AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2729709479
Éditeur : Presses universitaires de Lyon (14/02/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Composée de quatre-vingts lettres échangées entre 1914 et 1918, cette correspondance entre Victor et Jean Tardieu offre un aperçu de la vie quotidienne d’un soldat un peu particulier, à travers des descriptions du front stylisées par le regard du peintre et illustrées par les reproductions de ses plus belles œuvres. Cet échange révèle aussi les premiers pas littéraires d’un tout jeune garçon. Au-delà de l’histoire du conflit proprement dit, ce qui ressort est un tab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Annette55
  28 juin 2019
Je remercie Babelio et Masse critique documentaire pour l'envoi de ce recueil de quatre- vingt lettres échangées entre 1914 et 1918 entre Victor Tardieu, né à Lyon, en 1870 , dans une famille de soyeux, formé à l'école des beaux - arts de sa ville puis à Paris, dans l'atelier de Léon Bonnat jusqu'en 1894 et son fils Jean , né en 1904 dont le lecteur peut déplorer le nombre très restreint rédigées , seulement deux missives à l'adresse de son père....
En 1901, il épouse la harpiste Caroline Luigini , fille du chef d'orchestre Alexandre Luigini.
Il exerce le métier de peintre , de professionnel de l'art, réalise des portraits , vitraux , cartons et nombre de décorations d'édifices publics .
A 44 ans , au début de la grande guerre , il s'engage pour toute la durée du conflit , au cours de laquelle il accomplira diverses tâches : secrétaire, peintre aux armées :
Cet ouvrage présente d'ailleurs au lecteur, au début , une très belle iconographie stylisée, colorée, de ses réalisations : l'ambulance de Sutherland , quatre vues de Verdun bombardée, les convois, les grandes pièces d'artillerie , la vie des blessés et de leurs infirmières sur le front anglais ....
L'ouvrage dessine quelques - uns des thèmes fondamentaux qui alimentent la correspondance entre Victor et Jean: au delà du conflit : un tableau assez précis et approfondi de la pensée sociale française sous la Troisième République.
L'auteur désirait contribuer ardemment à La Défense de la Patrie et adhère pleinement à «  l'utopie de la « der des der » qui animait tous les « poilus ».
Au cours des lettres à son fils , il déplore être relégué à des tâches qu'il juge inutiles, stériles et inacceptables , non par leur humilité mais par leur manque de sens , mais quelle part réservée à un peintre comme lui ?.
«  Je m'efforce d'être utile à quelque chose. » ou encore «  Je me reprocherai à tous les instants mon inaction » ....dans une lettre non datée de probablement mars 1915 ...
Il sera aussi voiturier, chauffeur, brancardier et responsable du camouflage à la fin de la guerre ...
Il apprendra à taper à la machine ce qui nous vaut de belles pages ironiques à Jean...
«  Ces trois années , écrit - il seront marquées d'une tristesse ineffaçable dans ma vie » lors d'une longue lettre le 4 mars 1917 ...
Pour ne pas être trop longue , j'ajouterai que ses lettres commencent toujours par «  Mon bon poulet chéri » et se terminent par «  mon charmant poulet chéri » que j'embrasse mille et mille fois .
Ton vieux père poilu.
Un père qui se soucie énormément des études de son fils, de ses progrès en latin et grec .
Il l'exhorte constamment surtout dans la dernière partie de redoubler d'efforts à accomplir , de ne pas lâcher ses études «  Il faut savoir de quoi on est capable pour ne pas gâcher sa vie . »
Il évoque lors de très belles pages moins ennuyeuses qu'au début , où il évoquait beaucoup sa vie terne , décolorée , plate :les désastres de la guerre : les ruines d'Ypres,, les arbres rasés, , les débris d'arcade, les masses de fonte tombées, impressionnantes, où « dans le ciel rouge du coucher du soleil comme saignant et déchiré , les obus qui ne cessent de traverser dans tous les sens, ces hurlements continuels , les maisons qui restent debout semblent en dentelle, ces clochers éventrés , des entonnoirs de 20 mètres de diamètre , creusés par les obus, des troupes en quantité, un fracas à vous assourdir , l'amoncellement des ruines , la plus horrible
 des beautés . »
L'ennemi , le Boche est présenté comme menteur et déloyal brute et voleur ,..les pires scélérats , les petits méchants , ces médiocres de l'humanité ...
Ces lettres sont informatives ,pessimistes, chaleureuses mais incroyablement aimantes et tendres, décrivant avec passion , sous l'oeil exercé du peintre la beauté ineffable de la nature , indifférente malgré le désastre ..
,Jean tardieu , son fils deviendra poète, dramaturge , essayiste et traducteur et publiera ses premiers poèmes dans la NRF , en 1927 .
La première de couverture nous montre une des «  pochades » de Victor Tardieu comme il nommait ses peintures .
Un bel ouvrage malgré quelques longueurs fastidieuses ...en milieu d'ouvrage ....
Je pense avoir été trop longue, une fois de plus ...




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Annette55Annette55   27 juin 2019
«  Oui, ce mot de Boche qui me déplaisait tant autrefois , je l’emploie avec plaisir depuis que je sais que ce mot les vexe particulièrement donc, d’un trait de plume, supprimons l’ Allemagne qui ne sera que la Bochie peuplée de Boches, lourds et sots, reconnaissables à leur chair rose, leurs soies pâles ( les poils n’existant que chez les poilus) et leur tête carrée. »
Commenter  J’apprécie          160
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Harry Potter (1 à 4) difficile

Qui est le contrôleur du Magicobus ?

Ernie Mcmillan
Stan Rocade
Zacharia Smith
Denis Crivey

15 questions
4895 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter : Coffret, Tomes 1 à 4 de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre