AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081365964
224 pages
Éditeur : Flammarion (30/09/2015)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Le ministre des Finances du gouvernement Tsipras met en scène un père qui parle à sa fille. En partant de sa culture et de ses références (jeux vidéo, réseaux sociaux, films de science-fiction, etc.), il lui montre à quel point l'économie fait partie intégrante de son quotidien et lui explique comment s'est constitué le monde moderne depuis la révolution industrielle.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ClaireDoc
  12 octobre 2015
Un livre à découvrir pour une approche de l'économie actuelle. J'étais très motivée pour lire ce titre après avoir lu l'intéressant article du même auteur dans le Monde Diplomatique d'août 2015. Varoufakis est une plume. Ici le ton est beaucoup plus simple, car il s'agit d'un ouvrage de vulgarisation, qui se lit d'une traite. J'ai été agréablement surprise par la facilité de l'ouvrage. Ceci dit, sur le même sujet j'ai lu le Manuel d'anti-économie de Bernard Maris, illustré de nombreux exemples précis, plus fouillé, et récemment le On marche sur la dette, qui m'avait donné de bonnes bases pour ce sujet.
Le sous-titre parait mal choisi : "pour que ma fille croie encore à l'économie". En effet Yanis Varoufakis, ex-ministre grec de l'économie, conclue que les économistes sont un peu comme les chamans, y croient ceux qui veulent... mais ce n'est pas très malin. Au contraire il engage sa fille, et donc chaque lecteur, à choisir l'esprit critique, plutôt que d'accepter le discours dominant à savoir "faut bien qu'on continue comme ça, c'est normal qu'il y ait de telles inégalités". Donc je dirais que c'est un livre pour ne surtout PAS croire à la prétendue scientificité du discours économique. Le titre ne me parait pas meilleur, car il s'agit plutôt d'un constat et d'un cours, que de propositions pour un autre monde.
On apprécie la préface à l'édition française, concoctée pour nous, dans laquelle M. Varoufakis explique son projet : non pas écrire réellement pour sa fille, mais "pour tester les limites de [sa] propre compréhension." C'est à dire énoncer clairement les questions fondamentales de l'économie qui pour lui tient de la philosophie.
Pour tenir le lecteur en haleine, supposé donc être un jeune exigeant et qui se lasse vite, il écrit des paragraphes courts avec des intertitres, ce qui rend vraiment la lecture très claire. Mais surtout il utilise beaucoup d'astuce : des questions rhétoriques, à commencer par "pourquoi les aborigènes n'ont-ils pas envahis l'Angleterre ?" ; des exemples de la vie réelle (les couchers de soleil à Egine pour différencier un bien d'un produit) ; des exemples historiques (le camp où était prisonnier de guerre Radford pour expliquer la monnaie)... Mais surtout des références cinématographiques, dont le fil rouge est Matrix.
Je conseille donc ce livre à tous ceux qui ont le souci de comprendre un peu mieux le monde qui nous entoure, tout simplement, avec un point de vue engagé à gauche, aucun angélisme voir une once de pessimisme.
Lien : https://lireetclaire.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
cathe
  25 octobre 2015
Varoufakis est un nom célèbre dans le monde depuis la crise grecque. En effet cet économiste, nommé ministre des Finances dans le gouvernement d'Alexis Tsipras en janvier 2015, va devenir la coqueluche des médias. Vêtu d'un jean, chemise ouverte, se déplaçant à moto, il rompait avec le style empesé des technocrates bruxellois. En juillet, après avoir démissionné, suite à son désaccord sur l'accord européen, il est invité en Europe par les mouvements de gauche.
Pour expliquer au plus grand nombre sa vision de l'économie, il écrit donc ce livre dont le titre, "Un autre monde est possible", était déjà le slogan des alter mondialistes des années 90.
S'adressant à sa fille, il présente l'évolution des sociétés depuis les débuts de l'humanité. Bien que rétive à l'économie, j'ai à peu près compris, grâce à la subtilité de ses explications, et au côté pédagogique de sa présentation, les mécanismes généraux de l'économie en général et de la crise grecque en particulier.
Grâce à des parallèles concrets, il explique très clairement les révolutions de l'agriculture, de l'industrie et des nouvelles technologies. On comprend alors mieux comment le pouvoir économique a pris le pas sur le pouvoir politique. La notion de dette devient soudain assez simple et les inégalités une évidence.
A l'aide d'exemples très contemporains (Matrix, Les Temps modernes,…), il ouvre des perspectives sur la société de demain avec des robots.
Un livre pas si difficile à lire, instructif, et pédagogique !
Merci à Babelio !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ileana
  15 novembre 2019
Un regard subjectif parfaitement assumé, l'économie n'est pas une science exacte. Les thèmes abordés : l'inégalité des sociétés, la création de la monnaie (et la monnaie virtuelle), la dette, l'origine des crises, l'intervention de l'Etat lors des crises, la collusion entre Etat et système bancaire, le marché et l'anticipation auto-réalisatrice etc.
La quatrième de couverture dit : « un livre pédagogique ». Ce n'est pas mon avis, c'est trop subjectif. Un livre pédagogique devrait présenter en quelques mots les avis des autres courants dominants en économie.
J'ai beaucoup aimé son choix d'ancrer son discours dans la différence entre valeur d'échange et valeur subjective. La valeur d'échange = monnayable et quantifiable ; la valeur subjective = non quantifiable (voir l'extrait à la fin de ce compte rendu).
L'auteur fait appel aux mythes modernes (Frankenstein et Matrix) afin d'illustrer ‘les machines hantées' : à un certain moment, les machines cessent d'être au service des humains. Ceux-ci deviennent les esclaves de leurs propres outils. Non, l'auteur n'explique pas pourquoi, à quel moment s'ouvre la faille ; il se contente d'esquisser sa pensée, en faisant appel à notre intuition.
Le mécanisme de la dette est un emprunt fait sur l'avenir : le banquier « va puiser dans le futur pour alimenter le présent ; [la main du banquier] franchit la ligne du temps pour se saisir dans le futur d'une valeur qui n'existe pas encore, la ramener au présent et la prêter au chef d'entreprise, lequel peut dès lors engager la production, créer de la valeur et rembourser le banquier, ce qui permettra au futur de recouvrer la valeur qui lui avait été ‘volée' » (p75). A mes yeux, avec cette ligne du temps, l'essayiste fait appel à nouveau à notre perception intuitive.
Tout à la fin, lors de remerciements il cite quelques personnalités qui l'ont inspiré : Jared Diamond, avec son ouvrage de l'inégalité parmi les sociétés ; les Wachowski « pour leur superbe Matrix, un film bourré de questionnements économiques, écologiques et éthiques ». En guise d'épilogue, l'injonction de garder « l'esprit critique et la volonté de ne jamais admettre quoi que ce soit sous prétexte que c'est ce que disent ou croient les puissants, la majorité, les autres. »
Extrait :
Au sujet de la valeur subjective versus la valeur d'échange : « le coucher de soleil, les blagues [ ], le plaisir de rendre service [ ]. Trois biens mais pas trois marchandises. [ ] Dans la société où nous vivons nous confondons biens et marchandises. [ ] Ce que représente un coucher de soleil, une plongée, une histoire drôle est très différent. Ce sont des expériences vécues qui peuvent avoir une immense valeur subjective, mais aucune valeur d'échange. » p 36/37. Dans ce contexte, l'auteur note que la pratique du don du sang diminue quand elle se monnaye…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Oona
  13 octobre 2015
Tout d'abord, merci à Babélio et aux éditions Flammarion de m'avoir offert ce livre dans le cadre de la Masse critique de la rentrée.
"Un autre monde est possible" de Yanis Varoufakis.
Un titre d'espoir pour sa fille Xénia, adolescente.
Une mine de renseignements expliquant l'économie par l'histoire, le cinéma, les témoignages, la littérature.
Je ne connais pas grand chose à l'économie "tactique", "mécanique". Voici un livre qui est passionnant, simple mais pas du tout simpliste.
J'en sais désormais plus, je connais mieux le sujet mais j'ai dû relire certains chapitres pour comprendre, accepter de comprendre plus tard dans la lecture. Mais jamais je n'ai été lassée. C'est instructif, émouvant, drôle, étonnant... et courageux.
Un autre monde, juste, meilleur, voué au bonheur de tous est possible mais il dépend de nos choix, de notre volonté.
Lisez ce livre. vous comprendrez mieux le monde, l'économie et l'être humain en ayant l'impression que c'est à vous aussi que l'auteur s'adresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
thierno1976
  29 septembre 2015
www.babelio.com
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ClaireDocClaireDoc   12 octobre 2015
Malheureusement il n'existe pas de pilule rouge que tu puisse avaler dans un verre d'eau, comme Néo. Ce qui existe c'est l'esprit critique et la volonté de ne jamais admettre quoi que ce soit sous prétexte que c'est ce que disent ou croient les puissants, la majorité, les "autres".
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Yanis Varoufakis (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yanis Varoufakis
Le cinéma est politique : conversation Costa Gavras-Yanis Varoufakis
autres livres classés : subjectifVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre