AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782920176256
JCL (30/11/-1)
4.2/5   146 notes
Résumé :
Cette publication, faite dans le cadre de l'Année internationale de la jeunesse, se veut un récit-témoignage stupéfiant d'une enfant brutalisée, surtout par sa mère, pendant 16 ans. Une importante réflexion sur les enfants martyrs, l'alcoolisme et l'inceste.
Que lire après Des fleurs sur la neigeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 146 notes
5
9 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Ça faisait un moment que je l'avais dans ma PAL et je me suis enfin décidée à le lire.
Franchement, ce témoignage est atroce ! Je ne peux même pas imaginer que l'on puisse faire cela à une enfant, à son enfant ...
Elisa T est a deuxième enfant d'une famille nombreuse. Mais c'est surtout la risée de ses parents, enfin, surtout de sa mère qui lui inflige toute sorte de sévices, les plus inimaginables .. Mais aussi la risée de ses frères et soeurs contre leur gré car ils ont peur de subir la même chose qu'Elisa ...
Haut comme trois pomme, Elisa doit gérer la maison, la famille, les repas qu'elle n'arrive elle-même pas à manger tellement la peur de sa mère est immense .. Mais elle doit aussi encaisser les coups que sa mère lui donne et tout ça sans ne rien dire ! Son seul moment de répit est quand il y a son père ou quelqu'un d'étranger à la maison, car elle sait que sa mère ne la frappe pas, du moins, beaucoup moins ..
Elisa doit aussi subir Arthur, l'amant de sa mère, qui par la suite, va venir s'installer chez elle et voir partir son père .. Arthur aussi va prendre Elisa en grippe et lui faire subir des choses immondes ..
C'est entre claques, coup de ceinture, coup de couteau, coup de barre de fer, sans prendre de douche ou très peu, avec humiliation, avec l'alcool présent chez ses parents, en passant des nuits dehors, en subissant des sévices sexuels qu'Elisa va tenter de grandir, mais aussi tenter d'en finir avec cet enfer, en voulant mettre fin à sa vie, en voulant parler, en espérant que quelqu'un la croit, l'entende, la sorte de la ..
Des fleurs sur la neige est un témoignage comme rarement j'ai eu l'occasion d'en lire, mais les émotions, les sentiments, l'envie de vomir que j'ai ressenti tellement la violence était grande font que je ne sais pas si je retenterai l'expérience d'en lire à nouveau ..
Commenter  J’apprécie          140
Le commentaire de Lynda : COUP DE COEUR!

Je donne un coup de coeur à cette lecture, mais pas pour les mêmes raisons que d'habitude.
J'ai lu ce livre il y a plusieurs années, je me rappelais l'histoire, la famille, les circonstances, mais me replonger dans cette histoire a une âge différent, un vécu et une expérience de vie différente, m'a fait encore plus réaliser toute l'horreur et toute la tristesse de ce témoignage.
Élisa, une petite fille, tout ce qu'il y a d'ordinaire, a eu la malchance comme on dit, de naître dans la mauvaise famille. Une mère qui, c'est évident, ne l'aime pas, pourquoi on ne le sait pas vraiment, à tel point que l'on se demande de quel dérangement psychologique cette mère peut être atteinte. Elle ne se conduit pas de la même façon avec tous ses enfants, elle en aura 8 en tout, et seulement quelques-uns deviennent une cible gratuite pour elle.
Et puis le père dans tout ça, et bien il ne fait rien pour défendre Élisa, et pour acheter la paix, ira même jusqu'à lui aussi, frapper la petite fille.
Et puis, avec la séparation des parents, un autre homme entre dans le décor, Arthur, vil personnage, que j'aurais étranglé de mes propres mains, non seulement il se joint à la mère pour la violence physique, mais il y ajoute, les abus sexuels sur Élisa et certains des autres enfants.
C'est l'enfer pour cette petite fille, qui on se demande comment, a survécu à cette vie de tortures physiques, mentales et sexuelles. Élisa, à quelques reprises, pense même au suicide, comment une petite fille d'une douzaine d'années peut vouloir mourir, parce qu'elle en a assez ? Elle ne veut pas demander de l'aide, parce qu'elle sait le prix à payer quand les parents apprendront qu'elle a raconté ce qui se passe à la maison à des étrangers.
Je n'en dirai pas plus, l'histoire est connue et malheureusement répétitive, comme on en voit encore, à la une des bulletins de nouvelles.
Quelques épisodes de bonheur pour elle, quand elle est retirée de la maison pour être placée, que ce soit chez un oncle ou encore à l'orphelinat, mais pour quelques raisons obscures et l'esprit complètement dérangé de la mère, elle revient toujours pour reprendre ses enfants, chose qu'elle n'aurait pas dû faire.
J'ai pleuré en lisant ce livre, pas seulement pour Élisa, qui m'a brisé le coeur, mais pour tous les enfants victimes d'abus physiques, mentaux et sexuels. Pour tous ces enfants qui ne savent pas ce qu'est le bonheur, qui ne savent pas ce que c'est d'être aimé, une chose qu'Élisa a tellement essayé de recevoir de sa mère, un tout petit peu d'amour, chose qu'elle n'a jamais obtenu. Une lecture qui fait mal, une lecture qui nous demande de prendre soin de nos enfants, une lecture qui nous dit de s'ouvrir les yeux, de regarder autour de nous, quelquefois il est bénéfique de s'occuper des affaires des autres, malheureusement, voisins, famille, école, tous ont tendance à se voiler les yeux et laisser cette petite fille continuer à souffrir, au point où elle souhaite tout simplement la mort. Mais on sait qu'elle s'en est sortie, et c'est ce qui prime dans toute cette histoire. Des mots écrits avec le coeur, ce fut un coup de coeur brisé pour moi. J'aurais voulu pouvoir faire quelque chose pour Élisa, et en parlant de cette lecture, j'espère ouvrir les yeux des gens avec l'histoire d'Élisa, mais aussi encourager les personnes au prise avec un tel enfer, de sortir, de parler et de demander de l'aide.
Lien : http://lesmilleetunlivreslm...
Commenter  J’apprécie          40
Ecrire un avis sur un livre qui retranscrit la vie de quelqu'un est difficile, car je le ressens comme une sorte de jugement, d'autant plus lorsque cette vie décrite a été aussi dure, aussi violente, aussi semée d'injustice que celle d'Elisa T.

Les violences physique et mentales au niveau intrafamiliales ont commencé dès la naissance de cette petite fille vaillante qui n'avait rien demandé à personne. Haïe par sa mère, violentée par son beau père, parfois même par ses frères et son propre père, la petite Elisa devra faire face aux pires horreurs jusqu'à ses seize ans, jusqu'à la délivrance. Seize ans où tous les mécanismes de défense et de pensée d'un enfant violenté sont décrits avec un langage au plus proche de la réalité. Elisa T. nous rappelle qu'une mère n'est pas qu'amour, qu'elle peut être le pire des démons, qu'elle ne peut être que source de malheur. Une seule question persiste pour le lecteur et la narratrice : pourquoi cette mère ne l'aime-t-elle pas au point de lui faire subir de telles atrocités, parfois avec délectation et plaisir ?

En respectant la chronologie des faits, ce livre retrace, avec la voix d'Elisa, chaque période de sa vie. Si les passages narratifs et les dialogues apparaissent très vivants, jalonnés d'expressions canadiennes et d'époques, j'aurais apprécié quelques traductions de celles-ci afin de mieux en saisir le sens qu'elles avaient pour la narratrice dans un tel contexte.
Ames sensibles, s'abstenir. Toutefois, je recommande vivement ce roman qui peut sensibiliser aux violences intrafamiliales encore taboues.
Commenter  J’apprécie          40
Âmes sensibles s'abstenir.
Élisa T. Partage avec nous son enfance, qui a été très difficile. Pour une raison que l'on ignore, sa mère, a décidé dans faire le moutons noirs de la famille.
Toutes les raisons sont bonnes pour passer ses nerfs sur elle et la maltraiter.
Plus tard, son beau-père en rajoute une couche supplémentaire en l'abusant sexuellement.

On apprend dans son deuxième livre qu'elle avait écrit cet ouvrage dans un but de libération personnel et non pour être publié. mais que son premier maris y a vue une occasion de faire de l'argent et la menacer de lui retirer ses enfants si elle refusait sa publication.

L'écriture qui est donc très simple et intime ne peut pas nous laisser indifférents. Il est difficile de penser que des gens autour de nous peuvent vivre de tels choses sans que l'on puisse intervenir!
Commenter  J’apprécie          70
Attention, ceci est une autobiographie révélant une enfance plus que difficile.

Elisa nous raconte son enfance ou du moins le calvaire de son enfance, que l'on peut résumer en ces quelques mots : un enfant martyr.

Dur à lire dans inimaginable quand on est aussi parents, des mots et des gestes durs, une vie qui semble gâchée.

Hâte de lire la suite : Un noeud dans le coeur en espérant une vie bien plus gaie
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Pour ma part, c'est en lisant ce livre que j'ai compris ce qu'était le mal. Ce fut très difficile à lire, très difficile de croire et d'accepter qu'une personne, une enfant même, puisse vivre des moments aussi atroces. Je ne conseille pas ce livre aux enfants, ni aux jeunes adolescents. Par contre, le message le plus important de ce livre est de dénoncer les abus, l'intimidation et le harcèlement de toutes sortes. Élisa T. Est un exemple de courage.
Commenter  J’apprécie          80
J'avais si peur, j'étais incontrôlable. Je hoquetais. Elle me sortit de ma chaise haute en me secouant et me monta dans ma chambre où elle me coucha. Je pleurais encore dans mon petit lit. J'étais sur le point de m'endormir quand j'entendis ma mère remonter l'escalier en criant.

Je ne comprenais pas mais elle semblait très en colère. Elle me prit furieusement dans mon lit, se dirigea vers le bord de l'escalier et me laissa tomber dans les marches. Je ne me rappelle plus ce qui est arrivé ensuite, j'ai perdu conscience.

Une de mes tantes, sœur de mon père, venait chaque semaine à la maison pour aider ma mère au ménage. C'est elle qui me trouva au pied de l'escalier.

Bien des années plus tard, elle me raconta qu'en me trouvant, elle m'avait crue morte. Combien elle fut soulagée de voir que je respirais encore même s'il avait fallu beaucoup de temps pour que je revienne à moi.

Pendant tout ce temps, ma mère était restée figée en haut de l'escalier, certaine qu'elle était de m'avoir tuée. Cette tante décida alors de ne plus revenir aider ma mère, trop écœurée de voir les traitements qu'elle me faisait subir quand elle était en colère. Selon elle, ma mère était très « malade », une folle ; et mon père aussi fou de l'avoir mariée.
Commenter  J’apprécie          10
— Papa, pourquoi maman ne m'a-t-elle pas aimée ?

Papa se tut quelques secondes ; il semblait réfléchir. Je crus qu'il n'avait pas compris ma question, alors je la lui posai à nouveau :

— Papa, dites-moi pourquoi maman ne m'aimait pas.

Ce fut le silence. Rien ne semblait vouloir sortir de sa bouche. Il avait toujours la tête baissée et l'on aurait dit qu'il ne voulait pas répondre. Alors j'insistai :

— Répondez, papa, c'est très important pour moi. Je me pose cette question depuis longtemps et je n'ai jamais été capable d'y trouver une réponse sensée. Vous qui avez vécu auprès d'elle plusieurs années, vous pourriez sûrement me répondre.

Il laissa passer un court instant, et enfin, d'un air coupable et malheureux, il me dit :

— Pauvre petite fille, il faut que je te dise : ce n'est pas ma faute si je t'ai battue, c'est à cause de ta mère, elle me poussait à bout pour que je te batte. Ta mère a toujours répété à qui voulait l'entendre qu'elle ne t'avait jamais aimée et qu'elle te haïrait pour le reste de ses jours.
Commenter  J’apprécie          10
Mes deux enfants dorment profondément dans leur petite chambre. Je suis seule au salon et je regarde la télévision. Mon homme, mon mari est parti travailler ; il quitte la maison le dimanche et ne revient que le vendredi. Moi, je reste là, toute seule...

Il y a des moments où j'aimerais changer ce monde dans lequel je vis. Je me sens si triste, si craintive et dépressive que je ne peux m'empêcher de revivre mon passé... Ce passé qui me trouble profondément et qui m'amène parfois à me demander si ce n'était pas plutôt un affreux cauchemar. Malheureusement, ce fut la réalité, ma réalité, un cauchemar inoubliable auquel je me confronte sans cesse.
Commenter  J’apprécie          21
Nous étions dix enfants et je fus la seule à subir un tel traitement. Je ne sais pas pourquoi ; j'ai retourné cette question dans ma tête jusqu'à l'obsession. Je n'ai jamais su véritablement la raison de cette haine ; je sais seulement que j'étais de trop dans cette famille. Ils ne m'ont jamais aimée. Ils ne m'ont jamais donné les mêmes droits qu'à mes frères et sœurs. Tout ce qui leur importait était d'avoir une parfaite emprise tant physique que mentale sur ma petite personne. M'attendre à une pensée gentille de leur part était comme de vouloir faire pousser des fleurs sur la neige.
Commenter  J’apprécie          20

Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (391) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..