AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290127933
216 pages
J'ai Lu (13/04/2016)
3.83/5   32 notes
Résumé :
Sara a 27 ans. Il y a un an, cette jeune yézidie préparait son mariage dans son village du Sinjar en Irak. Mais début août, les hommes en noir ont déferlé sur les terres des yézidis. Daech. Armés jusqu'aux dents, ils ont traité les villageois de mécréants, d'adorateurs du diable. Ils ont tué les hommes et emmené les femmes. Ils ont arraché les enfants des bras de leur mère, ils ont vendu et violé les jeunes filles. Sara a été leur prisonnière pendant deux mois. Elle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
MELANYA
  05 juillet 2021
Très difficile d'écrire une chronique pour un livre tel que « Sara – "Évadée de Daech » de Célia Mercier. Lorsque l'on voit déjà écrit sur la couverture : « Ils nous traitaient comme des bêtes» et qu'on regarde la quatrième de couverture (eh oui, je le fais), on ne peut que s'attendre au pire.
D'ailleurs, le simple nom de « Daech » nous révulse tout de suite. Alors penserez-vous, pourquoi le lire ? Tout simplement parce que c'est un témoignage véridique d'une personne atteinte par ce fléau (le mot est-il assez fort ? Non je ne crois pas et peut-être qu'il n'y a pas de mots assez forts…). de plus il permet de savoir exactement ce qui arrive à ces femmes qui subissent cette oppression. Car avec les médias, on n'entend que ce qu'ils veulent bien laisser filtrer, une bombe ici, un acte de terrorisme par là, une ville prise d'assaut… Mais la population ? Elle fuit quand elle peut mais on ne connait pas vraiment les conditions inhumaines qu'elles subissent.
C'est donc un livre que j'ai choisi librement dans le cadre de l'opération « Un livre offert par les Éditions J'ai Lu » qui propose bien des ouvrages intéressants. de plus, un livre étant fait pour être lu, surtout ici avec ce témoignage, je ne pouvais pas passer à côté.
Célia Mercier est journaliste et auteure. Elle a travaillé au Pakistan en tant que correspondante pour le journal « Libération » ainsi qu'en Afghanistan et en Inde. Elle a effectué plusieurs séjours en Irak, en 2015, afin de relater la situation des yézidis. Ici, elle nous raconte Sara qui a réussi à sortir de l'enfer mais à quel prix ?
Célia écrit : « C'est dans cette demeure en construction, sur une colline boueuse qui surplombe un camp de tentes à perte de vue, que j'ai rencontré pour la première fois Sara et sa famille. Quelques rescapés parmi ce million et demi de personnes jetées sur les routes du Kurdistan par la guerre, fuyant pour sauver leur vie et installées dans des abris de fortune. Pour les yézidis, une minorité religieuse kurde à laquelle appartient Sara, la tragédie a commencé en août 2014. »
Mais il faut aussi retenir ceci : « le récit glaçant et courageux de Sara, corroboré tout au long de ce livre par ceux d'autres victimes, met en évidence le dessein de Daech : détruire tout un peuple.
Des voix qu'il faut entendre pour dénoncer avec elles cette barbarie insoutenable. »
Sara avait tout pour être heureuse, une famille aimante, mais elle appartenait au peuple yézidi qui n'était pas reconnu officiellement. On vidait les villages yézidis, on entassait la population dans des camps.
Sara a cinq ans lorsque l'opération « Tempête du désert » est lancée le 17 janvier 1991 pour venir au secours du Koweït. Ce sont des milliers de personnes qui ont du fuir leurs maisons.
En 2005, ont lieu les premières élections démocratiques de son pays, cela malgré la menace terroriste et pour la première fois, c'est un président kurde qui est élu : Jalal Talabani. En 2006, Saddam Hussein est pendu à Bagdad.
La région de Sara, le Sinjar, intéresse les Kurdes qui voudraient l'intégrer. Or, le pays est encore secoué par la guerre civile entre chiites et sunnites ainsi que al-Quaida. « Et voilà qu'en 2014 Daech déferle sur l'ouest de l'Irak. »
Alors que Sara menait une vie insouciante avec ses deux soeurs Nadia et Yasmine, très romantiques, elle se croit amoureuse de Shivan et envisage même de l'épouser. Elle avait eu, auparavant, une expérience malheureuse avec un certain Merwan qui va se montrer d'une jalousie insensée. L'affaire est donc close. Sara a aussi un frère, Azad, qui travaille dans un hôtel où le business est plus que florissant.
Pendant ce temps, des villes tombent entre les mains des terroristes : Tal Afar, à seulement une heure de Sinjar où l'on se croit encore à l'abri. Mais Sinjar tombe aussi aux mains de Daech. Il faut partir le plus vite possible, fuir les hommes en noir en emportant ce que l'on peut. La pénurie d'essence se fait sentir depuis la chute de Mossoul et ils ont juste assez pour faire un peu de route.
Vont s'ensuivre de nombreux événements tous plus terribles les uns que les autres pour en arriver au kidnapping des femmes et des enfants. On sépare les femmes âgées des plus jeunes qui vont devenir une marchandise que l'on regarde, que l'on juge, que l'on choisit pour passer la nuit et là c'est le chef, l'amir, Abou Ahmed, qui a le premier le droit au choix.
Les femmes n'ont qu'un seul but en tête : réussir à quitter ces monstres sans foi ni loi.
La nourriture est insipide, l'eau est croupie, l'alimentation semble être droguée et même les enfants ne bronchent pas. Ces victimes tentent tout ce qu'elles peuvent avec leurs faibles moyens mais leur volonté est farouche.
Ce que raconte Sara nous laisse pantois, nous démontre à quel point nous ne sommes pas au courant de « au moins la moitié » des faits. Il a fallu que ce soit elle qui s'érige en porte-parole pour toutes ces victimes en qui, heureusement, l'espoir est le seul moyen de « tenir le coup ».
Avec ce récit de Célia Mercier, où je ne peux pas donner plus de détails car beaucoup ne le supporteraient pas, même dans des citations, tout ce que je peux dire c'est que, m'attendant à un ouvrage dérangeant mais ô combien véridique, j'ai rempli plusieurs pages de réflexions qui me venaient à l'esprit mais que je vais garder pour moi.
C'est une belle leçon de courage que cette ténacité, non seulement dans les épreuves endurées, mais aussi dans ce désir de vouloir raconter au monde entier qu'il y a des personnes qui souffrent toujours sans que l'on nous en parle.
En Annexes, est jointe une carte du Nord de l'Irak nous permettant de bien situer le territoire du Gouvernement du Kurdistan. On y trouve également le témoignage d'Amina Saeed, ancienne parlementaire irakienne (2010-2014) ainsi que celui de la jeune Nada (seize ans).
Le mot de la fin revient à Sara : « Combien d'autres victimes ? » car il ne faut pas oublier que rien n'est fini. C'est un livre qui devrait être lu par de nombreuses personnes (sauf les personnes trop sensibles) car il nous informe de la situation dramatique de la communauté yézidie (mais il y en existe d'autres ailleurs malheureusement, il ne faut pas se voiler la face).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Mosaik
  22 février 2017
Toutes personnes ayant des préjugés devraient lire ce livre. On comprend la réalité de ce que vive ces personnes aux mains de Daech. Pas seulement les femmes. Elles sont violés, battues, torturés mais les hommes sont tués, leur sort n'est pas plus enviable.
La carte du nord de l'Irak en annexe est intéressante quand comme moi on patauge avec toues les villes et le périple raconté par Sara.
je me suis parfois perdu quand d'autres personnages racontaient leur calvaire, je ne savait plus qui est qui.
C'est un petit livre de 200 pages qui se lis très vite et assez intéressant
Commenter  J’apprécie          20
Jodyane
  08 juin 2022
Sara 27 ans, yezidie doit se marier à Suyar en Irak, mais les hommes de Daech déferlent en tuant les hommes et en emmenant les femmes. Un témoignage poignant sur l'horreur de la guerre et les conditions de survie...Il se lit très vite et m'a appris beaucoup de choses.
Commenter  J’apprécie          40
Delire2014
  18 mars 2017
J'ai reçu ce livre gratuitement lors d'une opération promotionnelle. Je le trouve instructif et passionnant. J'y ai appris l'existence des Yezidis, une partie de l'histoire récente entre l'Irak, le Koweit, l'Iran et la Turquie... le livre est assez dur par moments (Sara se défigure volontairement pour échapper à des viols,d'autres femmes urinent sur elles, les prisonniers sont détenus dans des conditions semblables (voire pires!) à celles des Juifs dans les camps de concentration nazis... Je ne suis pas tout de suite rentré dans le livre (trop de noms, de changements de lieux et de dates) mais très vite, j'ai été touché par les histoires des victimes et j'ai pris plaisir à le lire.
Commenter  J’apprécie          00
MathildeChp
  16 août 2017
J'ai lu ce livre en très peu de temps. Je le trouve à la fois poignant, intéressant et d'une grande tristesse. Des passages du livre sont passionnants mais aussi très dur (limite inimaginable de nos jours).
J'y ai appris beaucoup, qui sont les yezidis, la géographie de l'Irak qui était totalement inconnue pour moi grâce à la carte à la fin du livre. Elle permet de situer les différents lieux évoqués (qui sont très nombreux). Il est vrai que l'on peut se perdre car beaucoup de personnes sont mentionnées.
Tout le monde devrait lire ce genre de témoignage.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MosaikMosaik   22 février 2017
De nouveaux gardes ont pris la relève cet après midi. Ce sont des ordures. Quand ils reviennent des toilettes, ils se lavent les mains dans notre seau d'eau potable. Mais nous n'avons pas d'autres choix que de la boire. De tout façon le seau sera bientôt vide
Commenter  J’apprécie          10
MELANYAMELANYA   05 juillet 2021
Pour les yézidis, une minorité religieuse kurde à laquelle appartient Sara, la tragédie a commencé en août 2014.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Sara (II) (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sara (II)
Le témoignage de Sara: " Daech nous traitaient comme des bêtes"
autres livres classés : daechVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura