AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'école emportée tome 1 sur 6

Anthony Prezman (Traducteur)
EAN : 9782723447720
320 pages
Glénat (17/11/2004)
3.99/5   99 notes
Résumé :
La disparition brutale d'une école primaire et de tous ses occupants, mystérieusement projetée dans un monde désertique dépourvu de vie. Les adultes chargés de la protection des enfants vont se révéler incapables d'assurer leur rôle. Certains laisseront libre cours à leur folie naissante, d'autres préfèreront le suicide. (source : Electre)
Que lire après L'école emportée, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 99 notes
5
8 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis
Que se passerait-il si vous vous réveillez un matin, et que votre maison a fait un énorme saut dans le temps, pour se retrouver sur une Terre du futur, infertile, déserte, sans eau, ni électricité, sans plus aucun humain ni animaux exceptés ceux qui étaient dans votre foyer?
C'est ce cauchemar que va vivre tous les élèves d'une école primaire et leurs professeurs. L'école emportée. Pas où, mais quand?
Assez rapidement, les adultes deviennent fous et les enfants des classes supérieurs, plus responsables, se sentent investis d'une mission pour protéger les plus vulnérables.
Isoler une parcelle de la Terre, c'est un concept littéraire que j'avais déjà lu (Dôme ou Brume de Stephen King, le Drive-In de Joe R. Lansdale), mais on peut également penser à Sa Majesté des Mouches. On est dans les années 70 donc l'idéologie de la bienveillance dans l'éducation n'existe pas. C'est le premier truc qui m'a choqué, les coups de baffe des professeurs pour que les élèves se calment, on aura même droit à un enfant poignardé dans le bras pour régler la discipline, un autre qui s'échappe et qu'on laisse crever sur les rochers, et une petite qui tombe du toit, personne ne s'en offusque. Cela ne fait même pas plus deux heures qu'ils découvrent leur situation, que le cuisinier s'approprie tous les denrées alimentaires et menace les autres en les brûlant ou les attaquant au couteau de cuisine... Et là, je me dis, est-ce qu'on deviendrait fou aussi rapidement? le cauchemar est double, car les enfants ne peuvent absolument pas compter sur l'esprit rationnel que ce sont censés transmettre les adultes...
J'ai été assez rapidement happée et hâte de lire la suite.
Commenter  J’apprécie          375
Ça fait un moment que je voulais lire ce manga mais je ne l'avais pas trouvé (et puis un peu oublié par la suite). J'ai profité de l'opération Manga de Glénat pour découvrir le premier tome. J'ai lu il y a peu Je suis Shingo de Kazuo Umezu, j'avais aussi bien apprécié le style du mangaka que j'ai bien retrouvé là : dessins ronds, émotions bien faciles à décrypter parfois exagérées, décor simple. Kazuo Umezu met le lecteur au coeur de l'histoire, on sent que l'élément déclencheur va très vite arriver...
Un récit fantastique assez fascinant, entre la terreur des écoliers qui veulent retrouver leurs parents et la folie qui saisit les adultes, on voit des scènes surprenantes se passer. Shô, jeune garçon qui est allé à l'école après une forte dispute avec sa mère est plus bouleversé que jamais. Mais où se retrouve donc cette école ? Quelques éléments vont donner une idée mais il reste encore un grand mystère et sur le futur des jeunes écoliers. Beaucoup aimé ce manga, parfois quelques moments avec des états d'âmes accentués mais on ressent parfaitement ce qu'a voulu montrer le mangaka.
Six tomes composent cette série, vraiment hâte de lire la suite !
Commenter  J’apprécie          242
Il y a des auteurs qui appartiennent au patrimoine du manga, c'est le cas de Kazuo Umezu et parmi ses oeuvres l'une d'elles a marqué plus d'un lecteur à travers les générations : l'Ecole emportée, l'un des premiers survival japonais avec une touche de SF.

Sortie en 1972 dans son pays d'origine, il aura fallu attendre 2004 pour que Glénat nous le propose. L'éditeur avait alors une politique de sortir certains titres cultes comme celui-ci et Lamu dans une édition modeste à la japonaise, ce qu'on appelle le format "bunko", un petit format concentré. C'est dans cette édition que j'ai acquis l'oeuvre avant d'apprendre qu'elle aurait droit en 2021 à une édition plus confortable pour la lecture. Dommage pour moi. Pour les amateurs, n'hésitez pas à vous dirigez plutôt vers cette nouvelle édition qui vous permettra de mieux apprécier l'oeuvre.

Cette oeuvre en 6 tomes doubles chez nous mais 11 à l'origine, est vraiment fondatrice. Elle a inspirée de nombreux auteurs depuis comme le célébrissime Minetaro et son Dragon Head, et dès qu'on plonge dans ses pages cela nous rappelle tout un tas d'autres lectures. Cependant, Umezu a vraiment sa patte à lui qui en fait une oeuvre unique.

Avec une narration très resserrée, il nous embarque dans une folle aventure qui avance à 100 à l'heure où toute une école primaire disparaît du jour au lendemain de l'emplacement où elle était, ce qui est un grand mystère pour ceux qui restent, et en encore plus grand mystère pour ceux qui ont disparu avec l'école. C'est ceux-ci que nous allons suivre dans ce premier tome, les enfants aussi bien que les adultes de l'école, et l'auteur ne va rien nous épargner.

Dans une dynamique d'opposition de la jeunesse aux adultes, Umezu offre une histoire très crue où face à la panique normale occasionnée par l'étrange phénomène qu'ils vivent, adultes comme enfants vont perdre la tête, mais encore plus les premiers. Alors amateurs d'éducation positive, fuyez ce titre où les sévices corporels à vos chérubins seront nombreux. L'auteur capture toute la folie qui s'empare de ces adultes désoeuvrés qui croyaient être maître de la situation et ne le sont plus du jour au lendemain. Ils craquent littéralement sous nos yeux, se conduisant comme des être abjects, de celui qui blesse son fils pour faire peur aux autres et les empêcher de sortir, à celui qui s'accapare la cantine et sa nourriture et tant pis si les enfants meurent de faim, sans parler de celui qui tue ses camarades pour être le seul aux commandes. L'auteur va loin.

Et que font les enfants ? Ils sont présentés comme une sorte de voix de la raison pour le moment, ceux qui prennent calmement les choses et tentent d'explorer, d'avancer pas à pas. Pourtant, c'est eux que la panique saisit en premier et c'est d'autant mieux rendu sous le trait très poupin dont l'auteur les affuble. L'horreur de la situation frappe ainsi encore plus. Cependant même s'ils ont peur, leurs réactions ne sont jamais trop exagérées dans l'ensemble contrairement aux adultes et on les voit développer une belle attitude en vue de survivre.

Il faut bien ça face au mystère qui les enserre, car clairement l'auteur a mis le paquet ici, s'inspirant d'un fantastique et d'une SF de la première moitié du XXe siècle. Il transporte leur école dans un environnement hostile où ils sont coupés de tout et tous. Plus d'électricité, plus d'eau, plus de moyen de communication et même plus de route ou d'environnement immédiat autre que ce drôle de sable aux allures de mort qui les entoure. C'est glaçant. Minetaro reprendra cela avec succès dans les débuts de Dragon Head et je trouve toujours ça aussi saisissant. Quand on comprend vaguement où ils peuvent être, cela ne change rien à l'angoisse et notre envie de savoir ce qu'il s'est passé et comment s'en sortir est encore plus grande.

On comprend donc rapidement comment ce titre aussi efficace que percutant et dérangeant a pu devenir culte et inspirer bien des auteurs. Umezu y fait preuve d'une narration dynamique, stressante et angoissante parfaitement maîtrisée où l'angoisse et la peur montent de page en page. Il mélange thèmes de SF et de société avec cette opposition adultes-enfants qui laisse présager des scènes encore bien dures. La révolte gronde mais sera-t-elle ce qu'il faut pour se sortir de là ? J'ai hâte de poursuivre pour voir.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          121
Ce manga est totalement addictif. j'ai été happé par le rythme haletant de cette histoire étonnante. Des élèves de l'école primaire Yamato, dont Shô Takamatsu, qui venait de se fâcher terriblement avec sa mère, se retrouvent soudainement isolés du monde. Dans une énorme détonation, l'école à disparu, laissant un cratère insondable. Mais alors que tout le monde dehors croit mort ces près de 300 enfants et leurs professeurs, ceux-ci sont bien vivants...mais qu'est-il vraiment arrivé ? Autour de l'école, qui est en fait intacte, le monde semble avoir disparu au profit d'une mer de sable. Très vite va se poser la question de la survie en vase clos, notamment des réserves de nourriture. Mais parmi les professeurs, dont l'attitude n'est pas clairement amicale envers les enfants, se dégage la figure du responsable de la cantine, M.Sekiya, qui entend bien conserver la totalité du stock de nourriture...

Une entrée en matière palpitante, une tension permanente servie par des dialogues directs et un dessin d'une précision redoutable...vivement la suite !
Commenter  J’apprécie          170
Kazuo Umezu ne m'avait pas totalement convaincue avec Baptism. Même si son style graphique très précis, très détaillé, était vraiment impressionnant.

Dans cette nouvelle série, où l'horreur et l'angoisse sont de retour, on retrouve son style très réaliste et travaillé. Mais, en plus, le lecteur découvre une histoire terrifiante à laquelle j'ai bien accroché.
Les enfants piégés dans cette école au milieu de nulle part sont attachants et très courageux. Les adultes pris de panique ne savent pas comment gérer la situation et montrent un nouveau visage. Ce premier tome ne fait pas que placer l'histoire et les personnages, il est également très dynamique. Je le trouve convaincant et prenant.
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
ActuaBD
06 juillet 2021
Chef-d'œuvre d'un véritable pionnier du manga d'horreur, Glénat réédite plus de 50 ans après sa sortie au Japon une série incontournable du genre, entre surnaturel, critique sociale et réflexion sur la nature humaine.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
- Il me reste une cacahuète d'hier!
- J'avais oublié! J'ai encore des petits beurres dans mon cartable! J'avais prévu de les manger en cachette ce midi avec une amie!
- Et moi, j'ai amené une tablette de chocolat pour faire un échange avec Saé!
- C'est vrai! J'ai pensé à ramener un gâteau pour l'échanger avec le chocolat de Mari!
- Ouah! Je savais pas que les filles faisaient du trafic de confiseries! On se croiserait chez Al Capone!
Commenter  J’apprécie          30
Ma petite maman... Quand je repense à cet instant de ma vie où tout a si soudainement basculé, à tous les événements qui ont suivi... Je ne saurais comment l'exprimer, mais j'ai le sentiment, qu'un sens plus profond se cache en toute chose.

[p3]
Commenter  J’apprécie          30
Alors, nous pûmes enfin prendre notre repas. Maman... Ce fut la première fois de toute ma vie que je me sentis aussi reconnaissant de pouvoir manger... Pas une seule fois je ne t'ai remerciée pour ta cuisine. Où que tu sois, je te demande pardon !

[p280]
Commenter  J’apprécie          20
Dehors c'était le pénombre. On ne voyait ni la lune, ni les étoiles. Maman... je crois qu'à cet instant j'ai vraiment réalisé ce qu'était la peur du noir.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Kazuo Umezu (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kazuo Umezu
"L'univers de Kazuo Umezz : Documentaire inédit et exclusif sur l'auteur de manga
Bienvenue dans la maison de Kazuo Umezz, auteur de manga excentrique et lauréat du Prix du Patrimoine 2018 du Festival ! Cet entretien inédit et exclusif, réalisé par Xavier Guilbert & Stéphane Beaujean, a été diffusé pour la première fois à Angoulême le 27 janvier 2018. "
Festival International de la Bande Dessinée
autres livres classés : mangaVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (227) Voir plus



Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1421 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

{* *}