AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782364747777
Éditeur : Thierry Magnier (07/10/2015)
3.98/5   27 notes
Résumé :
Un jeune garçon s'introduit dans Kodhja, à la recherche du roi qui, seul, saura répondre à ses questions. Mais Kodhja n'est pas une cité comme les autres… Mouvante, labyrinthique, pleine de pièges, elle est le lieu d'un parcours initiatique dont il sortira changé à jamais.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
jamiK
  28 juillet 2019
Un jeune garçon erre dans le désert et entre dans une ville en apparence déserte. C'est un conte initiatique, fantastique, onirique, une allégorie sur la sortie de l'enfance. le graphisme est traité comme en sérigraphie, un trait noir épais, des aplats de couleurs naturelles, une intensité de contrastes. C'est surtout une ambiance teintée de surréalisme, entre conte oriental et Alice au Pays des Merveilles, tout en douceur. Les décors du labyrinthe sont absolument superbes, des êtres étranges parsèment l'aventure, comme dans un rêve. C'est vraiment une très belle lecture.
Commenter  J’apprécie          240
bouma
  30 mai 2016
Kodhja est une ville labyrinthe dans laquelle le héros est venu chercher des réponses. Comme le héros on s'y perd, comme lui on ne peut que suivre l'enfant guide venu nous escorter, comme lui nous sommes obligés d'affronter ce labyrinthe onirique. On se laisse surprendre avec naïveté par cet univers unique et habité imaginé par le duo Scotto/Lejonc.
Scotto reprend à son compte le proverbe ce n'est pas l'arrivée qui compte mais le chemin parcouru et nous entraine dans une histoire aux multiples facettes. Son écriture est sobre et toute en nuance. On est très proche du conte dans le rythme des mots. J'aurais adoré en écouter la lecture par Thomas Scotto lui même, je suis sûre qu'il lui aurait donné une autre lecture que celle que moi j'y mets. Car ce texte est un véritable récit initiatique et revêtira pour chacun une signification différente.
« Qu'importe un prénom effrité et des chemins de hasard, le Roi comprendrait sûrement que l'on est parfois trop fragile pour aller au bout d'une rencontre. »
Régis Lejonc a fait du texte une bande-dessinée. Les cases sont devenues une part du labyrinthe et donnent une signification particulière à l'ensemble. On passe de pages très découpées pleines de rythme à des pleines pages magistrales, comme une pause dans le temps. Les dominantes de couleurs changent au fur et à mesure, seule la tenue rouge de l'enfant-guide reste un point de repère, d'autant plus signifiant qu'il change de visage lui aussi. Dieu animal ou garnement farceur à vous de voir ? En tout cas, j'ai adoré balader mon regard dans les illustrations qui fourmillent de détails et de clin d'oeil à la littérature.
Kodhja, c'est un univers en soit, un univers en soi. C'est ce long chemin qui nous mène de l'enfance à l'âge adulte. C'est une métaphore qu'il faut prendre le temps de déguster.
Dans un très grand format et sur du papier épais, Scotto et Lejonc livrent une fable hors du temps que je prendrais plaisir à lire et relire.
PS. Les labyrinthes qui couvrent les pages de gardes de l'album ne sont pas les mêmes devant et derrière. A vous d'en trouver la sortie maintenant ?
Lien : http://boumabib.fr/2016/02/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
trust_me
  07 décembre 2016
Le garçon arrive devant les remparts de Kodhja. Il franchit la lourde porte et s'avance. Un enfant à la voix grinçante l'accueille. le garçon lui explique qu'il est là pour voir le roi, seule personne à même de répondre à ses questions. L'enfant lui répond qu'il veut bien l'accompagner mais que le chemin sera long car « Kodhja est un vrai casse-tête ». Ensemble, ils commencent alors un voyage étrange au coeur d'un improbable labyrinthe.
J'ai donc suivi les pas du garçon et de l'enfant. Avec eux j'ai monté d'immenses escaliers, découvert trois curieuses personnes assises dans un renfoncement, longé des rues étroites, admiré une majestueuse fontaine et « la façade de granit d'une maison immense et sans porte ». Je suis tombé dans un trou, j'ai mis fin à une dispute, j'ai vu des créatures hideuses et traversé un champ de cailloux avant d'arriver enfin face à la tour du roi.
J'ai retrouvé dans cet album l'esprit des ouvrages de Mélanie Rutten. Un propos qui peut apparaître au premier abord obscur mais qui se révèle au final d'une totale limpidité. Un livre qui se mérite, où le lecteur est acteur, où il doit en permanence être actif, donner du sens. Un récit initiatique bourré d'implicite et ouvert aux multiples interprétations pour les jeunes lecteurs, c'est rare et précieux. Kodhja, c'est un condensé d'enfance où règnent l'imagination, les hésitations, la colère, les chagrins, les souvenirs, la mémoire. Kodhja, c'est autant d'épreuves à franchir pour continuer sereinement sa route, pour ajouter une nouvelle pierre à notre édifice et « apprendre le reste de la vie ».
Rarement texte et dessins auront dégagé une telle osmose, ne cessant de se répondre, de se compléter, de se sublimer. le trait de Régis Lejonc me fascine depuis ma découverte du Phare des sirènes. Une impression confirmée avec La promesse de l'ogre et renforcée ici, où le format XXL magnifie chaque illustration. Entre ombre et lumière, couleurs chaudes et douces, illustrations pleine page et gaufrier de petites cases, le voyage graphique se révèle d'une infinie richesse.
Exigeant, poétique et profond. Sublime, quoi.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
mimouski
  23 juin 2020
Captivante et envoûtante, Kodhja tape à l'oeil avec son format hors du commun et ses graphismes de sérigraphie. Un choix péchu qui marque les esprits ! Avec Kodhja, on se laisse aller à la contemplation, à l'enfance et ses beaux souvenirs et on avance dans cette belle cité pleine de surprise et d'onirisme. J'ai bien fait d'avoir emprunté cette BD qui est une sacrée jolie découverte !
Commenter  J’apprécie          30
EveToulouse
  17 janvier 2016
Exploration du cerveau ou des souvenirs d'enfance? le garçon se promène dans un labyrinthe et on le suit dans le dédale.
Livre grand format, bande dessinée aux très grandes cases (maximum 9 vignettes, souvent beaucoup moins), dessins simples pour une histoire complexe à relire vite pour mieux comprendre ce voyage dans lequel Scotto nous entraîne.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
Ricochet   08 février 2016
Bravo à Thomas Scotto et Régis Lejonc d'avoir uni leurs talents pour nous proposer une magnifique bande dessinée riche de sens.
Lire la critique sur le site : Ricochet
BoDoi   27 octobre 2015
Un voyage au coeur de l’enfance, aux frontières de l’adolescence, au plus profond de l’être, avec en filigrane la peur de grandir et l’angoisse d’abandonner la pureté de ses jeunes années.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
boumabouma   30 mai 2016
En suivant cette rue unique, il ne risquerait pas de se perdre et trouverait rapidement le Roi pensant de la Cité. Ce Roi. Le seul à pouvoir lui redonner ce qu’il avait étrangement oublié sur ses années de chemin : le goût de son prénom, la place de sa tête sur ses épaules et la bonne direction à prendre pour avancer.
Commenter  J’apprécie          70
jovidalensjovidalens   28 juillet 2016
Le jeune homme laisse enfin derrière lui les remparts familiers. Il s'éloigne, se retourne à peine lorsqu'un craquement sourd résonne au coeur de la Cité.
A cet instant précis, il sait qu'il vient d'ajouter une nouvelle pierre à son édifice.
Alors il relève la tête, un sourire d'indépendance aux lèvres...
Il pousse ses yeux vers les années devant.
Commenter  J’apprécie          40
boumabouma   30 mai 2016
Qu’importe un prénom effrité et des chemins de hasard, le Roi comprendrait sûrement que l’on est parfois trop fragile pour aller au bout d’une rencontre.
Commenter  J’apprécie          100
jovidalensjovidalens   28 juillet 2016
- Tu sais, Kodhja est une ville au paysage mouvant. Elle s'adapte, elle évolue au rythme de qui la visite.
- Tu veux dire que notre présence modifie les lieux ?
- Je dis...peut-être ! Mais Kodhja ne changera vraiment que si tu apportes ta pierre à son édifice.

Le garçon trouva que c'était une grande responsabilité.
Commenter  J’apprécie          10
LilizLiliz   10 août 2018
Ce roi. Le seul à pouvoir lui redonner ce qu'il avait étrangement oublié sur ses années de chemin : le goût de son prénom, la place de sa tête sur ses épaules et la bonne direction à prendre pour avancer.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Thomas Scotto (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Scotto
Rencontre avec Thomas Scotto autour de la collection 3pourqoui pas la terre.
autres livres classés : contes philosophiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

As-tu bien lu "Tu as perdu ta langue"?

Comment s'appellent le frère et la soeur?

Victor et Roxane
Romain et Roxane
Victor et Agathe
Romain et Agathe

6 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Tu as perdu ta langue ? de Thomas ScottoCréer un quiz sur ce livre