AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'administrateur provisoire (43)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Tostaky61
  18 août 2016
Alexandre Seurat avait frappé un grand coup avec « La maladroite », premier livre encensé à juste titre.
Quand on m'a gentiment proposé de lire son nouvel opus « L'administrateur provisoire », je n'ai donc pas hésité un instant.
Le sujet, un jeune homme enquête sur le passé trouble de son arrière-grand-père, nommé administrateur provisoire des biens des juifs sous l'occupation. Un passé que toute la famille, grand-père, père, oncles et leurs conjointes préfèrent ignorer.
Un sujet fort donc.
Mais voilà, force est de constater que je n'ai pas accroché au style de narration de l'auteur. En attendais-je trop ?
Je me suis perdu, dans le labyrinthe des époques et des personnages, au point de ne plus savoir de qui le narrateur (l'arrière-petit-fils, donc) parle.
Mélangeant le passé du temps de l'occupation, celui des souvenirs d'enfance et celui du temps présent dans le même chapitre. Je passe sur le bisaïeul qui n'a pour patronyme qu'une lettre, le « H », et sur le frère, véritable fantôme qui hante le livre et dont je cherche encore aujourd'hui à comprendre la destinée.
Bref, autant le dire tout de suite, ce livre est une déception pour moi.
Mais ce n'est que mon modeste avis, peut-être suis-je simplement passé à côté…..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Bazart
  08 avril 2017
Peu après la mort de son frère, un jeune homme hanté par la Shoah, le narrateur apprend que son arrière-grand-père a été un collaborateur actif pendant la seconde guerre mondiale. Une famille bourgeoise aux liens distendus, un secret qui n'en n'est pas vraiment un, des aïeux à l'antisémitisme fossilisé dans le cortex, l'enquête sera historique et familiale.

C'est avec beaucoup de courage qu'Alexandre Seurat se tourne vers le passé et questionne l'Histoire pour mettre des noms sur le « travail » de Raoul H. administrateur provisoire chargé, sous Vichy, de recenser les entreprises détenues par des personnes d'origine juive , de les placer sous le contrôle du Commissariat, puis d'assurer leur vente forcée.

D'une écriture blanche et sobre, Alexandre Seurat dresse le portrait d'un monstre ordinaire, froid, rigide et sûr de son bon droit et d'une famille française devenue “amnésique”. Il décrit un enfer peuplé de petits fonctionnaires zélés qui ne font qu'appliquer la loi. Un livre émouvant, intime et universel.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
lucia-lilas
  11 octobre 2016
« Loi du 22 juillet 1941 relative aux entreprises, biens et valeurs appartenant aux Juifs
publiée au Journal officiel du 26 août 1941.
Nous, Maréchal de France, chef de l'Etat français, le conseil des ministres entendu, Décrétons:
Art. 1. - En vue d'éliminer toute influence juive dans l'économie nationale, le Commissaire général aux questions juives peut nommer un administrateur provisoire à:
1. Toute entreprise industrielle, commerciale, immobilière ou artisa¬nale;
2. Tout immeuble, droit immobilier ou droit au bail quelconque ;
3. Tout bien meuble valeur mobilière ou droit mobilier quelconque,
lorsque ceux à qui ils appartiennent, ou qui les dirigent, ou certains d'entre eux sont juifs. »

Dès 1940, dans le but d'éliminer les Juifs de l'économie nationale, était nommé par un commissaire général aux questions juives un administrateur provisoire chargé d'exproprier les Juifs, de les exclure de différents corps de métiers. C'est la politique d'aryanisation économique : les biens sont vendus et « le produit de la vente bloqué sur un compte à la Caisse de dépôts et consignations. » Ainsi le capital juif est « sous contrôle ». L'administrateur provisoire doit cependant « verser des subsides à son administré au cas où cela s'avérerait absolument indispensable. » C'est lui qui décide : « Article 7 : L'administrateur provisoire doit gérer en bon père de famille. »
Les malversations sont nombreuses, les administrateurs cherchant à faire du bénéfice, à voler, à spolier. Les familles se retrouvent à la rue, sans aucune ressource, puis souvent déportées.

On connaît ce pan sordide de l'Histoire mais on ignore souvent que ces faits ont donné lieu à la création d'une fonction spécifique : celle d'administrateur provisoire. Il y en a eu, paraît-il, environ dix mille sous Vichy. Je n'en avais jamais entendu parler. Ce ne sont pas des êtres de fiction. Ils ont existé, il y a des documents, aux archives.
Impensable.
Ils agissaient au nom de la loi, devaient se sentir droits dans leurs bottes, accomplissant avec minutie, comme n'importe quel employé, leur petit travail quotidien, s'appliquant à bien tout noter sur leur petit carnet noir.
Je reste muette de stupeur. Pas de mots. Revenons au livre…

C'est l'histoire d'une famille : les arrière-grands-parents, les grands-parents, les parents, les oncles, les tantes et les enfants. Ils sont deux, deux garçons. L'un vient de mourir : suicide certainement… On ne sait pas. Il avait en lui un mal-être insurmontable, il était « hanté par la Shoah ». Il disait avoir une bombe en lui. le narrateur, son frère, ne comprend pas bien. Il sent. Il sent que quelque chose ne tourne pas rond dans cette famille, que quelque chose n'a pas été digéré, ne passe pas. Comme un secret qui pèse, écrase et tue. Des chapes de silences hantent les conversations, les non-dits sont rois. On sous-entend, on suggère, à demi-mots. L'ambiance est étouffante.
C'est Pierre, l'oncle, qui dira que son père, le grand-père du narrateur, était revenu d'un oflag, camp de prisonniers de guerre pour officiers, en décembre 1941. Il avait des appuis certainement. Des appuis ? Lesquels ? s'étonne le narrateur. Raoul H, l'arrière-grand-père, « un sale type » ajoute Pierre « qui a fait partie du Commissariat général aux questions juives. »
Un semblant de clarté se fait soudain dans l'esprit du narrateur, il comprend et repense à son frère. A lui maintenant, pour ce frère qu'il aime, de sortir ce Raoul H de l'ombre, de savoir qui il était et ce qu'il a fait, précisément. Il mérite d'être jugé, il le sera dans le tribunal intérieur du narrateur qui lui fera son procès. le garçon aura-t-il le courage d'aller jusqu'au bout de son enquête, de poser des questions à ceux qui renvoient tout ça au passé, à ceux qui disent « en quoi ça te concerne cette histoire ? » ou « à quoi bon ? », ou encore « C'est amusant que tu t'intéresses à ça », aura-t-il le courage de fouiller le passé, d'en exhumer le pire, l'insupportable, l'indicible ?

Je n'ai pas posé une seule fois le livre d'Alexandre Seurat, je l'ai lu d'une traite, en retenant mon souffle, découvrant petit à petit, comme le narrateur, ce passé impossible, inimaginable, ce Raoul H, inventeur de l'altamètre, appareil de calcul permettant de mesurer la hauteur des arbres, homme terrible, pointilleux, inflexible, ne lâchant rien, quel que soit le domaine… « Une fois qu'il tenait quelque chose, il ne le lâchait pas » dira l'oncle Philippe. On imagine ce que cela donnera quand il deviendra l'administrateur.
« C'est comme un corps à corps : c'est entre lui et moi. Je sens bien qu'il est là, quelque part, mais sans que je sache où, bien tranquille, silencieux, sûr de lui, certain que je n'ai pas les moyens de le rejoindre. »
C'est un combat, une lutte, il y aura un vainqueur et un vaincu. le frère est déjà mort. Il reste le narrateur…
A travers cette écriture sobre, précise, essentielle et silencieuse, Alexandre Seurat nous propose un livre bouleversant, d'une force incroyable, soigneusement documenté, qui met à jour des pans plus ou moins connus de l'Histoire du XXe siècle que l'on découvre à travers le quotidien d'un homme banal comme il y en avait tant, nommé par un prénom et une initiale, espèce de petit bourreau anonyme. Placés sous la loupe grossissante de la vérité, éclairés par la lumière de la justice, ces hommes tirés de leur ombre tranquille sont enfin jugés pour ce qu'ils furent : des criminels.
Poignant et nécessaire !

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
oran
  21 août 2016
Une écriture déconcertante.
Au bout de quelques pages, j'ai dû poser sur le papier l'arbre généalogique de la famille pour mieux me repérer.
On trouve :
L'arrière-petit-fils, narrateur interne, tour à tour adulte, petit, adulte...
Son frère , qu'on voit enfant , plus grand , décédé, mais de quoi ? Hanté, étouffé par la Shoah , probablement.
Sa mère, son père,
Les oncles maternels:
Jean marié avec Anne,
Pierre marié avec Elisabeth,
Philippe, marié avec Clotilde,
Puis le grand-père Jacques, lui a été prisonnier de guerre en 40, la grand-mère qui termine ses jours en maison de retraite,
Et enfin l'arrière-grand-père Raoul H, qui a épousé Henriette , héritière d'une famille d'industriels, résidant au château De Beauvoir. Lui, c'est un homme « très bien, très intelligent ».
Le narrateur, apprend, par bribes que son bisaïeul a été en 1941 administrateur provisoire. Mais les renseignements recueillis auprès de ses oncles s'avèrent succincts et volontairement vagues. Par ailleurs, il est intrigué par l'attitude de sa mère qui témoigne envers la communauté juive bien plus qu'un intérêt, un réel engouement.
Ses recherches dans les archives du Commissariat général aux questions juives vont confirmer cette information. Raoul qui a peut- être été forcé d'occuper cette fonction pour faire revenir son fils de l'oflag (camp destiné aux officiers prisonniers pendant la seconde guerre mondiale) va continuer à assumer son rôle bien au-delà de la libération de son fils. Il découvre même, que Raoul n'a pas exercé ce mandat en toute honnêteté, en bon père de famille » : ses recherches pour la mise au point et la commercialisation d'un dendromètre (instrument pour mesurer les arbres) , s'avérèrent certainement coûteuses...
Ce livre se construit par des analepses, des prolepses successives, rendant la lecture quelque peu compliquée. Et puis, il y a l'esprit des disparus, ces juifs spoliés, expulsés, déportés, exterminés qui vient hanter le narrateur , qui vient nous percuter , nous aussi, peut -être coupables par générations interposées ?
Au final, un sujet intéressant permettant aussi de mieux appréhender le rôle de ces administrateurs provisoires.
Un roman pour mettre en scène de façon originale , prégnante ce que fut cette période noire, car il faut toujours écrire, raconter, et lire pour dire non à l'oubli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fuji
  16 août 2016
En librairie le mercredi 17 août. Merci le Rouergue pour cette avant-première.

Alexandre Seurat nous avait séduit avec son premier opus "La maladroite", où avec beaucoup de délicatesse il avait redonné vie à la petite Marina S. Et à tous ces enfants martyrs.
Sans pathos, juste avec une plume pudique et précise qui amène le lecteur à réfléchir et ne pas oublier.

Ici il aborde un sujet tout aussi délicat et il use du "je" car c'est d'un secret de famille, de sa famille ,dont il va nous parler, secret qui rejaillit sur les générations futures sans que rien ne semble pouvoir en arrêter l'impact.

Un cercueil, celui de son frère, une famille réunit pour la circonstance, c'est à dire les grands évènements, mais des liens lointains, disparatres...C'est son oncle maternel qui va essayer de lui parler de ce que personne n'a verbalisé depuis des générations. Son frère savait il en est mort, mort même de son vivant.
La première scène place le lecteur non pas en voyeur mais en acteur.
Comme l'auteur je reçois en pleine face ce secret et je cherche à savoir.
Mon cerveau est en éveil mais mon coeur est plombé par l'éclatement de cette bombe comme se nommait lui même le frère.

Enquêter dans sa propre famille, la chose n'est pas aisée car les informations tombent par bribres et se terminent inexorablement par "c'était comme ça, à l'époque".
Un universitaire va lui donner la clef pour faire de vraies recherches : l'inventaire du commissariat général aux questions juives (CGQJ) cote AJ38.

A partir de là ...
Loi du 22 juillet 1941 relative aux entreprises, biens et valeurs appartenant aux Juifs
publiée au Journal officiel du 26 août 1941.
Art. 3. - La nomination de l'administrateur provisoire entraîne le dessaisissement des personnes auxquelles les biens appartiennent, ou qui les dirigent.
L'administrateur provisoire a de plein droit, dès sa nomination, les pouvoirs les plus étendus d'administration et de disposition; il les exerce aux lieu et place des titulaires des droits et actions, ou de leurs mandataires, et, dans les sociétés, aux lieu et place des mandataires sociaux ou des associés, avec ou sans leur agrément.
Ses pouvoirs s'étendent à la totalité ou à une partie seulement de l'entreprise.
Ce ne sont plus des mots mais des actes qui prennent une forme familiale mais non famillière et un choc non amorti par le nombre de ces "administrateurs", l'oppression nous enveloppe. La distance avec les parents, l'incompréhension des non-dits et des "c'était l'époque" se creuse de façon abyssale. Les amis eux trouvent que cela ne le concerne pas, que le passé est passé...Mais pour lui les fascites ne sont pas morts...
Le dépouillement de ces archives c'est comme s'attaquer à mains nues à la démolition de roches sédimentaires, celles du Souvenir.
Alexandre Seurat conduit le tout avec une finesse tant psychologique que stylistique. Un texte nu, concis d'une force éblouissante qui nous interroge sur le sentiment de culpabiité. Une véritable réussite sur un sujet difficile d'une acuité solennelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
som
  03 avril 2017
Mi-roman, mi-documentaire, « l'administrateur provisoire » nous entraîne dans un va-et-vient entre l'Occupation et notre monde contemporain. le narrateur part sur les traces de son arrière-grand-père. Cette quête le mènera aux archives du Commissariat général aux questions juives. Quel fût le rôle de son aïeul dans ce mécanisme de spoliation ? Comment les actes de nos ancêtres infléchissent-ils nos vies ? le poids de leurs actions pèse-t-il toujours sur les nôtres ? Est-il possible d'échapper à cette sorte de malédiction ?
Entre silences, non-dits et émancipation, les personnages tentent de trouver leur propre vérité. le lecteur découvrira surtout ce dispositif d'Etat qui a permis en toute légalité la confiscation des biens juifs français durant la Seconde guerre mondiale.
Si la partie romanesque reste un peu maladroite, la rigueur et l'intérêt du versant documentaire, pour glaçant qu'il soit, demeurent quoi en soit indispensable et salutaire.
Commenter  J’apprécie          70
Rodin_Marcel
  05 janvier 2017
Seurat Alexandre – "L'administrateur provisoire" – Rouergue, 2016 (ISBN 978-2-8126-1104-9)

Selon une technique fort à la mode en ce moment, l'auteur produit ici ce qu'il est convenu d'appeler une "docufiction" ou encore un "roman documentaire".
Si j'ai bien compris, le procédé consiste d'une part à fouiller un dossier historique réel
– ici celui du collaborateur Raoul H. ayant réellement existé et contribué en tant qu'administrateur provisoire à l'accaparement des biens des citoyens de confession judaïque dans le cadre de l'aryanisation de l'économie prônée et mise en oeuvre pendant l'Occupation nazie de 1940-1945 –
tout en y intégrant d'autre part une dimension romanesque aussi proche que possible d'une situation qui pourrait exister
– ici la quête de l'arrière petit-fils de ce Raoul H. découvrant le passé de son aïeul et se confrontant au silence entretenu sur ce point dans la famille (on retombe ainsi dans un grand classique, le thème du secret familial honteux que le héros veut dévoiler).

Jusque la moitié environ du récit, j'ai trouvé ça bien ficelé, après quoi j'ai trouvé ça justement beaucoup trop bien ficelé, et cela m'a fortement déplu. D'abord parce que ça sent le travail millimétré de l'écrivain qui tient à instiller tant et tant de doses de tel ou tel sentiment en recourant à tel ou tel procédé littéraire, ensuite parce que l'auteur finit par en faire trop (le personnage du frère, par exemple) en accumulant trop de procédés d'écriture.

Ma désapprobation vient peut-être du fait qu'appartenant à la génération d'après guerre, je n'aime pas du tout que l'on construise un si tant plein beau récit à partir de cette horrible réalité que fut la "kollaboration" dans la chasse aux juifs : cela me fait penser à tous ces photographes de presse qui s'acharnent à produire de si belles photos si tant plein dramatiques de la misère des autres, dans le but de construire leur propre renommée si ce n'est leur fortune.

Mais l'auteur appartient à une génération bien plus jeune que la mienne, il est né en 1979. de surcroît, Wikipedia m'apprend qu'il serait le fils de Michel Seurat (1947-1986), qui fut enlevé puis séquestré au Liban par le Hezbollah, jusqu'à sa mort puis la restitution de ses restes vingt ans plus tard, en 2005. J'imagine combien un tel fardeau doit peser lourdement sur la jeunesse d'un être humain, c'est pourquoi je ne formule qu'une appréciation toute relative puisque totalement subjective.

Ceci étant, il me semble que – sur cette même période historique – Fabrice Humbert (à peu près du même âge) se montre nettement plus convaincant et mieux inspiré dans son roman "L'origine de la violence".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nadouch
  08 avril 2018
Extrêmement déçue par ce roman écrit par l'auteur du brillant "La maladroite", qui m'avait positivement bouleversée et prise aux tripes. Ici, je n'ai pas retrouvé cette puissance d'écriture. En outre, le sujet et son traitement (une quête d'un narrateur parti fouiller dans des secrets de famille, avec mélange de culpabilité, d'autoanalyse, de fouille historique) commencent à être vus et revus, la mayonnaise ne prend plus chez moi.
Commenter  J’apprécie          60
MuseaUranie
  21 février 2019
Difficile d'écrire sur un livre quand on ne l'a tout simplement pas aimé. Il était présenté en tête de rayon à ma bibliothèque et en général c'est souvent gage de qualité. A la lecture de la 4ème de couverture, je m'attendais à apprendre beaucoup de chose sur ce que fut la Collaboration durant la 2nd guerre Mondiale. Et je fus complètement déçue.

Le livre est court. Un peu moins de 200 pages, et je dois dire, heureusement. L'écriture est brouillonne et dès le début, j'ai été perdu dans les personnages. Impossible de comprendre de qui on parlait, le grand-père ? L'arrière-grand-père ? Qui était-il ?

De plus, il y a beaucoup de passages contemporains sur la famille de l'Administrateur. L'idée est bonne en soi mais encore faut-il qu'elle est un intérêt. Si la famille vivait le fait comme une honte pourquoi pas, mais j'ai eu le sentiment qu'elle s'en contrebalançait totalement. Que cette dernière continuait à vivre sa vie tranquillement. Dans ce cas, qu'elle peut-être l'intérêt d'écrire sur elle ?

Côté écriture, en plus du fait qu'elle soit brouillonne, j'ai ressenti comme un manque de recherche historique. Je dirais même que j'ai eu du mal à croire que cela est pu exister ! Alors que je suis une passionnée de l'Histoire, petite ou grande.

Conclusion, un livre qui peine à décoller et embrouille par les retours incessant passé/présent.
Lien : https://museaurania.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
JIEMDE
  07 janvier 2017
Roman documentaire, enquête historique, quête de son passé, L'administrateur provisoire est tout cela à la fois.

Selon un modèle éprouvé, le narrateur remonte les traces du passé peu avouable de sa famille, de son arrière grand-père en particulier. Un passé que sa famille, parents, oncles ou tantes n'ont que peu connu, ou plutôt, n'ont jamais voulu chercher à connaître.

Le narrateur va alors se lancer sur les traces de cet aïeul, Raoul H., à partir de témoignages familiaux mais surtout, d'un travail de décryptage des archives de l'époque, révélatrices pour qui se donne la peine de les ouvrir.

On explore alors le quotidien des ces administrateurs, nommés pour gérer "temporairement" - un temporaire dont on sait aujourd'hui qu'il rimait trop souvent avec définitif - les biens retirés aux juifs pendant la guerre. Les archives sont parlantes, glaçantes mais parlantes.

Un témoignage de plus diront certains. Certes, et qui n'apporte rien de bien nouveau aux insoutenables horreurs tant et tant décrites ailleurs. Sauf que c'est bien cette accumulation de témoignages - qui sont autant de faits - qui constituent ce qu'il est convenu d'appeler la Mémoire. Et qui en s'étoffent devient chaque fois un peu plus inoubliable. Et, souhaitons-le, un peu plus inattaquable. La somme fait sens...

Pour le reste, je suis moins entré dans le mélange des genres que nous propose Alexandre Seurat lié à la disparition de son frère (même s'il est évident que la vie de Raoul H. a influé sur l'ensemble de cette famille), à la rédaction romancée et imaginée de certaines scènes passées ou aux digressions fantasmagoriques parfois surprenantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
900 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre