AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gérard-Julien Salvy (Traducteur)
ISBN : 2253124427
Éditeur : Le Livre de Poche (28/01/2009)

Note moyenne : 2.76/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Dans la petite ville de Sélinonte, en Sicile, un étrange libraire essaie en vain de faire aimer la lecture aux habitants qui le prennent pour le diable. Seul le jeune Nicolino, surnommé " Frullo ", aime l'entendre lire à haute voix ses textes préférés. Agenouillé entre deux piles de livres, le jeune garçon vient en cachette chaque soir à la librairie afin de l'écouter. Mais, quand ce dernier est agressé, toute la ville commence à perdre l'usage de la parole. Seul l'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
saphoo
  07 décembre 2016
Un livre qui surprend, de part son histoire et son côté poétique et fantastique à la fois. C'est un style particulier, à la frontière du conte, et il ne faut pas s'attendre à plus et encore moins à un roman. Lire ce livre c'est s'offrir une lecture dans la marge et se laisser emporter par cet étrange village Sélinonte et son libraire non des moins mystérieux. Derrière cette histoire comme tout conte, il y a une belle moralité qui s'oriente vers la différence, ou l'indifférence, et celle du pouvoir des mots.
J'ai bien aimé ce livre même sans aller jusqu'au coup de coeur, mais il est atypique, et sort des chemins battus et conventionnés. C'est une belle découverte et un bon moment de lecture. Aucun regret au vu des avis plus que négatifs ou mitigés, comme quoi, il ne faut pas se laisser influencer , comme chacun sait, tous les goûts sont dans la nature.
Commenter  J’apprécie          110
Noctenbule
  04 février 2013
« Ma ville ne s'appelle pas Sélinonte; je dirais même qu'elle n'a pas de nom. » Voici la première phrase du roman qui intrigue assez pour poursuivre. Mais que veut-il dire? Mais où est-ce alors?
Un libraire vient de s'installer dans le village à la place du tailleur. Il est un peu étrange et n'est pas accueilli très chaleureusement.
« -Mais peut-être qu'il est simplement timide, dépaysé.
- Penses-en ce que tu veux, Nicolino, mais ne commence pas à rêver. Les choses sont toujours telles qu'on les voit. »
Le plus étrange doit être qu'il ne vend pas de livres. Tous les ouvrages en rayon sont pour les lectures qu'il propose. Mais les habitants sont réticents.
Nicolino a 13 ans, il est intrigué par ce personnage et aussi par l'interdiction de ces parents. Il s'enfuit de la maison en cachette en mettant dans son lit son oncle qui lui ressemble beaucoup. Mais un jour tout s'arrête. Une fillette est enlevé, les habitants se soulèvent et brûlent la librairie avec le libraire dedans. A partir de là, toute la vie du village va changer radicalement. Les mots se sont enfuis et la plus part des habitants doivent se limiter à quelques mots en espérant ne pas prendre leur sens. Seul Nicolino échappe à cette malédiction car il écoutait avec passion ce libraire.
La lecture n'est absolument pas fluide et facile. Beaucoup de pages sont laborieuses, surtout lors des extraits de lecture qui ponctuent le très long deuxième paragraphe. L'amour des livres, je ne l'ai pas senti ici. Et si par malheur, quelqu'un cherche à remettre à lecture et tombe sur ce dernier, il va vite abandonner. Mon plaisir dans ce livre, c'est lorsque je suis enfin arrivé à la page 124. Il ne me reste plus qu'une page et je pourrais commencer un autre livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Alekachu
  13 octobre 2015
Quand on regarde le résumé, ça envoie du rêve. Déjà rien que le cadre : une librairie dans une petite ville de Sicile... de toute façon, bien souvent quand ça parle de livres, je fonce. Eh bien là, j'ai été très déçue. Il ne se passe rien en fait. Je suis arrivée à la fin du bouquin (laborieusement) et je me suis dit : tout ça pour ça ? Vraiment très déçue. le style littéraire n'a rien d'extraordinaire. de plus, la traduction que j'ai lue était bourrée de fautes (pas seulement des erreurs dans le passage de l'italien au français, mais aussi des fautes de français...). C'est dommage, ça aurait pu être un bon livre vu, et si on se fie à la quatrième de couverture, ça a l'air d'être un bon livre.
Commenter  J’apprécie          40
Julie87
  04 juin 2009
Je dois bien avouer que je suis un peu déçue. le résumé m'avait bien accrochée, je l'ai commencé avec beaucoup d'impatience et finalement... Pas si bien que ça!
On rentre assez vite dans l'histoire, l'écriture est poétique, très agréable, ça se lit tout seul.
Ensuite, on arrive au deuxième chapitre qui est long, très long! On attend, ce qui nous donne envie de lire ce bouquin dans le résumé n'arrive pas. Il y a beaucoup (trop) d'extraits de grands classiques.
Je suis aussi déçue qu'il n'y ait pas vraiment d'échange entre le jeune garçon et le libraire, j'ai eu l'impression que l'échange est à sens unique.
Quand enfin arrive le troisième (et dernier) chapitre, on pense que toute l'action va arriver et puis... rien ou du moins pas grand chose!
En gros, c'est un beau livre, une belle histoire, une belle écriture mais ce n'est pas ce que j'attendais du tout de ce roman!
Commenter  J’apprécie          20
argali
  21 janvier 2011
Un roman entre poésie et fantastique. Une allégorie. Il est difficile de trouver des repères pour parler de ce roman hors norme. L'écriture est particulièrement, la mise en page différente, alternant paragraphes et extraits d'oeuvres classiques sans qu'il y ait vraiment de chapitres…
Ce roman traite à la fois de la perte des repères culturels, du désintérêt pour la beauté de langue et ses richesses et du rejet de la différence, de l'étranger. Les livres seraient une voie vers la tolérance, l'intelligence et l'amour d'autrui. J'adhère assez.
J'ai beaucoup aimé ce livre, à lire deux fois : une fois pour la découverte, une seconde pour vraiment goûter à la poésie et au lyrisme qui s'en dégagent.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 septembre 2007
Lecture jeune, n°123 - Nicolino est malheureux. Primula, dont il est amoureux, ne peut lui exprimer en retour l’amour qu’elle lui porte. Ses mots s’effritent, perdant le sens et l’intensité qu’elle voudrait leur donner. Elle est accablée d’un mal étrange qui touche tous les habitants de Sélinonte à l’exception de Nicolino. Lorsque ce dernier était adolescent, un libraire étrange et laid est venu s’installer en ville. Les habitants, méprisants, rebutés et soupçonneux, refusaient d’assister à ses soirées littéraires. Seul, en cachette, Nicolino s’y rendait chaque soir pour écouter ses lectures. Le poids des mots et la saveur de leur sonorité le bouleversaient et le transportaient dans un monde qui lui échappait jusque là : un monde de nuances, de mystères, d’élévation de l’âme et de l’esprit. Tout prit fin lorsqu’un brasier iconoclaste ravagea la librairie. Le lendemain, Sélinonte avait perdu l’usage de la parole. Une écriture limpide et poétique porte ce récit fantastique et intemporel sur le thème de la perte du sens, magnifique plaidoyer pour la lecture. Les nombreux extraits des ouvrages lus par le libraire (Sophocle, Pesoa, Tolstoï, Shakespeare, Dante, Rimbaud…) sont répertoriés par des notes en dernière page. Ils réservent ce beau roman à des lecteurs confirmés. Brigitte de Bergh
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NoctenbuleNoctenbule   04 février 2013
-Mais peut-être qu'il est simplement timide, dépaysé.
- Penses-en ce que tu veux, Nicolino, mais ne commence pas à rêver. Les choses sont toujours telles qu'on les voit.
Commenter  J’apprécie          10
NoctenbuleNoctenbule   04 février 2013
Durant ces deux mois, le temps des mots était devenu mon véritable temps, une seconde vie : nous deux, seuls, dans le silence absolu, dans cette pièce hors du monde. Et puis, la beauté de cette voix qui m'enchantait, me transportait.
Commenter  J’apprécie          00
SandrIn38SandrIn38   25 juin 2015
Je souhaitais seulement qu'elle comprenne qu'existent des idées égarées dans le temps et au travers du temps, et qui parviennent jusqu'à nous. Qu'une histoire pénètre dans une autre et que nous n'en sommes que la dernière page.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
540 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre