AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791032904022
Éditeur : L'Observatoire (21/08/2019)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Paris, 1929. Lee Miller, une jeune américaine, débarque à Paris.

Mannequin, belle comme le jour, elle rêve pourtant de passer derrière l’objectif, animée d’une seule passion, d’une unique obsession : la photographie.

Presque par hasard, Lee attire l’attention de Man Ray, illustre photographe gravitant dans le Montparnasse surréaliste de Dalí et sa bande d’extravagants artistes. Mais pour Man Ray, Lee demeure la muse par excellenc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  02 janvier 2020
Une lecture captivante et "endiablée" sur l'icône que représenta l'artiste , Lee Miller... Withney Scharer a eu le talent de rendre avec finesse la complexité De Lee !

Fascinée et admirative depuis fort longtemps par le parcours extraordinaire de cette ex-mannequin, devenue photographe de grand talent, correspondante de guerre... J'avais retenu cette biographie romancée de Lee Miller, à sa parution...
Il y a de nombreuses années, j'avais été emportée par le livre de son fils,Anthony Penrose , "Les Vies de Lee Miller"
L'auteure, par cet ouvrage, remet à l'honneur cet artiste-photographe, trop longtemps dans l'ombre de la célébrité de son maître-et amoureux, Man Ray...
On fait connaissance avec Lee Miller, lorsqu'elle arrive seule à Paris, dans le quartier de Montparnasse des années folles; A son départ des Etats-Unis pour Le Havre, son père lui a offert un "vieux Graflex" dont il ne se servait plus...A l'origine, elle souhaitait devenir peintre, et un concours de circonstances: la rencontre avec le grand Man Ray, sans oublier son père, passionné de photographie, l'ayant fortement influencée dès sa plus tendre enfance...vont lui donner l'envie de se lancer dans l'art photographique !
"Essentiellement formé au dessin du corps humain, elle est arrivée à Paris avec l'idée de devenir peintre et se voyait en plein air, en train de se pencher sur une toile pour y ajouter une touche de couleur, pas de tripatouiller des produits chimiques dans une chambre noire irrespirable. Pourtant, Lee a un peu appris de lui [son père ], et chez Vogue, à prendre des photos, et cet appareil a quelque chose de rassurant : à la fois un lien avec son passé et un objet qu'un artiste emporterait partout." (p. 33)

"Quand Lee n'est pas avec Man, elle se consacre à son propre travail. Elle se découvre aussi impatiente que lui de créer. (...)
Elle aime photographier des scènes de rue, juxtaposant les gens et les objets dans des situations bizarres, jouant avec la perspective. Chaque fois qu'elle développe l'une de ses photos, et que Man la trouve bonne, sa confiance en elle s'affirme, elle a le sentiment d'être la personne qu'elle a toujours voulu être." (p. 151)
Le récit alerte, alternant entre deux périodes : celle, parisienne avec Man Ray, puis les années 1940, comme correspondante de guerre, où elle montre à la fois son besoin d'adrénaline mais aussi un courage des plus exceptionnels...!
"Dachau
30 avril 1945- L'un après l'autre, les correspondants de presse s'en vont. Lee reste. Elle doit porter témoignage.
Elle a les poches remplies de boîtes de pellicule, des grenades à envoyer pour publication". (p. 290)
Comme tant d'entre nous, j'imagine, j'avais été fascinée par cette trouvaille de "solarisation", qui est advenue, par une erreur de manipulation De Lee...que dans un premier temps Man Ray a eu la malhonnêteté de s'approprier... Une formidable histoire d'amour- passion, magnifique et douloureuse; tout aussi créatrice, constructive que vampirisante, destructrice pour Lee, qui a du mal à s'affirmer dans son art, Man Ray étant aussi possessif, que jaloux, et narcissique ...
Je ne me souvenais pas qu'elle avait travaillé et joué pour "le sang du poète" de Cocteau... pour lequel elle s'est prise d'amitié et d'admiration...!
Une artiste et une femme hors norme... qui à force de détermination a réussi à affirmer ses talents de photographe... Mais quel parcours du combattant pour y parvenir dans cet univers d'artistes "machos", considérant leurs femmes, compagnes comme des assistantes, ou muses, au mieux... ce qui fut le cas pour Man Ray...en dépit de cet amour fou, ne supportait que Lee soit son égale !!.....
