AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290105090
Éditeur : Editions 84 (12/11/2014)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 18 notes)
Résumé :
1978. Entouré de ses collègues de la gendarmerie de Chantilly, Alain Lamare jubile intérieurement. Depuis quelques jours, les forces de l'ordre et les médias semblent enfin prendre au sérieux le second Tueur de l'Oise.
Quel sang-froid et quel cynisme chez ce modeste
gendarme qui, de mai 1978 à avril 1979, va se transformer en criminel retors, recherché par toutes les polices. Vols de voitures, agressions multiples, meurtre... Le bilan de ces onze mois ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
moravia
  01 février 2014
Malgré avoir vu l'émission de télévision, " Faites entrer l'accusé ", de Christophe Hondelatte, l'affaire Alain Lamare, le gendarme assassin, j'ai de nouveau plongé dans ce récit avec plaisir.
Il faut dire que l'affaire n'est pas banale : un gendarme criminel la nuit et qui participe aux recherches le jour concernant ses propres crimes.
Je crois même, que d'avoir vu l'émission Tv rajoute du piment.
Ainsi tous les personnages ont un visage.
le livre est vivant, se lit comme un bon polar.
Quand la réalité est meilleure que la fiction...
Commenter  J’apprécie          325
angelita.manchado
  09 janvier 2016
Alain Lamare est un jeune gendarme au SPIG de Chantilly. Il se rend compte que tout ce que traite son unité ne lui convient pas. Il veut tenter de redorer le blason. Il va se préparer minutieusement et petit à petit, il va plonger. Mais il se rendra compte qu'il est obligé de tout apporter sur un plateau, et encore.
Le sujet était passionnant. Un jeune gendarme qui bascule (pas du côté obscur de la force) dans le vol, l'agression et le meurtre. Mais, voilà, ce ne sont que des faits, des enquêtes, des témoignages recueillis par l'auteur. Il relate tout simplement, sans en faire plus. Il agence du début à la fin, sans états d'âme, sans implication réelle. J'ai déjà lu des auteurs relatant des faits réels mais il y avait beaucoup plus dans leurs écrits que ce que j'ai pu lire ici. le style de l'auteur est bon. Un bon travail de journaliste retranscrit sur de nombreuses pages. Mais je m'arrêterai là. Si je n'ai pas aimé ce côté non vivant, d'autres lecteurs que moi pourraient trouver leur compte en lisant. Il faut aussi du temps pour retranscrire tout. Cela a été quelques années de travail en amont pour tout avoir et ensuite il y a eu l'écriture du livre. Bien entendu, l'auteur n'a pas voulu faire de sensationnel et c'est normal. Il ne prend fait et cause pour personne. Un vrai travail de journaliste.
C'est vraiment dommage car la lecture n'a pas du tout pris à mon niveau. L'auteur des faits ne m'a rien inspiré. A part quelques interrogations. Comment en est-il arrivé là ? Une envie de reconnaissance légitime pour son travail, pour sa brigade. Mais les dés sont pipés dès le départ car il ne montre que ce qu'il veut et à qui il veut, c'est-à-dire à personne sauf à lui-même et son jeune frère, encore à un âge impressionnable.
La seule personne qui a pu trouver grâce à mes yeux est le policier Neveu ou encore Pineau. Solitaire, très bon, il n'hésite pas à travailler en profondeur. Mais voilà, son travail, reconnu, ne lui attire aucun ami et surtout aucune aide de la part de sa hiérarchie. Alors, on peut comprendre qu'il se dessaisisse de tout ça. Pourtant, cela aurait pu faire avancer les choses et qu'elles ne trainent pas en longueur. Mais que faire ? A part agir en solitaire, se taire toujours et tout le temps.
Outre ce gendarme, l'auteur démontre très bien les guerres entre gendarmerie et police, entre les différents services. Je ne m'imaginais pas que cela pouvait être autant. Est-ce l'époque qui veut ça ? Les lieux ? Cela ne donne vraiment pas envie d'avoir affaire à ces gens-là. Pas étonnant que les délinquants passent au travers des mailles du filet. Pas étonnant que les victimes se sentent abandonnées quand elles décident de porter plainte et ne rencontrent aucun écho. Pas étonnant que certaines affaires, malgré un juge qui veut que tout se passe bien, ne passent pas le cadre du non-lieu
Je n'ai pas vu le film tiré du livre. Je n'aime pas trop ça. Mais là, je pense que ça devait être intéressant surtout avec Guillaume Canet. Toutefois, je le regarderai si je tombe dessus mais je n'irai pas le chercher. Ce livre est ma première déception de l'année 2016.
Lien : https://livresaprofusion.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
karaziel
  24 mars 2014
Basé sur des faits réels, voici l'histoire du ”deuxième tueur de l'Oise”, un gendarme qui va s'évertuer à devenir un vil escroc et assassin afin de faire briller sa brigade.
Livre hallucinant tant par l'absurdité de certaines scènes couplées à l'incompétence et l'égoïsme des services de police, de gendarmerie et même de la magistrature ; plus préoccupés par leur petite guerre de territoire et de poste que par ce gendarme psychopathe qui défraie la chronique de 1978 à 1979.
Ce gendarme Lamare, désabusé au comportement paradoxal schizophrénique, est tantôt très malin, tantôt un brin naïf et gaucher, impliquant des scènes cocasses entrecoupées de plans rondement menés et maitrisés… On y découvre à travers sa chronique les us et coutumes des différentes forces de l'ordre et le mécanisme des enquêtes judiciaires françaises…
Le livre, à mi-chemin entre polar et essai, relate les faits historiques, énumérés et quelque peu romancés, dont tout l'intérêt est de dévoiler l'hypocrisie et le cynisme de cette société dont l'égoïsme carriériste a la primeur sur le bien-être de la société… La fin en est malheureusement le reflet… Et, amertume dans la bouche, on se dit que tout cela n'a presque servi à rien…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Rodin_Marcel
  15 septembre 2015
Stefanovitch Yvan, – "Un assassin au-dessus de tout soupçon" – Balland, 1984, réédition J'ai lu (ISBN 978-2290105092)

Un roman mis en avant à grand renfort de mise en pile dans les magasins «Relay» des gares, car ayant inspiré un film sorti ces temps-ci (fin 2014) et intitulé «la prochaine fois je viserai le coeur».
Pour ma part, mon principal motif d'acquisition de ce roman réside dans la carte figurant à la page 12, montrant que toute l'action se déroule entre Amiens, Chantilly, Montdidier, Gisors et Paris, une région que je connais relativement bien.
Le roman se lit facilement, il est entièrement écrit dans le style très factuel d'un rapport de police.
L'intrigue : un gendarme se met lui-même à devenir un criminel, jusqu'à finir par tenter d'assassiner des jeunes femmes ; il bénéficie non seulement de sa connaissance des habitudes et pratiques policières, mais aussi et surtout de ce qu'il est convenu d'appeler «la guerre des polices» : la police nationale et la gendarmerie ne partagent pas leurs informations, tentent même de se court-circuiter l'une l'autre etc.
Le thème étant souvent étalé par des journalistes en quête de scoop, il est impossible de vérifier dans quelle mesure l'auteur exagère ou non…
Un roman qui se lit bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   17 juin 2015
Les deux hommes s’apprécient tout en comptant les coups. Ils ne se privent pas de critiquer en privé les affaires traitées par l’autre, ne tirent jamais leur chapeau pour saluer le flair du concurrent. Ils sont pourtant, sans se l’avouer, de la même race de flics. De ceux qui privilégient l’intuition plutôt que l’ordinateur, qui se targuent de faire de la police judiciaire et ignorent l’esbroufe, se moquent de toute idée reçue comme du poids de l’opinion publique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 juin 2015
Il ne faut pas nous confondre avec les flics en uniforme qui font semblant de régler la circulation aux carrefours. Nous, les gendarmes, sommes là pour faire régner l’ordre et nous sommes les seuls capables de le faire, car nous restons avant tout des militaires.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   17 juin 2015
Lorsque l’on sait que la plupart des enquêtes sont faussées dès le départ dans la mesure où chaque inspecteur ignore délibérément ce que fait son voisin, on est en droit de conclure, sans trop s’avancer, que les chefs pensent souvent dans le vide.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   17 juin 2015
Le métier de gendarme, c’est sérieux : une paye assurée à la fin du mois, une vie sans histoire comme celle de tous les fonctionnaires. Le seul inconvénient, c’est qu’on vous mute souvent d’un bout à l’autre de la France…
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   17 juin 2015
...l’assassin est un policier ou un gendarme car « il connaît parfaitement les habitudes, les règlements, la manière d’opérer et le langage des services de police.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Yvan Stefanovitch (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yvan Stefanovitch
La prochaine fois je viserai le cœur (2014), film d'après le roman Un assassin au-dessus de tout soupçon d'Yvan Stefanovitch.
autres livres classés : gendarmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre