AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354610890
Éditeur : TENGO (02/03/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
SOMMAIRE
p.3 L’Édito

p.6 Le Trombinoschnock

P.8 Schnock des cultures tout ce que vous avez toujours voulu savoir etc.

p.10 « Bien entendu c’est on », par Éléonore Cambret

p.14 Le Top 15 des insultes Schnock,

par Christophe Ernault

P.18 Les Schnocks parlent aux Schnocks

p.22 Le Grand Dossier - Philippe Noiret

« Un artisan au sens très noble d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   10 septembre 2018
J’ai été marqué par Mémoire cavalière de Philippe Noiret. Déjà et contrairement à beaucoup d’autres mémoires de comédiens, on sent chez lui une richesse du style. Mais surtout, si Philippe Noiret était plutôt silencieux et peu loquace on découvre ici qu’il a presque un besoin de dire des anecdotes, de bavarder, de conter. Comment expliquez-vous ces deux facettes ?

C’était un conteur formidable dans la vie. On passait des repas merveilleux. À cette époque, il pouvait boire encore du champagne et il nous offrait souvent des bouteilles. C’était avec lui un concours d’anecdotes, d’histoires, de réflexions. Il adorait le style, les dialogues. Il avait énormément apprécié les dialogues d’Aurenche. Il avait aimé leur écriture. Pareil pour Cosmos, ou encore Daniel Boulanger pour Philippe de Broca. Il faisait très attention à la manière dont les choses étaient écrites. Il lisait constamment. Il voyait aussi des pièces de théâtre, il avait une oreille formidable. C’était un amoureux de la langue, un très grand connaisseur de la langue française, tout comme Rochefort et Marielle. On pouvait discuter avec Noiret et Rochefort de Jacques Audiberti très très longtemps. Il s’était frotté à tellement de textes à l’époque du TNP, de Brecht à Corneille.

Vous aviez des projets ensemble qui ne se sont pas concrétisés ?

Non… Peut-être que je devais en avoir, mais je les ai mis de côté quand je l’ai vu devenir malade. Je ne pouvais pas le faire venir dans Laisser passer ou Ça commence aujourd’hui. Il ne pouvait pas faire partie de ces films-là.

Dans son livre, il se décrivait de la manière suivante : « Dans mon métier je me suis toujours senti saltimbanque et j’ai toujours voulu être artisan. J’ai toujours eu la plus grande considération pour les hommes de l’art. » C’est quelque chose qui le définit bien selon vous ?

Oui, mais artisan au sens très noble du mot. C’est beau d’être artisan. C’est quelqu’un qui construit une merveilleuse table, un meuble splendide, qui va devenir une pièce de musée peut-être. Mais quand il travaille, il ne pense pas à ça. Il est juste guidé par la passion. Il était très marqué par Vilar, l’école du TNP. Il avait un énorme respect du public, dans sa façon de ne jamais le sous-estimer. Il pouvait faire sienne la réplique qu’à Guitry dans Le Comédien : « Quand vous parlez mal du public, j’ai l’impression que vous humiliez un peu la France, parce que le public c’est votre pays. » Ça le résume parfaitement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : cinéma françaisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quizz de Schnock !

Le N° 12 spécial Pierres Desproges nous apprends que ce dernier exerça un métier assez particulier dans les années 1960

Cintreur de bananes
directeur commercial d’une fabrique de poutres de polystyrène
Animateur d'un club d'alcooliques anonymes
Videur au Golf Drout

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Revue SchnockCréer un quiz sur ce livre