Un hommage vivant, contrasté , très réussi de cette femme qui cherchait sa voie pour se réaliser en tant qu'individu, et artiste à part entière !
@Françoise Boucard- janvier 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
mumuboc
  22 août 2019
"La photographie peut saisir la réalité, mais comment peut-elle saisir l'émotion ? N'est-ce pas l'émotion qui rend la réalité réelle ?  (p188)"
1929 - Paris, Man Ray, 39 ans, vit à Montparnasse et sa réputation dépasse les frontières. Il a travaillé pour Vogue mais aussi pour de grands couturiers, artistes et célébrités ont posés pour lui, il côtoie André Breton, Dali, Jean Cocteau dont il fait souvent des portraits et je découvre qu'il était également peintre et sculpteur. Cet homme touche à tout prend part au mouvement du surréalisme.
Lee Miller, 22 ans, arrive en France après avoir posé comme mannequin dans Vogue aux Etats-Unis, elle s'éloigne de sa famille et d'un passé où un événement douloureux peine à cicatriser. Elle ne veut plus être un modèle de créateur mais être créatrice, elle ne veut plus être un objet mais celle qui le met en valeur. En France elle se sent libre, une nouvelle vie commence. Libre de ses choix, de son avenir, elle comprend très vite que son avenir est derrière l'objectif d'un appareil photo mais aussi dans la chambre noire où elle développe ses clichés.
Elle croise la route de Man Ray, devient son assistante puis sa maîtresse et "associée" mais, comme souvent, le grand homme a du mal à faire de la place à sa compagne, même si celle-ci et surtout si celle-ci a du talent. Lee va très vite tomber sous le charme de Man, l'homme mais aussi l'artiste : peintre, sculpteur, réalisateur de films car c'est un touche à tout. Elle va participer involontairement à a découverte du procédé de "solarisation" (inversion des noir et blanc grâce à une modification de développement avec l'apparition d'un trait noir sur les contours) que Man Ray va largement utilisée et dont il va revendiquer la paternité. Elle va particulièrement travailler sur la lumière mais c'est dans la chambre noire qu'elle va se révéler.
Whitney Scharer s'attache à imaginer leur relation, leur travail commun mais aussi à décrire le Paris artistique du début du XXème siècle. Grâce à ses recherches elle nous livre un récit très documenté mais aussi une plongée dans une époque où l'art était fulgurant, où Paris était la plaque tournante de la créativité.
Avec une écriture délicate, l'auteure donne à son récit une ambiance à la fois sensible et sensuelle quant à la relation unissant les deux amants mais aussi toute l'ambiguïté de celle-ci basée sur une passion commune mais qui peut aussi être destructrice quand l'élève se révèle douée, innovatrice et le maître jaloux et possessif.
"Elle est seule avec lui dans l'obscurité qu'elle s'est créée et, quand il prononce son nom, elle a la sensation de se dissoudre en étincelles, en grains photographiques, pour, à la fin, fusionner avec lui au point de ne plus savoir qui est qui. (p212)"
L'auteure nous entraîne dans leur studio de travail, mais aussi dans leur intimité et décortique parfaitement l'ambiance de l'époque et surtout, grâce à une écriture précise et riche en détails, mais jamais pesante, les prises de vue (j'ai pris la peine d'aller vérifier certaines photos ensuite comme celle d'Hemingway avec son bandage et chapeau).
Comme pour beaucoup de femmes ayant vécu dans l'ombre d'un artiste, Lee va comprendre très vite qu'elle devra faire un choix quand le pygmalion va la trahir dans ce qui les unissait et qui lui était le plus cher : son travail.
"Et elle pense, avec émerveillement, que sa vie est comme une énorme boule de cristal tournant au plafond dont la surface fragmentée capte la lumière à des moments différents.  (p355)"
La narration est régulièrement entrecoupée de courts chapitres sur l'après Man Ray : Lee deviendra correspondante de guerre pour Vogue pendant la seconde guerre mondiale et  sera présente lors de la libération des camps : Dachau et Buchenwald qui laisseront des traces indélébiles dans sa mémoire.
J'ai aimé suivre l'évolution de cette jeune femme, comment peu à peu elle va prendre de l'assurance, trouver un épanouissement grâce à la photographie mais gardera un esprit "nomade" et libre dans ses relations. Elle a été un modèle féminin par sa beauté devant les objectifs, elle deviendra, grâce à son travail, ses recherches et l'enseignement de Man Ray une photographe dont le nom restera dans l'ombre parce qu'associé à celui qui fut son maître.
J'ai trouvé particulièrement réussi la manière dont elle a retranscrit la vision de Lee Miller : son oeil toujours aux aguets, tel un objectif, qui capte un personnage, un lieu, une ambiance. Les phrases se font courtes, comme un doigt sur le déclencheur, comme autant de prises de vue, parfois seulement gardées en mémoire, parfois figées sur la pellicule.
"Lee a sans arrêt envie de porter son appareil à son visage et de prendre une photo, mais elle ne le fait pas. Elle laisse la vie s'écouler sans intervenir, sans l'interrompre, sans la saisir. Qui est-elle pour vouloir y jouer un rôle ? (p364)"
Je connais peu de choses sur la photographie même si de temps à autre je vais voir des expositions. Je ne connaissais de Man Ray que le nom et quelques photos aperçues ici ou là et encore moins Lee Miller.  Grâce à cette biographie romancée de Whitney Scharer, dont c'est le premier roman, j'ai appris énormément de choses sur ce domaine artistique. Elle dépeint parfaitement le Paris de l'époque, on y croise Jean Cocteau, Kiki de Montparnasse, on fréquente des endroits louches (fumerie d'opium) mais ce que j'ai le plus aimé c'est le parcours de cette femme, Lee Miller, déterminée, volontaire, n'acceptant pas de n'être que l'ombre du maître.
C'est une lecture à la fois dépaysante et enrichissante. J'ai eu très envie ensuite d'en savoir encore plus sur ce couple. J'aime lire de temps à autre ce genre de biographie romancée quand celle-ci est basée sur un vrai travail de documentation. Apprendre et découvrir en passant un agréable moment de lecture, se plonger dans l'histoire des courants artistiques, approcher un domaine peu connu mais aussi une réflexion sur la place de la femme, comme Lee l'a été, objet de tous les regards en tant que mannequin mais aussi une réflexion sur une époque. L'oeil de la photographe et le coeur d'une femme.
Lien : http://mumudanslebocage.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Bazart
  06 décembre 2019
Lee Miller est un personnage mythique du XXe siècle. Renommée pour sa beauté comme pour la liberté de son existence, elle a aussi laissé une trace fulgurante dans l'art de son temps.
Elle qui fut tour à tour mannequin, modèle, compagne et assistante de Man Ray, égérie des surréalistes, correspondante de guerre est désormais le personnage central d'un premier roman américain qui aura marqué cette rentrée littéraire, l'âge de la lumière de Whitney Scharer
Pour sa première oeuvre de fiction , la romancière américaine Whitney Scharer fait de Lee Miller la folle héroïne d'un roman kaléidoscope, qui se dévoile par fragments temporels eclatés.
"L'âge de la lumière " s'ouvre en effet en 1966 en Angleterre, sur une Lee Miller vieillissante et un peu fanée, qui se se souvient de sa rencontre mythique avec Man Ray . En 1929, Lee Miller est un mannequin américaine qui quitte les Etats-Unis pour rejoindre Paris et y réaliser son rêve : passer derrière l'objectif pour devenir photographe. Lors d'une soirée, elle rencontre le grand Man Ray.
" J'ai besoin de toi. Nous sommes comme jumeaux ou le reflet l'un de l'autre". Devant cette déclaration à laquelle personne de sensée ne pourrait resister, Lee Miller ne pas résister, et va devenir tout pour Man Ray : tour à tour son assistante, son amante, sa muse, son modèle et surtout sa plus grande histoire d'amour et pourrait même vite rivaliser avec le maitre et même le dépasser tant son talent créatif- que Jean Cocteau par exemple avait deviné très vite- est indéniable, notamment lorsqu'elle sera projetée dans l'horreur de la guerre de 39/45.
Belle et étourdissante immersion dans les milieux artistiques et intellectuels fertiles et stiumants, cette oeuvre flamboyante et étourdissante exploite pleinement le potentiel romanesque de son héroïne.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
LiliGalipette
  03 janvier 2020
Lee Miller est jeune. Elle est belle. Les objectifs l'adorent. Mais elle veut passer derrière. Loin de son Amérique natale, elle espère réaliser son rêve dans le Paris de 1929. « Lors de son premier été à Paris, elle ne connaissait pas encore le pouvoir des photos, la façon dont un cadre crée une réalité, dont une photographie devient un souvenir qui devient vérité. » (p. 28) Sa rencontre avec Man Ray est décisive. L'artiste devient son maître, son amant. Lee devient son assistante et sa muse. le couple côtoie Paul Eluard, Pablo Picasso, Jean Cocteau, Salvador Dali et tout ce que Paris compte d'artistes et d'intellectuels surréalistes. Les années passent et la jeune Américaine se forme. « Lee observe toutes ces vies autour d'elle et commence à redevenir elle-même – ou à devenir elle-même, pour la première fois. Ses paupières sont comme l'obturateur d'un appareil photo ; quand elle cligne des yeux, un mouvement, une image s'impriment dans son esprit. de temps à autre, une de ces images mérite d'être conservée, de sorte qu'elle la fixe sur la pellicule. Toutes les photos qu'elle prend ainsi semblent vivantes et inattendues. Et Lee elle-même se sent plus vivante que jamais du seul fait de les prendre. » (p. 366) Devenue reporter de guerre, à Buchenwald, elle perd une part d'elle-même. « Il y a matière à photos partout où se pose le regard, des compositions d'horreurs. » (p. 147) Plus de 30 ans après sa rencontre avec Man Ray, elle ne sait quoi faire quand on lui propose de relancer sa carrière de journaliste en écrivant un long portrait de son ancien amant. « le sujet, c'est Man Ray / Justement pas, pense Lee. Et ça a toujours été le problème. » (p. 28 & 29)
Dans ce roman historique, l'autrice présente la relation intense et dévorante entre l'artiste déjà renommé et celle que l'histoire aurait pu oublier, tant le premier s'est approprié le travail de la seconde. Whitney Scharer joue sur les deux faces de la photographie, entre et reportage, qui sont deux formes de vérité. « L'un après l'autre, les correspondants de presse. Lee reste. Elle doit porter témoignage. Elle a les poches remplies de boîtes de pellicule, de grenades à envoyer pour publication. » (p. 290) le récit est très bien rythmé et très agréable à lire. Peut-être un peu trop romancé à mon goût, mais je pinaille : le roman offre un beau portrait d'une artiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
rosacalifronia
  16 octobre 2019
Ce roman très dense se concentre principalement sur la période parisienne de Lee Miller. Née en 1907 aux États-Unis, Lee a un parcours personnel marqué par l'inceste qu'elle subit à l'âge de 7 ans. Quant à son parcours professionnel, il alterne devant et derrière l'objectif. Whitney Scharer expose, en façade, la relation amoureuse entre Lee Miller et Man Ray, mais pose également la question de la reconnaissance des femmes dans le milieu artistique en toile de fond. De 1929 à 1932, Lee Miller fréquente le célèbre photographe Man Ray auprès duquel elle va acquérir des connaissances techniques et s'émanciper malgré les apparences. Elle est à la fois le modèle et l'assistante du photographe, mais bénéficie de ses relations amicales qui lui permettront de gagner correctement sa vie. L'auteure recrée l'ambiance de l'époque, ses fêtes, le cercle des surréalistes, tout en ponctuant son récit de détails techniques de manière à donner l'impression au lecteur qu'il assiste à la séance de pose. Des chapitres courts digressifs offre une autre facette de Lee Miller, reporter pour le magazine "Vogue" pendant la seconde guerre mondiale. Ces projections donnent du poids au travail de la photographe cantonnée à la mode ou à sa relation avec Man Ray, et la rapproche indéniablement de Gerda Taro dont on sait à présent qu'elle est l'auteure de clichés attribués à Frank Cappa. Whitney Scharer romance, certes, mais s'inspire directement de la biographie de Lee, comme elle l'indique elle-même à la fin de l'ouvrage. C'est par conséquent un travail de recherche et de réécriture important pour redonner sa part de lumière à Lee Miller sans cacher sa part d'ombre. J'ajouterais enfin que la couverture est absolument splendide et illustre parfaitement le roman. Je remercie Babelio et les éditions de l'Observatoire pour cette lecture captivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   04 décembre 2019
"Il y a matière a photos partout à se pose le regard, des compositions d'horreur. Lee mitraille, et avale la bile qui lui monte dans la gorge, qui aussi a le goût du métal. Elle a pour mission de photographier le travail des infirmières américaines après le débarquement, et Lee prend les poches de plasma, la pénicelline, les interventions chirurgicales. Elle prend des photos des Américaines qui travaillent côte à côte avec les infirmières allemandes, tente de refréner son dégout des boches, de plus en plus fort qui la mine vers l'intérieur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24fanfanouche24   31 décembre 2019
Dachau
30 avril 1945

L'un après l'autre, les correspondants de presse s'en vont. Lee reste. Elle doit porter témoignage. Elle a les poches remplies de boîtes de pellicule, des grenades à envoyer pour publication. (p. 290)
Commenter  J’apprécie          110
Olivia-AOlivia-A   18 août 2019
Si Lee utilise un grand-angulaire et prend le paysage, intégrant les pelouses bien tondues du village tout proche dans la photo, elle pourra montrer que les trains passaient bien près des civils, et donc que ceux-ci savaient, qu'ils devaient savoir...
Si elle cadre sa photo par la porte ouverte du train, mettant au premier plan le crâne de l'homme mort, ses pommettes passant presque au travers de ce qui subsiste de sa peau...
Si elle prend une photo d'un des lapins élevés dans le camp, de sa fourrure blanche immaculée, de ses rondeurs dodues d'animal bien nourri. Elevé pour devenir un manchon dans lequel une Frau suralimentée pourra glisser ses poings. Un prisonnier nourrissant le lapin de ses mains souillées de boue...
Si elle photographie quelqu'un d'autre voyant ce qu'elle voit. Des prisonniers, les yeux hagards, affamés, face à ces corps qu'on jette dans une fosse. Un garde SS, la mâchoire brisée, qui regarde le sang gicler du nez écrasé d'un autre garde...
Si elle essaye différents angles, en gros plan. Le bol en fer-blanc vide, le numéro sur l'avant-bras d'un homme, la moitié du pied arraché quand il enlève sa botte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Olivia-AOlivia-A   18 août 2019
Les premières notes s'élèvent à peine que la scène est prise d'assaut par les danseurs. Cette fois encore, Lee est transportée. C'est la plus pure expression de l'émotion : des sentiments qui s'incarnent, comme inscrits dans les corps. Ah, ces corps ! Lee adorerait les photographier. Rien que les os, le tissu conjonctif visible sous la peau, comme si elle devait voir de quoi ils sont faits. Lee voudrait les prendre en photo devant les décors d'Antonio, les muscles apparaissant en relief sur les panneaux de soie. La fermeté de leurs corps la fascine et, quand ils se meuvent, Lee pense aux douleurs causées par la danse, aux pieds des ballerines, écrasés dans leurs chaussons et qui leur font si mal quand elles sont sur les pointes, aux mollets puissants des hommes entourés de bandages. Et à son propre corps, mou, en comparaison. A l'exception de ses mains, à la peau sèche, desquamée, qui se sont durcies dans la chambre noire. Elle souhaiterait épaissir, voir son corps devenir un cal à force de travailler. Lee voudrait être quelqu'un qui se dépense, qui essaie des choses. Elle ne veut pas être molle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24fanfanouche24   31 décembre 2019
Lee n'a jamais accordé beaucoup d'importance à l'endroit où elle vit, mais l'appartement devient pour elle comme une extension de ce qu'elle ressent pour Man. (p. 149)
Commenter  J’apprécie          100

Video de Whitney Scharer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Whitney Scharer
The Age of Light by Whitney Scharer
autres livres classés : lee millerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1008 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..