AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pascal Regnauld (Collaborateur)
ISBN : 2203030291
Éditeur : Casterman (14/04/2010)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Un jour d’automne, après s’être éloigné de quelques pas sur un chemin forestier, Hector VanBollewinkel, le parrain de la mafia belge, se suicide d’un coup de 357 Magnum. Une manière de se soustraire au cancer généralisé qui le rongeait, explique-t-il dans son testament. Toute sa fortune, considérable, est léguée à ses deux petits-enfants, des jumeaux, à une condition : qu’ils aillent en personne disperser les cendres du défunt sur les collines de son village natal. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Eric75
  07 août 2016
La parution du tome 24 (la suite de l'aventure commencée dans le tome 23 : Mort sur le lac) ayant été reportée à de multiples reprises, je reprends mes critiques de cette série à rebours en partant de la fin. Aujourd'hui, le tome 19 : le voyage des cendres. Cet album nous entraîne dans une sorte de road movie à travers la Belgique. Un road movie glauque et désespéré, mais qui n'empêche pas l'humour flinguant tout azimut, pas de doute, on est bien chez Canardo.
Un parrain de la mafia wallonne, Hector van Bollewinkel, un rigolo du genre à anéantir la camorra sicilienne toute entière par noyade dans la mayonnaise, instigateur d'une « mafia joyeuse et bon enfant », décide de mettre fin à ses jours pour échapper à l'humiliation dégradante d'une longue maladie. Ce faisant, il met au point une dernière farce, destinée à ses héritiers, en organisant sous la forme d'un jeu de piste le transfert de ses cendres vers une destination inconnue. La réussite de cette opération sera la condition sine qua non pour ses petits-enfants, Harry et Monica, de toucher l'héritage. Les jumeaux Harry et Monica sont les parfaites illustrations des ados têtes à claques, dignes rejetons amoraux et sans scrupules de leur grand-père mafieux. La veuve d'Hector, Marguerite, fait appel à son cousin Canardo pour véhiculer les bambins dans leur joyeux périple, car Joseph, le chauffeur attitré, vient malencontreusement de se faire exploser dans un attentat à la voiture piégée.
Première impression : les couleurs dominantes de l'album forment un camaïeu allant du gris déprime au gris cafard, soulignant la tonalité générale de l'album par une ambiance plombée. Il faut être Belge comme Sokal pour oser à ce point l'autodérision. Car c'est bien à un parcours « touristique » de la Belgique auquel le lecteur est convié, jalonné à chaque étape par les idées reçues que l'on associe volontiers à la contrée d'Outre-quiévrain.
Assumant à fond son rôle de guide local, Benoît Sokal aligne les clichés destinés à remplir son album : le climat (la pluie au début, le ciel systématiquement gris plomb ensuite) ; les moules-frites comme menu de base (page 11) ; la gouvernante flamande « qui ne plaisante pas avec l'éducation » (page 14) ; les terrils de Charleroi envahissant le paysage de façon caricaturale (page 16) ; l'Atomium de Bruxelles « fière et turgescente représentation du génie d'un pays » (page 38) ; et même, un couple de pédophiles tueurs et série « ouais, nous on aime les petits enfants » (page 30), lointains avatars des Dutroux et Fourniret, pour lesquels Canardo abandonne un instant sa dégaine à la Peter Falk pour endosser un rôle de justicier qu'on aurait pu confier à Charles Bronson. Vanter la culture belge ce niveau-là, ça frise à mon avis l'acte de contrition expiatoire.
Malgré le (ou grâce au) côté toujours aussi sombre du scénario, on rit beaucoup à la lecture de cet album, l'humour corrosif de Benoît Sokal fait mouche une fois de plus. L'humour de Sokal utilise ici plusieurs leviers : le contraste désopilant entre le langage ordurier des jeunes héritiers et les expressions châtiées et politiquement correctes de Frida la gouvernante qui tente systématiquement de corriger leurs excès ; les scènes d'action parodiant les films de genre : courses poursuites, fusillades, réunions au sommet des parrains… du « milieu » minier et rural ; les scènes que l'on peut qualifier d'érotiques qui se terminent invariablement par une partie de jambes en l'air dans les endroits les plus incongrus et procèdent souvent pour notre valeureux palmipède d'un effet d'aubaine…
D'album en album, Sokal parvient à maintenir son style inimitable. Si le niveau varie parfois selon les albums, celui-ci reste un excellent cru. Des dessins précis servent une mise en scène nerveuse qui ne laisse aucun répit, un scénario bien écrit qui recèle quelques surprises, des dialogues ciselés et intelligents, de l'humour à revendre, que demander de plus ?... Ben heu… la sortie du tome 24, peut-être ? Comment ? En septembre ? C'est pour bientôt alors ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
bartleby95
  05 juillet 2015
La suite des aventures Canardo qui fait découvrir aux petits enfants d'un parrain de la pègre de Las Vegas sa Belgique natale.
Des dialogues savoureux et des situations cocasses qui procurent de bons éclats de rire
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
bartleby95bartleby95   05 juillet 2015
Harry, on ne dit pas : "putain ça me les gonfle ces conneries"; on dit : " je suis lasse de ce jeu de piste mystérieux..."
Monica, on ne dit pas : "ça fait chier, bordel" ; on dit : "cela m'agace un peu"
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Benoît Sokal (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoît Sokal
Un entretien avec Benoit Sokal
autres livres classés : road movieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1560 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre