AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782848093024
96 pages
Éditeur : Joca Seria (11/01/2018)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
A la fin du XIXe siècle, près de Saint-Nazaire, l'édification des Forges de Trignac répond au besoin de fournir le métal nécessaire à la construction de bateaux en fer par la Compagnie Général Transatlantique. En quelques mois, 2000 ouvriers sont embauchés. Une véritable épopée industrielle, commence sans que ceux qui y participent en aient forcément conscience eu égard aux conditions de travail qu'ils subissent. L'entreprise occupera jusqu'à une centaine d'hectares... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Giraud_mm
  26 mars 2018
J'ai rencontré Jean-Pierre Suaudeau un peu par hasard au salon du livre de Paris : un couple d'amis nantais nous avait conseillé de passer par le stand de son éditeur. Nous avons passé un moment agréable à discuter, et je suis reparti avec son dernier ouvrage dédicacé dans mon sac. Et je ne le regrette pas !
L'histoire des forges de Trignac, qu'il nous compte, aurait sans doute pu inspirer Emile Zola, ou, plus près de nous, Jean-Pierre Chabrol, deux de mes auteurs préférés ! Et je trouve une forme de filiation dans la structure du récit.
Le style peut parfois faire penser à Jean d'Ormesson... L'écriture, tantôt de phrases très courtes, tantôt de phrases longues ... comme des paragraphes, peut parfois dérouter et exige une certaine concentration. Mais l'histoire captivante de ces forges, qui transforment la petite paysannerie en prolétariat, où les luttes des années 1970 font écho à celles de la fin du 19ème siècle et à celles du Chili tombé sous la coupe du dictateur, a retenu toute mon attention.
Un petit livre (moins de 100 pages) mais un grand et beau récit !
Il faut aussi souligner le travail de documentation, qui apporte beaucoup de détails au roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Giraud_mmGiraud_mm   26 mars 2018
J'ignore si durant les deux mois d'occupation et les deux années de lutte menées sur le site même des anciennes forges, au pied des installations subsistant encore,les salariés de la SEMM ont pensé à ceux qui les avaient précédés là,si leur invisible présence a pesé sur leur obstination, si les puddleurs leur ont murmuré à l'oreille un conseil avisé, une parole bienveillante, fraternelle ou s'ils ont rempli à leur insu une sorte de devoir de mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Giraud_mmGiraud_mm   23 mars 2018
On boit pour étancher la soif quand la chaleur est continuelle. On avale deux à trois litres par jour. On tient aussi avec ça. On rentre recru de fatigue, assommé par la besogne et le manque de repos qui affaiblit le corps., l'use prématurément, hébété et vacillant pour s'abattre ensuite, non sans avoir valdingué dans l'obscurité de la cuisine contre le baquet d'eau resté près de l'évier, sur la couche que le corps de la femme a tiédie, sans toucher au frichti qui attend sur la table car ce serait de précieuses minutes ôtées au sommeil, à l'indispensable récupération, quand on pense déjà au lendemain, au réveil, alors même qu'on n'a dans le ventre, pour toute pitance, qu'un quignon de pain et trois oignons mâchonnés le midi, habitude héritée des anciennes pratiques rurales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
diparidipari   28 avril 2018
C'est le ciment qui apparaît, la pierre, l'appareil de mortier qui se délite, mais c'est l'acier, la nécessité du métal, absent, qui est la cause de l'implantation de ces Forges cent cinquante ans plus tôt, au milieu du marais paisible où abondent grenouilles aux ricanements de crécelle, colverts tapageurs, furtives anguilles, hérons hiératiques au garde-à-vous, mouettes et goélands, iris jaunes et corolles de nénuphars, prairies inondables, marécageuses, servant de débord à la Loire et d'abri au petit peuple qui s'était établi là, quelques feux pas davantage, simple hameau dépendant de la commune proche, paysage pour peintres impressionnistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
diparidipari   28 avril 2018
Pour l'heure, on afflue de toutes parts vers Trignac, ce nouvel Eldorado. Comment on se parle, dans quelle langue, quel idiome, quel patois, puisqu'on vient aussi bien de Bretagne, du Nord, de l'Est et même du sud-ouest ? Un babel prolétaire, populaire. Mais peut-être la langue des exploités est-elle universelle, un espéranto immédiatement assimilable qui. Ne s'embarrasse pas de nuances.
Commenter  J’apprécie          10
diparidipari   28 avril 2018
Déambuler sur le site paraît une invitation à remonter le temps, l'histoire partout présente et cependant invisible, cachée, un appel à y participer quand bien même soixante-dix ans nous séparent des ultimes rugissements des hauts-fourneaux, quand bien même cette histoire-là, industrielle, technique, me semble étrangère, lointaine, inaccessible.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : sidérurgieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Miam, le quiz !! 🌮 🥗

Se danse :

échalote
capucine

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeux de mots , double sens , Plantes aromatiques , Plantes comestibles , baba yagaCréer un quiz sur ce livre