AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1092100016
Éditeur : L'atelier Mosésu (25/01/2013)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Quand Luc est appelé auprès d’un châtelain milliardaire, il s’attend à une mission ordinaire. Il va vite s’apercevoir qu’à la Pilonerie on meurt un peu trop souvent et d’étrange manière.
Le petit-fils du maître des lieux a été retrouvé écartelé par quatre chevaux, une pancarte portant l’inscription RAVAILLAC glissée autour du cou.
Mort naturelle selon le médecin de famille…

Une enquête où l’embaumeur exprime tout son art, entouré de pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  03 mars 2015
Son téléphone mauve, celui pour les appels professionnels, le sort subitement de sa douche. Un bègue au bout de la ligne, un certain Al... Al... Al... Alain Co... ooorby, secrétaire particulier. Il arrive, au bout de quelques efforts et terminant parfois ses phrases, à le comprendre. On l'attend au château situé dans la banlieue nantaise, sur les bords de l'Erdre, puisqu'un décès un peu particulier vient de se produire. En effet, on a retrouvé le petit-fils, Jean-Baptiste, âgé de 29 ans, écartelé par quatre chevaux, une pancarte sur laquelle on a écrit "Ravaillac" autour du cou. Qui plus est déclaré mort naturelle! Pourtant, Luc Mandoline n'est pas flic, il est thanatopracteur. Quand il arrive dans la grande demeure du châtelain, le bien nommé Hubert-Louis de Six-Fours, il le somme d'en faire quelque chose de présentable, sans faire de chichi, c'est à dire de lui conserver son air de crétin. Apparemment, personne ne semblait apprécier ce fils à papa fainéant qui foirait à peu près tout ce qu'il touchait. Luc décide d'en savoir un peu plus sur cette famille si singulière...
Bienvenue à La Pillonerie où il faut mieux, semble-t-il, côtoyer de trop près les chevaux. Et ce n'est pas Jean-Baptiste (ou JB pour les intimes... qu'il n'a pas!) qui vous contredira. Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas la police qui se chargera de résoudre cette sombre et délicate affaire mais bien un thanatopracteur, celle-ci n'ayant pas été prévenue puisque le médecin a conclu une mort naturelle! du vieux grand-père pas si con que ça et qui a encore bien toutes ses idées en place, au fils un peu benêt et déjanté qui s'accuse lui-même d'un meurtre qu'il n'a pas commis, en passant par la gouvernante, Melle Lacaille, qui fait des avances à ce cher Luc ou encore à ses deux catcheuses lesbiennes qu'il ne faut pas trop énerver, Hervé Sard nous offre une galerie de personnages jubilatoire et savoureuse. Dans ce huis-clos à l'humour noir et cynique et aux dialogues qui font mouche, on passe un séjour inédit et complètement loufoque dans ce château. L'écriture est enlevée, vive et décalée.
Ainsi fut-il... ainsi le restera-t-il...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
christinebeausson
  10 octobre 2014
J'aaaadore.....
Chapitre 1 : où je..... Pour moi ce sera chapitre 1 : où je découvre les personnages
Chapitre 25 : où j'..... Pour moi ce sera chapitre 25 : où je m'amuse à comprendre la clé de l'histoire.
J'ai bien le droit de m'amuser aussi à ce petit jeu !
De très bons moments passés avec monsieur Hervé Sard, je serai bien allée déjeuner avec lui chez "Lulu la Nantaise", faire un petit tour dans les anciens chantiers navals pour redécouvrir l'éléphant et les fabuleuses machines de l'île !
Eh oui, l'histoire se passe sur Nantes, ville d'une longue étape pour moi (plus de dix ans d'une vie quand même !) et déjà souvenir....
La rencontre avec un thanatopracteur, embaumeur, on peut dire aussi ! Ça cause plus !
Une drôle de collection, où "Chaque opus est écrit par un auteur différent qui va s'approprier pendant deux cent cinquante pages l'univers de Luc Mandoline."
Curieuse idée, mais pourquoi pas, cela a du amener ces auteurs à faire des recherches sur les techniques de conservation !
Les personnages sont crédibles, avec des caractères bien trempés, parfois un peu beaucoup givrés, parfois drôles.
L'intrigue est une mayonnaise bien montée, avec des ingrédients tout simples qui se tiennent très bien pour notre plus grand plaisir.
Une très bonne lecture de détente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
DawnG
  11 septembre 2013
C'est avec joie, que j'ai retrouvé Luc Mandoline, L'Embaumeur ! J'avais besoin d'une bonne lecture détente et assez rapide et je suis très bien tombée ^^
Il s'agit donc du second volet des aventures de l'Embaumeur, de notre thanatopracteur préféré, Luc Mandoline, dont chaque tome est écrit pas un auteur différent, pour ce deuxième polar, c'est Hervé Sard, aux manettes. Souvenez-vous le premier était de Michel Vigneron et nous a transporté dans la moiteur de la Guyane. Ici, on reste en métropole et c'est du côté de Nantes, que se rend cette fois Luc. Chez un châtelain, M. de Six-Fours, presque centenaire mais sacrément alerte pour son âge. Luc va s'occuper du corps de Jean-Baptiste de Six-Fours, 29 ans, retrouvé écartelé dans l'enceinte du domaine. ça n'est pas beau à voir, mais quelle mort l'est ? Mais de là, à indiquer à la police un décès par mort naturelle… Pourquoi ?
Et comment Jean-Baptiste s'en est-il retrouvé là ? Qui est responsable ? C'est ce que va devoir découvrir Luc Mandoline sur la demande d'Hubert-Louis de Six-Fours, résolu qu'un homme extérieur au domaine, pourra faire toute la lumière sur cette étrange affaire. Enquête non officielle of course ^^ Luc va alors rencontrer toute une palette de personnages, tous plus extravagants, les uns que les autres : le fils François-Ferdinand, brillant, tellement qu'il vit dans son monde et qu'on ne comprend pas grand chose à ses raisonnements, le médecin de famille Malo, drôle de médecin celui-là, Vali et Clara des catcheuses lesbiennes, les Chevaliers du Renouveau, des fils à papa se donnant des airs de Grands du Monde, et bien d'autres. Et puis Hubert-Louis est un être plus complexe que n'avait pu l'imaginer Luc, royaliste un peu particulier, propriétaire terrien, coureur de jupon, … Les dialogues et les idées échangés entre lui et Luc valent leurs pesants de cacahuètes ^^
Hervé Sard, nous sert un opus drôle, truffé de second degré, d'humour noir, de dérision. Serti d'une intrigue loufoque, de personnages barrés, car oui, personne n'a vraiment la lumière dans toutes les pièces là-bas ! C'est très bien écrit, comme je le disais, il y a des dialogues qui valent sacrement le coup d'oeil. C'est bien construit, rythmé et prenant. La chute bien amenée, même si j'aurai bien aimé, un peu plus de développement, histoire de faire durer le plaisir de cette lecture vivante et drôle. Un bel équilibre entre dramatique de situation et humour.
Un tome court, dans lequel on découvre la manière de travailler de Luc et ses petites manies. Dans lequel, on retrouve avec plaisir, lors de plus ou moins longues apparitions, les personnages du 1er, Élisa la meilleure amie de Luc, les pieds sur terre et toujours pressée, Maxime, le flic qui aide Luc dans ses recherches, on en sait ici plus sur lui que dans le 1er. J'adore ce principe de "poulpe", chaque auteur y va de sa sensibilité, de sa gouaille, de sa façon de décrire les choses et ajoute au fur et à mesure de la consistance au personnage de Luc et aussi à ses amis. Et puis, on découvre des univers, des auteurs, … et Luc va certainement vivre tant d'aventures différentes, tantôt noires, tantôt drôles, tantôt terrifiantes, réalistes ou surréalistes,… J'ai vraiment hâte de poursuivre bientôt avec Concerto en lingots d'os de Claude Vasseur.
L'embaumeur vaut le coup qu'on le découvre ! Et puis vous pouvez facilement prendre la série en court, choisir l'auteur qui vous sied pour commencer, chaque histoire est indépendante, et les informations essentielles sont de toute façon rappelées dans le récit, et je suis sure que comme moi vous continuerez ! Cette collection devient ma parenthèse à la fois distraction et détente mais toujours lié au monde du polar et avec un fond de sérieux et de drame.
L'Embaumeur, c'est que du bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mounou12
  24 février 2013
"Ainsi fut-il" est la seconde aventure de Luc Mandoline, dit l'Embaumeur", ce dernier reprend cette fois du service sous la plume géniale de M. Hervé Sard, et quel plaisir!
Avec cet opus, nous sommes plongés dans un huis clos savoureusement délirant dans lequel Luc, notre héros, va devoir faire la lumière sur une mort plus que suspecte: le fils d'un notable a en effet été retrouvé sans vie, écartelé par quatre chevaux, mais le médecin de famille en a conclut qu'il s'agissait d' une mort naturelle, et bien sûr personne n'a jugé utile de prévenir la Police...!
Qu'à cela ne tienne, le grand-père de la victime ( qui malgré tout a quelques doutes...) invite l'Embaumeur dans son château et le charge de mener l' enquête afin d'éclaircir toute cette affaire.
Hervé Sard nous régale avec ses personnages tous plus farfelus les uns que les autres, nous servant à volonté de délicieux dialogues pleins d'humour et de finesse. Avec ses airs de "Dix petits Nègres" et de Cluedo, son second degré décapant et une intrigue plus que loufoque,
"Ainsi fut-il" est un vrai petit bijou à dévorer sans modération.
Si "Harpicide" avait déjà été pour moi une découverte des plus agréable, "Ainsi fut-il", en sortant des sentiers battus, s'avère être une véritable petite perle d'humour noir et décalé, j'invite donc tous les amateurs du genre à se jeter dessus sans délai...
Pour ma part, je vais commander de ce pas le troisième opus de l'Embaumeur, en espérant un niveau toujours aussi élevé.
Un grand bravo à Hervé Sard.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
KiriHara
  29 octobre 2016
Hervé Sard a la lourde tache de succéder à Michel Vigneron dans l'écriture du second opus de la série « L'embaumeur ».
Lourde à plus d'un titre puisque l'on attend toujours plus d'un second épisode que d'un premier.
Le premier, s'il est un peu raté, on est indulgent, car ce n'est jamais facile de commencer. Dans ce cas, on attend du second qu'il redresse la barre et qu'il évite les erreurs précédemment commises.
Si le premier est réussi, alors, s'atteler au second est casse-gueule. le second doit faire encore mieux, tout en proposant autre chose, sans trahir les personnages proposés dans l'aventure liminaire.
Autant dire que Hervé Sard a dû avoir la pression. Pour autant, l'auteur n'hésite pas à tout bouleverser. Finis la jungle guyanaise, sa chaleur moite, les méchants à désosser, la violence omniprésente, le danger et... Sullivan et Élisa la journaliste.
Sur la base d'une mort d'une horreur ancestrale, un écartèlement jusqu'à ce que les membres soient arrachés du tronc, l'auteur nous livre une histoire, paradoxalement, moins glauque que « Harpicide », beaucoup moins violente et bien plus drôle.
Pour ce faire, Hervé Sard nous propose une galerie de personnages hauts en couleur, cyniques et drôles, touchants et simplets ou, tout simplement, stupides.
Si Hervé Sard manipule avec aisance l'humour et le décalage, il n'en fait pas pour autant sa seule arme et déroule une histoire simple où tout se complique.
Quand tant de coupables se retrouvent innocents, la victime pourrait-elle être coupable ? Car, tout le monde détestait le mort, que ce soit le couple de lesbiennes catcheuses, le grand-père, le père, voire les amis du défunt.
Mais l'auteur use également de cynisme au travers de ce personnage loufoque du riche grand-père qui n'est royaliste que par obligation, par position, par opposition.
C'est d'ailleurs ce grand-père qui vampirise le roman avec ses nombreuses diatribes sur la société, les gens, la royauté, la politique... le vieil homme a un avis sur tout et a surtout un avis.
Hervé Sard utilise donc ce personnage pour délivrer des idées, balancer des vacheries et, aussi, pour noircir quelques pages supplémentaires afin que son roman ne soit pas trop court.
Au final, malgré un changement radical de style et d'ambiance, ce second opus de la saga « L'embaumeur » se lit très agréablement parvient souvent à nous faire rire. La dernière page tournée, l'on se dit que nous tenons là une excellente série et l'on a tout de suite envie de replonger dans le bain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   04 mars 2015
N'anticipe jamais les réactions des cons (…). Un con, ça peut être con à un point qu'on n'imagine même pas.
Commenter  J’apprécie          332
Mounou12Mounou12   28 février 2013
Là réside le mystère de la mort. Comment peut-on cesser définitivement de penser?
Je sais, la plupart des hommes s'imaginent que l'âme... Que l'âme quoi, au juste? Personne n'a la réponse. Il faut "croire". Avoir la "foi". [...] ce serait rudement confortable de pouvoir se dire qu'il se passe quelque chose après.
Même un tout petit quelque chose, du moment qu'il dure l'éternité.
J'ai toujours eu du mal avec l'éternité. C'est un peu long, l'éternité.
J'ai autant de difficulté à m'imaginer devenir "quelque chose" pour l'éternité que rien du tout pour la même durée.
Tout ça est bien compliqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
marina53marina53   03 mars 2015
Pourquoi pleure-t-on les morts? Il n'y a de malheureux que les vivants: c'est sur soi-même qu'on s'apitoie, le plus souvent.
Commenter  J’apprécie          250
marina53marina53   03 mars 2015
Etre raisonnable en toutes circonstances
Il faudrait être fou...

Raymond Devos
Commenter  J’apprécie          340
Mounou12Mounou12   21 février 2013
Cet abruti avait affrété un avion de tourisme pour larguer en parachute
une cinquantaine de nains de jardin au dessus de la propriété des vieux d'un pote à lui.
Juste pour rigoler.
Manque de chance, un nain de jardin a atteri dans la piscine des voisins.
Le parachute s'est posé pile sur le proprio qui faisait trempette.
Il s'en est fallu de peu pour qu'il finisse noyé.
Putain, tué par un nain de jardin parachutiste, ça t'aurait fait un beau client!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Hervé Sard (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Sard
Vous aussi, vous pouvez écrire un épisode du Poulpe .Vous êtes un inconditionnel du Poulpe et vous suivez les aventures de Gabriel Lecouvreur depuis 20 ans ? Alors sachez qu'en tant qu'auteur vous pouvez ajouter votre signature à celles des nombreux écrivains qui ont écrit un épisode de la vie tumultueuse du Poulpe. Les explications d'Hervé Sard qui a écrit la dernière aventure du Poulpe : |a catin habite au 21 (Baleine, 2014).
autres livres classés : thanatopraxieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1535 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre