à l'autre, peuvent enclore une réalité, et ceux qui les écrivent, être en quelque sorte des chargés de mission d'un monde caché qui essaie de se révéler à nous, nous obligeant à réfléchir, alors que nous préférerions sourire, hausser les épaules et vouloir, par lâcheté hu¬maine, ne voir dans l'Inconnu qu'une amusette n ne pas lire la nuit.
... Car tout fini par être vrai... »

Je... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  04 avril 2018
Je n'avais jusqu'alors jamais entendu parler de Jean Ray, celui que les critiques de l'époque ont surnommé le "Allan Poe belge" et pour cause, j'ai appris en lisant la postface que la maison d'édition chez laquelle il a été publié avait fait faillite peu de temps après ses publications. Est-ce parce qu'il s'est attaqué aux forces obscures ou pour son esprit de collaboration durant la Seconde Guerre mondiale ? L'on se saura jamais mais j'aurais plutôt tendance à opter pour la première option car sachez qu'en vous plongeant dans cette lecture, vous allez vous heurter à vos pires cauchemars, vous rendre dans un univers que vous ne pensiez pas pouvoir se matérialiser devant vous et pourtant, les personnages de cet ouvrage, personnes réelles (?) y ont été confrontées et témoignent, si elles n'ont pas succombé.
Ce sont ici une dizaine de nouvelles que le lecteur découvre dans le "livre des fantômes" suivies d'une dizaine d'autres réunies dans la partie "...et autres textes" qui n'en sont pas moins effrayantes. Que dire sans trop en dire si ce n'est que chacune de ces nouvelles fait intervenir, par des propos qui se veulent véridiques, des phénomènes étranges, invoquant l'Au-Delà ou encore des malédictions. Une écriture digne d'Edgar Allan Poe, j'en concède mais qui pourtant possède son indépendance propre. Aussi, ici, ni plagiat, juste une vague source d'inspiration peut-être et encore, rien n'est moins sûr.
Il va sans dire que je ne peux que vous recommander cette lecture si vous n'êtes pas trop superstitieux et ne craigniez qu'il vous arrive un quelconque malheur par la suite. En ce qui me concerne et maintenant que cette lecture est achevée, je ne peux plus revenir en arrière. Maintenant, je sais ! Aussi, si vous avez d'autres de mes nouvelles dans les jours, voire les mois qui viennent, c'est que cela se sera bien passé et que vous n'aurez plus à vous inquiéter pour moi, à moins que je ne me sois perdue dans l'une de ces "rues" étranges ou que j'aurais pris le risque de m'aventurer dans un "carrefour" tard la nuit (petit clin d'oeil à deux des nouvelles de l'auteur !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          415
Iboo
  06 avril 2018
Lorsque je l'avais informée que j'entamais ce livre, une de mes proches amies, Belge d'origine, connaissant bien les écrits de l'auteur, m'avait confié en avoir gardé un très joli souvenir de lecture. Précisant également que les histoires de Jean Ray, plus poétiques qu'effrayantes, s'apparentaient dans leur style à celles d'Edgar Poe. Confirmation m'en a d'ailleurs été donnée en 4ème de couverture : "Il meurt à Gand le 17 septembre 1964. Un vibrant hommage lui est rendu par Les cahiers de l'Herne en 1980, le plaçant dans la descendance de Hoffmann, Poe et Lovecraft."
Et, là, j'appréhende un petit peu car la lecture des "Histoires extraordinaires" de Poe ne m'avait laissé qu'une impression tiédasse et certaines m'avaient même carrément ennuyée.
Fort heureusement, cet ennui m'a été épargné dans les histoires de Jean Ray car je les ai trouvées originales et, pour la plupart, captivantes. La seule analogie que je pourrais faire avec celles d'Edgar Poe est dans la manière de les conter, naturellement marquée fin 19ème siècle.
Et je dirais que c'est tant mieux car je suis une pétocharde de première et ce style d'écriture légèrement obsolète m'a évité de trop m'impliquer et de cauchemarder. Laquelle écriture est néanmoins élégante et fluide même si elle est truffée de termes ou d'expressions qui n'ont plus cours aujourd'hui. Tel, entre autres, que "des vieilles pimpesouées" que mon précieux dico m'a révélé être "des vieilles mijaurées".
Bien que cette lecture ne sera pas un coup de coeur pour ce qui me concerne, elle m'a procuré un agréable moment et permis de découvrir un maître du genre.
Avec mes plus sincères remerciements à ALMA Éditeur ainsi qu'à l'équipe de Babelio pour leur investissement dans la gestion, ô combien active, de leur site.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Dionysos89
  29 avril 2018
Publié en 1947, le Livre des fantômes est un recueil de nouvelles de Jean Ray, le fameux écrivain belge d'histoires fantastiques à tendance horrifique.
Il est bien difficile de résumer un recueil avec autant de nouvelles, de taille et de qualité très variées. Jean Ray multiplie les rencontres fortuites avec des revenants le plus souvent animés d'intention pas forcément mauvaise, mais nécessitant de foutre la frousse à un certain nombre de personnes. le plus souvent, cela est mérité, car l'auteur part souvent d'un fait divers qui a mené à une disparition ou une mort fortuite. Or, le fantôme, contrairement à la « populace » n'oublie rien et jamais.
Clairement, ce Livre des fantômes est le volume le plus faible parmi ceux réédités par Alma. En même temps (comme dirait l'autre), il est difficile de s'éloigner de la thématique du recueil : les revenants sont parmi nous et chaque récit nous relate une histoire de fantômes venant hanter le protagoniste. Cela passe le plus souvent par une narration extérieure : un témoin raconte ce qui est arrivé au malheureux, ou à la malheureuse (cas bien plus rare). Les ambiances ont franchement tendance à se répéter encore et encore, sentiment qui n'apparaissait pas dans d'autres recueils comme Les Contes du whisky.
Un recueil lu bien vite, pour une déception qu'il faut espérer pouvoir oublier aussi rapidement. Il n'empêche que la collection Jean Ray chez Alma est à découvrir, notamment par Malpertuis ou Les Contes du whisky.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
celindanae
  18 décembre 2018
Le Livre des fantômes est un recueil de nouvelles de Jean Ray publié en 1947. Plusieurs rééditions ont suivi entre 1966 et 2018 où Alma éditeur a ressorti une version enrichie de proses et de poèmes rares. La version que j'ai lu date d'une édition de 1985 et contient juste les 11 nouvelles du recueil.
Les nouvelles ne sont pas toutes de la même valeur ni de la même longueur. La toute dernière, Après, fait seulement 2 pages et fait office de conclusion au recueil. le thème du livre est la hantise et les nouvelles abordent les différentes créatures invisibles ou non aux humains. Les hantises peuvent être de diverses sortes: liées à la religion, magique ou encore psychologique et c'est en cela que le recueil est intéressant. Ce qui fait que ce ne sont pas seulement les fantômes qui sont au centre des histoires mais aussi les hommes et la confrontation entre ces deux mondes.
La figure traditionnelle du fantôme, caractérisé par la vengeance, apparait dans plusieurs textes. Dans Maison à vendre, c'est un juge qui est au centre de l'histoire. Sa froideur et son indifférence lui seront fatal. Dans La Nuit de Pentonville, on trouve des fantômes dans la prison. le Cousin Passeroux évoque la culpabilité de ce dernier après une mort dont il est responsable.
D'autres textes prennent les lieux hantés d'étranges créatures comme thèmes. Dans La Choucroute, le narrateur part voyager grâce à un billet fourni par un ami. Il arrive dans une ville fantôme et se retrouve dans un restaurant dont il est le seul client et où il veut manger une choucroute mais n'y parviendra pas car le plat s'enflamme. Rues établit un panorama des rues où des fantômes ont été aperçus avec des endroits qui apparaissent ou disparaissent selon les personnes et les circonstances.
Les hantises peuvent aussi être liées à des objets. Dans M. Wohlmut et Franz Benschneider, c'est une bouteille de liqueur qui entraine deux hommes dans un monde inquiétant où apparaissent d'effrayants visages. Dans L'Histoire de Marshall Grove, on assiste à une étrange possession liée à un objet et à une créature énigmatique.
Deux nouvelles sont un peu à part des autres. La Vérité sur l'oncle Timotheus met en scène la mort personnifiée dans un récit où on ne retrouve pas vraiment de fantômes mais la hantise de la mort. Ensuite, le texte qui ouvre le recueil est celui que j'ai trouvé le plus intéressant, Mon fantôme à moi – L'Homme au foulard rouge, histoire où l'auteur se met personnellement en scène. L'écrivain livre son propre témoignage sur un fantôme qu'il a vu à plusieurs reprises dans des endroits et des circonstances différents. le fantôme est un homme au foulard rouge et semble le prévenir d'un futur danger.
Le Livre des fantômes est un recueil dont le thème principal est la hantise. Certains textes sont vraiment bien écrits et intéressants, d'autres moins. Les éditions Alma éditeur ont ressorti récemment des nombreux textes de Jean Ray, comme vous pouvez le voir dans cet article de Dionysos. Un numéro spécial de la revue Bifrost avait été aussi consacré à l'écrivain belge où on trouvait la nouvelle L'Histoire de Marshall Grove.
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
paulmaugendre
  01 mai 2018
Après une érudite préface modestement signée Les éditeurs, et dont la paternité est révélée dans la postface, préface qui se veut l'historique du Roman noir, lequel n'a rien à voir à cette appellation qui est une forme moderne du roman policier social, et est dénommé de nos jours roman gothique, peut-être à cause d'une origine germanique, nous entrons dans le vif du sujet
