AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Constance de Mascureau (Traducteur)
EAN : 9782221265581
600 pages
Robert Laffont (27/10/2022)
4.33/5   76 notes
Résumé :
La préquelle du best-seller mondial Et ils meurent tous les deux à la fin.

« Ne cherchez pas à comprendre comment nous savons que vous allez mourir, concentrez-vous plutôt sur votre manière de mener à bien votre existence. »

New York, la veille de la mise en fonction de Death-Cast...
Orion Pagan vit dans la crainte de mourir, il s’est inscrit à Death-Cast pour cesser d’avoir peur.
Valentino Prince vient juste ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
4,33

sur 76 notes
5
14 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Dans un premier temps je souhaite remercier la maison d'édition ainsi que l'équipe de Babelio pour l'envoi de ce livre

Je ne savais pas trop dans quoi j'allais m'aventurer n'ayant pas lu le premier livre de l'auteur mais en voyant que c'était la pré quelle de « Et ils meurent tous les deux à la fin » je me suis laissée tenter et je ne regrette absolument pas cette découverte !

C'est le lancement de Death-Cast une application qui t'annonce par téléphone lorsque c'est ton dernier jour sur terre. Orion un adolescent avec des problèmes de coeur est inscrit sur cette application car il a peur de mourir sans pouvoir dire aurevoir a ses proches. Valentino un jeune mannequin qui vient juste d'aménager a New York et n'a qu'une idée en tête : profitez à fond de cette nouvelle vie ! Mais lors du lancement de l'application les deux garçons fraîchement rencontrés vont vivre une soirée tourmentée… Les appels commencent et, l'un reçoit l'appel de son dernier jour sur terre.

Je ne savais pas à quoi m'attendre et j'ai été prise très rapidement par l'histoire. Nous allons vivre le dernier jour des gens à travers plusieurs points de vue et c'est fou de se rendre compte que toutes les histoires sont liées et forcément le question du « et si..? » est présente. L'espoir est la, jusqu'à la fin du livre. La plume est très addictif, les pages se tournent rapidement avec cet envie d'en savoir toujours plus même si on termine de lire ce livre les larmes aux yeux. Un joli coup de coeur pour terminer l'année 2022.

Commenter  J’apprécie          60

souvent on vit en se sentant immortel.les. sauf qu'on ne l'est pas. en une seconde tout peut basculer. un mot. un souffle. une pensée. et puis plus rien. mais même dans la mort certains coeurs continuent de battre… la mort ne signifie par toujours la fin, elle peut être un début. une multitude de premières fois. c'est quand on prend conscience de la mort qu'on se rend compte de la valeur de la vie. parce qu'en réalité, c'est grâce à elle qu'on peut Vivre. Vivre. Vivre. Vivre. et c'est ce que j'aime dans les livres d'Adam Silvera : la mort n'est pas une tragédie, ça fait simplement partie de la vie. ce roman m'a encore une fois beaucoup touché, déjà parce que Valentino et son coeur gros comme ça, comment ne pas l'aimer ? et Orion tellement drôle et adorable, comment ne pas vouloir lui faire de câlin ? j'ai adoré suivre leur histoire, et vous savez, même si je suis vivante, mon coeur a un peu morflé à la fin… mais au-delà de leur histoire, j'ai aimé suivre celle du créateur de Death-Cast, celle de sa femme, celle de Gloria, (Gloria j'espère tellement que ton futur sera plus beau que ton présent), tous ces points de vue entremêlés ajoutaient du suspens et c'était carrément impossible de lâcher le livre. et puis mon coeur a failli lâcher pour de vrai quand j'ai lu les prénoms de Mateo et Rufus. et j'ai pleuré. j'ai souri mais j'ai pleuré. beaucoup.

finalement, les romans d'Adam Silvera détruisent de l'intérieur et pourtant ils sont beaux, lumineux, parce qu'ils sont à l'image de ce que racontent leurs histoires : la mort n'est pas un empêchement de la vie, elle est son coeur.

Commenter  J’apprécie          00

Prequel de son best-seller, Et ils meurent tous les deux à la fin, Adam Silvera repart dans ce monde parallèle au nôtre où l'on peut connaître le jour de sa mort, 24 heures avant qu'elle ne survienne

« J'ai le regret de vous informer qu'à un moment donné dans les prochaines vingt-quatre heures, vous allez être frappé par une mort prématurée. » Voilà comment le fondateur de la société Death-Cast a, le 31 juillet 2010 à minuit, passé le premier appel pour annoncer à un Américain qu'il allait mourir. Avant de passer la main à ses «  standardistes  » chargés d'appeler, à travers tout le pays, tous ceux pour qui la vie ne se compte plus qu'en heures. le préquel d'Adam Silvera est là pour retracer cette première journée de « mise en place de ce service  ». Plutôt glauque, certes. Mais qui permettra aux « heureux » inscrits de profiter au mieux du peu de temps qu'il leur reste. le fondateur de la société, Joaquin Rosa, est persuadé que cet appel est d'utilité publique et que Death-Cast changera le monde et la façon de vivre de ses habitants. Peut-être pas pour celui qui verra le nom de la société affiché sur son portable !

Comme dans le premier roman, pas de suspens, tout est dit dans le

titre. La mort est là, elle attend, les seules inconnues sont les circonstances et l'heure du trépas.

En 2017, on suivait Rufus et Matteo qui avaient reçu l'appel fatidique. Deux inconnus seulement liés par l'inévitable et qui ont laissé espérer à des milliers de lecteurs que la fin serait différente.

En cette année 2010, premier jour de Death-Cast, ce sera Orion et Valentino. le premier souffre d'une malformation cardiaque, épée de Damoclès suspendue au-dessus de lui. le second a quitté son Arizona natal pour New York, rejeté par ses parents trop croyants pour accepter son homosexualité. L'un recevra un appel de Death-Cast et l'autre pas. Mais tous les deux, alors qu'ils ne connaissaient pas, se soutiendront pendant ce compte à rebours morbide.

Les heures s'égrènent et la toile d'araignée se tisse entre les personnages. Orion, Valentino et tous ceux qu'ils vont croiser. Des actions anodines qui prennent petit à petit leur sens.

Un roman où tout tourne autour de la mort, à la fois émouvant et déstabilisant, car on ne peut s'empêcher de se demander quelle serait la dernière chose que l'on voudrait faire s'il ne nous restait, au mieux, 24 heures à vivre.

Si on est toujours autant séduit par le style de l'auteur, on peut tout de même regretter quelques longueurs. Adam Silvera prend son temps pour mener le lecteur jusqu'au terminus, multipliant les clins d'oeil vers le premier livre. Une virée à New York de 600 pages qui joue horriblement avec nos nerfs.

Commenter  J’apprécie          00

Une dizaine avant le magnifique "Et ils meurent tous les deux à la fin", ouvrage d'une tendresse folle à Tik-Tok à redonner une seconde vie, il y a eu le lancement de Death-Cast. Cette plate-forme imaginée par Adam Silvera vous appelle le jour de votre mort, votre Jour Final, et ce soir-là, sur Times Square le premier decker va être appelé. Il s'agit de Valentino, jeune mannequin plein de rêves et d'espoir fraichement débarqué à New-York. Heureusement pour lui, il n'est pas seul dans l'immense ville, il vient de rencontrer Orion un grand ado cardiaque. A deux, ils vont vivre une journée inoubliable qui pourrait ne pas être la dernière si Death-Cast c'était trompé...

Dans cette préquelle, on retrouve tous les ingrédients qui avaient fait le succès du titre précédent : de la tendresse, de l'humour, des sujets de société et des réponses auxquelles le.a lecteur.ice doit répondre seul.e. Si je regrette des dialogue un peu plat et parfois écoeurant de bienveillance, je dois bien reconnaitre que la narration pure est secouante et vous interdit l'idée même d'abandonner cette lecture!

Commenter  J’apprécie          60

Pour commencer, j'avais déjà lu le premier tome de l'auteur il y a quelques mois et je l'avais adoré. Mais ce prequel est encore meilleur ! Toutefois, on peut les lire complètement indépendamment.

Ce roman est super poignant, une véritable chialade jusqu'à la fin. Il m'a procuré énormément d'émotions différentes, c'était très beau et très triste à la fois. Il s'agit d'une tragédie très bien réalisée par l'auteur, mêlant romance, humanité et mort.

Tout est dit dans le titre mais on se prend vite à espérer que ça ne peut pas se passer comme ça. Et finalement, on est quand même surpris.

Ayant lu le roman précédent, je n'avais pas ressenti le besoin d'en apprendre plus sur cette société. Mais finalement, l'auteur a réussi à nous proposer un roman hyper intéressant où l'on suit le parcours du créateur d l'application et comment elle a été reçue par la population à ses débuts.

Un véritable coup de poing qui fait réfléchir sur nos vies.

Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation

Faut-il gaspiller des ressources pour un patient qui de toute façon va mourir ? Les médecins devraient-ils soigner tout le monde de manière indifférenciée, sans connaître par avance leur statut ?

Commenter  J’apprécie          20

Je vous exhorte à ne pas chercher à comprendre comment vous allez mourir, mais à vous concentrer sur la manière de mener à bien votre existence.

Commenter  J’apprécie          10

Tout le monde veut savoir comment nous prédisons la mort. Mais est-ce que vous demandez aux pilotes de vous expliquer le principe de l'aérodynamique avant de monter à bord d'un avion ou bien est-ce que vous vous contentez de voyager jusqu'à votre destination ?

Commenter  J’apprécie          60

“— En vrai, je mets les études de côté. J’ai décidé de poursuivre mes rêves à la place.

— C’est-à-dire… ? demande Orion.

Je suis toujours un peu nerveux à l’idée d’expliquer ce que je fais parce que certaines personnes le voient d’un œil très critique, et si c’est le cas d’Orion et de Dalma, mieux vaut que je le sache avant de m’impliquer trop. Je refuse dorénavant de fréquenter des gens qui m’empêcheront d’être moi-même.

— Je suis mannequin.

Les yeux d’Orion s’illuminent. Il se tourne vers Dalma.

— Je te l’avais dit !

— Tu n’y croyais pas ? je demande à Dalma.

— Tu es beau, c’est clair. Mais Orion dit la même chose de tous les mecs mignons.

— Je ne sais plus si je dois me sentir spécial ou pas.

— Bien sûr que si, intervient Orion, qui rougit alors. Enfin, ouais, bien sûr que ta photo devrait s’afficher partout.

— Merci de croire en moi.”

Commenter  J’apprécie          10

- Je protégerai ma vie au péril de ma vie. [...]

- On va devoir protéger ta vie au péril de ta péril de ta vie, répète Orion avec un sourire en coin.

Commenter  J’apprécie          40

Videos de Adam Silvera (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adam Silvera
Vidéo de Adam Silvera
autres livres classés : lgbtVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4783 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre