AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234051371
Éditeur : Stock (31/08/2003)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 44 notes)
Résumé :
En 1928, cinq ans après la mort de Raymond Radiguet, lors d'une cure de désintoxication dans une clinique, Jean Cocteau, opiomane, écrit et dessine.
Pour lui, il s'agit de la même activité, du même acte créateur : "Ecrire, pour moi, c'est dessiner, nouer les lignes de telle sorte qu'elles se fassent écriture, ou les dénouer de telle sorte que l'écriture devienne dessin." Ainsi, tout au long des jours, des instants, un livre naît sous nos yeux, fait de notatio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Jahro
  24 février 2013
Attention : critique déconseillée aux âmes rigides. Comme son objet d'ailleurs.
Cloué au lit par une cure de désintoxication, Cocteau pose par écrit ses pensées avec la liberté du journal intime. Il évoque ses amis, son milieu, ses souffrances, ses plaisirs. Et bien évidemment, il néglige totalement les transitions.
Je le confesse : j'ai dû user d'un subterfuge pour apprécier ce livre. Arrivé à la moitié sans avoir pu y entrer, j'ai profité d'un joint laissé là par quelque ami lors d'un apéritif. Puis, après quelques lattes, j'ai repris ma lecture. Et là, miracle ! le fil a subitement pris corps, les chemins empruntés m'ont d'un coup paru clairs, limpides, évidents ; l'auteur m'est devenu un proche. Au point qu'il m'arrivait parfois de deviner où sa réflexion le conduirait.
Bien-sûr, l'opium n'est pas l'herbe. Mais ce jour là, ces deux ou trois bouffées vertes m'auront suffi à communier avec lui. Et ce fut un bonheur.
Quelque fois, il est utile de se hisser au niveau mental d'un créateur pour en saisir tout l'art. de se hisser, ou de se rabaisser, je laisse à chacun d'en juger.
4/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Wozniaksandy
  11 septembre 2017
Dès l'année 1ère page, on est pris aux tripes.
Estomaqué par la force des mots employés pour décrire l'emprise de l'addiction, le manque, la souffrance. C'est réellement poignant.
C'est lors d'une cure de désintoxication que Jean Cocteau, opiomane, écrit et dessine. Son témoignage est entrecoupé de ses propres dessins énigmatiques aussi fort et violent que son récit. Au thème lancinant, qui revient au détour de chaque page, l'opium, j'ajoute ses commentaires sur la littérature et les écrivains (Proust, Raymond Roussel), des remarques sur le cinéma (Buster Keatin, Chaplin, Eisenstein, Buñuel), sur la poésie, sur la création, sur l'art.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
catelcatel   02 février 2013
J'ai rapporté ailleurs (Hommage à Marcel Proust, NRF) l'anecdote du pourboire au concierge de l'hôtel Ritz. " Pouvez-vous me prêter cinquante francs ? - Tout de suite, monsieur Proust. - Gardez-les, c'était pour vous."
Inutile d'ajouter que, le lendemain, le concierge dut recevoir le triple.
Commenter  J’apprécie          51
StefEleaneStefEleane   06 août 2012
J'écris ces lignes après douze jours et douze nuits sans sommeil. Je laisse au dessin la besogne d'exprimer les tortures que l'impuissance médicale inflige à ceux qui chassent un remède en train de devenir un despote.
Commenter  J’apprécie          50
catelcatel   02 février 2013
Tous les enfants ont un pouvoir féérique de se changer en ce qu'ils veulent.
Commenter  J’apprécie          111
WozniaksandyWozniaksandy   11 septembre 2017
J'expliquerai plus loin que les phénomènes incroyables d'une désintoxication, phénomènes contre lesquels la médecine ne peut rien que donner au cabanon L'aspect d'une chambre d'hôtel et d'un conseiller du médecin ou de l'infirmière, de la patience, de la présence, du fluide, du lieu d'être ceux d'un organisme qui se décompose, doivent être, au contraire, les symptômes incommuniqués du nourrisson et des végétaux au printemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WozniaksandyWozniaksandy   12 septembre 2017
La désintoxication scientifique n'existe pas encore. A peine dans le sang, les alcaloïdes se fixent sur certains tissus. La morphine se fait fantôme, ombre, fée. On imagine le travail des alcaloïdes connus et inconnus de l'opium, leur invasion chinoise. Pour les vaincre, il faut recourir à La douleur exquise.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean Cocteau (146) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Cocteau
« Tout un monde : Jacques de Lacretelle et ses amis » Anne de Lacretelle, Éditions de Fallois, février 2019.
Figure de la vie littéraire à partir des années 1920, Jacques de Lacretelle (1888-1985), prix Femina en 1922 avec « Silbermann », a côtoyé des écrivains tels que Marcel Proust, Paul Morand, Jean Cocteau ou François Mauriac. Sa fille décrit l'intimité de ces personnages, leur vie mondaine, leurs voyages. ©Electre 2019
autres livres classés : psychotropesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jean Cocteau

Jean Cocteau fut surnommé "touche-à-tout" de génie. Cependant quelle activité ne pratiqua-t-il pas?

poésie
cinéma
composition musicale
dessin

10 questions
73 lecteurs ont répondu
Thème : Jean CocteauCréer un quiz sur ce livre