Publié en 1947 par une petite maison d'éditions belge qui fit faillite, cet ouvrage, qui ne comportait que des textes originaux, tentait de redorer un blason littéraire mis à mal après les années de guerre. Ce n'est pas tant qu'il s'occupa de politique durant l'Occupation, mais le fait qu'il collabora à des revues, dont Cassandre, qui étaient d'obédience germanique.
Or, et même si Arnaud Huftier fournit une explication selon laquelle Jean Ray pratiquait l'antisémitisme à travers ses personnages pour fournir un aspect scientifique, il est dommage que juste après guerre l'on puisse lire dans M. Wohlmut et Franz Benschneider, ce genre de phrases :
M. Wohlmut ne s'en étonna pas : les juifs polonais qui fréquentaient les marchés d'Holzmüde, affreux bonshommes gluants de crasse et de plique, offraient souvent en vente les plus étonnants objets.
Plus loin M. Benschneider affirme :
Ces juifs polonais, que Dieu confonde pour leur rapacité et leur malhonnêteté, ont parfois de bonnes choses.
C'est peu et c'est beaucoup dans un contexte qui se relevait difficilement des années nazies, et que les Juifs, Français et Polonais, avaient particulièrement soufferts de leurs exactions. Bien sûr on peut prétendre que Jean Ray ne se faisait que le porte-parole d'une partie de la population, et qu'il s'agit de fictions, mais quand même cela gêne aux entournures. de nos jours cet aspect est ressenti de manière plus prégnante, voire outrageante qu'il y a trente ou quarante ans. Les temps changent, les mentalités aussi.
Ce petit malaise évacué, malaise que ne ressentiront pas forcément tous les lecteurs, visitons quelques-unes de ces nouvelles, ou contes, dans lesquelles les fantômes font leur apparition de manière plus ou moins évanescente, des impressions dues à diverses circonstances.
Qui de nous, en effet, n'a jamais aperçu un individu que personne d'autre dans notre entourage distinguait. C'est ce qui produit dans Mon fantôme à moi, conte dans lequel Jean Ray se met personnellement en scène, revenant sur des épisodes marquants de son enfance ou de son adolescence, au cours desquels il voit, ou croit voir, un homme au foulard rouge. Les personnes à qui il en parle refusent de le croire ou au contraire sont apeurées, or peu après un incident dramatique se produit.
Maison à vendre est une histoire qui lui aurait été rapportée par un démonographe éclairé. Un fieffé voleur sauve un jour de la noyade le vieux chien d'un juge intègre et intraitable pour qui les circonstances atténuantes n'avaient pas cours dans les procès qu'il instruisait. Or lors du procès qui oppose ce détrousseur au juge, celui-ci ne pratique pas le reconnaissance, et il punit le sauveteur d'une peine de prison. le juge habitait une vieille maison et lors de son décès, de nombreuses années plus tard, Merrick, le condamné, sorti de prison et qui s'est enrichi, achète cette demeure puis la met en location. Mais c'est un homme rancunier qui a mûri sa vengeance et l'histoire se perpétue après le décès du juge.
Les fantômes peuvent également revenir et hanter, sinon plus, les prisons et le bourreau qui officie à Pentonville ne se plaint pas car il arrive à sa centième victime. Une histoire narrée dans La nuit de Pentonville.
Dans La choucroute, Jean Ray nous offre deux interprétations de la Bible. Celle du Buisson ardent avec cette choucroute que veut déguster le narrateur qui se retrouve dans une taverne située dans une petite ville déserte, aux volets qui s'ouvrent sur des murailles, et dont il est l'unique client. Or cette choucroute flambée par les soins du serveur qui ensuite s'éclipse, devient brûlante et le narrateur n'a d'autre recours que la fuite, tentant toutefois de boire. Il casse une bouteille mais dépité se rend compte qu'elle est constituée de verre plein. Un éclat atterrit dans ses vêtements. L'épilogue pourrait être une parodie de cette parabole entre Jacob et Esaü, le droit d'aînesse vendu contre un plat de lentilles.
Complétant le recueil initial du Livre des fantômes, titré également Gost book, des contes éparpillés et des poèmes sont proposés au lecteur qui découvrira une autre facette de Jean Ray. Mise à part ma petite réserve initiale, voici un nouvel opus digne de figurer dans la bibliothèque de tout amateur d'étrange et de mystérieux.
Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   04 avril 2018
"Mais en cette sinistre matière, l'humour ne perd pas ses droits, témoin cette histoire écossaise :
Passant de nuit par un carrefour, Mac Tacish voit Mac Duff pendu à un arbre. Il est déjà rigide et froid.
_Pour enterrer un pendu, Mac Gregor, le fossoyeur, prend un shelling, mais il s'est pendu à un carrefour, il exige une demi-couronne, monologue Mac Tavish, et il s'en va, sans plus s'occuper du cadavre. Le lendemain on retrouve Mac Duff pendu à un saule au bord d'une prairie. Il fait bon de finir toute chose en gaieté, dit le proverbe.
Un proverbe écossais d'ailleurs...

(Nouvelle "La hantise des carrefours")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
cicou45cicou45   03 avril 2018
"Car c'est dans cet espace riche d'une dimension inconnue, mais néanmoins entrevu par notre intelligence, que se situe LA PEUR, cette formidable gardienne qui s'est attachée à l'Etre Immense, et dont, par humaine sottise, nous voulons nier l'essence tutélaire."

(Nouvelle "Des rues")
Commenter  J’apprécie          150
cicou45cicou45   02 avril 2018
"La logique est un corollaire de la raison humaine, et nous avons bien tort de la demander aux puissances inconnues qui, parfois, s'immiscent dans nos destinées."

(Extrait de la nouvelle "L'histoire de Marshall Grove")
Commenter  J’apprécie          190
gillgill   14 mars 2012
Le premier récit de ce livre peut lui servir de préface. Bien que l'apparition insolite dans ma vie de "l'homme au foulard rouge" m'ait causé plus d'appréhension que de plaisir, j'éprouve une certaine satisfaction à pouvoir ouvrir un recueil d'histoires de fantômes par un texte qui ne doit rien à l'imagination.
"Mon fantôme à moi" m'a quitté depuis plus de trente ans, c'est à dire que, depuis, il ne s'est plus manifesté de façon tangible. Je n'irai pas pourtant jusqu'à prétendre que sa présence occulte soit supprimée.
- Comment êtes vous venu au roman noir, aux histoires fantastiques et hantées ? m'ont demandé quelques amis.
Je n'en sais rien...
(extrait de la préface de l'auteur insérée dans l'édition parue chez "Marabout" en 1966)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cicou45cicou45   03 avril 2018
"_Tout le bonheur est dans la paix, dit Gellert qui se souvenait vaguement d'avoir lu cet aphorisme sucré.
_C'est vrai, répondit gravement Passeroux, et je suis bien peiné de ne l'avoir compris que si tard.

(Nouvelle "Le cousin Passeroux")
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jean Ray (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Ray
Extrait du documentaire "La Malle aux trésors" de René Follet: René Follet est un dessinateur d'exception qui fait le lien entre la Bande dessinée d'expérimentation graphique et la Bande dessinée Traditionnelle, entre la BD et L Illustration ; René Follet : Plus de 60 ans de Création face à sa fidèle planche à dessin ! Lors de son son apprentissage, il reçoit les conseils avisés d'Hergé, de Jijé , de Franquin: Excusez du peu ! Et pourtant le grand Public le connait peu : Il fallait absolument lui rendre Hommage ! On sait peu que René Follet fut un pilier de Spirou et du journal Tintin dès les Origines . Il a illustré Jean Ray avec Brio , repris la série Valhardi, collaboré avec Tillieux; Il a travaillé dans l'ombre pour William Vance et Mitacq....et réalisé de fabuleuses illustrations pour des ouvrages grand format sur les Grecs ou la Chevalerie... Des collègues dessinateurs, au premier rangs desquels Emmanuel Lepage, René Hausman, Frank Pé , Jean-François Charles, évoquent son style nerveux et aérien, son impressionnant sens du mouvement ! Un hommage appuyé lui est également rendu par les critiques et Bio-bibliographes Patrick Gaumer, Gilles Ratier ,Josef Peeters ainsi que par Rodolphe qui fut un de ses scénaristes pour une vie de Stevenson. René Follet n'a pas rangé ses pinceaux : à plus de 80 ans, ses lavis ou ses BD en couleur directe émerveillent plus que jamais ; Tout récemment, il est retourné vers son goût premier pour l'illustration: les petites cases de la BD n'ont pas réussi à enfermer sa volonté de liberté graphique... Un film Grif'GRAPHE de Patrick Dillies et Denis Pattyn/musique Juliette Dillies , à l'occasion des expositions organisées par Christian Antoine ( "Sur la pointe du Pinceau") Louis et Fabien Malré ( "Les amis de René Follet") à BD BOUM -Blois Novembre 2015 et au centre culturel de Rouge-Cloître près de Bruxelles ( 1er trimestre 2016). Ce documentaire a fait l'objet d'un DVD bourré de Bonus, avec notamment la complicité de Frank Pé.
+ Lire la suite
autres livres classés : fantômesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean Ray

Je suis né en...

1851
1887
1923

12 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Jean RayCréer un quiz sur ce livre